Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LE PETIT PRINCE
Vo. The little prince

   

Année : 1974
Pays : Etats-Unis/Grande Bretagne
Genre : Film musical
Durée : 1 h 28 min.
Couleur

Réalisateur : Stanley DONEN
Scénario : Antoine de SAINT-EXUPERY, Alan Jay LERNER

Acteurs principaux :
Steven WARNER (The Little Prince), Joss ACKLAND (Le roi), Clive REVILL (L'homme d'affaires), Victor SPINETTI (le géographe), Graham CROWDEN (le général), Richard KILEY (Le pilote).

Producteur : Stanley DONEN     
Musique : Frederick LOEWE     
Photographie : Christopher CHALLIS
Compagnie productrice : Paramount Pictures

Avions :
-Morane Saulnier MS.230 , s/n 1076, G-AVEB / "F-AVEB"
-British Aircraft Swallow II c/n 410 ,  G-ADPS, / "F-ADPS"
-Bücker Bu.133C Jungmeister c/n 38, G-AYSJ
-Caudron Simoun C.635, N85E


Notre avis :

Ce film est une adaptation anglo-saxonne du célèbre roman de Saint Exupéry qu'il écrivit pendant la guerre alors qu'il vivait aux Etats-Unis. Ce livre lui a été certainement inspiré par ses longs vols au-dessus du désert, en Mauritanie, alors qu'il était à l'Aéropostale, mais peut être aussi, par son crash malheureux dans le désert libyen, en 1935, alors qu'il était en route vers Saïgon…

On rappellera brièvement le scenario, basé sur le roman, mais enrichi de thèmes musicaux.

Cette fable musicale commence avec un pilote qui doit se poser dans le Sahara, à "1000 milles de tout lieu habité". Alors qu'il essaie de réparer son moteur, un petit garçon déguisé en prince, l'interpelle ! Il vient de l'astéroïde B-612, un astre très petit. Les jours suivants, le pilote apprend l'histoire du "petit prince" et de ses pérégrinations sur diverses planètes. Il a ainsi rencontré un roi, un homme d'affaires, un historien, un général…Ce n'est que sur la Terre, que le petit Prince apprend certains secrets de la vie, auprès d'un renard, d'un serpent. Avant que le petit prince ne meure, il partage ces leçons avec le pilote.

Les scènes se passant dans le désert furent tournées en Tunisie (Sidi Bouhlel). Ce film eut peu de succès à sa sortie, mais son adaptation au théâtre fut mieux accueillie par le public. On ne s'attend pas à voir dans ce film fantastique pas moins de cinq vrais avions, le principal ayant été filmé au sol, dans le sable, car n'étant pas en état de vol.

 

Les avions du film :

Au début du film, le pilote est d'abord aux commandes d'un Morane Saulnier MS.230  "F-AVEB", en réalité "G-AVEB" (s/n 1076). Cet avion fut assemblé ou reconstruit, en 1941 par Levasseur pour la Luftwaffe... En 1949, il subit une révision générale chez le même constructeur, au Bourget. Immatriculé "F-BGJT", il fut acquis en 1952, par l'aéroclub UTA de Mitry Mory. L’avion participa à de nombreux meetings aériens et compétitions de voltige, dans les années 50 et 60. En 1965, son fuselage était stocké au fond d'un hangar. Il fut acheté en janvier 1967, par le collectionneur anglais, Patrick Lindsay (G-AVEB) qui le restaura. Manx Kelly remporta le Esso Tiger Challenge Trophy, à ses commandes. En 1987, il fut reimmatriculé au nom de l'épouse de Lindsay, puis vendu, en janvier 1990, à un pilote américain. Il fut immatriculé aux USA (N230EB), en Floride, en 1996. En 2012, Il changea de propriétaire et partit en Californie (N230ET). C'était un des derniers MS.230, dans son état d'origine, encore en état de vol. En octobre 2014, il revint en France, acheté par Le Cercle des Machines Volantes de Compiègne qui le fait voler depuis (F-AYMS).

