Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

USS INDIANAPOLIS
Vo. USS Indianapolis : Men of Courage

 

Année : 2016
Pays : Etats-Unis
Genre : Drame
Durée : 2 h 08 min.
Couleur

Réalisateur : Mario Van PEEBLES
Scénario : Cam CANNON, Richard Rionda Del CASTRO

Acteurs prinicpaux :
Nicolas CAGE (Capitaine McVay), Tom SIZEMORE (McWhorter), Thomas JANE (Lieutenant Adrian Marks), Matt LANTER (Bama), James REMAR (Amiral Parnell), Brian PRESLEY (Waxman), Yutaka TAKEUCHI (Hashimoto)

Musique : Laurent EYQUEM     
Photographie :  Andrzej SEKULA
Producteurs : Martin J. BARAB, Shanan BECKER, Bill BROMILEY, Cam CANNON...     
Compagnies productrices : Hannibal Pictures, USS Indianapolis Production

Avions :
- Mitsubishi A6M2b Zero (images)
- North American P-51 Mustang (images)
- Consolidated-Vultee PBY-6A Catalina N85U
- Boeing B-29 (images)


Notre avis :

En 1945, le croiseur lourd de la classe Portland, l'USS "Indianapolis" (CA-35), commandé par le commandant Charles McVay, délivra à Tinian, des pièces de "Little boy", la bombe atomique qui devait raser Hiroshima, ainsi que de l'uranium enrichi. Reparti vers le golfe de Leyte, toujours sans aucune protection, il fut torpillé par un sous-marin japonais dans la mer des Philippines, le 30 juillet 1945. 300 marins coulèrent avec le bateau, les autres se retrouvant sur des radeaux ou flottant avec leur gilet de sauvetage. Pendant plus de quatre jours, les survivants durent affronter la faim, la soif, le soleil et les requins qui tuèrent de nombreux marins. Le cinquième jour, un avion de patrouille découvrit, par hasard, les naufragés et put appeler les secours. Seuls 317 hommes sur 1197 purent être sauvés. Ce fut un des plus grands naufrages de l'US Navy pendant la guerre, et aussi la pire attaque de requins de l'histoire de la marine. Cherchant à expliquer ce désastre, en décembre 1945, l'Amirauté fit passer McVay devant une cour martiale qui l'accusa d'avoir tardé à donner l'ordre d'évacuation et de ne pas avoir fait zigzaguer son navire pour le protéger d'une attaque sous-marine. Le commandant du sous-marin japonais put témoigner et affirma que cela n'aurait pas suffi à lui faire rater le croiseur (il lança six torpilles de type 93, un engin très efficace). Malgré cela, McVay fut condamné, et fut le seul commandant de l'US Navy inculpé, alors que des centaines d'autres navires furent coulés pendant la guerre ! McVay finit par se suicider, en 1968, harcelé en permanence par les familles des victimes. Le film se termine avec le témoignage de survivants de ce désastre.

Le comportement de l'Amirauté fut particulièrement scandaleux faisant supporter à McVay, ses nombreuses négligences. La première faute fut d'avoir faire naviguer seul un croiseur dépourvu de sonar et ce, malgré la demande de McVay, d'avoir une escorte. Après son départ de Guam, le croiseur n'avait pas été signalé à son port de destination, suite à une erreur de code radio. Ainsi, le retard du bateau ne fut pas remarqué et les secours ne furent pas mobilisés. En outre, l'amirauté n'avait pas informé McVay qu'un sous-marin japonais patrouillait dans la zone qu'il allait traverser et qu'un bâtiment y avait été coulé, quelques jours avant son départ...

Trois différentes stations radio de la Navy avait reçu le signal de détresse de l'USS "Indianapolis", sans en tenir compte, pour diverses raisons ! L'ordre d'évacuer ne put être communiqué dans tout le navire par haut parleur, le bateau, coupé en deux, étant privé d'électricité.

Cette tragédie fut donc provoquée par une suite de négligences et de jugements erronés, à tous les niveaux de la chaîne de commandement de l'US Navy. Il fallut attendre juillet 2001, après que les archives de la Navy aient été rendues accessibles, pour que la commandant McVay fût reconnu non coupable de la perte de l'USS "Indianapolis" et de la mort de 880 marins...

