Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

NEPODSUDEN




Année : 1969
Pays : URSS
Durée : 1 h 27 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Vladimir KRASNOPOLSKY, Valeriy USKOV
Scénario : Konstantin ISAEV, L. YUSHCHENKO (roman Komandir)

Acteurs principaux :
Oleg STRIZHENOV (commandant Egorov), Lyudmila MAKSAKOVA (Nadya), Leonid KURAVLYOV (Sorokin), Olga SOSHNIKOVA (Olya), Svetlana SVETLICHNAYA (Vika, l'hôtesse de l'air).

Photographie : Peter EMELYANOV
Musique : Leonid AFANASSIEV
Compagnie Productrice :  Studio "Mosfilm"
 
Avions :
-Yak-18
-Ilyushin Il-28U
-Tupolev Tu-104B c/n 8 2 03 04, CCCP-42412
-Tupolev Tu-104A c/n 9 66 014 02, CCCP-42372 (en arrière plan)
-PZL-Mielec 2  CCCP-05651
-Antonov An-2  CCCP-93486


Notre avis :

Ce petit film soviétique ne reflète en rien l'actualité agitée de l'époque avec, en Europe de l'est, l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'armée soviétique... C'est un psychodrame familial, si l'on peut dire, avec un triangle amoureux, une femme deux hommes, comme dans un vulgaire film petit bourgeois, tourné par des vipères lubriques capitalistes. Le titre pourrait se traduire par "privé de paternité", puisque l'histoire tourne autour d'un homme qui se sépare d'une femme qui est enceinte de lui, mais qui ne le lui a pas dit... Notre intérêt pour ce film réside dans le fait que le principal personnage est un commandant de bord de l'Aeroflot.


Le commandant Egorov de l'Aeroflot s'apprête à faire un long vol entre Novossibirsk et Moscou. Peu avant le décollage, il remarque la présence, au pied de la passerelle d'embarquement, de son ancienne petite amie, Nadya, accompagnée de son mari, Sorokin, un copain de régiment, et de leur fils, Sergei. Des images du passé lui reviennent alors à l'esprit. Il revoit ainsi, il y a plus de seize ans, l'accident d'avion dans lequel il avait été impliqué, quand il était militaire. Lors d'un vol d'entrainement à bord d'un bombardier, avec Sorokin comme opérateur radio, un moteur avait pris feu. Sorokin avait paniqué et sans attendre l'ordre d'évacuer, ni signaler l'incendie à ses camarades, il avait sauté immédiatement en parachute. Egorov, lui, était resté à bord et n'avait évacué qu'avec l'ordre de l'instructeur qui était mort dans le crash. Lors de l'enquête, Sorokin avait nié avoir sauté sans ordre et accusé, au contraire, son ami Egorov de l'avoir fait. Egorov est écœuré, d'autant qu'il n'a aucun moyen de prouver la duplicité de Sorokin. Son exaspération s'aggrave quand il s'aperçoit que son amie Nadya a tendance à croire Sorokin ! Dépité, Egorov la quitte. D'autres souvenirs lui reviennent, comme la rencontre avec son épouse, Olya, alors qu'il avait été affecté à une petite ligne desservant les kolkhozes. Plus tard, ayant l'esprit toujours occupé par Nadya, il l'avait retrouvé à Omsk, où elle remplissait la fonction de juge de paix. Chez elle, il avait fait la connaissance de son fils de cinq ans, Sergei, qui savait que son père n'était pas Sorokin. Le petit lui avait même montré une photo de son vrai père, cachée derrière un cadre; c'était la sienne, que Nadya avait gardée ! A l'escale de Sverdlovsk (Ekaterinbourg), Egorov se rapproche de son fils et il a, dans l'avion, une explication privée avec Sorokin qui accepte finalement de dire la vérité à Nadya qui se rend compte, avec amertume, de son erreur. A l'arrivée à Moscou, elle reste seule dans l'avion et attend Egorov, mais celui-ci ne sort pas du cockpit et elle finit pas s'en aller. Quand il descend enfin de l'avion, Egorov voit venir vers lui celui qu'il attendait depuis des années; son fils a enfin reconnu son vrai père….

