Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

RIVALEN DER LUFT
Ein Segelfliegerfilm

Année : 1934
Pays : Allemagne
Durée : 1 h 38 min.
Genre : comédie dramatique
Noir et blanc


Réalisateur : Frank WISBAR
Scénario : Walter FORSTER, Philipp Lothar MAYRING

Acteurs principaux :
Claus CLAUSEN (moniteur Willi Frahms), Wolfgang LIEBENEINER (élève Karl Hofer), Hilde GEBUEHR (élève Christine Steeger), Sybille SCHMITZ (pilote Lisa Holm), Walter GROSS (Palmström), Guzzi LANTSCHNER (Pippin aus Bayern), Werner STOCK (Otto aus Sachsen).

Musique : Herbert WINDT
Photographie : Hans SCHNEEBERGER
Producteur : Karl RITTER
Compagnie productrice : Universum Film (UFA)

Avions :
-Klemm KL 25 VIc, D-2497
-Grunau-Motorbaby II
-RRG Zögling
-Falke1, D-FALKE1
-Super Falke
-Beyer Krischan, D-KRISCHAN
-Mayer MS-2
-Schneider Grünau 7 Moazagotl, D-MOAZAG
-Dittmar Condor 1, D-CONDOR


Notre avis :

L'Ufa produisit cette petite comédie pour faire plaisir au parti national socialiste, récemment arrivé au pouvoir. Ce n'était pas à priori un film de propagande, mais il comportait un arrière plan politique peu équivoque. Il mettait en scène la rivalité entre deux pilotes de planeurs et célébrait le plaisir du vol. Il bénéficiait en outre d'une distribution de qualité avec Hilde Gebuehr, Sybille Schmitz, Wolfgang Liebeneiner. Pour les scènes aériennes, la production fit également appel à des vélivoles renommés comme, entre autres, Wolf Hirth, Heini Dittmar et la jeune Hanna Reitsch, qui deviendra l'aviatrice la plus connue du III° Reich. Elle participa au tournage en doublant Hilde Gebuehr. Dans son livre "Fliegen, mein Leben" (1951), elle raconte que, contactée par l'Ufa, elle accepta de participer au tournage, moyennant 3 000 marks. Cette somme correspondait à sa participation à un voyage d'études sur l'aérologie, organisé en Amérique du sud par Walter Georgii, de la DFS (Deutsche Forschungsanstalt für Segelflug) et auquel elle participa, en 1934, avec les mêmes Dittmar et Hirth.

Les extérieurs furent tournés pendant deux mois en Prusse orientale, au sud de Memel (aujourd'hui, Klaïpeda), vers Rossitten (Rybachi) qui était un grand centre de vol à voile de la DFS. Le film reçut l'appui de Bruno Loerzer, un as de la Grande Guerre et un ami intime de Goering, qui, en 1933, était Reichsluftsportführer (président de l'aviation sportive du Reich) avant de rejoindre en 1934, la Luftwaffe, où il atteindra le grade de général.


Deux jeunes gens, Karl et sa petite amie Christine, sont passionnés de vol à voile et font tout pour apprendre à voler au détriment de leurs études. Ils font la connaissance de l'instructeur Willi Frahms qui accepte de les emmener avec lui dans le centre de formation de Rossitten, en Prusse orientale, bien que leurs pères soient très réticents. Karl dessine son propre planeur dont le projet est approuvé et mis en fabrication. Etant le meilleur élève de son groupe, il est autorisé à participer à une compétition sur le Wasserkuppe, mais avant, de nombreux problèmes techniques doivent être surmontés. Une jeune femme pilote, Lisa, rend jalouse Christine en s'intéressant un peu trop à Karl qui semble n'être pas indifférent à son charme... Le jour de la compétition, Karl et son instructeur Willi, prennent leur envol avec les autres concurrents, mais Christine reste au sol, ses prestations étant très inférieures à celles de ses camarades. Malgré cela, elle monte dans un vieux planeur d'instruction et, avec l'aide de spectateurs, s'envole derrière les autres et bientôt, elle atteint la même altitude qu'eux. Son décollage a été remarqué, d'en haut, par Willi. Il s'aperçoit également qu'une nuée d'orage arrive de l'ouest et qu'elle ne pourra l'affronter. Comme il l'aime secrètement, il sacrifie ses chances de gagner la coupe pour guider Christine vers un endroit où elle pourra atterrir en sécurité. Naturellement, elle rate son approche et au lieu de se poser dans une prairie, atterrit dans un lac, heureusement, de faible profondeur ! Sur la rive, Willi l'attend; d'abord furieux, il se reprend, en la voyant toute transie, et la serre dans ses bras. Tout s'arrangera à la fin; chacun trouvant l'âme sœur et Karl remportera le prix de 5.000 marks de la compétition.


