Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
THE AERODROME



Année : 1983
Pays : Grande-Bretagne
Durée : 1 h 31 min.
Genre : drame
Couleur

Réalisateur : Giles FOSTER
Scénario :Robin CHAPMAN, Rex WARNER

Acteurs principaux :
Vass ANDERSON (R.W.), Jill BENNETT  (Eustasia), Richard BRIERS (le Recteur), Peter CARLISLE (Oncle Ralph), Geoffrey CHATER (Dr. Faulkner), Peter FIRTH (Roy).

Producteur : Kenith TRODD
Musique : Carl DAVIS
Photographie : Kenneth MacMILLAN
Compagnie productrice : British Broadcasting Corporation (BBC)
 
Avions :
-De Havilland DH.115 Vampire T.11 c/n 15127, G-VTII
-Lockheed T-33A  s/n 51-8566, G-TJET
-Canadair T-33AN Silver Star Mk.3,  s/n 21261, G-JETT
-Gloster Meteor NF-14, s/n WS760
-Avro Vulcan B. Mk.2 s/n XJ821
-BAC TSR-2  s/n XR222 (dans un hangar)



Notre avis :

Ce drame, un peu surréaliste, est basé sur le roman du même nom de Rex Warner, paru en 1941. Ce livre fut écrit, en pleine guerre, alors que l'Allemagne nazie avait embrasé l'Europe. Les démocraties avaient mis beaucoup de temps à évaluer à sa juste valeur le nazisme et il était trop tard. Rappelons qu'en Angleterre, dans les années 30, le nazisme avait de nombreux sympathisants, notamment dans l'aristocratie. Le totalitarisme n'existait pas qu'en Allemagne, mais ce n'est qu'après la guerre, qu'on verra les ravages du stalinisme, un fascisme à la sauce communiste.


Dans un petit village typiquement anglais, une unité aérienne s'installe sur l'aéroport situé à proximité. Son commandant, un général, et ses officiers, sont de vrais fascistes et entendent gouverner le village et même l'église locale, où une femme est abattue pour s'être opposée à un discours antireligieux. De fortes tensions s'installent bientôt entre les aviateurs, des militaires arrogants et égocentriques, et les villageois. Un habitant du village, le jeune Roy, est déconcerté d'apprendre, le jour de ses vingt et un ans, qu'il n'est pas le fils du recteur du village, mais qu'il est un enfant adoptif. Son vrai père serait un assassin ! Cette découverte, liée à l'infidélité de sa compagne, ne sont pas sans avoir d'influence sur son choix de rejoindre le corps des aviateurs de l'aérodrome. Désireux de se construire une identité nouvelle, il est séduit par le dynamisme de cette unité, mais aussi par le cadre très strict qu'elle impose à ses recrues, rigueur qui contraste avec le laxisme moral qui règne dans le village. Il retrouve un père en la personne du général qui lui explique que le vie n'est qu'un bref passage sur terre et qu'il convient d'en faire un moment intense, en s'affranchissant de tout lien affectif superflu, comme la famille ou l'amitié. Cependant, Roy finira par être déçu, certains commandements le heurtant profondément. Tout finira bien et la démocratie sera rétablie dans le village, après la mort du général dans un accident d'avion.

Le scenario de ce téléfilm, comme le roman, est une allégorie du fascisme, ayant pour cadre une Angleterre non définie, ni dans le temps, ni dans l'espace. Si les habits des personnages et les voitures datent des années 30, les aviateurs sont équipés d'avions des années 50. Le fait de mettre en relation le fascisme avec des aviateurs, est une allusion claire à la Luftwaffe qui fut une création des nazis, sous la houlette du maréchal Goering, qui en fit une arme moderne, où la jeunesse allemande, avec ou sans carte du parti, rêvait de servir. Cette conjonction permet ainsi de trouver dans ce petit film totalement oublié, non seulement plusieurs séquences aériennes, mais, en plus, réalisées avec des jets !  Le tournage eut lieu également à l'Imperial War Museum de Duxford.


Les avions du film :

Comme indiqué dans le générique de fin, les avions et leurs pilotes ont été fournis par la société  "Aces High", basée alors à Fairoaks airport, près de Chobham (Surrey). Mais la piste "23", équipée pour l'atterrissage de nuit, sur laquelle atterrissent, au début du film, les jets; n'appartient pas au petit terrain de Fairoaks, ni à celui de Duxford.

Le premier avion aperçu, à l'atterrissage, est un De Havilland DH.115 Vampire T.11. On le voit plus tard, au sol, avec "Z-52" marqué sur le nez. Il est peint entièrement en noir. Il s'agissait du Vampire (c/n 15127, serial WZ507) qui fut un des premiers a être inscrit, en janvier 1980, sur le registre civil (G-VTII) après avoir été entièrement restauré par la Solway Aviation Society de Carlisle. Il appartenait alors à John Turnbull et Alexander Topen. Il avait été construit en 1952 et livré à la RAF en mars 1953. Puis, il fut affecté à diverses unités : en 1954, à la 229 Operation Conversion Unit de Chivenor, en 1959, à la 8 Flight Training School de Swinderby en 1961, à la 5 FTS d'Oakington en 1963, à la 3 / 4 Civil Anti-Aircraft Co-operation Unit d'Exeter en 1964, puis à la Central Air Traffic Control School de Shawbury. Il fut réformé en 1969 et exposé à l'aéroport de Carlisle. En 1985, il fut acquis par le Vintage Aircraft Team de Cranfield. Après une période de stockage et de restauration, en 2002, le "WZ507" fut remis en état de vol par De Havilland Aviation, à Swansea. Une association, le Vampire Preservation Group, fut créée en 2005, pour assurer son entretien et l'exhiber dans des meetings. En 2008, il reçut une nouvelle peinture et un nouveau réacteur en 2011.
    
