Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

BIS ZUM HORIZONT, DANN LINKS !
(Jusqu'à l'horizon, puis à gauche)

   

Année : 2012
Pays : Allemagne
Genre : comédie
Durée : 1 h 33 min.
Couleur

Réalisateur : Bernd BÖHLICH
Scénario : Bernd BÖHLICH, Siegfried HAUKE

Acteurs principaux :
Otto SANDER (Eckehardt Tiedgen), Angelica DOMRÖSE (Margarete Simon), Ralf WOLTER (Willy Stronz), Marion van de KAMP (Fanny Dè Artong), Us CONRADI (Hanny Dè Artong), Monika LENNARTZ (Evelyn Miesbach), Herbert FEUERSTEIN (Herbert Miesbach), Anna Maria MÜHE (Infirmière Amelie).

Musique : Andreas HOGE
Photographie : Florian FOEST     
Producteurs : Alexander MARTENS, Eva-Marie MARTENS     
Compagnie productrice : MAFILM Martens Film,  Fernsehproduktions GmbH.

Avions:

-Junkers Ju.52/3m g4e c/n 6595, HB-HOT
-Cessna 172 (en arrière plan)
-Antonov An-124 Ruslan (en arrière plan)


Notre avis :

Ce film pourrait passer pour un énième film de détournement d'avion, un genre qui eut du succès dans les années 70 et 80. Mais celui-ci est tout à fait original, car l'homme qui détourne l'avion n'est pas un terroriste, motivé par des raisons plus ou moins claires, ou un réfugié politique, désireux de changer rapidement de pays, ici, c'est un retraité qui a besoin d'un peu de liberté et cherche à égailler, un tant soit peu, une vie devenue une triste marche vers la mort...

Annegret Simon, une dame élégante et distinguée, est conduite par son fils dans une maison de retraite, ce qui est un vrai choc pour elle. Un autre pensionnaire, Eckehardt Tiedgen, est également mécontent de sa vie dans cet établissement, "L'étoile du soir", alors qu'il aurait préféré vivre seul. Ses enfants n'attendent qu'une chose, qu'il meurt ! Annegret attire aussitôt son attention. Un soir, il dérobe l'arme d'un policier, l'ami de l'infirmière Amélie, pour mettre fin à ses jours, mais il y renonce. Le lendemain, les retraités sont invités à faire une promenade en avion. Une fois en l'air, Tiedgen se rend dans le cockpit et menace les pilotes avec l'arme dérobée. Il leur donne l'ordre de prendre un cap au sud. Il fait cela pour attirer l'attention d'Annegret. Au début, la plupart des anciens sont contre ce détournement, mais Annegret finit par convaincre la majorité d'entre eux. Amélie qui les accompagne n'est pas du tout d'accord et elle est enfermée dans les toilettes de l'avion. Mais l'avion doit refaire le plein de carburant et atterrit à Vienne. Une retraitée, ancienne actrice, est chargée de se faire passer pour une terroriste arabe qui va transmettre aux autorités de l'aéroport ses exigences, du carburant et des plateaux repas. Le directeur de l'aéroport est gêné, car il attend le président russe, en visite officielle ! Il décide donc de laisser repartir l'avion après son ravitaillement. L'avion décolle, toujours en direction du sud, et traverse la chaîne des Alpes. Les passagers sont émerveillés par les paysages, puis, quand, on diffuse de la musique dans la cabine, ils se mettent à danser. Amélie est libérée. Le commandant de bord, fatigué, laisse les commandes à son jeune copilote, ravi. Mais celui-ci ne surveille pas les jauges de carburant et au-dessus de la mer Adriatique, les moteurs s'arrêtent ! Le commandant de bord, réveillé, reprend les commandes et parvient à poser l'avion sur une petite île. Les passagers sortent et vont se promener au bord de la mer, en profitant du soleil. Ils sont aussi accueillis par des habitants de l'ile. Ils ont réalisé leur rêve et ils "revivent".


Cette comédie qui cache un drame, rappelle que la population allemande compte un fort pourcentage de gens âgés, ce qui est devenu un vrai problème pour le pays. Il transmet aussi le message qu'il y a une vie après la retraite, un temps où les gens âgés n'enterrent pas forcement leurs espoirs et leurs rêves. Ils cherchent à participer à la vie active et peuvent, à l'occasion, provoquer la surprise...