La scène de l'atterrissage dans le lac, qui était en fait une étendue d'eau de taille restreinte, fut réalisée par Hanna Reitsch. Mais en visionnant la scène, on réalisa que ce crash était trop parfait et qu'une personne un tant soit peu avertie s'apercevrait tout de suite qu'un tel atterrissage ne pouvait avoir été fait par un débutant…Il fallut donc refaire la scène avec un autre pilote !

Rossitten, au bord de la lagune de Courlande et très proche de la Baltique, était un des deux grands centres, avec celui établi dans le massif du Rhön (Hesse), de la Rhön-Rossitten Gesellschaft (RRG), l'association de vol à voile allemande, qui formait des pilotes, organisait des compétitions internationales, menait des recherches sur l'aérologie et concevait ses propres planeurs, sous la direction d'Alexander Lippisch, directeur du service technique et futur concepteur du Me 163. Elle fut dissoute par les Nazis, en 1933, les centres de vol à voile étant intégrés dans la Jeunesse Hitlérienne, alors que les sections recherche et construction formèrent la DFS (Deutsche Forschungsanstalt für Segelflug), l'ingénieur en chef Alexander Lippisch étant nommé directeur.

Le film fut interdit de projection, en 1945, par les forces Alliées. La vue de planeurs frappés de croix gammées et le fait que beaucoup de pilotes de planeurs appartinssent aux sections aéronautiques de la Jeunesse Hitlérienne, expliquent sans doute cette décision, mais l'arrière plan politique du film semble tout aussi important. Derrière un scénario plutôt neutre, ce film peut, en effet, être considéré sous un autre éclairage. La lutte des jeunes vélivoles contre les éléments naturels symbolise, à l'évidence, la lutte de l'Allemagne contre ses ennemis prétendus. Le choix du lieu du tournage, situé en Prusse orientale, séparé du Reich par le "couloir" de Dantzig, n'est pas non plus anodin. Enfin, les références répétées au "courage", a l'"état d'esprit", à la "virilité", aux valeurs privilégiées par les nazis, laissent peu de doute sur le message adressé à la jeunesse...


Les avions du film :

"Rivalen der Luft" est un "Segelfliegerfilm", autrement dit un "film de pilote de planeur". C'est clair. Mais on y aperçoit au moins un avion, un Klemm KL 25 VIc (D-2497) équipé d'un moteur en étoile Siemens. D'abord acquis par l'assureur Allianz und Stuttgarter versich de Berlin, la société de production Universum Film de Berlin le racheta en juillet 1933, pour le tournage.

Tous les autres aéronefs sont, comme il se doit, des planeurs, à l'exception d'un appareil mixte, un motoplaneur Grunau-Motorbaby II, un Grunau Baby construit en 1933, équipé d'un moteur Kröbe-Köller 18 FS de 20 cv.

On voit un RRG Zögling que l'on remonte au sommet d'une dune, au bord de la lagune de Courlande. Ce fut un modèle de base, décliné en plusieurs versions, par différents constructeurs, de par le monde.

Le planeur le plus présent dans le film est le RRG Falke (Faucon), conçu par Lippisch et qui fit son premier vol en 1930. Il fut construit dans divers ateliers, par exemple, chez Schleicher à Poppenhausen, Schneider à Grünau et Segelflugzeugbau à Kassel.

