By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Space Cowboys

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

SPACE COWBOYS
 




Année : 2000
Pays : Etats-Unis
Durée : 2 h 10 min.
Genre : Aventure
Couleur


Réalisateur : Clint EASTWOOD
Scénario : Ken KAUFMAN, Howard KLAUSNER

Acteurs principaux :
Clint EASTWOOD (Frank Corvin), Tommy LEE JONES (Hawk Hawkins), Donald SUTHERLAND (Jerry O'Neill), James GARNER (Tank Sullivan), James CROMWELL (Bob Gerson), Marcia Gay HARDEN (Sara Holland), William DEVANE (Eugene Davis), Loren DEAN (Ethan Glance).

Musique : Lennie NIEHAUS
Photographie : Jack N. GREEN
Producteurs : Clint EASTWOOD, Andrew LAZAR
Compagnies productrices : Clipsal Films, Mad Chance Malpaso Productions, Village Roadshow Pictures, Warner Bros. Pictures.

Avions :
-Boeing EB-50D, s/n 48-096
-Boeing Stearman B75N1, s/n 75-7016, N621SR
-Cessna 210F, N1871F,en arrière plan
-Lockheed T-33A, en arrière plan
-North American F-86F, s/n 52-5012., N186AM
-SOCATA Rallye Minerva MS.894A



Notre avis :

En 2000, Clint Eastwood avait 70 ans et réalisa un film où des seniors (mot actuel pour "vieux"…) prennent leur revanche et sauvent la planète d'un péril imminent. Le message est clair : les vieux ne sont pas uniquement bons pour la "ferraille" et on aurait tort de ne point les écouter. Dans certaines cultures, c'est évident, mais dans notre monde occidental, cela l'est beaucoup moins…. Quoiqu'il en soit, en 2012, Clint Eastwood n'est toujours pas à la retraite.

Le vieux satellite de communication russe, Ikon, est sur le point de rentrer sur Terre. Mais à la NASA, on a décidé de le capturer plutôt que de le laisser se disloquer dans l'atmosphère. Mais les ingénieurs n'arrivent pas à prendre ses commandes, tellement ses systèmes sont archaïques. Il n'y a que le Dr Frank Corvin, un ancien pilote et ingénieur de la NASA qui peut résoudre le problème. Il avait conçu un système de guidage qui avait été copié par les Soviétiques et qui équipe Ikon. C'est ainsi que Corvin retrouve le chef de projet, Bob Gerson, qui, 42 ans auparavant, avait fait remplacer trois astronautes, dont Corvin, par un chimpanzé, pour le premier vol vers la Lune…Corvin accepte la mission, à condition de choisir ses collaborateurs. Il fait ainsi appel à son ancienne équipe, le groupe "Daedalus", comprenant Jerry O Neil, un ingénieur, mais aussi un coureur de jupon invétéré, William "Hawk" Hawkins, un ancien pilote d'essai de l'USAF, devenu pilote agricole, et "Tank" Sullivan, un navigateur qui est devenu pasteur. Comme le temps presse, cette équipe devra aller chercher elle-même le satellite avec une navette spatiale, et pour cela, elle doit subir un entraînement accéléré. Mais la navette sera piloté par des militaires expérimentés. Lors d'une visite médicale, on découvre que Hawks a un cancer et qu'il n'a plus que huit mois à vivre environ. Sa maladie n'ayant pas d'impact sur sa mission, il est maintenu dans l'équipe. La mission comporte une deuxième navette avec un équipage plus jeune et mieux formé. Une fois dans l'espace, on s'aperçoit que le fameux satellite de communication était en fait armé de missiles nucléaires dirigés vers les USA, un souvenir de la guerre froide... Corver se rend également compte que le système de guidage avait été copié par le KGB à partir des documents détenus par Gerson. Il est alors décidé d'utiliser les fusées du satellite pour l'éloigner de l'orbite terrestre. Mais un des jeunes astronautes, en voulant suivre les ordres de Gerson visant à récupérer le satellite, endommage gravement la navette où sont embarqués Corver et ses hommes. Ceux-ci s'aperçoivent que le satellite ne pourra pas être stabilisé sur son orbite et que la seule solution pour l'éloigner de l'orbite terrestre est d'utiliser les fusées des missiles nucléaires. Mais il faudra qu'un homme reste à bord pour allumer les fusées, au bon moment. C'est Hawks qui se porte volontaire et dirige le satellite vers la Lune, sur laquelle on lui avait interdit d'atterrir autrefois. …Corvin parvient a rejoindre les basses couches de l'atmosphère; malgré une panne générale des ordinateurs de bord. Il atterrit à Cap Canaveral après que Jerry et Tank aient refusé de se parachuter, comme l'a fait l'équipage de l'autre navette. Plus tard, Corvin et sa femme, Barbara, regarde le ciel étoilé, où là haut, Hawks repose en paix, sur la Lune….