Mais les avions que l'on voit le plus, au sol, ou au-dessus des nuages, sont deux Lockheed T-33. Certaines scènes ont été filmées de la place arrière des jets. Ils portent sur le nez les codes "Z-47", et "Z-86", mais sous leur livrée entièrement noire, il est difficile de les identifier.   
       
Quoiqu'il en soit, l'un d'eux était le Lockheed T-33A, immatriculé "G-TJET" (s/n 51-8566). Il avait d'abord appartenu à la force aérienne danoise (code DT-566) avant d'être acquis, en janvier 1982, par Aces High. En 1986, il fut inscrit au nom de l'aéroport d'Ipswich, puis en 1988, il fut acquis parle Vintage Aircraft Team de Cranfield en fit l'acquisition, avec la nouvelle immatriculation "G-NASA" attribuée, en 1991. Stocké à Bruntingthorpe (Leicestershire) en 1993, il fut rayé des registres anglais en 2001. Il aurait été exporté aux USA.

On remarque qu'un des deux T-33 est équipé de deux pylones d'emport de charges sous les ailes. Si on consulte les photos de ces avions, à l'époque, le "Z-47" pourrait donc être le G-TJET, qui était effectivement équipé de ces pylones, contrairement à l'autre T-33, qui serait donc le "Z-86"..

L'autre T-33 était un avion construit par Canadair, un T-33AN Silver Star Mk.3, livré à la RCAF (serial 21261). Réformé en 1954, il fut stocké jusqu'en 1972. En mai 1972, il fut acquis par Ormond Haydon-Baillie et immatriculé "CF-IHB". Il était déjà peint tout en noir et appelé "The black knight". En 1973, il fut exporté en Angleterre (G-OAHB), en 1974, et acquis en 1980, par Brotway Ltd.. En 1982, il est la propriété d'Anvil Aviation (Aircraft restoration) de Blakbushe, reimmatriculé "G-JETT", puis de Aces High en 1983. En janvier 1985, il est inscrit au nom de la société Patina Pty Ltd, domiciliée aux îles Caïmans. Exporté aux USA, en juillet 1985, il est acheté par le Combat Jet & Aerospace Museum, de Chino (CA). Immatriculé N33VC, il passe ensuite passe de mains en main : Pacific Investments Inc de Las Vegas (NV), en 1987, Grob Aviation Inc. de Wilmington (DE), en 1988. Il est exporté en Suisse, en avril 1988, mais il est mis en œuvre par la Old Flying Machine Co, de Duxford, en 1990. Acquis par le Golden Apple Trust  en 2002 et enregistré "G-TBRD", il reste basé à Duxford. En septembre 2006, il fut détruit au décollage.

Lors du discours du commandant, la nuit, devant les pilotes, on aperçoit entre les deux T-33 alignés, un Gloster Meteor NF-14, peint tout noir également. Il s'agissait du Meteor "WS760" affecté au 237th OCU (Operational Conversion Unit) en 1954, puis à la 1st ANS (Air Navigation School). En 1967, après avoir été reformé, il fut transféré sur la base de Brampton où il fut un temps, exposé. En août 1976, il fut vendu à Alexander Topen qui l'emmena à Duxford pour y être restauré. Il y était apparemment encore en 1983. Après une période de stockage à Yatesbury, alors qu'il appartenait au groupe Meteor Flight, il fut transféré en novembre 2006 au East Midlands Aeropark, où il est actuellement stocké démonté.

Le commandant monte à bord d'un Avro 698 Vulcan, qui n'était pas un avion de transport de passager, avec hublot près des sièges, comme on le voit dans le film…. Quant à l'escalier qu'il gravit, il ne mène que sur l'aile gauche ! En outre, le Vulcan n'est pas vu au décollage, mais à l'atterrissage, avec ses aérofreins sortis. …Il s'agit du Vulcan B. Mk.2  du musée de Duxford (serial XJ821). Il fut livré en mai 1961 au squadron 27 de la RAF basé à Scampton. Il servit dans plusieurs unités : squadrons 9 (Coningsby), 35 (Coningsby), 230 OCU (Finningley), squadrons 44 (Scampton), 101 (Waddington). Il fut acheminé à Duxford en mars 1982. Après avoir été exposé à l'extérieur, il est maintenant exposé dans un nouveau hangar.

L'intérieur n'appartient pas à un Avro Vulcan, mais plutôt à un avion de reconnaissance du genre de l'Avro Shackleton, dont un exemplaire est d'ailleurs préservé à Duxford..

On aperçoit dans un hangar, un BAC TSR-2  (serial XR222), un des deux survivants de ce projet de bombardier stratégique supersonique, abandonné en 1965.



Christian Santoir


* Film rare
 
 
 
AERODROME.jpg

 

Creation date : 01/02/2014 : 09:27
Last update : 12/04/2014 : 19:28
Category : - TVFilms
Page read 3044 times


Reactions to this article

Reaction #1 

by xelle 04/04/2014 : 13:09

Merci beaucoup pour cet article passionnant. Sauriez-vous a tout hasard où je pourrais me procurer une copie du film? 
Cordialement,
Christelle