Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

L'EQUIPAGE




Année : 1978
Pays : France
Durée : 1 h 30 min.
Genre : drame
Couleur

Réalisateur : André MICHEL
Scénario : Patrick MODIANO, d’après le roman de Joseph KESSEL

Acteurs principaux :
François DUVAL (Jean Herbillon), Bernard GIRAUDEAU (Thélis), Bernard WAVER ( Maury), Patricia LESIEUR (Denise/Hélène), Maurice RISCH (Marbot), Jean ROUGERIE (L'officier de gendarmerie).

Musique : Vladimir COSMA
Photographie : Gilberte SARTHRE
Compagnie productrice : TF1
 
Avions :
-Salmson 2A2 (2 répliques)
-Morane MS.AI (3 répliques F-AZAN, F-AZAO, F-AZAP)
-Caudron G.3, F-PSYL (en arrière plan)
-Fokker Dr.1, F-AZAQ
-Réplique Albatros C.2 F-AZAV (c/n 5) et F-AZAX (c/n 4)


Notre avis :

Cinquante ans après la sortie du film muet, "l'Equipage", de Maurice Tourneur, la télévision française en fit une troisième version. Le scenario du film est une adaptation du roman du même nom, de Joseph Kessel, paru en 1923 et se déroulant dans une escadrille de reconnaissance, pendant la Grande Guerre. Cette escadrille était la "39" où avait servi Kessel, à partir de 1916. Elle fut commandée par le capitaine Jean Joseph Thélis Vachon, entre novembre 1917 et octobre 1918, date de sa mort. Son personnage apparaît sous son vrai nom dans le film. Si l'œuvre de Tourneur est aujourd'hui introuvable, une autre adaptation cinématographique, réalisée en 1935 par Anatole Litvak, avec Charles Vanel, Annabella et Roland Toutain, est plus accessible.


L'histoire est connue. Pendant la première guerre mondiale, un jeune aspirant, Herbillon, et un vieux lieutenant, Maury, font équipage, à la vie, à la mort. Leur amitié se développe jusqu'au jour où Herbillon, lors d'une permission à Paris, s'aperçoit que sa petite amie, Denise, n'est autre qu'Hélène, la femme de Maury ! Depuis ce jour, il vit partagé entre son amour et la honte de tromper son camarade et équipier, Maury. Celui-ci finit par se douter de quelque chose. Quand une grande offensive est lancée, Hélène apprend par son mari, qui dirige l'escadrille par intérim, qu'un poste de moniteur à l'arrière est disponible. Elle insiste pour que son amant se porte volontaire, au lieu d'aller au front. Mais celui-ci renonce, au dernier moment, à cette affectation et repart au combat avec Maury. Lors d'une mission, il sera tué et Maury pourra consoler Hélène, sans lui avouer qu'il était au courant de son idylle.


Ce téléfilm suit de très près le scénario et la réalisation du film de Litvak de 1935, avec une reconstitution historique assez précise, des uniformes, des baraquements, de la vie en escadrille... Cependant, on lui préférera le film de Litvak, ce téléfilm souffrant, en plus d'un rythme très lent, d'une interprétation assez inégale, et de prises de vues aériennes somme toute assez banales.

Côté aviation, Jean Salis s'investit beaucoup dans ce film et fournit tous les avions. L'escadrille "39" est d'ailleurs basé sur son terrain de la Ferté-Alais.


Les avions du film :

Le principal avion du film est le Salmson 2A2, un avion d'observation produit en grand nombre. C'est Jean Salis qui réalisa, spécialement pour "l'Equipage", deux répliques, à partir de cellules de Caudron Luciole, sous la conduite de Roland Payen. Le résultat est assez crédible, même si le résultat est plus léger que l'original (800 kg contre 1340 kg), plus court (7.7 m contre 8.5 m) et surtout avec une envergure plus faible (9.9 m contre 11.80 m). Sur le véritable Salmson, le pilote était séparé du mitrailleur par un appui-tête qui gênait la communication entre les deux hommes. Le train d'atterrissage, avec roues indépendantes, est celui du Luciole. Comme l'original, les répliques sont équipées d'un jumelage de mitrailleuses Lewis à l'arrière, et d'un mitrailleuse synchronisée Vickers de capot.

Ces avions ne portent pas l'insigne de la "SAL 39", le "lapin à la trompète". Leurs gouvernails portent le numéro "17", qui était le numéro de l'appareil, pas de l'escadrille (les mentions "PC" (Poids Charge) et "PU" (Poids Utile) n'ont pas été renseignées et auraient dû être : "PC : 200", "PU : 310"). Sur les fuselages, on remarque un léopard jaune, ressemblant à l'insigne de la "SAL 17", une autre unité d'observation, qui fut, un temps, un léopard rouge à tête de diable….

Les deux "Salmson" furent vendus dans les années 80 en Angleterre, pour le tournage du film "Gunbus" (1986). Ils furent décorés comme des avions de la RAF avec les serials 'F4012" et F4013". En 1990, l'un deux était laissé à l'abandon sur l'aéroport de Coventry. Puis, il finit dans un hangar d'un centre de brocante à Ecclestone (Lancashire), au début des années 2000. Il avait été maquillé en Sopwith 1 1/2 Strutter, avec le serial N5177. En 2008, il était exposé, dans un jardin, à Merstham…

Les trois chasseurs Morane MS.AI, sont des reproductions exactes (F-AZAN, AZAO, AZAP), faites à partir d'une épave et de plans d'époque. Construits pour la série TV "Le temps des as" (1978), le premier fit son premier vol le 24 juin 1977.

On voit également brièvement, au sol, un Caudron G.3 (F-PSYL), un exemplaire authentique, mais remotorisé, qui appartenait à Jean Salis.

Côté allemand, il y a un Fokker Dr.1, une réplique construite début 1977 (F-AZAQ), pour un film qui n'eut pas de suite, mais aussi pour Cet avion fut détruit par accident le 22 juillet 2012. Pour "Le temps des as", Jean Salis réalisa également deux répliques d'Albatros, à partir de deux De Havilland DH.82 Tiger Moth, leur moteurs Gypsy ayant été remontés à l'endroit. Elles volèrent au printemps de 1977 et furent utilisées pour le tournage. Ces répliques, plutôt approximatives, avec quatre mâts d'aile en moins, sont plus petites et plus légères que l'original, et ont conservé le train du DH. 82. Immatriculés actuellement, F-AZAV et AZAX (ex F-WZBH et WZBG), et enregistrés comme "Réplique Albatros C.2", ces deux avions ressemblent plus à des Albatros "C.I". Le C.II ne fut construit, en 1916, que par l'usine Albatros de Schneidemühl, connue sous le nom de OAW (Ostdeutsche Albatros Werke GmbH.). Il avait un cockpit et un capot moteur très différents des ceux des répliques.


Christian Santoir

* Film rare
 
 
Equipage_78.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 09/11/2012 : 10:35
Last update : 09/11/2012 : 10:35
Category : - TVFilms
Page read 3889 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!