Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

SAUVETAGE EN PLEIN VOL
Vo. Mercy mission
 
 
Année : 1993
Pays : Australie
Durée : 1 h 23 min.
Genre : thriller
Couleur

Réalisateur : Roger YOUNG
Scénario : George RUBINO, Robert BENEDETTI

Acteurs principaux :
Robert LOGGIA (Commandant Gordon Vette), Scott BAKULA (Jay Parkins), Rebecca RIGG (Ellen), Alan FLETCHER (Frank), Mike BISHOP (copilote Mann), Kit TAYLOR (Commandant Warren Banks)

Musique : Patrick WILLIAMS
Photographie : Donald M. MORGAN
Producteur : Derek KAVANAGH
Compagnie productrice : Anasazi Productions
 
Avions :
-Bell 206L-1 Jet Ranger "N50038"
-Cessna T188C Ag Husky
-Boeing 767-200 c/n 23326/124, ZK-NBA


Notre avis :

Ce film s'inspire d'un fait réel survenu le 21 décembre 1978 et qui concerna le vol 103 d'Air New Zealand qui reçut, ce jour là, le signal de détresse d'un monomoteur en convoyage, entre la Californie et l'Australie. Grâce à l'équipage de l'avion de ligne, le petit avion put retrouver le chemin de l'île de Norfolk où il devait atterrir à court de carburant. L'incident a été relaté dans le livre de Stanley Stewart "Emergency-Crisis on the Flight Deck" (1989). Ce téléfilm est donc une docu-fiction qui reconstitue, en les dramatisant, les fait réels. Les vrais intervenants, le commandant Gordon Vette et Jay Prochnow, le pilote du monomoteur, furent les conseillers du film où ils apparaissent, en personne, à la fin.


Dans les environs de San Francisco, Jay Parkins est un pilote d'hélicoptère qui, avec son collègue Frank, est chargé de traiter des cultures, mais il supporte mal les exigences de certains clients…. Sa femme, Ellen, attend un enfant et soupçonne son mari de ne pas chercher à avoir un emploi stable. C'est alors que Harry Hanson, le patron de Jay et de Frank, leur propose un travail bien rémunéré qui tombe à point. Il s'agit de convoyer deux monomoteurs à Sydney , juste avant Noël. Bien que Frank et Jay émettent des craintes au sujet d'un tel voyage avec escale à Honolulu, Pago Pago, Norfolk, Hanson leur fait confiance et promet une prime substantielle. Malgré la colère d'Ellen, Jay accepte. Les avions emportent une grande quantité de carburant, plusieurs radio, ainsi qu'un radio compas fixé avec du ruban adhésif, pour tout instrument de navigation…. Le vol vers Pago Pago se passe sans problème. Mais au décollage, le matin du jour de Noël, Frank n'arrive pas à décoller et doit se poser en mer, au bout de la piste. Il s'en sort et Jay continue seul le voyage. Entretemps, aux îles Fidji, le commandant Gordon Vette, un pilote près de la retraite, de Air New Zealand, s'apprête à décoller vers Auckland. L'avion ne compte que 88 passagers, en partie des enfants et leurs accompagnateurs. Le vol NZ308 décolle et atteint son altitude de croisière. Jay croit avoir atteint l'île de Norfolk, mais personne ne répond à ses appels et aucune île n'est en vue ! C'est alors qu'il se rend compte que son radio compas fonctionne mal. Il contacte alors Auckland et déclare une urgence. Jay est seul en mer et le seul avion à proximité est le vol 308. Contacté par Auckland, Vette accepte de venir en aide à Jay tout en avertissant ses passagers du problème. Avec des méthodes rudimentaires (hauteur du soleil sur l'horizon, l'heure exacte du coucher du soleil, portée de la radio VHF…), il parvient à localiser approximativement l'avion de Jay. Ce dernier est prêt à amerrir avant que la nuit ne tombe, mais Gordon lui demande d'attendre un peu. Norfolk est trop loin maintenant, et c'est à Jay de pendre la décision de continuer sur Auckland, malgré une météo qui se dégrade. A San Francisco, Ellen, inquiète, sait que Jay n'a pas atterri à Norfolk. Alors que Jay traverse un orage qui l'oblige à voler très bas, Gordon descend à son altitude. Finalement les deux avions sont en contact visuel et Jay peut prendre le bon cap. A Auckland, après l'atterrissage de l'avion de ligne, tout le monde attend Jay qui se pose à bout de carburant. Jay a eu chaud et a promis à Ellen de trouver un job moins risqué.


