Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

OI OURANOI EINAI DIKOI MAS
 (Le ciel est à nous)


Année : 1953
Pays : Grèce
Durée : 1 h 42 min
Genre : Drame
Noir et blanc

Réalisateur :Dinos DIMOPOULOS
Scénario : Dinos DIMOPOULOS

Acteurs principaux :
Antigoni VALAKOU (Spourgitaki), Aleka KATSELLI (Gianna Varlamou), Alekos ALEXANDRAKIS (Tonis Varentis), Labros KONSTADARAS (Thanos Varlamos)

Musique : Manos HATZIDAKIS
Photographie : Aristeidis KARYDIS-FUCHS
Sociétés Productrice : Finos Film
 
Avions :
-Supermarine Spitfire LF Mk.XVI serial RW380
-De Havilland DH.82 Tiger Moth (en arrière plan)



Notre avis :

Ce drame familial a un titre totalement trompeur qui rappelle un autre film français ("Le ciel est à vous"-1943), un vrai film d'aviation celui-là. "OI OURANOI EINAI DIKOI MAS" (i.e. Le ciel est à nous) était, en fait, le slogan figurant sur une affiche de propagande aérienne inspirée par une photo d'un certain lieutenant Stambouzos, grimpant dans son Spitfire. Cette grande affiche qui incitait les jeunes gens à s'engager dans l'armée, ornait toute la vitrine du centre d'information de la Force Aérienne hellénique, à Athènes, à l'angle des rues Amerikis et Panepistimiou. On voit le personnage principal du film la contempler un moment.

L'histoire commence dans un cimetière, où une jeune fille, Spourgitaki, est avec sa grand-mère, auprès d'une tombe supposée être celle de sa mère. Sa grand-mère lui explique comment, pendant la guerre, sa mère avait été arrêtée par les Allemands; on ne l'avait plus jamais revue depuis. Bientôt la grand-mère tombe malade et doit s'aliter. Sa fille n'a pas de travail et doit commettre des larcins pour nourrir l'aïeule. Alors qu'elle vient de voler un poulet et qu'on la poursuit, elle tombe par hasard sur Tonis, un officier de l’armée de l’air qui a des problèmes, car il vient d'être interdit de vol. Touché par la condition de la jeune femme, Tonis décide de s'occuper d’elle. Un soir, ils sont invités à une petite fête chez un ami de Tonis, Varlamos, un officier aviateur, comme lui. Chez eux, Spourgitaki a la surprise de trouver la poupée qui était la sienne quand elle était petite fille ! Mais cette poupée était celle de la fille de Mme Verlamos, disparue pendant la guerre... Ce fait l'intrigue beaucoup, de même que son mari, qui va s'intéresser de près à Spourgitaki, au point de rendre jaloux Tonis ! Spourgitaki est arrêtée pour avoir volé un pantalon dans une teinturerie, alors qu'elle voulait remplacer celui de Tonis, brûlé par un fer à repasser…. Tonis vient la sortir de prison. Il apprend peu après, qu'il est réintégré dans le personnel volant et qu'il part en Corée avec le corps expéditionnaire grec. De son côté, Mme Varlamos décide de rechercher Spourgitaki. Elle la retrouve chez elle, alors que la grand mère est mourante.… La grand-mère, la fille, et la petite fille sont enfin réunies, même si c'est pour un court et triste instant ! Plus tard, Tonis revient de Corée, mais il est blessé au bras. C'est donc à l'hôpital que Spourgitaki, accompagnée de ses parents retrouvés, peut enfin l'embrasser.


Malgré son titre, et bien que le principal personnage soit un pilote militaire, "Le ciel est à nous" n'est certes pas un film d'aviation. L'aviation dans tout cela est juste anecdotique et ne sert que de décor pour mieux attirer le public. …Tout le film est centré sur l'histoire de la pauvre Spourgitaki. Peut-être, le réalisateur a-t-il voulu saluer, ici, les aviateurs grecs qui venaient de participer à la guerre de Corée aux côtés des forces des Nations Unies, ou qui, quatre ans auparavant, avaient contribué à la victoire des forces royalistes contre les maquis communistes...


Les avions du film :

Le seul intérêt du film est de nous laisser apercevoir, rapidement, quelques avions de l'Elliniki Vassiliki Aeroporia (Force aérienne royale grecque), comme on disait à l'époque.

Ce film est le seul, à notre connaissance, qui montre un Spitfire grec. On voit Tonis atterrir avec un Spitfire LF (Low Flight) Mk.XVI (serial RW380, d'après le code "3-8-0", appelé par le contrôleur), un chasseur avec une aile adaptée aux basses altitudes, filmé (peut-être) sur l’aéroport de Dekelia. On voit également l'avion rouler au sol (à noter le sifflement des freins pneumatiques, à manœuvrer avec grande délicatesse, pour ne pas passer sur le nez…) avant de venir s'arrêter devant la caméra. L’avion porte le numéro «3», inscrit sur la dérive, comme un avion d’entrainement. On remarque sous chaque aile, trois rails de lancement de roquettes. Ces projectiles furent utilisés, pendant la guerre civile, contre les bunkers et les grottes dans les montagnes. Le Spitfire restera en service dans l'armée de l'air grecque, de 1947 à 1955.

Peu avant la scène où l'on voit le Spitfire, Tonis se promène, dans un parc à ferraille (que l'on retrouvera vers la fin du film) où gisent de nombreuses carcasses d'avions. La plupart constituaient l'ancien équipement de l'Armée de l'Air grecque, fourni principalement par l'Angleterre. Ainsi, on remarque de nombreuses épaves d'Airspeed Oxford, et celle d'un Avro Anson, des avions en service entre 1945 et 1958. Tony monte dans le cockpit d'un Curtiss SBC2-5 Helldiver, sans moteur, un appareil américain embarqué qui opéra à partir de bases terrestres, entre 1949 et 1953. Mais le manche avec volant que tient Tonis n'est pas celui d'un Helldiver, mais celui d'un Airspeed Oxford, dont le cockpit était plus large et donc, plus adapté pour les prises de vue.

Curtiss et Spitfire XVI furent fournis par les Américains et les Anglais au gouvernement grec, lors de la guerre civile (1946-1949), pour contrer la guérilla communiste. En Corée, la Grèce ne mit pas en ligne des avions de combat, mais seulement, sept Douglas C-47 du 13e Escadron de Transport.

Sur la base aérienne, on voit également, en arrière plan, plusieurs De Havilland DH.82 Tiger Moth, livrés après la guerre et encore en service en 1953.


Christian Santoir
.
*Film rare
 
 
OIOUPANOI.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 27/03/2013 : 11:20
Last update : 02/07/2014 : 21:16
Category : - Films
Page read 3078 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!