Ce film, qui lors de certaines scènes, ressemble à une annexe des "Dents de la mer", suit d'assez près les faits réels malgré quelques dramatisations inévitables. La production dura cinq ans, pendant lesquels des survivants furent interviewés; elle bénéficia de la collaboration de l'US Navy, des Gardes-Côtes, de l'Alabama Film Commission, de l'USS "Alabama" Battleship Memorial Association et du Film Office de la ville de Mobile (AL). Le tournage commença le 19 juin 2015, à Mobile, plusieurs scènes étant filmées à bord du cuirassé USS "Alabama" (BB-60) et du sous-marin USS "Drum" (SS-228), qui remplacèrent le croiseur USS "Indianapolis" et le sous-marin japonais (I-58) qui le coula.

 

Les avions du film :

Au début du film, c'est toute une escadrille de Mitsubishi A6M2b Zero, réalisés en images de synthèse, qui attaquent l'USS "Indianapolis", lors de l'attaque d'Okinawa (le 4 mars 1945) où le croiseur fut gravement endommagé par une bombe. Parmi ces avions, on remarque celui portant le code "AI-101", du groupe aérien du porte-avions Akagi (sabordé à Midway, le 5 juin 1942...). Il s'agit apparemment d'une attaque kamikaze (les chasseurs n'attaquaient pas les navires), mais aucune attaque kamikaze ne partit d'un porte-avions. Ces avions ont un camouflage de  type "0", gris, avec le capot moteur noir. Même s'il était encore en service en mars 1945, l'A6M2 était plutôt ancien à cette époque...

Un North American P-51 Mustang, en image de synthèse, rase l'USS "Indianapolis", au début du film, quand il est en réparation  à San Francisco (Mare island).

A "Tinian" (où les quais ne sont pas en bordure du terrain d'aviation...), des Boeing B-29 en CGI (Computer-generated imagery) sur fond de North American P-51. On voit ainsi le B-29 n° 77 du 6th Bombardment Group, 313th Bombardment Wing (insigne de dérive : une flèche dans un cercle) ayant le nom de Bockscar, qui lança une bombe atomique sur Nagasaki, le 9 août 1945. Notons que ce jour là, il ne portait pas son nom sous le cockpit et avait la fausse marque du 444th BG (un N dans un triangle) sur la dérive.

L'autre B-29 est le n° 82 Enola Gay portant sur la dérive la fausse marque du 6th BG, 313th BW (insigne de dérive : un R dans un cercle). C'est lui qui lança la première bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945.

Remarquons que sur cette image, les bombardiers sont équipés de leurs tourelles de mitrailleuses, alors qu'ils n'avaient, en fait, que leur tourelle de queue.

L'avion qui vient au secours des naufragés est un Consolidated-Vultee PBY-6A Catalina, vu d'abord en images de synthèse. Il porte le numéro "72" de la VPB-23, qui, en août 1945, était équipé de PBY-5A, basés sur l'île de Peleliu, pour effectuer des missions de sauvetage. Notons que sa décoration n'est pas conforme aux hydravions de cette unité qui était; alors, d'un bleu uni. Il s'agit du PBY-6, "N85U" (BuNo. 64041, c/n 0169) de la société Flying Fireman Inc, de Spanaway (WA). Construit en 1945, il fut d'abord immatriculé N6458C au nom d'un particulier de l'Oregon. A partir de 1959, il changea souvent de propriétaires : Rosenbalm Aviation, de Medford (OR), Sonora Flying Service, de Columbia (CA), B.B. Burson Associates Inc. de Columbia (CA) qui le transforma en 1963, en bombardier d'eau. En 1968, il fut vendu à Hemet Valley Flying Service, d'Hemet (CA). En 1979, il passa au Canada et fut exploité par Flying Fireman Ltd, de Sydney (BC), en mai 1979, et immatriculé "C-GFFI". Il repassa aux USA en 1986 (N85U), chez Flying Fireman Inc, de Spanaway (WA), puis en 1988, chez Awood Air Ltd, de Spanaway, (WA), et, en 1980, de nouveau chez Flying Fireman Inc, de Spanaway (WA). Il fut le dernier bombardier d'eau en service aux USA, en 2012. En juin 2015, il fut loué par la production, mais sa prestation fut plutôt courte. Le 29 juin, il s'échoua sur une barre de sable à Perdido Key (FL) (face au Flora-Bama Lounge & Oyster Bar) et l'eau envahit le cockpit. Des essais de remorquage ayant échoué, on essaya de le hisser sur une barge, c'est alors que le fuselage se brisa en deux !

