Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

PAS DE REPOS POUR LES BRAVES

 

Année : 2003
Pays : France/Autriche
Genre : comédie
Durée : 1 h 44 min.
Couleur

Réalisateur : Alain GUIRAUDIE
Scénario : Alain GUIRAUDIE, Frédéric VIDEAU

Acteurs principaux :
Thomas SUIRE (Basile Matin), Laurent SOFFIATI (Johnny Got), Thomas BLANCHARD (Igor), Jeanine CANEZIN (La mère de Basile), Jean-Marie COMBELLES (Le patron du café de Montcastin), Serge RIBES (Jack), Guillaume VIRY (Le patron du café de routiers).

Musique : Bruno IZARN, Jacques MESTRES
Photographie : Antoine HEBERLE
Producteurs : Alexander DUMREICHER-IVANCEANU, Marie-Rose EYBRARD, Nathalie EYBRARD, Jean-Philippe LABADIE
Compagnie productrices : Les Films à Paulo, Amour Fou Filmproduktion

Avions :
-Stinson Reliant SR-10C c/n 3-5846, F-GPJS


Notre avis :

Basile Matin raconte à son ami Igor, un étrange rêve qu'il a fait. Dans son sommeil, il a rencontré "Faftao-Laoupo", le messager de la mort, et pense que s’il dort à nouveau, il cessera de vivre, ce qui est embêtant pour un jeune qui aimerait bien avoir plus de temps devant lui. Circonspect, Igor, qui poursuit ses études, mollement, va rendre visite à Basile. Il apprend que tous les habitants du village ont été tués dans la nuit, sauf Basile, qui a mystérieusement disparu. Il rencontre alors un enquêteur un peu louche, Johnny Got, mi journaliste, mi détective et un peu voyou sur les bords, qui s'intéresse à cette histoire. Quant à Basile, devenu Hector, entretemps, il a sympathisé avec un homme de soixante ans, et passe son temps avec des amis dans un bar. Johnny retrouve sa trace, mais c'est Hector qui le sort des griffes de trafiquants de drogue qu'il a voulu escroquer. Hector et Johnny s'enfuient pour se réfugier dans une maison où ils sont bientôt rejoints par Igor. Les malfrats les retrouvent et embarquent Got. Le lendemain, Basile revient chez sa mère où il vit, sans rien faire. Il dort mieux, mais continue à se faire suer...

Ce film plutôt déjanté, ne laissera pas indifférent; il sera détesté par beaucoup et apprécié par d'autres, une minorité. Le réel et l'imaginaire ne cesse de se mêler, en une succession de séquences où il est bien difficile de s'y retrouver. On notera, au fil de l'errance de Basile, les noms des villages traversés : Oncongue (Hong-Kong), Buènes aux Zéres (Buenos Aires)...

Le plus étonnant est de trouver dans ce film onirique, un avion de la collection de Jean Salis, qui est même cité dans le générique, avec Gabriel Evéque, un pilote d'Air France. Du "beau monde" pour pas grand chose ! La prestation de ces deux pilotes est absolument minime et l'avion se contente de rouler sur une piste en herbe, d'un terrain inconnu (Cerny ?).


Les avions du film :

Le seul avion du film est le Stinson Reliant SR-10C, tout rouge, de Jean Baptiste Salis ("F-GPJS"). Ce magnifique Stinson (c/n 3-5846), construit en 1937, fut acheté, la même année, par le grand coiffeur parisien d'origine polonaise, Antoine Cierplikowski, plus connu sous le nom de "Monsieur Antoine", sur le conseil de son ami et proche collaborateur, Benoît Millien. Antoine possédait également un Farman 393, acheté en 1933. Le Reliant fut acheminé vers la France, en caisses, sur le paquebot "Normandie". En 1940, alors qu'il était basé à Biarritz, il fut démonté et caché dans la grange d'un château. En 1944, les FFI le retrouvèrent et tentèrent de le réquisitionner, mais son propriétaire le confia aux FFL, pour en faire l'avion personnel de son ami proche, le général de Lattre...

En 1945, le Stinson fut rendu à Antoine et immatriculé "F-BBCS", en mai 1946. A la fin des années 70, peu avant sa mort, Antoine confia l'entretien de son avion à Jean Salis. Ce dernier l'acquit en 1987 et fit entreprendre sa restauration en 1995. L'avion revola en juin 1998. En janvier 2000, il fut reimmatriculé "F-GPJS". C'est, depuis, un des joyaux de l'Amicale Jean-Baptiste Salis.

Basile, après avoir roulé quelques centaines de mètres, s'arrête devant un bar pour aller demander du "kérosène"... Mais le Reliant n'est pas un jet et son moteur en étoile Lycoming R-680-D5 consomme du Avgas 80 (de plus en plus rare à trouver, d'ailleurs).


Christian Santoir

*Film à acheter sur amazon.fr

PASDEREPOS.jpg
Associated keywords

Creation date : 22/07/2016 : 07:24
Last update : 22/07/2016 : 07:24
Category : Movies files - Films
Page read 1783 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!