Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

SEULS LES ANGES ONT DES AILES
Vo. Only Angels Have Wings




Année : 1939
Pays : USA
Durée : 2 h 01 min.
Genre: Drame
Noir et blanc

Réalisateur : Howard HAWKS
Scénario : Jules FURTHMAN
Histoire originale : Howard HAWKS

Acteurs principaux : Cary GRANT (Geoff Carter), Jean ARTHUR (Bonnie Lee), Richard BARTHELMESS (Bat MacPherson), Rita HAYWORTH (Judith 'Judy' MacPherson), Thomas MITCHELL (Kid Dabb), Noah BEERY Jr. (Joe Souther), Allyn JOSLYN (Les Peters), Sig RUMAN (John 'Dutchy' Van Reiter), Victor Kilian SPARKS (le radio)

Photo : Joseph WALKER
Prise de vues aériennes : Elmer DYER
Conseiller technique, chef pilote :
Paul MANTZ
Musique : Dimitri TIOMKIN
Production : Howard HAWKS
Distribution : Columbia pictures

Avions :
-Hamilton "Metalplane" H-47
-Travel Air 6000-B
-Boeing 40-C
-Ford Trimotor 4 ATB c/n 35, NC7121


Notre avis :

Le producteur, réalisateur et scénariste Howard HAWKS avait écrit une nouvelle intitulée « Plane 4 from Barranca » en 1938, puis il la confia à Jules FURTHMAN pour écrire un script. Le film d’abord appelé « Pilot number 4 » rappelle quelque peu les autres films d’aviation tournés antérieurement par HAWKS ,
« Dawn patrol » (1930), «Ceiling zero» (1936), et se situe dans la même veine que d’autres films comme «Airmail» (1932) de John Ford, « Night flight » (1933), « Flight from glory » (1937), « The legion of lost flyers » (1939), qui sont tous des films sur les débuts de la poste aérienne. L’histoire de "SEULS LES ANGES ONT DES AILES" porte la marque de HAWKS ; un groupe d’hommes isolés, faisant face à l’adversité avec fatalisme ; la femme n’a aucune place dans un tel milieu si ce n’est que comme élément perturbateur, déstabilisant. Ce fut le thème de «Dawn patrol» (1930), ce sera celui d’ «Air Force» (1943).

Les principaux acteurs de ce film étaient tous plus ou moins des habitués des films d’aviation. L’ancien acteur du cinéma muet Richard BARTHELMESS qui jouait déjà dans
«Dawn patrol», fait ici son retour à l’écran, dans son quatrième et dernier film d’aviation, tout comme Cary GRANT. Jean ARTHUR avait joué en 1927 dans «Flying luck » et, en 1930, avait fait l’espionne dans «Young eagles» de William WELLMAN. Même la jeune Rita HAYWORTH qui fait une apparition remarquée aux cotés de Cary GRANT, avait tourné en 1937 dans «Criminals of the air».

Tout commence à Barranca, un port bananier d’Amérique du sud, où Geoff Carter dirige d’une main de fer une petite compagnie aérienne chargée d’acheminer le courrier dans l’arrière-pays. Les pilotes aux commandes d’avions peu performants, bravent de multiples dangers : pics enneigés, tornades tropicales, brouillards... Ca passe ou ça casse ! Seuls les anges ont des ailes, n’est ce pas ? (cette phrase n’est d’ailleurs jamais prononcée dans le film). Un des pilotes, Joe, se tue après avoir fait connaissance de Bonnie, une chanteuse de music-hall tout juste débarquée. Bonnie jette alors son dévolu sur Carter mais celui-ci la rejette. Le remplaçant de Joe qui débarque au bras de Judy qui se trouve être l’ancienne petite amie de Geoff, est un pilote qui a autrefois abandonné son mécanicien dans un avion en flammes. Geoff lui confie alors les missions les plus dangereuses, pour qu’il se rachète. Bonnie réussira à se faire une petite place dans ce monde d’hommes qui jouent avec la mort. Elle finira même par apprivoiser Geoff Carter qui lui fera comprendre qu’elle peut rester.

HAWKS confiera que tous les faits et personnages étaient authentiques, de même que l’endroit. On peut effectivement penser que «Barranca» n’est autre que Baranquilla, un des ports les plus importants de Colombie et la plaque tournante du transport aérien colombien, au début des années trente. Quant à la véracité des faits, elle est probable. L’Amérique latine recevait alors toutes sortes de pilotes étrangers venus chercher fortune, ou se faire oublier... Geoff avec son blouson de cuir sur lequel est peinte une tête d’indien, a tout l’air d’être un ancien de l’escadrille Lafayette. Peut-être HAWKS s’est-il inspiré d’Herbert Boy, un pilote allemand qui avait fait la Grande Guerre et qui fut chef pilote de la SCADTA (Sociedad Colombo-Alemana De Transportes Aereos) en 1924. Cette compagnie développa à partir de Baranquilla, les lignes aériennes colombiennes et les liaisons avec les pays voisins. «Dutchy», l’aubergiste hollandais propriétaire de la petite compagnie, est-il là pour évoquer, de façon détournée (« dutchy » veut également dire "allemand", aux USA), la présence allemande ? Idem pour les avions qui portent de faux matricules français, F-LTM, F-THD, F-AOD....Est ce pour rappeler que les Français furent aussi des précurseurs en Colombie. La CCNA (Compania Colombiana de Navegacion Aérea) avait en 1919 acheté des Farman et fait venir trois pilotes français, vétérans de la Grande Guerre, dont René Bazin.

