Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 LANDFALL

 

Année : 1949
Pays : Grande-Bretagne
Genre : drame
Durée : 1 h 26 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Ken ANNAKIN
Scénario : Anne BURNABY, Gilbert GUNN

Acteurs principaux :
Michael DENISON (Rick Chambers), Patricia PLUNKETT (Mona), Kathleen HARRISON (la mère de Mona), Denis O'DEA (Capitaine Burnaby), David TOMLINSON (Binks), Joan DOWLING (Miriam, la barmaid).

Musique : Philip GREEN     
Photographie : Wilkie COOPER     
Producteur : Victor SKUTEZKY
Compagnie productrice : Associated British Picture Corporation (ABPC).

Avions :
- Avro 652A Anson Mk.I G-ALXE
- Vickers Wellington Mk.XVI

Notre avis :


Ce film, tourné peu après la seconde guerre mondiale, revient sur le conflit, mais sans revoir, avec du recul, une action d'éclat ou une bataille connue, ni célébrer un héros particulier. Le scenario, issu du livre "Landfall : A Channel Story", de Nevil Shute, publié en 1940, est centré sur un pilote ordinaire, appartenant au Coastal Command de la RAF..

Rick Chambers est un pilote du Coastal Command faisant des patrouilles anti sous-marines, au-dessus de la Manche, en 1940. Un jour, il surprend un submersible en surface et le coule. Mais une fois revenu à sa base, il apprend que ce bâtiment était anglais ! Dépité et menacé de la cour martiale, il se porte volontaire pour les essais dangereux d'un nouveau missile air-mer. Pendant ce temps, sa petite amie, Mona, recueille, dans le bar où elle travaille, auprès de marins, des informations lui faisant penser qu'il s'agissait bien d'un U-Boot qui opérait ce jour là, à la même heure et dans la même zone. Elle parvient, étonnement, à convaincre l'Amirauté de rouvrir l'enquête, qui conclut finalement que c'est bien le sous-marin allemand que Rick a coulé, pas l'anglais. Mais l'essai d'un missile se révèle être dramatique et l'avion de Rick s'écrase en mer. Bien que gravement blessé, Rick s'en sort, au grand soulagement de Mona qui va pouvoir s'occuper de son rétablissement...

Le sous-marin coulé par Ricks est, à l'évidence, un submersible anglais de classe T (troisième groupe) se distinguant, comme aperçu lors de son survol sur un document d'archives, par trois tubes lance-torpilles tirant par l'arrière.

L'histoire s'étend beaucoup trop sur l'idylle entre Mona et Rick, et comporte un minimum d'action. L'intérêt de ce petit film est que la principale vedette, pour nous, n'est pas Patricia Plunkett (Mona), mais "Faithful Annie", autrement dit, l'Avro Anson, un petit bimoteur discret, qui servit dans la RAF de 1934 à 1968, pour diverses missions (observation, patrouille armée, entrainement, liaison...) et sous une vingtaine de versions.

Les avions du film :

Jusqu'à quatre Avro 652A Anson Mk.I apparaissent dans le film, filmés sur la base de la RAF de Thorney Island. Ils portent le code "MK" du n° 500 squadron de la RAF, une unité de reconnaissance du Coastal Command entre 1938 et 1941, ce qui correspond à l'époque du film. L'Anson constituait alors l'épine dorsale du Coastal Command, et bien que déjà obsolescent, il fit montre d'une agressivité certaine. Ainsi le 5 septembre 1939, un Anson du n° 500 squadron de la base de Detling, mena la première attaque de la guerre contre un U-boot, un fait d'arme qui inspira sans doute le scenario du film.

L'Anson pouvait emporter deux bombes de 45 kg (dans deux petites soutes situées à l'emplanture des ailes) et huit bombes de 9 kg, sur des râteliers fixés sous le fuselage. Il était normalement armé d'une mitrailleuse Lewis Mk III A de 7,7 mm dans la tourelle dorsale et d'une mitrailleuse fixe Vickers K de 7,7 mm tirant vers l'avant. Les appareils du n° 500 squadron virent leur armement renforcé, avec deux mitrailleuses de sabord et un canon de 20 mm, sous le fuselage.

L'origine de ces avions n'est pas claire; ils furent sans doute, issus des stocks de la RAF, dont de nombreux Anson finirent sur le marché civil en 1949-1950.

Seul l'avion de Ricks peut être identifié. Il porte le code "MK-L" et le vrai faux serial "NK583". Cet avion fut immatriculé G-ALXE, en janvier 1950, au nom de la compagnie Transair, et basé à Croydon, avant d'être rapidement revendu à Israël. Son vrai serial dans la RAF était "N9785" et il appartint au n° 2 (Observer) Advanced Flying Unit. L'Anson "NK583" avait été transféré à l'armée de l'air égyptienne, dès janvier 1945.

On dispose de bonnes vues de l'intérieur du cockpit et des différents postes de l'équipage (pilote, radio-navigateur, bombardier et mitrailleur).

L'origine des trois autres Avro Anson Mk.I (dont le MK-C) est plus difficile à déterminer. Une photo prise à Croydon, montre un Anson décoré exactement comme le G-ALXE, avec le code "MK"; il porte le matricule "G-ALXD". Il avait le vrai serial "LT959" (qui n'apparait pas sur la photo), ce qui en fait un appareil du n° 20 OTU (code MK-F). Il fut acquis comme le précédent, en janvier 1950 par Transair, et transformé en source de pièces détachées. Pour les deux autres Anson, on n'a aucune information.

Ricks, dans la seconde moitié du film, devient pilote de Vickers Wellington. Celui du film est un Wellington Mk.XVI, ses tourelles avant et arrière étant dépourvues de mitrailleuses. Sans marques apparentes, sur un fuselage noir, il est impossible de l'identifier. On remarque que les insignes de nationalité sont correctes (type C1 pour le fuselage, type B sur les ailes), contrairement à celles portées par les Anson (type A1 avec le rouge de trop grand diamètre, et le contour jaune trop étroit), ce qui laisse penser qu'il s'agissait d'un avion encore en service, en 1949, ou réformé récemment.

L'avion est filmé au sol, sur le terrain de Lee on Solent, dans l'un des deux hangars Bellman, puis moteurs tournant, sur le tarmac (on notera en arrière plan, cinq Spitfire/Seafire parqués). On a aussi quelques vues en vol, sans savoir s'il s'agit du même appareil. Lee on Solent était, en 1949, une base aérienne de la Royal Navy (HMS Daedalus). Une scène a été filmée dans un vrai cockpit. Le tournage utilisa une cellule de Wellington (photographiée plus tard sur la plateforme d'un camion, dépourvue des ses ailes et coupée en deux), mais on ne sait s'il s'agit de l'avion vu (en entier) dans le film...

Pour la scène du crash du Wellington, on construisit six maquettes de l'avion, à petite échelle.

Les portes de sa soute à bombe ont été enlevées pour y installer le missile téléguidé "GMX" qui ressemble fortement au missile allemand Henschel Hs 293. Le propulseur, situé sous le missile, est de taille ridicule. Mais son guidage est totalement différent. C'est le pilote qui lance le missile anglais, qui se dirige de lui-même vers la cible, grâce à un capteur électromagnétique. Le missile allemand était piloté à vue par le bombardier, au moyen d'un petit manche.


Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

LANDFALL.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 28/04/2017 : 09:22
Last update : 28/04/2017 : 09:22
Category : - Films
Page read 903 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!