Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
L'AFFAIRE MATTEI
Vo. Il caso Mattei



Année : 1972
Pays : Italie
Genre : biographie
Durée : 1 h 56 min.
Couleur

Réalisateur : Francesco ROSI
Scénario : Tito Di STEFANO, Tonino GUERRA

Acteurs principaux :
Gian Maria VOLONTE (Enrico Mattei), Luigi SQUARZINA (un journaliste), Gianfranco OMBUEN (ingénieur Ferrari), Edda FERRONAO (Mme. Mattei), Aldo BARBERITO (un personnage officiel).


Musique : Piero PICCIONI
Photographie : Pasqualino De SANTIS
Producteur : Franco CRISTALDI
Compagnies productrices : Verona Produzione, Vides Cinematografica
 
Aéronefs :
-Morane-Saulnier MS.760 Paris
-Aermacchi MB.326
-Agusta-Bell AB.47J Ranger
-Hawker Siddeley HS.125 G-AYRY (en arrière plan)
-Nord 2501 Noratlas (idem)
-Douglas DC-8 (idem)
-Convair C-131 Samaritan (idem)
-SIAI Marchetti S.205.(idem)



Notre avis :

Le 27 octobre 1962, un petit jet privé, parti de Catane (Sicile) pour Milan, s'écrasa dans les environs de Bascape, à une quinzaine de kilomètres, au sud de l'aéroport de Milan-Linate, alors qu'il entamait son approche IFR, de nuit et par mauvais temps. Il y avait à son bord deux passagers, un journaliste américain et Enrico Mattei, le président de l'ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), l'agence nationale des hydrocarbures italienne. Il n'y eut aucun survivant. Le rapport officiel de l'accident conclut à une erreur de pilotage, due à la fatigue du pilote…

Enrico Mattei était un homme important,"l'Italien le plus puissant depuis César", comme l'appelait le Time Magazine, en 1962. C'était également un homme original qui dérangeait beaucoup de monde, à commencer par les pétroliers anglo-américains, dont il était décidé à contester l'hégémonie mondiale, en traitant directement avec les pays producteurs arabes, et notamment, avec l'Algérie, en guerre à l'époque. Il fut ainsi soupçonné d'avoir financé le FLN, pour accélérer l'indépendance du pays…

Le film commence sur les lieux de l'accident de son avion, puis, par une série de flashbacks, et de bandes d'actualités, il reconstitue minutieusement les principaux moments de la carrière de Mattéi, après la guerre. L'Italie est alors un pays pauvre dirigé par le parti Démocrate chrétien. Mattei participe à la reconstruction du pays, dont l'économie opérera un prompt rétablissement, sous son impulsion. Il a l'ambition de donner du travail à tous; c'est un démocrate de gauche très apprécié du peuple et craint par les politiques, comme par les industriels. Il a redonné au pays son indépendance énergétique en accélérant la prospection, et en trouvant d'importants gisements de gaz en Italie. Il devient le premier président de l'ENI, pour lequel il n'hésite pas à recruter les meilleurs collaborateurs, quelque soit leur passé politique. L'Italie entre peu à peu en concurrence avec les lobbies pétroliers anglo-américains et français. D'un autre coté, il dépense sans compter les deniers de l'état, en créant, entre autres, un journal pour promouvoir les intérêts de l'ENI qui se comporte comme un état dans l'état. Il a également une grande influence sur la politique étrangère de son pays, en imposant ses vues et en mettant les responsables politiques devant le fait accompli. L'Italie devient un des plus solides alliés des USA, au sein de l'OTAN, tout en entretenant de bonnes relations avec l'URSS, avec laquelle Mattei a lancé un projet de pipe-line la reliant à l'Italie, à travers les Balkans. Son indépendance d'esprit, son activité hors des sentiers battus, lui vaut de solides inimitiés, à l'étranger, comme en Italie. Mattei avait déjà été victime d'attentats manqués, d'intimidations, de menace de mort. Aussi, sa mort accidentelle, sur laquelle se termine le film, n'étonna-t-elle personne…


La mort d'Enrico Mattei obligea l'ENI à changer sa politique. Comme toujours, lors de la disparition d'un personnage public important, on parla d'attentat, et il est vrai que ses ennemis potentiels ne manquaient pas : CIA, Mafia, services secrets français…

Le pilote de Mattei, Bertuzzi, était un ancien pilote militaire, aussi expérimenté que décoré. Il comptait, au moment de l'accident, plus de 11.000 heures de vol, dont plus de 600 sur le MS.760 de Mattei. Le film ne semble pas prendre trop parti sur les causes de l'accident, les témoignages étant contradictoires : explosion en l'air, au sol ? Dans les dernières secondes du vol, on montre le pilote se battant avec un manche à balai qui entre subitement en transe (flutter avant le décrochage ?).

