Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 GOLUBAYA STRELLA
Vo. Голубая сtрела
(La flèche bleue)




Année : 1958
Pays : URSS
Genre : espionnage
Durée : 1 h 34 min.
Couleur

Réalisateur : Leonid ESTRIN
Scénario : Vladimir ALEKSEYEV, Vladimir CHERNOSVITOV, B NOVIKOV (An

Acteurs principaux :
Andrei GONCHAROV (Karpenko), Vladimir VOLCHIK (Jansen), Ivan PEREVERSEV (Belsky), Nikolai MURAVYOV (Ostapchuk). Boris NOVIKOV (Angelica)

Musique : V. KIRPAN         
Photographie : Aleksandr PISHCHIKOV    
Compagnie productrice : Dovzhenko Film Studios

 
 
Avions :
-MiG-17 n° 48
-MiG-17PF
-Kamov Ka-15S  n° 14
-Mil Mi-4
-Lisunov Li-2


Notre avis :

De 1946 à 1956, dans le cadre de l'opération  SENSINT (Sensitive Intelligence),  les Etats-Unis n'ont eu cesse de se "promener" au-dessus de l'Union Soviétique et du bloc communiste pour évaluer ses forces et faire la cartographie de son dispositif militaire, dans la perspective d'une éventuelle guerre nucléaire. Les Boeing RB-47 décollant d'Europe ou d'Asie, s'enfoncèrent ainsi profondément à l'intérieur du territoire soviétique pour ramener de précieux renseignements. Mais cela n'alla pas toujours sans risque, les MiG-17 parvenant parfois à intercepter les intrus qui s'en tirèrent de justesse (Cf.  "Les missions aériennes d'espionnage pendant la guerre froide". In : Le Fana de l'Aviation n° 508 et 516- 2012). A partir de 1956, les RB-47 furent remplacés par des Martin RB-57 dont l'altitude "de travail" était bien plus élevée, ce qui les mettait à l'abri de la chasse adverse, du moins pour un temps…C'est dans un tel contexte qu'apparut en URSS, ce petit film qui s'inspire de cette situation et qui dénonce les ennemis de l'intérieur travaillant pour ceux de l'extérieur.


Le film "Golubaya strella" commence avec l'exposition de divers équipements d'espionnage et de sabotage, exposition organisée par les services secrets soviétiques pour des journalistes étrangers et retransmise ne direct par Radio Moscou. L'URSS a mis au point un dispositif innovant, installé sur un nouveau chasseur baptisé "Flèche bleue". Ce dispositif permet d''injecter dans le réacteur un nouveau carburant, augmentant sensiblement sa puissance, ce qui permet à l'avion de rattraper plus facilement les avions espions, et ainsi, de mieux les détruire. Le lieutenant mécanicien Dudnik participe aux essais. Un jour qu'il est à la plage, en Crimée, il essaie d'impressionner une jolie femme, en lui confiant qu'il doit participer à de prochains essais top secrets; il lui indique même la date et le lieu. Mais ce qu'il ne sait pas c'est que la jeune femme est un agent de renseignement étranger ! C'est le major Karpenko qui est chargé de l'essai de la "Flèche bleue". Alors qu'il gagne la haute atmosphère, il est abattu par un avion inconnu. Il parvient à se parachuter et il est rapidement récupéré par un sous-marin soviétique qui se trouvait là, à point nommé. Mais il remarque vite le comportement étrange de l'équipage, parmi lequel, on compte des hommes de l'ancien régime tsariste, dont un ex officier de la Garde impériale, un Estonien et un ancien grand propriétaire terrien. Il se rend compte qu'il est, en fait, prisonnier. Pendant ce temps, la disparition de Karpenko rend soucieux le KGB et l'état major de la Marine, qui s'efforcent d'identifier la source de la fuite d'informations; ils parviennent à arrêter l'espionne, ce qui vaut des graves ennuis à Dudnik.  Le commandant du sous-marin, Belsky, un Russe blanc, envoie un plongeur pour retirer l'équipement secret de l'épave de la "Flèche bleue". Mais, la Marine soviétique qui a pu déterminer le point de chute de l'appareil, intervient et grenade le sous-marin. Le plongeur; qui n'a pas eu le temps de rejoindre le submersible, est recueilli, inconscient, par deux gardes occupant un petit poste frontière, situé sur une île. Revenu à lui, le plongeur se fait passer pour Karpenko ce qui ne trompe les gardes qu'un court moment. C'est alors que le sous-marin fait surface devant l'ile et que Belsky exige qu'on lui remette "Karpenko". Les gardes ouvrent le feu, mais ils ne peuvent empêcher l'équipage de débarquer. L'équipement secret est récupéré, mais le plongeur est tué. Quand le sous-marin repart, Karpenko a réussi à convaincre le marin Ostapchuk, un ancien soldat de l'Armée rouge, à changer de camp. Avec son aide, il va essayer de s'emparer du submersible, après avoir envoyé un message à sa base. Peu après, la Marine cerne le bateau des espions et ils n'ont d'autre solution que de se rendre.


La scène du début du film préfigure un peu ce qui va se passer deux ans plus tard. Mais il ne s'agira plus là de morceaux de sous marin, mais plutôt des morceaux de l'avion d'un certain Gary Powers. …Ce film d'espionnage est  tout à fait classique et caractéristique de son époque. Il glorifie les valeureux aviateurs et marins de l'URSS, sans oublier les agents des services secrets qui finissent, comme il fallait s'y attendre, par mettre fin aux agissements d'une bande cosmopolite de vrais traîtres à la patrie, des vipères lubriques, des nervis stipendiés par les capitalistes qui ne méritent que le goulag !

Bien que ce film fasse une large part à la Marine et à la Flotte de la mer Noire (sous-marin classe Whiskey 3, patrouilleurs PCL type SO 1), il comporte, surtout, au début, quelques scènes aériennes et des vues d'une base aéronavale soviétique indéterminée (mais selon les images du film, ce pourrait être la base de Kacha, en Crimée, près de Sébastopol).


Les avions du film :

On ne sait de quel dispositif ultra secret dont veulent s'emparer les dissidents, et qui a la forme d'une petite bonbonne qui est peut être, en réalité, un élément du système d'oxygène… Il est situé derrière une trappe, au milieu du fuselage, marquée "
осмотр двигателя
" (inspection du moteur). La "Flèche bleue" est un MiG-17 (n° 48). Ce genre d'appareil cessera d'être fabriqué en URSS, en 1958, et il sera construit, sous licence, en Pologne. Il est abattu par un avion inconnu, ressemblant vaguement à un Northrop F-5 (premier vol en 1959). Plus tard, on voit d'autres MiG-17 dont les  n° 04, 16.

On peut également observer sur un parking, une douzaine de MiG-17PF, une version munie d'un radar Izumrud, dont les n° 23, 24, 20.

Deux quadrimoteurs (hydravions ?), ressemblant à rien de connu, tentent de venir au secours du sous-marin mais l'un d'eux est descendu par un MiG-17. Un officier se rend sur l'île avec un hélicoptère Kamov Ka-15S (n° 14) alors que trois Mil Mi-4 partent à la recherche de l'épave de la "Flèche bleue"….

Un peu plus tôt, deux transports Lisunov Li-2 larguent des plongeurs parachutistes.



Christian Santoir


*Film en vente sur www.ozon.ru

 
 
 
GOLUBAYASTRELLA.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 02/10/2013 : 17:50
Last update : 26/06/2014 : 03:46
Category : - Films
Page read 3215 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!