On remarquera la scène où Egorov installe son fils, à sa place, dans le cockpit. On comprend que les pilotes de l'Aeroflot avaient l'habitude de prendre quelques libertés avec le règlement et pas seulement au cinéma. …Vingt cinq ans plus tard, rien n'avait changé, à l'évidence. Le 23 mars 1994, le vol 593 de l'Aeroflot s'écrasait (75 morts), alors que le fils du commandant de bord, un garçon de 15 ans, était aux commandes de l'Airbus A310 !


Les avions du film :

La plupart des avions ont été filmés au sol, vraisemblablement sur l'aéroport de Moscou-Domodedovo.

Egorov pilote un Yak-18, quand il salue Nadya. L'avion dans lequel il s'entraîne est un bombardier Ilyushin Il-28U "Mascot" (avec le numéro "5"), disposant d'un second poste de pilotage à l'avant et avec tout son armement retiré (premier vol le 18 mars 1950). L'instructeur occupait le poste situé dans le nez et l'élève, le cockpit habituel, comme montré dans le film. Les deux étaient en communication visuelle, grâce à un passage situé au milieu du tableau de bord du cockpit supérieur. La vue des pilotes vers l'arrière était très limitée et on peut comprendre que c'est le mitrailleur de queue qui devait s'apercevoir le premier qu'il y avait un moteur en feu. Sur l'Il-28U, le poste du mitrailleur était occupé par l'opérateur radio. On le voit évacuer l'avion par sa trappe d'accès, qui lui servait également de protection contre le souffle au moment de sauter. Les deux autres membres disposaient d'un siège éjectable.

Parmi les autres avions, on compte de nombreux Tupolev Tu-104. Celui que pilote Egorov est le Tu-104B immatriculé "CCCP-42412" (c/n 8 2 03 04), transféré à l'Aeroflot en Ouzbékistan, en décembre 1963, puis à Moscou-Domodedovo en mars 1966 où il a vraisemblablement été filmé. En avril 1971, il sera affecté aux lignes internationales, avant d'être transféré en Sibérie occidentale et basé à Novossibirsk, en février 1974. Il fera son dernier vol en décembre 1978 et sera rayé des effectifs en janvier 1979. Il devait être exposé à l'entrée de l'aéroport de Novossibirsk-Tolmatchëvo, mais il sera néanmoins ferraillé. La cabine et le cockpit ont été reconstitués en studio, avec plus ou moins d'exactitude. On remarque au niveau du galley central que les hublots (trois de chaque côté) sont situés pratiquement au plafond.

A "Novossibirsk" on voit un autre Tu-104A, le "CCCP-42372" (c/n 9 66 014 02) affecté à l'Aeroflot dans le secteur de la Sibérie occidentale en mars 1959. Il sera réformé en 1977.

Sur le tarmac de Moscou-Domodedovo, on aperçoit plusieurs autres Tu-104 :

-le Tu-104B "CCCP-42402" (c/n 8 2 01 04) affecté à ligne de la Sibérie occidentale en 1959, et retiré du service en 1977.
-le Tu-104A "CCCP-42365" (c/n 8 66 011 02), d'abord affecté en Sibérie orientale en 1958, puis en Sibérie occidentale en novembre 1967. En 1978, il était préservé dans le camp de pionniers "Yublileiny", près de Tomsk, où il servait de café et de salle de cinéma !
-le Tu-104B "CCCP-42415" (c/n 9 2 04 02), pris en charge par l'Aeroflot en Ouzbékistan, en 1959, puis en Ukraine, en décembre 1965. Il sera reformé en 1977.
-le Tu-104B "CCCP-42477" (c/n 0 2 13 05) fut affecté à Moscou-Vnoukovo en mai 1960, puis en Ukraine en 1973, avant d'être retiré du service en 1979.

Egorov commence sa carrière de pilote de l'Aeroflot en pilotant des Antonov An-2 pour ravitailler les kolkhozes. Parmi ces avions, on reconnait le "CCCP-05651", muni de skis, qui était un PZL-Mielec 2 (un Antonov construit sous licence en Pologne) et l'Antonov An-2 "CCCP-93486".     

Sur l'aéroport de Sverdlovsk (?), on voit plusieurs Ilyushin Il-18 sur un tarmac recouvert de neige.


Christian Santoir

 *Film rare
 
NEPOSUDEN.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 01/03/2014 : 08:23
Last update : 24/06/2014 : 00:55
Category : - Films
Page read 3229 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!