Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
SHONEN KOKUHEI
Vo.少年航空兵

(Jeunes aviateurs de la Marine)

 



Année : 1936
Pays : Japon
Genre : Drame
Durée : 1 h 38 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Yasushi SASAKI

Acteurs principaux : Toru HIROSE, Kuniko MIYAKE, Hideo HONGO, Chishu RYU

Compagnie productrice : Shochiku studio

 
Avions :
-Yokosho Marine Type 3 (K2Y2)
-Nakajima Marine Type 90-2-2 (E4N2) (en arrière plan)
-Mitsubishi Marine Type 13 (B1M2)
-Yokosho Marine Type 13 (K1Y2)
-Nakajima Marine Type 15 (E2N1)
-Ishikawajima R-2 , c/n 3, J-BEGB
-Mitsubishi Ki-1
-General Aircraft Monospar ST-4 Mk.II,, c/n 16, J-BBDA
-De Havilland D.H.80A Puss Moth  c/n 2128, J-BAWA
-Dornier Komet C , c/n 1003, J-BAMA
-Ishikawajima T-3, c/n 3, J-BBCA


Notre avis :

"Shonen kokuhei" est quelque peu un mystère. On ne trouve aucune information sur ce film, tourné avec l'aide de la Marine japonaise. La littérature sur le cinéma japonais de l'époque ne le mentionne pas. Il n'apparait pas, non plus, dans la filmographie du réalisateur, pas plus que dans celle des acteurs…Mais c'est un vrai film d'aviation qui rappelle certains films d'Hollywood de la même époque, qui faisaient de la propagande pour l'aviation militaire, alors qu'un conflit international, en Asie, comme en Europe, semblait malheureusement de plus en plus probable. Mais en 1936, au Japon, on était déjà en guerre depuis 1931 (invasion de la Mandchourie) et la seconde guerre sino-japonaise allait commencer en 1937….

Ce film rare fut édité, en 1995, en VHS, par Schochiku Home Video. Le scenario du film est extrêmement simple et tourne autour de deux jeunes garçons qui veulent devenir aviateurs et se présentent à l'examen d'entrée à l'académie de la Marine. L'un d'eux a raté l'examen final, et malgré sa demande d'avoir une autre chance, il est recalé. Il rejoint alors une compagnie aérienne où il est formé pour devenir mécanicien. L'autre jeune parvient à devenir un pilote de la Marine.

Coté avions, ce film est particulièrement riche et nous offre, entre autres, une sorte de journée "portes ouvertes", sur la base aéronavale de Kasumigaura. C'est sur cette base, située au NE de Tokyo, au bord du lac du même nom, que se déroulait, au début des années 30, un programme de formation au pilotage, s'adressant aux sous-officiers, comme à tout engagé de la Marine. Les élèves de ce programme furent appelés Soh-Ju Renshu Sei ou Sohren, pour faire plus court. En 1928, un autre programme de formation de sous-officiers pilotes, recrutant directement parmi la population civile, avait été créé. Appelé Hiko Yoka Renshu Sei ou Yokaren, il commença en juin 1930, à Yokosuka. Il devait déménager à Kasumigaura en 1939.

Comme dans tous ces films de propagande visant à favoriser le recrutement, on nous montre tout le cursus des cadets, dans tous ses détails, depuis la visite médicale d'aptitude jusqu'au premier vol. La vie quotidienne de l'élève qui commençait à 6 heures et finissait à 22 heures, est également détaillée. On visite aussi les locaux où vivent les élèves, notamment un grand réfectoire qui se transforme, la nuit, en dortoir, des hamacs étant suspendus à des poutres, après que l'on ait enlevé les tables et les bancs. L'initiation au vol se fait, au sol, avec des Link-trainers, ce qui permettait de tester les aptitudes des élèves et d'éliminer les éléments les moins aptes, avant d'accéder à un vrai cockpit.



