Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

BLACK SUNDAY




Année : 1977
Pays : Etats-Unis
Durée : 2 h 23 min.
Genre : action
Couleur

Réalisateur : John FRANKENHEIMER
Scénario :Thomas HARRIS, Ernest LEHMAN

Acteurs principaux :
Robert SHAW (Kabakov), Bruce DERN (Lander), Marthe KELLER (Dahlia), Steven KEATS (Moshevsky), Bekim FEHMIU (Fasil), Michael V. GAZZO (Muzi), William DANIELS (Pugh), Walter GOTELL (Colonel Riat), Victor CAMPOS (Nageeb).

Musique : John WILLIAMS
Photographie : John A. ALONZO
Producteur : Robert EVANS
Compagnie productrice : Paramount Pictures

Aéronefs :
-Goodyear GZ-20A, c/n 4118, N3A
-Goodyear GZ-20A, c/n 4119, N4A
-Goodyear GZ-19A, c/n 4116, N1A
-Boeing 707-331
-Sikorsky HH-52A BuNo.1419
-Beech K35  Bonanza c/n D-5868, N5326E
-Bell 212 c/n 30672, N72AL
-Bell Jet Ranger


Notre avis :

« Black Sunday » est l’adaptation du best-seller du même titre, de Thomas Harris (1975). L’auteur fut inspiré par l’attentat organisé par les Palestiniens du groupe « Septembre noir » contre les athlètes israéliens, lors des Jeux olympiques de Munich, en 1972 (11 sportifs tués). Cette fois-ci « Septembre noir » s’attaque directement au territoire américain, en préparant un attentat suicide contre un stade plein à craquer….

Tout commence, non pas un 11 septembre, mais un 12 novembre, à Beyrouth, où le groupe palestinien « Septembre noir » prépare un attentat sur le sol américain. Une jeune femme, Dahlia Iyad, est chargée de l’opération. Mais à Beyrouth, le repère des Palestiniens est attaqué par un commando israélien dirigé par le commandant Kobakov du Mossad. Dahlia est épargnée miraculeusement lors de la fusillade. Kobakov met la main sur des documents montrant que les USA sont visés. Il en avertit aussitôt les services secrets américains. Mais on ne connait pas où et comment les terroristes frapperont. Le commandant d’un cargo est arrêté par hasard, et avoue avoir transporté plus de cinq cent kilos d’explosifs qui ont été déchargés au large. Puis Dahlia est identifiée et repérée dans un hôtel de Miami. Le complice de Dahlia est un vétéran du Vietnam, Michael Lander. Ancien prisonnier du Viêt-Cong, il voue une haine tenace envers les militaires et le peuple américain en général. L’échec de son mariage n’a fait qu’accroitre son déséquilibre psychique. En perquisitionnant l’appartement des terroristes, Kobakov en arrive à la conclusion que l’attentat aura lieu lors du match de football entre Pittsburgh et Dallas, le Super Bowl X, auquel doit participer le président des Etats-Unis ! Mais le mode opératoire des terroristes est encore inconnu. Ce n’est que quand on lui annonce, alors que le match est commencé, qu’on a trouvé le pilote du dirigeable chargé de filmer l’événement, assassiné, qu’il comprend. Avec l’agent du FBI Sam Corley, il part à la poursuite du dirigeable, dans un hélicoptère. Dahlia les maintient à distance avec sa mitraillette, mais Kobakov parvient à la tuer, ainsi que Lander. Quand le dirigeable arrive très bas, au dessus du stade, il réussit à attacher la queue du dirigeable à l’hélicoptère. Ce dernier peut ainsi le faire reculer et le remorquer au dessus de la mer où il explose sans causer de mal.

Ce film fut un grand succès et il est sans doute supérieur à «Airport 77», mais il appartient à un genre où le scénario est très répétitif et ne procure aucune surprise.

arthe Keller, une blonde Suissesse, respirant la santé physique (et mentale), est peu convaincante en terroriste palestinienne et ne semble pas du tout avoir été élevée dans un camp à Gaza...Pour nous, ce film est avant tout un film mettant en scène un dirigeable, le troisième dans les années 70, et toujours dans un rôle inquiétant.

 

Les avions du film :

La vedette de ce film est un petit dirigeable (blimp en anglais) Goodyear. En fait, le tournage utilisa les trois dirigeables de la firme Goodyear, basés aux USA. Deux sont du type GZ-20A, le N3A « America » (c/n 4118) basé à Spring (TX), et le N4A « Columbia IV » (c/n 4120) basé à Carson (CA), et un, du type GZ-19A, le N1A «Mayflower» (c/n 4116,) basé alors à Watson Island (Miami).

Le réalisateur réussit à obtenir la collaboration de Goodyear grâce à ses contacts personnels établis au sein de la compagnie lors d’un précédent tournage. Mais le logo de la compagnie a été recouvert par l’inscription «Super Bowl». La dernière scène utilise deux dirigeables, le «Columbia», à Carson (CA) et le «Mayflower» à Miami (FL). Les deux blimps ont une décoration identique, mais sont de tailles différentes, le dernier étant moins long que le premier (de treize mètres..); « le » dirigeable change donc de taille selon les plans…. C’est le «Columbia» qui décolle (sur fond de paysage californien, à Carson) et en vol, il devient le « Mayflower ».

On a de très bonne vues de la nacelle et du poste de pilotage, qui ressemble beaucoup à celui d’un avion, mais sans manche. Les fléchettes mortelles sont installées dans un pod fixé sous la nacelle du dirigeable, à l’endroit occupé normalement par l’Auxiliary Power Unit destiné à alimenter les milliers d’ampoules du système « Skytacular », fixées sur les flancs de l’aérostat.

Le cercueil de l’agent israélien est rapatrié dans un Boeing 707-331 C de TWA.

Le président des Etats-Unis débarque d’un Sikorsky HH-52A (BuN.1419) «Sea Guard» des Gardes-côtes (son VH-3A Sea King « Marine one » était en panne ?).

Lander atterrit sur une petit terrain du désert Mojave avec un Beech K35 (c/n D-5868, N5326E) qui vole toujours en Californie. A l’intérieur du hangar on peut voir un Stinson L5.

Kabakov poursuit le «Mayflower» avec un hélicoptère Bell 212 (c/n 30672, N72AL) appartenant à une compagnie de transport locale. Cet appareil fut exporté en 1994 au Canada (C-FRWI), puis en Géorgie où on perd sa trace.

Enfin, l’hélicoptère de la Police qui se fait descendre en flammes par la douce Dahlia, est un Bell 206 Jet Ranger.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr


DIMANCHE NOIR.jpg

 

Associated keywords

Creation date : 17/09/2011 : 09:10
Last update : 18/09/2011 : 09:48
Category : - Films
Page read 3418 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!