Ce film d'aventure, a un scénario hautement improbable (mais John Glenn a bien volé sur la navette, à plus de 77 ans), s'inspire de "L'étoffe des héros" (1983) comme d'"Armageddon" (1998). Ce n'est pas un chef d'œuvre, mais il attire néanmoins la sympathie. C'est une œuvre bien interprétée et réalisée de main de maître. Certes, il y est plus question d'espace et de navettes que d'avions, mais une navette spatiale n'est autre qu'un avion fusée, qui se transforme en planeur, pour atterrir, comme son lointain petit cousin allemand, le Messerschmitt Me 163 !


Les avions du film :

Ce film utilisa, en fait, qu'un seul avion, un Boeing Stearman rouge, avec lequel Hawk, au début du film, fait passer son baptême de l'air à un jeune homme, qui veut des loopings et des tonneaux, et il va être servi. Pour cette scène de voltige, c'est, Hartley Folstad, cité dans le générique, qui pilote le Stearman.  Elle a été filmée au-dessus du terrain d'Aqua Dulce (CA), et pas dans l'Utah, comme mentionné sur un bâtiment.

L'avion porte le matricule "N621SR", uniquement sur la dérive. Il s'agit du Stearman A75N1 / PT17 (c/n: 75-3092) construit en 1942. Livré à l'USAAF avec le serial s/n 41-25585, puis livré à l'US Navy, on n'a aucune information sur  l'avion pendant la guerre, comme après. Il réapparait seulement en 1964, avec le matricule "N62622", enregistré au nom de Watts Leasing Corp. de Woodland (CA). En 1978, il est au nom de Watts Agricultural Aviation Inc. de Woodland (CA), sans doute transformé en avion d'épandage agricole. Mais en 1982, il apparaît rénové dans sa configuration d'origine, comme un avion de l'US Navy, couleur argent (comme après avril 1942), avec une étoile américaine du temps de guerre, marqué "N2S-5" sur le gouvernail (cela aurait dû être "N2S-4") et doté d'un moteur Lycoming R-680… En novembre 1982, l'avion est vendu à Stearman Restoration Inc. de Cottage Grove (OR) et réimmatriculé "N621SR". le 15 novembre 1986, le Stearman s'écrase lors de l'approche du terrain municipal de Corona (CA), après avoir décollé de Chino. En 1993, il est toujours à Chino, entièrement restauré, peint en rouge avec les ailes et l'empennage en blanc. Il porte l'étoile américaine. En 1999, lors du tournage, il est tout rouge et passe pour un avion agricole, comme dans les années 70. En août 2006, c'est Mona L. Polson, d'Haslet (TX), la fille d'Hartley Folstad, qui l'acheta. Le Stearman était l'avion avec lequel elle fit son premier vol solo, à l'âge de 16 ans, en 1982. L'avion a été transformé depuis, avec un capot moteur, un cône d'hélice et des carénages de roues. Il est toujours en état de vol, peint en jaune .

Les autres avions sont vus au sol, en arrière plan.

