Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

Katharine HEPBURN
Un amour d’aviateur
(1907-†2003)

KATHARINEHEPBURN3.jpgKatharine HEPBURN monte dans un Stearman, en 1933, pour la promotion du film « Le phalène d'argent». Dans ce film, elle campe le personnage de lady Cynthia Darington une aviatrice anglaise accumulant les records et menant une vie très libre. Elle conduit sa Bugatti à un train d’enfer, se comporte comme un homme, s’habille comme un homme, et en plus, se vante d’être vierge en public ! Un comportement hautement scandaleux il y a 70 ans. Sa liberté est fortement aliénée quand elle tombe amoureuse d’un homme marié, membre du parlement, sir Christopher Strong. Ce pauvre homme succombe à son charme quand, à l’occasion d’un bal masqué, elle troque son pantalon de cheval et son blouson de cuir pour un déguisement de papillon de nuit, un époustouflant fourreau en lamé qui met en valeur ses formes androgynes. Cette apparition donne le titre français du film : « Le phalène d’argent » qui n’a rien à voir avec les productions de la société Caudron-Renault… Mais l’histoire finit mal ; après avoir effectué un tour du monde victorieux, elle tombe enceinte et elle se suicide pour sauver la carrière politique de son amant, lors d’une tentative de record d’altitude. La morale est sauve.

Ce film féministe, le deuxième de Katharine, est dirigé par Dorothy Azner, une des rares réalisatrices d’Hollywood à l’époque. Il fournit à Katharine HEPBURN un de ses premiers grands rôles, et un rôle taillé sur mesure avec lequel elle commença à façonner son image de la femme moderne décidée à secouer le joug du mâle. Lady Darington c’est Katharine HEPBURN. Grande, anguleuse, avec des allures masculines, Katharine faisait inévitablement penser à Amelia Earhardt qu’elle admirait beaucoup et qui, un an auparavant, avait traversé l’Atlantique en solitaire. Quatre ans plus tard, Amelia disparaîtra dans une tentative de tour du monde.
« Christopher Strong » était donc en quelque sorte un film prophétique. En outre, il utilisait des actualités filmées montrant le départ de la tragique Dole Race (août 1927), San Francisco-Honolulu : dix morts, dont une femme, miss Doran, tous disparus dans le Pacifique, comme Amelia.KATHARINEHEPBURN1.jpg

En 1935, Katharine HEPBURN rencontre Howard HUGHES. Les deux personnages se comprennent tout de suite car ils ont beaucoup de points communs. Ces deux solitaires nés sont des égocentristes, doués d’un courage et d’une volonté farouches. Ils partagent les mêmes goûts : les voitures, les avions, le golf. Ils méprisent les conventions sociales et ont en horreur de se montrer en public. Avec HUGHES, Katharine peut s’isoler du monde extérieur et elle s’installe chez lui. Il lui apprendra à piloter et la fera voler sous le pont de la 59th rue, à New York. Le film
« L’aviateur » (2004), où son rôle est joué par Cate Blanchett, fait une grande place à sa liaison avec Howard HUGHES. Mais ce film « politiquement » correct ne mentionne pas qu’il s’agissait d’un ménage à trois ; Katharine savait-elle qu’elle partageait Howard Hughes avec son ami Cary GRANT ? Pendant les trois ans de sa cohabitation avec le playboy milliardaire, elle dut aussi le partager avec Corinne GRIFFITH, Ginger ROGERS, Bette DAVIS, Fay WRAY, plus une ou deux riches héritières, et encore quelques autres ! Malgré sa grande largesse d’esprit, son amour pour HUGHES finit par s’effilocher. HUGHES ne fut qu’une passade à coté de sa liaison ultérieure avec Spencer TRACY qui dura 26 ans !

Katharine HEPBURN poursuivit une brillante carrière, une des plus longues du cinéma américain, et tout le monde se rappelle, entre autres, d’«African Queen » (1952) où elle donne la réplique à Humphrey BOGART. En 1957, on la retrouve de nouveau en femme pilote aux cotés de Bob HOPE, dans une comédie de série B, le film le plus obscur de sa carrière « The Iron petticoat » (Whisky, vodka et jupon de fer). Elle y apparaît dans le rôle d’une pilote russe qui fait défection, non pour des raisons politiques, mais parce qu’en URSS elle est victime de discrimination sexuelle. Toujours le féminisme !


Christian Santoir


Photos : coll auteur


Creation date : 29/11/2006 : 17:05
Last update : 17/10/2010 : 12:48
Category : - Biographies
Page read 5390 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!