Le film dramatise à l'excès les faits, dans la seconde partie, avec des anecdotes dont le livre de Stewart ne fait aucune mention (l'épouse de Jay enceinte, sa conversation avec son mari en plein vol…). Le film fait débuter le voyage la veille de Noël, au lieu du 21 décembre. Jay atterrit à Auckland un jour plus tard (compte tenu de la traversée de la ligne de changement de date) et fut de retour chez lui avant Noël. Le départ de Pago Pago est assez exact, mais Jay revint atterrir après que son coéquipier ait amerri, suite à une panne de pompe à essence. Il ne repartit que le lendemain. Dans le film, ce sont les passagers qui aperçoivent le Cessna, alors que le vrai Cessna recala sa position après avoir rencontré par hasard un bateau remorquant une plateforme pétrolière, abondamment illuminée. La recherche s'effectua comme décrite, mais n'aboutit pas et l'avion d'Air New Zealand (vol 103 et non 308) donna rendez-vous à Jay à la verticale du bateau, puis il le conduisit vers Norfolk, située à 150 nautiques à l'ouest, en volant à la vitesse minimum. A l'approche de l'île, c'est un Lockheed P3K Orion de la RNZAF (Royal New Zealand Air Force) qui prit le relais jusqu'à l'aéroport, pendant que l'avion de ligne poursuivait vers Auckland. Jay n'eut pas de grain à traverser avant d'atterrir. Après s'être perdu, il atterrit sur l'île de Norfolk (et non à Auckland), après 23 heures et 5 minutes de vol et un dépassement de son heure estimée d'arrivée de 8 heures ! Au début du film, Hanson mentionne sur la carte une autre escale après Norfolk, l'île Lord Howe.

Ce téléfilm qui parut à la télévision américaine le 13 décembre 1993, à l'approche des fêtes de Noël, est à voir en famille et plaira sans doute aux enfants (nombreux dans l'avion de ligne).


Les avions du film :

Au début du film, on voit Jay en train de traiter des cultures avec un Bell 206L-1 Jet Ranger (faux matricule américain "N50038") piloté en réalité par le président de la compagnie McDermott Aviation, une des plus grosses sociétés australiennes spécialisée dans le travail aérien (dont l'épandage agricole) et basée dans le Queensland. Rappelons que le vrai Jay Prochnow était pilote convoyeur pour le compte de la compagnie Trans Air à Oakland (CA).

Mais les principaux avions du film sont deux Cessna T188C AgHusky portant les faux matricule US "N30771" (celui de Jay) et "N30785". Ce sont les mêmes types que les avions concernés par les vrais événements.  Le Cessna "771" était piloté pat Tony Pratt, le directeur d'une petite société de traitements agricoles Pratt Air Services (Tabavuli Pty.) sur l'aéroport de Kingaroy, mais on ne sait pas si les deux avions lui appartenaient. La compagnie de Pratt possède trois Cessna 188 (VH-EYO, KZB et LBU).

Le Vol 308 est un Boeing 767-200 d' Air New Zealand (cn 23326/124, ZK-NBA) baptisé “Aotearoa” ("pays du grand nuage blanc" en maori), ayant décollé de Nadi (Fidji) vers Auckland. C'était le premier 767-200 livré à la compagnie. Le véritable avion était un Douglas DC-10-30 (ZK-NZS), mais la route est exacte, ainsi que le nombre de passagers. Le nom du commandant de bord (Gordon Vette) a été conservé, contrairement à celui de Jay (Parkins au lieu de Prochnow), et à ceux des autres personnages. Le Boeing 767 n'était pas encore en service en 1978, ni le Boeing 747-400 d'United vu à "San Francisco", avec un logo récent. A "Nadi", par la vitre du cockpit, on aperçoit la dérive portant le drapeau australien d'un autre Boeing 767 d'Ansett Australia Airlines.

Au décollage, le 767 se transforme en Boeing 737-200 de la même compagnie ! Les vues du cockpit furent réalisées en studio, le tableau de bord étant peu réaliste, avec des aiguilles qui ne bougent pas. D'autre part, pendant le vol, le copilote manipule un tas de boutons inutilement. Ainsi en courte finale à Auckland, il change le cap du pilote automatique ! A son poste d'arrivée, le 767 devient un 737-400 d' Australian Airlines….

Dans un hangar (vraisemblablement à Archerfield, siège du Flying Fighter Museum), on voit plusieurs avions anciens : un Antonov 2, un North American T-28 Trojan, un Boeing Stearman et un Lockheed Neptune (dont fut équipée la force aérienne australienne) parqué dehors. Plus tard, dans le même hangar, un Grumman Goose avec ballonnet rétractable (le VH-MBA ?), est en cours de révision.

Dans un autre hangar, à "Auckland" (sans doute Brisbane) où Vette a une explication avec un de ses chefs, on aperçoit deux Fokker F-27 Friendship et un Short 360 (c/n SH3630, VH-FCU) de Sunstate Airlines (Australian Airlines).


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr

 
SAUVETAGEENPLEINVOL.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 21/01/2012 : 10:00
Last update : 22/01/2012 : 08:31
Category : - TVFilms
Page read 5198 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!