Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

L'ILE SANGLANTE
Vo. The island

 

Année : 1980
Pays : Etats-Unis
Genre : thriller
Durée : 1 h 49 min.
Couleur

Réalisateur : Michael RITCHIE
Scénario : Peter BENCHLEY

Acteurs principaux :
Michael CAINE (Blair Maynard), David WARNER (John David Nau), Angela Punch McGREGOR (Beth), Frank MIDDLEMASS (Windsor), Don HENDERSON (Rollo), Dudley SUTTON (Dr. Brazil), Colin JEAVONS (Hizzoner),

Musique : Ennio MORRICONE
Photographie : Henri DECAË
Producteur : Richard D. ZANUCK
Compagnie productrice : Universal Pictures
 
Aéronefs :
-Douglas DC-3A-343B  c/n 4812, N33671 / "N1047G"
-Sikorksy HH-52A Sea Guard

 
Notre avis :

Ces dernières années, on a découvert que le piratage en mer existait toujours et fleurissait çà et là, et pas uniquement en Somalie. Dès 1980, Michael Ritchie, nous parlait d'une île infestée de flibustiers dont les "manières" n'avaient pas changé depuis le XVII° siècle, et qui attaquaient de préférence les yachts qui avaient le malheur de croiser trop près de leur repaire. Leur existence permettait aussi de fournir une hypothèse pour expliquer, en partie, le mystère du triangle des Bermudes, dans lequel était située cette île sanglante... Le scénario est écrit par l'auteur des "Dents de la mer", ce qui promet quelques belles scènes gore, les requins étant remplacés ici par des psychopathes marins.

La plupart des scènes furent filmées à Miami et aux Bahamas, à Antigua et Barbuda.

Quelque part dans les Bahamas, à proximité d'une île isolée, des plaisanciers sont sauvagement agressés et tués. Ce n'est pas la première fois et un journaliste new-yorkais, Blayr Maynard, a constaté que lors des trois dernières années, on a enregistré la disparition de six cents bateaux, non loin de l'île de Navidad. Bien que cela n'intéresse nullement son journal, il part enquêter en Floride, avec son fils de 12 ans, Justin. Puis il trouve un avion pour les conduire sur l'île de Navidad; mais leur pilote s'écrase à l'atterrissage et ils doivent demander l'hospitalité au seul habitant de l'ile, un anthropologue à la retraite, le Dr. Windsor. Alors qu'il sont à la pêche, ils sont agressés par des plongeurs. Quand Maynard revient à lui, il est attaché, comme son fils. Ils font face à une bande d'individus aux mines patibulaires, ressemblant à des pirates tout droit sortis du 17° siècle, qui s'apprêtent à les juger ! Maynard est jugé pour le meurtre d'un de ses agresseurs; on lui laisse la vie sauve, mais il deviendra le mari de sa veuve... Quant à son fils, il sera adopté par le chef de la bande, Nau. Maynard ne pense qu'à s'enfuir, mais il tombe en mer sur un champ de méduses, puis, croyant que le Dr Windsor peut le sauver, il s'aperçoit que, non seulement celui-ci connaissait l'existence des pirates, mais de plus, les encourage dans leurs crimes ! Quant à Justin, qui a subi un véritable lavage de cerveau, il s'accommode de sa nouvelle vie et participe même au pillage des bateaux qui passent dans les parages. Un jour, un bateau des garde-côtes américains sur les traces d'un voilier plein de cocaïne que les pirates ont brûlé, jette l'ancre devant l'île. Mais les marins se font prendre comme des bleus et sont tous massacrés. Maynard qui a pu monter à bord du bateau, mitraille les pirates occupés à se partager le butin. Puis, il affronte Nau, son fils n'ayant pas osé tirer sur lui. Le cauchemar a pris fin.


 
Ce film de série B bénéficia curieusement d'un gros budget. Le scénario est confus, plutôt ridicule et totalement invraisemblable. Comment une colonie de flibustiers de l'époque de Rackham le Rouge, aurait-elle pu se maintenir égale à elle-même, pendant trois siècles ? Même les vrais descendants des mutins de la Bounty (1789) ne sont pas restés à l'abri des influences extérieures, quoique perdus au milieu du Pacifique, sur l'île de Pitcairn ! Deux cent bateaux disparaissent tous les ans et les autorités américaines ne font rien…Les Bahamas ne sont pourtant qu'à 200 km de la Floride, dans une zone les plus fréquentées de la planète, par des milliers d'avions et de bateaux de toutes sortes et il n'y a pas beaucoup d'îles désertes. Bref, tout cela ne tient pas et appartient au film fantastique, genre "Les visiteurs".

Le tournage reçut malgré tout la collaboration des gardes-côtes américains qui prêtèrent le cutter "Dauntless", basé à Miami, en 1980. Les US Coast Guards n'ont, visiblement, cure de leur image, car le comportement de leurs marins dans le film, est pitoyable; ils se font tous tuer par une bande de braillards armés de couteaux et de pistolets à pierre. On espère qu'on ne les a pas envoyés, depuis, en Somalie, car les pirates là-bas sont armés de Kalachnikov et de RPG-7…...


Les avions du film :

Le film ne comporte qu'un seul avion, mais dans une scène qu'on est un peu étonné de trouver dans ce film de pirates.

Le grand Clay Lacy, nous montre toute son adresse en posant un DC-3 sur le ventre (certes, les roues d'un Dakota, même rentrées, restent en partie sorties, justement, au cas où…); au bout de la piste, il lui fait faire un cheval de bois. Après que l'avion se soit arrêté, le pilote et ses passagers sortent prestement par la porte du cockpit avant que l'avion ne s'enflamme (selon le script). Un policier local leur demande alors vingt dollars de taxe d'atterrissage ! L'avion fut entièrement détruit par le feu et il n'était pas question de refaire une deuxième prise. La scène se passe dans les Bahamas, sur un petit terrain située sur l'île de Great Abaco, à Marsh Harbor ou, plus vraisemblablement, à Sandy Point, plus au sud.

L'avion était un Douglas DC-3A-343B (c/n 4812, N33671) mis en service par "Western Airlines" en 1941. Il fut vendu en 1959 et passa chez plusieurs opérateurs privés et compagnies charters, comme "California Air Charter", "Air North America", enfin chez "Tropic Air" (8P-DON), basée à Belize. C'est là qu'il fut acquis par les studios Universal en juillet 1979 et immatriculé "N1047G". Il conserva sa décoration rouge et blanche, mais le nom de la compagnie fut transformée en "Tropic Airaway" pour le film.

Le voyant rouge supposé indiquer que le train n'est pas sorti, situé au bas du tableau de bord (côté copilote), est plutôt la lampe DH (hauteur de décision) du radio altimètre, dont le sélecteur est situé juste à gauche. Les voyants du train se situent normalement plus haut et à droite de la planche de bord. Le pilote n'était vraiment pas dans son assiette… !

Tout à la fin du film, on aperçoit, à travers un hublot du garde-côte, un hélicoptère Sikorksy HH-52A Sea Guard, son phare d'atterrissage allumé.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.com
 
 
 
 
 
 
LILESANGLANTE.jpg

THEISLAND.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 28/07/2012 : 07:54
Last update : 14/10/2012 : 13:02
Category : - Films
Page read 3090 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!