Le dossier de l'accident fut rouvert en 1997. En 2003, l'enquête conclut que le crash du Morane Saulnier était bien dû à un attentat, perpétré avec 150 gr d'explosif disposé derrière le tableau de bord, explosif qui aurait été mis à feu par l'ouverture du train d'atterrissage...



Les avions du film:

Le jet de Mattei est un Morane-Saulnier MS.760 Paris. Il porte le matricule de l'avion réel "I-SNAP" (c/n 99, Type II) appartenant à la Società Nazionale Metanodotti (SNAM). On ne sait d'où vient l'appareil du film. Il n'y eut que trois MS.760 Paris immatriculés en Italie, ce qui facilite la recherche. En plus du I-SNAP, la compagnie SNAM en possédait un autre, le I-SNAI (c/n 28). Celui-ci, acheté en 1959, fut vendu aux USA (N760X) en 1966. Il ne reste donc que le I-FINR (c/n 111), un MS.760B acquis en 1967 par le Groupe DeNora, une société spécialisée dans les produits et services d’électrochimie. L'avion était basé à Milan-Linate. Il y a donc de fortes chances que cette production italienne ait fait appel à cet avion pour le tournage. Le I-FINR fut vendu en mai 1981, aux Bahamas (C6-BEV), puis aux USA, en 1995 (N760FM) où il vola jusqu'en 2013.


On voit l'avion en vol, au roulage et au décollage. Des vues ont été prises dans le cockpit, en plein vol et on a aussi quelques vues du vrai tableau de bord. On remarquera les deux manches à balai, comme sur un simple Robin…

Il est intercepté en route par un "chasseur" yougoslave qui n'est autre qu'un Aermacchi MB.326, un avion qui n'a jamais fait partie des forces yougoslaves. Il a conservé ses cocardes italiennes (à peine masquées) et sa couleur rouge orangé. Cet appareil, codé "RS-19" (n° de série : MM54289), appartenait au 311° Gruppo du Reparto Sperimentale Volo de Pratica di Mare, dont on aperçoit l'insigne sur la dérive.

Quand il décolle de "Catane" (en réalité de Milan-Linate) pour son dernier vol, le Paris passe derrière un Nord 2501 Noratlas, avec des portes de soute et un nez rouge orangé, avec la lettre "A" inscrit dessus. Bien qu'on ne voie pas ses cocardes, il s'agit vraisemblablement d'un avion français. Il passe également derrière un jet privé, un Hawker Siddeley HS.125 anglais (G-AYRY) de la société McAlpine Aviation. Cet avion construit en 1961, fut d'abord immatriculé en Allemagne (D-CKOW, D-CKCF), puis retourna en Angleterre en 1971. En 1981, il fut vendu en Arabie Saoudite (HZ-FMA) où l’on perd sa trace.

En Sicile, comme au Sahara, Mattei se déplace dans un hélicoptère Agusta-Bell AB.47J Ranger dont le matricule a été effacé. Il vole avec son capot moteur enlevé.

Sur l'aéroport de Milan-Linate (qui tient lieu d'aéroport de Catane), on aperçoit en arrière plan, de nombreux avions : un Douglas DC-8 d'Universal Airlines (quand Mattei part pour la Sicile), un autre DC-8 de la compagnie charter américaine Trans International Airlines. On aperçoit également un SE-210 Caravelle de Finnair, et même un Convair C-131 Samaritan de l'USAF. Peu avant son dernier vol, le jet de Mattei est garé non loin de ce qui ressemble fort à un monomoteur SIAI Marchetti S.205.




Christian Santoir

* Film rare
 
 
 
 
 
 
 
 
AFFMATT.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 11/01/2013 : 09:37
Last update : 04/07/2014 : 04:35
Category : - Films
Page read 3590 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!