Dans un hangar, où Gerson fait un discours devant la presse, on voit un Lockheed T-33A portant l'insigne du centre d'essais en vol d'Edwards, sous le cockpit. Son serial marqué sur la dérive est difficile à déchiffrer (52-999*,52-995*...). Un peu plus loin, un North American F-86F Sabre est plus facile à identifier. Il porte le buzz number "FU-012" et le serial52-5012. Ce chasseur fut livré à la force aérienne argentine où il reçut le code "C-127" affecté à la IV Brigada Aerea. C'est  Warbirds Unlimited qui le récupèra et le ramena aux Etats-Unis en 1989. En novembre 1989, il est immatriculé "N30CW" avec Western Wings Aircraft Sales d'Oakland (OR). Il vole avec le serial "25012". En avril 1990, c'est la société Cinema Air de Tom Friedkin à Carlsbad (CA) qui l'acquiert avec le matricule "N4TF". C'est en mars 1999, peu avant le tournage, que le musée Planes of Fames de Chino (CA) le rachète; l'avion est réimmatriculé "N186AM".

Sur le petit terrain d'Agua Dulce, on aperçoit, derrière le biplan de Hawks, un Socata Rallye Minerva MS.894A,  un Cessna 210F (N1871F, c/n 21058771) d'un pilote de l'Oregon et un Cessna 150 (N581 ?).

Au  musée de la base de March Field (CA) : Hawks se rappelle son bon vieux temps, en retrouvant un Lockheed SR-71A (c/n 2026, s/n 61-7975); en arrière plan, il y a : un Republic F-105 Thunderchief (s/n 57-5803), u McDonnell F-101B Voodoo (c/n 742, s/n 59-0418), un McDonnell Douglas F-4E Phantom II (c/n 3465, s/n 68-0382), un Grumman F-14 Tomcat (BuNo. 157990), un Douglas C-47, un Boeing B-17G (s/n 44-6393), entre autres...

On voit également un Lockheed T-33 faire un passage bas, en "1958", au-dessus de l'Air Force Test Center d'Edwards.

L'avion fusée, au début du film, reconstitué en images de synthèse, est le Bell X-2, construit à deux exemplaires, dont un fut effectivement détruit le 27 septembre 1956, entraînant la mort de son pilote, Milburn Apt, qui ne réussit pas à quitter sa capsule éjectable. Mais le Bell X-2 n'était pas biplace, comme dans le film, c'était un monoplace (et encore). Le pilote ne s'éjectait pas, comme sur un simple F-86, mais actionnait d'abord la commande de séparation de la pointe avant de l'appareil, puis, une fois qu'elle était stabilisée par un parachute, larguait la canopée et sautait. Le tableau de bord, filmé en gros plan pourrait être celui d'un X-2, mais certains instruments ne sont pas à leur place et il n'existait qu'un voyant de train (gear down), au lieu des deux (gear down et gear up) aperçus. L'avion décollant sous le ventre d'un Boeing EB-50D (le s/n 48-096, vu sur un extrait de film), donc le train rentré (roue avant, plus skis sous le fuselage et les ailes), le pilote ne pouvait que le sortir. L'équipe "Daedalus" est photographiée devant une maquette grandeur réelle, avec un cockpit tout noir et le faux serial "6055", alors que les deux seuls exemplaires du X-2 étaient : 6674 et 6675 (s/n 46-674 et 675)….

La navette "Daedalus" est également reconstituée sur ordinateur, en images 3D, ces images étant mélangées avec des vues de la vraie navette "Columbia", sur son pas de tir. La société WonderWorks fabriqua également une réplique de la navette.Le pilotage de cet avion fusée par les membres de Daedalus est des plus fantaisistes. Faire atterrir une navette spatiale, en manuel, sans ordinateur, est tout simplement impossible, puisqu'elle est équipée d'un système fly-by-wire, sans liens physiques entre le manche et les surfaces de contrôle. La navette n'a rien à voir avec un Stearman et elle est trop instable pour être piloté sans l'assistance des cinq ordinateurs de bord. Tous les atterrissages sont "dead stick" (sans moteur), ce fer à repasser atterrissant comme un planeur. Quand la navette Daedalus atterrit, elle est encadrée par deux Northrop T-38 Talon, vus de loin et qui sont peut être des images 3D.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr


Des liens utiles pour en savoir plus :
http://www2.warnerbros.com/spacecowboys/flash/index.html









 

Associated keywords

Creation date : 2006.09.27 : 17:19
Last update : 2012.01.26 : 07:21
Category : - Films
Page read 7092 times


Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!