Dans la réalité, le Catalina fut envoyé après que les naufragés aient été repérés, lors d'un vol de routine, par un patrouilleur Lockheed PV-1 Ventura. Une fois arrivé sur place, le commandant du Catalina, le lieutenant Marks, décida d'amerrir en pleine mer, voyant des naufragés se faire attaquer par des requins. La nuit venant, l'équipage de l'hydravion continua à repêcher les marins, allant jusqu'à les installer sur l'aile, la cabine n'ayant plus assez de place ! Il en sauva ainsi 56. Des navires arrivèrent plus tard pour les prendre à leurs bords et ratisser les environs, à la recherche des autres survivants.

Une scène fut filmée avec l'hydravion échoué et piquant visiblement du nez (on voit même son train gauche sorti !). Ce naufrage a été intégré dans le scenario; après avoir amerri, le pilote déclare que l'avion prend l'eau et il ne redécolle plus, les naufragés étant installés sur l'aile. Dans la réalité, l'hydravion ne fut pas endommagé à l'amerrissage, mais quand les naufragés furent installés sur l'aile, ce qui l'endommagea. L'hydravion, ne pouvant redécoller, dut être sabordé.

Un second avion fut filmé en l'air, par un hélicoptère fourni par Oasis Services. C'est un magnifique Lockheed PV-2D Harpoon (N6657D, c/n 15-1606) qui repère les naufragés. Il fut fourni à la production par le Stockton Field Aviation Museum. Cet avion (BuNo 84062) fut livré à la bas ed ela Navy de Terminal Island le 11 décembre 1945 et fut, peu après, stocké sur la base de Litchfield Park en Arizona. Le 17 decmebre 1956, il fut reformé et vendu comme surplus, le 12 août 1959, avec 7 heures de vol au compteur; sa carrière militaire fut donc des plus succinte...Il fut immatriculé "N6657D", au nom de Wenairco Inc. de Wenatchee (WA) en 1961. En 1974, il fut exploité par Central Air Service, transformé en bombardier d'eau. En 1979, il fut acquis par Kinney Air Tankers de Richey (MT), puis par Custom Farm Service, Montana (MT), en 1984, Dawson Aviation de Richey (MT) qui l'équipa de rampes d'épandage, Teskes Aviation de Twin Falls (ID), en 1987, Quarry Products Inc. de Richmond (CA), en 1988. Entre 1900 et 1994, il fut stocké, à Hazeltown (PA). En juillet 1994, il fut transféré à Middletown (CA) et parqué dans un ranch, au nord de cette petite ville. Bien qu'ayant changé plusieurs fois de propriétaires (Quarra Product Inc, Evert Air Fuel Inc., Taigh Ramey de Stockton, qui pilota le Harpoon, dans le film), il resta à Middletown. Ce n'est qu'en 2010, qu'il fut convoyé à Stockton (CA) et réceptionné par le Stockton Field Aviation Museum. Il fut restauré et remis en état de vol en 2011, ayant retrouvé ses marques et sa décoration de l'US Navy. Rappelons que les naufragés furent aperçus, lors d'un vol de routine, par un Lockheed PV-1 Ventura, un modèle antérieur et légèrement différent (envergure moins importante, armement moins lourd, capacité d'emport plus faible).

A la fin du film, avant quelques vraies images du naufrage, on voit, furtivement et à contre-jour, un hydravion Martin PBM-3D Mariner, sans doute en images numériques.

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

USSIndianapolis.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 08/07/2017 : 07:39
Last update : 08/07/2017 : 07:39
Category : - Films
Page read 187 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!