On en voit plusieurs types dans le film. Christine atterrit dans un lac avec un Falke1, comme marqué sur le fuselage (D-FALKE1). Celui qui a son aile droite abimé est un Super Falke sorti en 1932, sans appui tête et avec des mâts de cabanes modifiés (comme ceux du Falke RVa, le modèle précédent), mais toujours avec une aile en flèche. Plus tard, lors d'un meeting, sur le massif du Rhön, on voit deux autres Falke, parmi d'autres planeurs; un est marqué "SUPER FALKE" sur le fuselage. Ses mâts d'aile ne sont pas en "V", comme tous les Falke précédents,  le bout des ailes est plus fins et son envergure est encore plus grande (17 m). Le Super Falke représente la  dernière version du Falke.

Entre les deux Falke, on remarque un rare Mayer MS-2 (repérable par sa haute dérive légèrement inclinée vers l'arrière), dessiné par Hermann Mayer, avec lequel il gagna la compétition de vol à voile du Rhön (Rhön-Segelflugwettbewerbes) en 1932 (numéro "11", Pommernland). Il fut construit en 1931, par Akaflieg de Stettin. Mais Mayer se tuera avec ce même appareil, le 19 mai 1933. Quatre exemplaires seulement furent construits.

Devant le Mayer, on voit des hommes transporter un Grüne Post, un planeur conçu par A. Lippisch et dont les plans étaient diffusés par le journal Grüne Post dont il porte le nom. La plupart furent des constructions amateurs.

Le Beyer Krischan (D-KRISCHAN) est une aile volante d'entraînement dessinée et construite par Waldemar Beyer, à l'époque, directeur du R.R.G. Rossitten, mais elle fut construite en  dehors de cet organisme. Ce planeur ressemblait un peu aux Storch de Lippisch, construits en 1928-1929. Il vola en 1932, au dessus de la lagune de Courlande, puis à Berlin. Il  participa au concours de la Rhön-Segelflugwettbewerbs de 1934. On perd ensuite sa trace.

Les autres planeurs, comme le Mayer, ne sont  pas des appareils d'école, mais des appareils de performances ou de voltige. Ils sont vus comme, les précédents, sur le massif de la Rhön, lors de la compétition de 1932 et de 1933

On voit ainsi le Schneider Grünau 7 Moazagotl  (D-MOAZAG) n° 29 construit en  1933, par Friedrich  Wenk et Wolf Hirth, un planeur avec des ailes en mouette et équipé de ballast. Ce planeur du Landesgruppe 9 (Wurtemberg) de la DLV (Deutsche Luftfahrt Verband)  participa au concours de la Rhön, en 1933, piloté par E. Schneider qui réalisa la plus grande distance du concours, 180 km. L'année suivante, W. Hirth fut le second pilote à réaliser un vol de plus de 300 km avec son Moazagotl.

On aperçoit aussi le Dittmar Condor 1 (D-CONDOR) n° 34, construit en 1932 par Heini Dittmar, qui participa également aux concours de la Rhön de 1932 et de 1933, avec le même numéro.

On remarquera, qu'avant 1935, les matricules des planeurs comprenait la lettre "D" (pour Deutschland), suivi du nom du planeur, du constructeur, d'un lieu, d'une association, ou du pilote. Après 1935 et la formation des Luftsport Landesgruppen, les matricules devinrent des chiffres correspondant à l'appartenance du planeur à une région. Par contre, depuis l'arrivée au pouvoir des nazis, au début de 1933, les marques de nationalité à partir du 6 juillet 1933; conservaient les bandes horizontales (noire, blanche, rouge) sur la dérive à droite et la croix gammée sur bande rouge, à gauche. La croix gammée se fait rare dans le film (pour cause de censure; mais on l'entrevoit sur le Klemm), les planeurs étant souvent filmés du "bon côté", le droit...


Christian Santoir


P.S. Ce titre est le seul que nous n'avons pas dans notre vidéothèque. Nous l'avons trouvé aux USA, mais il n'est pas en vente, car le film est incomplet...Néanmoins, nous avons fait cette fiche parce qu'on dispose de nombreuses photos de plateau montrant de nombreux planeurs très intéressants, juste au moment où l'Allemagne venait de basculer dans le nazisme. Les Allemands allaient alors passer très rapidement du planeur, ou de l'avion léger, à l'avion "lourd" (Ju.52, Bf.109, Do.17, He.111...) célébré dans d'autres films.

 

RIVALEN.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 19/02/2017 : 09:02
Last update : 19/02/2017 : 09:02
Category : Movies files - Films
Page read 875 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!