La plupart des scènes furent tournées en studio et dans la taverne du Hollandais qui sert de PC à la compagnie aérienne. HAWKS a recréé en vase clos une ambiance latino-tropicale, plus vraie que nature, avec belles chicas, guitaristes à la voie veloutée et danses typiques, le tout baignant dans une humidité et une moiteur permanente. A part la scène de l’atterrissage sur un plateau, la mesa de St George dans l’Utah, et une vrille effectuée par un Ford trimoteur, tout a été reconstitué avec des maquettes ; tempêtes, pics andins, terrains détrempés, port bananier, crashs…. C’est sans doute un peu trop et le talent de HAWKS consiste justement à nous faire oublier ces décors de théâtre. Quoiqu’il en soit, "SEULS LES ANGES ONT DES AILES" fut bien accueilli par le public, comme par la critique, ce qui est rare. C’est un grand classique du film d’aviation et un grand classique, tout court.


Les avions du film :

Au début du film, un Hamilton "Metalplane" H-47 décolle dans des flaques d’eau d’une piste mouillée reconstituée en studio; ce type d’appareil servait pour le transport du courrier aux États-Unis, mais fut rarement employé en Amérique du Sud. Il est construit en tôle ondulée (d’où son nom) comme les Junkers F.13 de la SCADTA qui eux, étaient munis de flotteurs.

Le Lockheed Vega 5B «Honeymoon Express» de
Paul MANTZ fut accidenté lors de la scène de l’atterrissage sur la mesa. Comme son nom l’indique, cet avion servait à Paul MANTZ à emmener des vedettes d’Hollywood à Las Vegas, pour des mariages aussi rapides qu’éphémères. Il fut entièrement détruit suite à un capotage à l’atterrissage, ce qui n’entama pas le moral de MANTZ; l’accident ayant eu lieu au sol, il était donc couvert par l’assurance ! Il fut remplacé par un Travel Air 6000-B, que l’on voit évoluer au milieu des montagnes Rocheuses avec le faux matricule français "F-LTM". On voit également en vol un Boeing 40-C, un avion de transport de passagers; il est doublé dans les scènes de voltige par un Travel Air 4000.

Paul MANTZ acquit spécialement pour le film un Ford Trimotor 4 ATB (NC7121, c/n 35). Il devait faire une douzaine de tours de vrille avec cet appareil, mais malgré tous ses efforts et sa science du pilotage, il n’y parvint d’abord pas; ce n’est qu’après avoir changé le centrage du Ford en lestant l’arrière avec des gueuses de plomb, qu’il put faire une quinzaine de tours ! Le crash du trimoteur (qui porte le numéro "4", comme dans le premier titre du film) fut reconstitué en studio avec un vieux Fokker maquillé en Ford, que l’on remarque à son revêtement lisse contrairement à celui du Ford fait de tôle ondulée. L’avion fut placé en haut d’une rampe recouverte de broussailles, puis lâché moteurs en feu pour qu’il s’écrase au sol. On voit d’ailleurs un des filins chargés de guider l’appareil.

Ce Ford Trimotor, construit en 1928, fut d'abord acquis, en 1929, par la société "Tri-Motored Airs Tours" de Port Clinton (OH) qui offrait des baptêmes de l'air et des vols charter, à travers les USA. Puis, il fut racheté par un particulier qui le revendit aux studios Columbia pictures pour le tournage du film. Il devint ensuite la propriété d'United Air Services, la société de Paul Mantz, qui tourna deux autres films avec lui, "Charter pilot" (1940) et "Flying wild" (1941). L'avion fut ferraillé peu après ce dernier tournage...

Tous les avions sont doublés dans certaines scènes par des maquettes. Le crash du Hamilton au début du film est particulièrement bien réussi. L’utilisation des effets spéciaux, de plus en plus fréquente dans les films américains des années trente, permettait de réduire les coûts de tournage, tout en annonçant la fin progressive des «stunt men». Le film fut un des premiers à être nominés à un Oscar pour les meilleurs effets spéciaux conçus par Roy DAVIDSON et Edwin C. HAHN.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr

SEULSLESANGES.jpg

Associated keywords

Creation date : 29/11/2006 : 22:09
Last update : 30/11/2013 : 18:39
Category : - Films
Page read 6258 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!