Les avions du film :

L'avion d'entrainement de base que pilote le principal personnage du film est un Yokosho Marine Type 3 (K2Y2), portant le code "-469" (KA-469), appartenant au kokutai de Kasumigaura. Cet vieil appareil, dérivé de l'Avro 504K, était au début de la guerre, l'avion d'entraînement de base standard. Il est de couleur argent, avec un gouvernail rouge, son code étant peint sur le fuselage et sur les ailes. On en voit d'autres de la même base, dont les KA-451, 455, 470…Le K2Y2 codé "-601" (YO-601) appartient, par contre, à une unité de l'arsenal de Yokosuka. On constate que le Type 3 pouvait effectuer des figures de voltige élémentaires. L'élève était habituellement en place arrière, lors de la formation initiale. Vers la fin du film, dans un K2Y2, on voit un cadet porter l'insigne d'aviateur de 1° classe (deux silhouettes d'avions croisées, surmontées par une fleur de cerisier, dans un cercle) sur la manche gauche.

Mais le film nous montre bien d'autres appareils de la Marine japonaise, en 1936. Dans un hangar, on aperçoit un hydravion de reconnaissance Nakajima Marine Type 90-2-2 (E4N2). Cet avion était en fait un Vought O2U Corsair, construit par Nakajima, qui y avait apporté quelques changements mineurs. A côté, se trouve une rangée de moteurs en étoile qui ressemblent au Nakajima Kotobuki 1/2 qui propulsait cet appareil.

Deux hydravions sont tirés de l'eau à Kasumigaura. Celui en arrière plan, qui est encore dans l'eau, est un Yokosho Marine Type 90 (K4Y1). Celui que tirent au sec les marins est un Yokosho Marine Type 13 (K1Y2).

Devant un grand hangar (peut être destiné à un dirigeable), trois avions d'entraînement Yokosuka Marine Type 93 (K5Y) "Akatombo" (libellule rouge) sont filmés au décollage. On en voit d'autres, plus tard, dont le "-759" (KA-759), ainsi que toute une rangée en train de démarrer leurs moteurs. Cet avion, baptisé "Willow" par les alliés, sera en service pendant toute la guerre. On peut également apercevoir sa version à flotteurs (K5Y2), appelé "Getabaki Akatombo" (libellule avec savates…), devant les K5Y "-841, 842" (KA-841, 842).

Des monoplans à aile haute Mitsubishi Marine Type 90 (K3M2), dont les "-612, 617", sont alignés comme à la parade. Dénommé "Pine" par les alliés, pendant la guerre, cet avion d'entraînement était également en service dans l'Armée. Il servait, entre autres, à l'entrainement des mitrailleurs, grâce à une tourelle installée sur le fuselage.

Des armuriers sont en train de fixer des bombes sous un Mitsubishi Marine Type 13 (B1M2), un bombardier biplan embarqué qui resta en service jusqu'en 1938.

Toujours à Kasumigaura, on a une vue plongeante sur une vingtaine d'hydravions. Les quatre à gauche sont des hydravions de reconnaissance Yokosho Marine Type 14 (E1Y2), dont le "-166, 167". Sur la droite, il y a un Yokosho K5Y2, en premier plan, puis un hydravion de reconnaissance Nakajima Marine Type 15 (E2N1) codé "-164", un Yokosho K1Y2. Les autres hydravions, en arrière plan, semblent être des Yokosho Marine Type 90 (K4Y1).

En plus de ces avions de la Marine du kokutai de Kasumigaura, le film présente des avions civils non moins intéressants. Ils appartiennent tous au grand quotidien japonais "Asahi Shimbun" dont ils portent le logo, sur le fuselage (un drapeau ressemblant un peu à celui de la Marine). Asahi Shimbun disposait de la flotte aérienne la plus importante au monde, pour un journal, destinée, entre autres, à transporter rapidement ses reporters au quatre coins du pays, mais aussi à ramener les pellicules photos aux laboratoires. Le quotidien était également impliqué dans le développement de l'aviation civile, notamment en sponsorisant des records de distance (Japon-USA, Japon-Europe) ou en offrant des prix.