D'autres avions apparaissent assez rapidement, par la suite :

Il y a ainsi, un British Aircraft Swallow II  (F-ADPS > G-ADPS, c/n 410), la version anglaise du Klemm L-25, un avion très ancien, puisqu'acquis en septembre 1935, par le Costwold Aero Club de Churchdown. En 1938, il était au Cardiff Aero Club et en août 1939, il appartenait à  Shackleton Ltd. Entre 1940 et 1962, il passa de mains en mains et, au moment du tournage, en 1974, il appartenait à un particulier de Hemel Hampsted. En 1976, il sera vendu à la Strathalten Aircraft collection, puis, en 1985, à Wessex Aviation and Transport  Ltd. de Chalmington, et, en 1996, à un particulier. Il est toujours en état de vol, dans sa livrée bleue.

Puis apparait un Bücker Bu.133C Jungmeister F/G-AYSJ (c/n 38), tout argent avec une bande rouge sur la dérive (mais sans svastika). Il avait été construit sous licence par Dornier, à Altenrhein, en Suisse. Il servit d'abord dans l'armée de l'air suisse (code U-91), avant d'être immatriculé dans le registre civil (HB-MIW). Il fut importé en Angleterre en février 1971 et immatriculé "G-AYSJ". En 1974, il appartenait à James Gilbert de Londres. Il fut un temps exporté en Allemagne en 1983 (D-EHVP). Il retourna en Angleterre en 1993, toujours avec le matricule "G-AYSJ", au nom de Patina Ltd de Jersey. une compagnie off-shore de Stephen  Grey de la Fighter Collection. Entre deux exhibitions, il était exposé à l'Imperial War Museum de Duxford, décoré comme un avion de la patrouille acrobatique de la Luftwaffe, commandée par le capitaine Hans Trübenbach du (Jagd)/LG 2, avec le code "LG+01", en 1938-1940. Après une panne de moteur en 1995, il ne revola qu'en 1998. En 2006, il fut vendu aux USA (N38BU)  à Training Services Inc, de Virginia Beach, (VA). En 2013, il fut inscrit au nom de Gerald Yagen de Virgina Beach (NX38BU).

Autre avion, vu au milieu des nuages, un De Havilland DH.82A Tiger Moth, jaune et argent avec le matricule "F-ANFM" (G-ANFM, c/n 83604) du Reading Flying Group, qui fêta, en 2008, ses 40 ans d'existence. Il fut construit par Morris Motor pour la RAF (T5888), et vendu en octobre 1953, au Norfolk and Norwich Aero Club Ltd. Il changea de propriétaire en 1958, puis en 1963, pour être racheté par le Reading Flying Group, en septembre 1966.

Mais le principal avion du film est le Caudron Simoun C.635, avec lequel le "le pilote" se crashe, comme Saint Ex, avec son Simoun (C.630 F-ANRY), en Libye, en 1935, ou au Guatemala, en 1938 (avec le C.635 F-ANXK)…Bien que son nez soit enfoncé dans le sable, l'hélice est intacte ! On constate que l'avion est en bon état (à part le carénage de la roue droite dont la tôle est froissée) et que son moteur marche. Les sièges arrière de la cabine ont été enlevés. Sa planche de bord apparaît être d'origine.

L'avion du film fut construit en 1938 (c/n 7863); immatriculé "F-ARCH" en septembre 1938, il fut livré à l'Etat français. Affecté à l'ambassade de France à Washington, en novembre 1938, il fut mis à la disposition de l'attaché de l'Air et reimmatriculé localement "N85E". Il resta aux USA jusqu'en 1974, alors qu'il était inscrit au nom d'un particulier du New-Jersey, avec le même matricule. N'ayant que 150 heures de vol, il portait la décoration marron et argent qu'il a dans le film. Il y apparait avec la fausse/vraie immatriculation d'un autre Simoun (F-BDXY, c/n 503, un ancien avion de l'Armée de l'Air, T-661). Acheté par Albert Prost, fin 1974, c'est Jean Salis qui le ramena en France, via l'Angleterre (c'est sans doute, à ce moment là qu'il fut loué à la production). Il fut entièrement restauré, avec un intérieur rouge (blanc crème dans le film) et un fuselage argenté avec filet rouge. Il vola de nouveau en 1979, avec l'immatriculation "F-AZAM". Cet avion, magnifiquement restauré, sera malheureusement entièrement détruit à Roanne, le 6 septembre 2002, en tuant son pilote et propriétaire.


Christian Santoir

*Film à acheter sur amazon.fr

little_prince.jpg
 

Associated keywords

Creation date : 28/03/2015 : 18:16
Last update : 28/03/2015 : 18:16
Category : Movies files - Films
Page read 3117 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!