Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
CALL TO GLORY
 

Année : 1984
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 36 min.
Genre : Drame
Couleur

Réalisateur :Thomas CARTER
Scénario : David CHISHOLM , Robert SABAROFF

Acteurs principaux :
Craig T. NELSON (Colonel Raynor Sarnac), Cindy PICKETT (Vanessa Sarnac), Elisabeth SHUE (Jackie Sarnac), David HOLLANDER (Wesley), Gabriel DAMON (RH Sarnac), Tom O'BRIEN (Patrick Thomas), David Lain BAKER (Bonelli).

Producteur : David NICKSAY
Compagnie productrice : Paramount Television
 
Avions :
-Lockheed U-2A
-Northrop T-38AB Talon
-North American T-39A Sabreliner
-Boeing Super Stearman
-Stinson 108-3 N6782M (en arrière plan)
-Hiller H-23D
-Boeing KC-135A


Notre avis :

"Call to glory" était une série télévisée américaine qui comprenaient vingt trois épisodes et qui passa sur le réseau ABC-TV, entre 1984 et 1985. Ce feuilleton était centré sur le personnage d'un pilote de l'USAF, le colonel Raynor Sarnac, son épouse Vanessa, sa fille Jackie et ses deux fils, Wesley et RH. S'inspirant vaguement du livre "The right stuff" écrit par le pilote d'essai Tom Wolfe, c'était le premier téléfilm montrant les militaires sous un jour favorable depuis la guerre du Vietnam…

Ce film passa pour la première fois à la télé le 13 août 1984, le lendemain de la clôture des Jeux Olympiques de Los Angeles, et constituait l'épisode pilote de la série. L'histoire se déroule en 1962, en pleine crise des missiles de Cuba. Le tournage eut lieu sur la base de Laughlin, près de Del Rio (TX) d'où partirent les avions "espions" U-2 qui intervinrent lors de cette crise, et qui font ici une de leurs rares apparition à l'écran.


L'histoire commence le 13 septembre 1962, quand des U-2 rapportent des photos de Cuba. Les clichés sont immédiatement développés et envoyés à Washington. Le colonel Sarnac est en congé avec sa famille. Au programme : randonnées équestres, barbecues, et camping dans la nature. Mais un hélicoptère survient. Le colonel est demandé de toute urgence à la base. Là, le général Thornton lui fait part de l'évolution inquiétante de la situation à Cuba, avec la possible installation de missiles balistiques à têtes nucléaires. Il faudra envoyer d'autres missions de reconnaissance pour obtenir des informations indéniables. Le père de Sarnac est un ancien pilote militaire qui tient une petite école de pilotage. Il s'amuse encore à faire quelques figures de voltige avec son vieux biplan. Sa petite fille Jackie est, elle aussi, prise par le virus du vol, mais sa mère y est formellement opposée, trouvant que deux pilotes dans la famille suffisent, d'autant qu'un de leur voisin vient de se tuer lors d'un vol d'entraînement ! Le président Kennedy, en tournée dans le pays, rentre précipitamment à Washington, car à Cuba, la situation s'envenime. Il fait un discours très écouté à la nation, et les familles de militaires s'attendent à une guerre. Dans les écoles de la base, on fait des exercices d'alerte. Le 27 octobre, un coéquipier de Sarnac est abattu au dessus de Cuba. Mais le lendemain, le général Thornton apprend à ses officiers que les Russes ont finalement accepté de retirer leurs missiles. Quoiqu'il en soit, et malgré son amour pour sa famille, le colonel Sarnac était prêt au sacrifice suprême, comme son camarade.


Ce ne fut pas avant le 14 octobre, qu'un U-2 du 4080th Strategic Reconnaissance Wing, basé à Laughlin AFB (Tx.), découvrit la construction d'un site de missile SS-4 "Sandal" à San Cristobal, dans l'ouest de Cuba. L'avion atterrit en Floride, à MacCoy AFB, près d'Orlando, où le 4080th SRW avait établi une base avancée pour la durée de la crise. Le film relate la perte d'un U-2, le 27 octobre, descendu par un missile anti-aérien S-75 "Dvina" (SA-2 "Guideline", selon le code OTAN). Le pilote, le major Rudolf Anderson, avait décollé de la base de McCoy.

La critique releva le coté patriotique du film, ainsi que l'accent mis sur les vertus familiales, caractéristique d'une époque plus conservatrice, inaugurée avec la présidence de Ronald Reagan. Sinon, ce film nous montre la vie ordinaire d'une famille de militaires sur une base américaine dans les années 60. Les femmes s'occupent de leurs foyers et partagent les mêmes distractions, entre la piscine, la salle de gym et le club des officiers, tout en craignant qu'un jour ou l'autre, on vienne les avertir que leur mari s'est tué...Une telle scène existait déjà dans le film "X-15" (1962). Le film rappelle aussi que le métier de militaire n'est pas un poste de fonctionnaire, et qu'un jour ou l'autre, il faudra "y aller", car on a d'abord été formé pour "ça"...

"Call to glory" qui avait bénéficié d'une campagne de publicité bien orchestrée, reçut un grand succès lors de sa sortie, mais la décision des studios d'ABC de s'écarter de l'aspect historique du scénario de départ, pour se concentrer sur les problèmes familiaux de la famille Sarnac, provoqua une chute de la fréquentation. La série s'arrêta en février 1985, en n'ayant pas tenu ses promesses….


Les avions du film :

La vedette du film est sans conteste, le Lockheed U-2A, surnommé "Dragon lady", un avion discret, peu familier du grand écran. Cet avion, sans insigne apparent, revêtu d'une peinture noir mat, fut filmé à Beale AFB où les U-2 furent transférés en 1976. En 1962, le 4080th SRW dont le colonel Carsar porte l'insigne sur sa combinaison de vol, fut la première unité à mettre en oeuvre l'U-2, sur la base de Laughlin AFB. Cette unité fut désactivée en juin 1966. Le film met bien en valeur l'avion espion. On remarquera ses décollages à fort taux de montée, et ses atterrissages assez longs, l'avion semblant refuser le sol.

Ses pilotes portent une combinaison à pression partielle MC-3 et un casque MA-1. Le major Anderson fut tué parce que sa combinaison fut percée par des éclats, quand le missile explosa à proximité de son avion, alors qu'il volait à très haute altitude. Dans le film, les SA-2 russes ont été remplacés par des batteries de missiles sol-air Hawk.

Autre avion bien représenté, le Northrop T-38AB Talon, biplace qui rappelle que la base de Laughlin est le plus grand centre d'entraînement de l'USAF. Le film montre plusieurs de ces appareils, dont les s/n (6)-38209, (64)-13181, 13196, 13257, 13284, (65)-10445.

Les scènes aériennes furent dirigées par Larry Powell qui avait participé au tournage de la série des "Airport". L'avion caméra était le Learjet de Clay Lacy.

Le général Thornton utilise pour ses déplacements un North American T-39A Sabreliner. Le père de Sarnac possède un Super Stearman tout rouge, sans aucune immatriculation. Il est piloté dans le film par le regretté Art Scholl. En arrière plan, sous un hangar, on notera un Stinson 108-3 (N6782M). C'est un hélicoptère Hiller H-23D tout blanc, sans aucune marque, qui vient interrompre les vacances du colonel Sarnac.

Enfin au début du film, les films pris par les U-2 sont emmenés par un Boeing ravitailleur KC-135A.



Christian Santoir

*Film rare
 
CALLTOGLORY.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 09/09/2012 : 09:41
Last update : 15/09/2012 : 10:40
Category : - TVFilms
Page read 3296 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!