Le premier avion civil aperçu est un biplan Ishikawajima R-2 (J-BEGB, c/n 3) qui appartenait depuis 1934, à la Ligue aérienne Nippone, une école de pilotage civile, entre autres. Il n'y eut que deux exemplaires de construits, l'Armée lui ayant préféré comme avion d'entrainement, le Mitsubishi Ki-1 (Hanriot HD-14). Il est garé devant le grand hangar d'Asahi Shimbun, au toit en demi rond, où est parqué un Ishikawajima T-3, pendant que des mécaniciens s'affairent sur un General Aircraft Monospar ST-4 Mk.II, le seul avion de ce type acquis par Asahi Shimbun en 1933 (J-BBDA, c/n 16, n° de flotte 109) et le seul immatriculé au Japon. Il servait aux liaisons du journal entre le Japon et la Mandchourie. Ses moteurs Pobjoy ont été démontés.

Après cette scène, on voit atterrir un De Havilland D.H.80A Puss Moth (J-BAWA c/n 2128) acheté par Asahi, en mars 1931. Il était baptisé "Ruri" (Gobe mouche). C'était un des quatre Puss Moth de la société et il portait le n° 105 dans la flotte. Il s'arrête devant un grand hangar en béton de l'aéroport d'Haneda. Sur son fronton est écrit : "Asahi Shimbunsha Kakunoko" (hangar d'Asahi Shimbun). En avril 1931, il fut exploité par une compagnie aérienne financée par le journal, la Tozai Teiki Koku-Kai, fondée en 1923, et assurant les lignes intérieures du pays. Mais le 15 juillet 1931, il s'abimait dans la mer du Japon, alors qu'il effectuait une mission photographique. Ce qui pose problème pour un film tourné cinq ans plus tard….

Quand il est poussé par les mécaniciens, on remarquera qu'il passe à côté d'un Mignet "Pou du Ciel" que l'on voit même en vol, filmé du sol (on voit également, en arrière plan, la tour équipée d'un projecteur, qui surmontait le terminal de l'aéroport d'Haneda, avant guerre). Deux appareils de ce type furent importés et l'un d'eux vola pour la première fois, à Haneda, le 10 février 1936. Il fut ensuite produit sous licence par la firme Nippi et dénommé Nippi NH-1 Hibari. Asahi Shimbun en acheta deux, dont on voit peut être un exemplaire.

Ceci ramène au "J-BAWA", qui existait donc encore en 1936, puisqu'il n'y avait pas de Pou du Ciel, au Japon en 1931, ce petit avion n'ayant fait son premier vol, en France, qu'en 1933.  Sur une photo (non datée), parue dans la revue Flight du 26 avril 1934, on voit, alignés, les quatre DH.80 d'"Osaka Asahi". Or si le J-BAWA avait disparu en juillet 1931, il n'aurait pu être photographié avec deux avions achetés au début de 1932 (J-BBAA et BBBA), dont l'un, le J-BBAA, sera détruit en septembre 1932, ce qui situe la date de la photo entre ces deux dates …Le J-BAWA aurait donc été récupéré (comme son pilote) et réparé.

Peu après, on voit un autre avion d'Asahi Shimbun, un Dornier Komet C (J-BAMA, c/n 1003). Il portait le numéro de flotte 102. C'était un des trois Dornier qui appartenaient au journal. Ce Dornier avait été importé par Kawasaki en 1924, pour l'armée. Transformé en transport de passagers, il fut vendu avec deux autres exemplaires, à Asahi Shimbun, en 1926. D'abord immatriculé J-COHJ, il reçut le nouveau matricule "J-BAMA", en 1927. Au moment du tournage, cet appareil ne volait plus et était exposé à Haneda, comme on le voit, en ligne de vol et entouré d'une barrière.

C'est un grand biplan Ishikawajima T-3 (J-BBCA, c/n 3) qui atterrit en pleine campagne, où il se fait admirer par les paysans accourus. L'Isikawajima T-3 était le prototype d'un avion de reconnaissance destiné à l'Armée. N'ayant pu remporter le contrat, il fut vendu en 1932 à Asahi, comme avion de liaison. L'inscription sur le fuselage indique qu'il porte le numéro de flotte "58". Il resta en service jusqu'en 1939.




Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.co.jp
 
 
ShonenKokuhei.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 25/07/2014 : 07:35
Last update : 25/07/2014 : 09:14
Category : - Films
Page read 3357 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!