En dehors de ce problème qui touche de nombreuses personnes, alors que l'espérance de vie augmente régulièrement, l'intérêt du film réside surtout dans le fait que l'action se passe en grande partie dans la cabine d'un vieil avion, retraité lui aussi, mais toujours très actif, magnifiquement entretenu par une société suisse.

Le tournage se déroula en avril-mai 2011, à Berlin, Leipzig, Dessau et aussi en Croatie.


Les avions du film :

Le seul avion utilisé par le tournage est un Junkers Ju 52 que l'on voit atterrir et décoller, non pas de l'aéroport de Vienne, mais de celui de Leipzig-Halle, sur la piste 8R/26L. L'avion se gare près du terminal B, face à l'ancienne tour de contrôle. Il avait embarqué les retraités sur le petit aéroport de Halle-Oppin, situé à une trentaine de kilomètres, au nord ouest de Leipzig-Halle. Il y était parqué devant le hangar de la société Helitec, dont on aperçoit le logo.

Ce Junkers Ju.52/3m g4e est un avion connu, le "HB-HOT" (c/n 6595) portant le nom de "Dessau", appartenant à la société suisse Ju-Air qui fait voler une flotte de trois Ju.52 (HB-HOS ex A-701, HB-HOT, ex A-702, HB-HOP ex A-703) et un CASA 1 352A-3 (HB-HOY). Il est décoré comme un avion de l'armée de l'Air suisse avec le code "A-702". Cet avion était un Junkers Ju.52, construit en 1939, par "Flugzeug Zweigwerk Bernburg", qui fut livré à la Suisse avec le matricule temporaire "D-AYWX" et pris en charge par l'armée de l'Air helvétique (code A-702) qui l'utilisa pour l'entrainement des navigateurs. Il participa, en 1968, au tournage du film "Quand les aigles attaquent". Il ne fut réformé qu'en 1981, un record de durée. Restauré, il revola en 1985, aux mains de Ju-Air qui l'employa pour des vols touristiques, après l'avoir aménagé en avion de transport de passagers. Il apparut également dans les films "Les hommes de sa majesté" en 2001, et "Walkyrie" en 2008. En 2012, il fit une tournée aux USA, sponsorisé par le bagagiste allemand Rimowa qui changea sa décoration, en plus publicitaire... En 2016, à 77 ans (et avec sa "peau" toute ridée), "Tante Ju" se porte bien et continue à sillonner vaillamment le ciel, grâce à de nouveaux sponsors.

L'avion a été filmé au sol, du sol, mais aussi en l'air, parfois de très près (au point qu'on pourrait croire qu'il s'agit d'images digitales!), à partir d'un hélicoptère. Un hangar du Technikmuseum Hugo Junkers de Dessau abrita le Ju.52 et fut transformé en studio pour les prises de vue rapprochées du cockpit. Une grande partie du film a été filmée à l'intérieur de la cabine, avec des caméras portables. On a aussi quelques aperçus du cockpit et du tableau de bord qui a conservé beaucoup de ses anciens instruments. On voit le pilote activer les trois contacts des démarreurs des moteurs, situés sur la console centrale; il tourne aussi la petite manivelle du conservateur de cap (Kursgeber). Mais on ne sait pas pourquoi le copilote manœuvre la pompe d'injection du carburant (Einspritzpumpe), quand il prend les commandes, en plein vol; il l'avait déjà fait au parking, quand le commandant de bord nettoyait les vitres du cockpit...

Quant aux capacités vélivoles du Ju.52, tout dépend de l'altitude, des conditions météo et de l'existence ou non, de vents ascendants. Tout avion peut planer, plus ou moins; même des Airbus ou des Boeing s'y sont déjà essayés, involontairement (Cf. "767 en péril" -1995).

L'avion a été filmé au-dessus de magnifiques paysages alpins, dans le massif du Grossglockner, ainsi qu'au-dessus du lac de Constance, qui tint lieu de mer Adriatique, quand l'avion se transforme en planeur. L'itinéraire de l'avion, vu à la télé, montre qu'il s'est posé sur une île croate, dans les environs de Sibenik.

Quand le Junkers Ju.52 décolle de Halle-Oppin, il passe devant un Cessna 172, arrêté au point d'arrêt de la (seule) piste en dur 29/11.

A Leipzig, le Ju.52 roule derrière un des dix Antonov An-124 Ruslan de la compagnie russe Volga-Dniepr Airlines.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr


 

biszumhorizont.jpg



 

Associated keywords

Creation date : 09/02/2016 : 23:39
Last update : 09/02/2016 : 23:39
Category : - Films
Page read 1556 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!