Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 

NEVEROYATNYE PRIKLYUCHENIYA ITALYANTSEV V ROSSII
(Les aventures incroyables d'Italiens en Russie)

Vo. НЕВЕРОЯТНЫЕ ПРИКЛЮЧЕНИЯ ИТАЛЬЯНЦЕВ В РОССИИ





Année : 1974
Pays ; URSS/Italie
Genre : comédie
Durée : 1h 30 min.
Couleur

Réalisateur : Franco PROSPERI et Eldar RYAZANOV
Scénario : Emile BRAGINSKY, F. KASTELLANO, D. PIPOLO, E. RYAZANOV

Acteurs principaux :
Andrei MIRONOV (Andrey Vasiliev), Ninetto DAVOLI  (Giuseppe), Antonia SANTILLI (Olga),  Alighiero NOSCHESE  (Antonio Lo Mazzo), Tano CIMAROSA (Rosario Agrò), Olga AROSEVA (La mère d'Andrey).

Musique : Carlo RUSTICHELLI
Photographie : Mikhail BITS, Gábor POGANY   
Compagnies productrices : Dino de Laurentiis Cinematografica, Mosfilm, Produzioni Cinematografiche Inter. Ma.Co.
 
Avions :
-Tupolev Tu-134A c/n 6350105, CCCP-65608
-Ilyushin Il-62  s/n 80 0404, CCCP-86679


Notre avis :

Le réalisateur, Eldar Riazanov, était connu, à l'époque, pour ses comédies qui étaient des satires de la vie quotidienne des Soviétiques. Dans cette coproduction italo-soviétique, il s'inspire de plusieurs films d'aventures ou de gangsters, produits en Occident. Ainsi, le scenario est très proche de celui d'"Un monde fou, fou, fou" (1963) de Stanley Kreimer. Le titre italien du film est d'ailleurs : "Una matta, matta, matta corsa en Russie" (Une course folle, folle, folle, en Russie)….

Dans un hôpital de Rome, une émigrée russe de 93 ans se meurt. Juste avant de trépasser, elle confie à sa petite fille Olga, que son immense fortune a été cachée, pendant la Révolution, à Leningrad, sous "un lion"… Cette confession a été entendue par un médecin, deux infirmiers, Antonio et Giuseppe, un patient à la jambe cassée et même un mafioso, Rosario Agro, qui venait rendre visite à sa femme enceinte. Peu après, tout ce petit monde se retrouve, comme par hasard, dans le même avion qu'Olga, qui part à Moscou, pour aller à la recherche de son trésor ! Pendant le vol, la mafioso essaie de faire disparaître le passeport du docteur dans les toilettes, mais celui-ci se retrouve collé contre les hublots; en voulant le faire disparaitre, il brise un hublot et provoque une décompression forçant le pilote à atterrir d'urgence sur l'autoroute de Minsk. A Moscou, le docteur est refoulé vers l'Italie. Il s'avère qu'Antonio est le millionième touriste italien venu en URSS. Il est accueilli par un guide, Andrew, qui se propose de le piloter dans la ville avec Giuseppe. Olga leur fausse compagnie en volant une voiture. Les infirmiers prennent alors le train pour se rendre à Leningrad. Ils avouent à Andrew qu'ils sont venus chercher un trésor. Après plusieurs péripéties, Andrew et les infirmiers réussissent à rejoindre Olga. Ils décident de chercher ensemble le trésor, car Olga a besoin d'eux pour le déterrer. Mais sa localisation est très vague;  il y a beaucoup de statues de lions à Leningrad. Leurs premières recherches sont infructueuses. Olga révèle alors que le lion doit se trouver près d'une fontaine. Cette description correspond à celle d'un zoo. Entretemps, Olga, qui est tombée amoureuse d'Andrew, apprend par sa mère, qu'il est un officier de la milice ! Après avoir enfermé Andrew dans une chambre d'hôtel, elle se précipite au zoo où les infirmiers sont déjà au travail, avec Agro qui les a rejoint. Ils découvrent enfin le trésor, mais le lion les poursuit. En essayant de lui échapper dans une barque, sur la Neva, le coffre tombe à l'eau. Andrew le repêche, mais quand ils se retrouvent sur le quai, la police survient ! Les Italiens fuient, mais Andrew leur signale qu'en tant qu'inventeurs, ils ont droit à 25 % du magot ! Peu après, à l'aéroport, les Italiens et Olga disent adieu à Andrew, mais quand l'avion va partir, Olga saute sur la passerelle qui s'éloigne, pour le rejoindre.


Cette comédie est pleine d'invraisemblances, avec de nombreuses cascades. Pour ce qui est du domaine aéronautique, on notera qu'une décompression de la cabine ne provoque pas de phénomène d'apesanteur (une scène qui existait déjà dans le film soviétique "Russkiy suvenir" -1960); Agro ne serait pas resté coincé dans le hublot, mais, sans ceinture, il aurait été happé tout entier vers l'extérieur; les toilettes d'un jet, même soviétique, n'étaient pas comme celles d'un wagon de chemin de fer d'autrefois, et comportaient un réservoir pressurisé, vidé à chaque escale; un atterrissage d'urgence se fait sur un terrain de détournement et non sur la première autoroute venue….

Notre intérêt pour cette comédie consiste en une seule scène, filmée avec un avion de l'Aeroflot, sur l'aéroport d'Oulianovsk, où la piste a été repeinte avec des bandes blanches pour figurer les voies d'une autoroute. On voit ainsi l'avion faire un passage très bas, avant de se poser au milieu des voitures. Cette scène rappelle, naturellement, le film d'Henri Verneuil, "Le clan des Siciliens".


Les avions du film :

Les Italiens embarquent à bord d'un Tupolev Tu-134A "CCCP-65608" (c/n 6350105), sur lequel, on a très peu d'informations. Construit en 1966, cet appareil de l'Aeroflot resta vraisemblablement en service jusqu'en 1991, date à laquelle son matricule est attribué à un autre Tupolev Tu-134, de la compagnie est-allemande Interflug.

Il a été filmé en l'air, en approche, mais aussi du sol, quand on le voit faire un passage à basse altitude, sans volet. Puis il sort son train et atterrit sur l'"autoroute", tout sorti. Mais pour que les voitures puissent passer sous l'avion, le pilote dut rentrer les volets et le grand aérofrein, déployé sous le fuselage. Certains plans ont néanmoins été réalisés, au montage. Des scènes ont été tournées dans la vraie cabine (comportant 4 sièges de front seulement) ainsi que dans le vrai cockpit (en vol, semblerait-il) où on note la présence des ventilateurs, chers aux cockpits soviétiques.

Les adieux se font sur l'aéroport de Moscou-Sheremetyevo. Les Italiens embarquent à bord d'un Ilyushin Il-62 "CCCP-86679 (s/n 80 0404). Construit en 1968, cet avion de l'Aeroflot sera transféré en Ouzbékistan en mars 1978. Son sort ultérieur est inconnu.

Quand le docteur essaie de revenir à Moscou, on aperçoit en arrière plan, un Douglas DC-8 d'Alitalia, garé à côté d'un Ilyushin Il-18.


Christian Santoir

* Film à voir sur YouTube
NEVEROYATNYE.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 06/09/2014 : 09:32
Last update : 06/09/2014 : 09:32
Category : Movies files - Films
Page read 3973 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!