By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

Clear and present danger

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

DANGER IMMEDIAT
Vo. Clear and present Danger

   

Année : 1994
Pays : Etats-Unis
Durée : 2 h 21 min.
Genre : espionnage
Couleur

Réalisateur : Phillip NOYCE     
Scénario : Tom CLANCY, Donald E. STEWART, Steven ZAILLIAN, John MILIUS

Acteurs principaux :
Harrison FORD (Jack Ryan), Willem DAFOE (John Clark), Anne ARCHER (Cathy Muller Ryan), Joaquim de ALMEIDA (colonel  Felix Cortez), Henry CZERNY (Robert Ritter), Harris YULIN (James Cutter), Donald MOFFAT (Président Bennett)

Musique : James HORNER     
Photographie : Donald McALPINE
Producteurs : Mace NEUFELD, Robert REHME
Compagnie productrice : Mace Neufeld Productions, Paramount Pictures

Les aéronefs :
-Sikorsky UH-60, en arrière plan
-Sikorsky MH-60L Blackhawk
-Aero Commander 720, N825WD
-Raytheon Hawker 1000, "N9747P", N81AB.
-Grumman Gulfstream II
-Lockheed C-141C Starlifter, en arrière plan
-McDonnell Douglas F/A-18C Hornet
-Bell 206
-Bell 412 "HK-37Z"

 

Notre avis :

"Danger immédiat" traite du trafic de drogue en provenance de l'Amérique latine, un thème maintes fois traité par Hollywood depuis des dizaines d'années. Il est vrai que c'est un réel problème aux USA, situés pas très loin des lieux de production. Ce trafic générant des profits colossaux donne lieu à toutes sortes de "tripatouillages" politico-économiques, entre les barons de la drogue, les services de renseignements et les gens proches du pouvoir. C'est ce qu'illustre ce film.

L'histoire commence quand les garde-côtes américains découvrent qu'un ami très proche du président des Etats-Unis Bennett a été tué dans son yacht. Son meurtre apparait être lié à ses liens avec un cartel de la drogue colombien qui a réussi à lui extorquer plus de 650 millions de dollars. Bennett est très remonté et considère que les cartels de la drogue colombiens sont un "clear and present danger". Il donne l'autorisation tacite à son conseiller de la Sécurité nationale, James Cutter, de tuer les responsables du meurtre de son ami. Dans le même temps, Jack Ryan est nommé chef du Renseignement, en remplacement du vice-amiral Jim Greer, atteint d'un cancer en phase terminale. Cutter préfère tenir Ryan à l'écart et se tourne vers Bob Ritter, le chef des opérations de la CIA pour monter une opération secrète en Colombie. C'est ainsi qu'il envoie, avec l'aide de John Clark qui s'occupe de la logistique, un commando de plusieurs hommes. Cette opération est destinée  à éliminer un des chefs du cartel de la drogue, Ernesto Escobedo. Ce dernier est furieux du fait que les Américains soient parvenus à geler ses avoirs, dont les 650 millions. Il charge son agent de renseignement, Félix Cortez de récupérer ces sommes par tous les moyens. Quand Cortez apprend que le directeur du FBI, Emile Jacobs, vient à Bogota pour négocier avec le procureur général colombien au sujet de l'argent bloqué, il le fiat assassiner, en essayant de faire passer Escobedo pour le commanditaire du meurtre. Cortez passe alors un accord avec Ritter. Il assassinera Escobedo et prendra la tête du cartel; Il réduira les exportations de drogue vers les Etats-Unis et permettra même que certains de ses passeurs soient de temps en temps, arrêtés par les services américains, afin de faire croire que les USA gagne la guerre contre la drogue. En échange, Cutter devra couper tout contact avec le commando envoyé et lui permette de l'éliminer. Grâce à des écoutes téléphoniques et au piratage de l'ordinateur de Ritter, Ryan découvre toute cette machination. Il se rend en Colombie pour exfiltrer le commando ou ce qu'il en reste, avec l'aide de Clark. Il se rend chez Escondido et l'informe du rôle de Cortez. Un des hommes de Cortez tue Escobedo. Ryan et Clark parviennent à retrouver les survivants du commando et tuent Cortez. De retour aux USA, Ryan rencontre le président Bennett et lui signale qu'il va informer le Congrès de cette conspiration, quelles qu'en soient les conséquences pour sa carrière. Le film se termine sur Ryan commençant sa déposition devant le Congrès.

Le tournage eut lieu dans plusieurs aéroports et bases aériennes : le John Wayne Airport de Santa Ana (CA), où Ryan rencontre Clark, le Dulles International Airport de Washington DC, où arrive Cortez, au début du film, la base aérienne de la Navy de Fallon (NV), la base de l'USAF d'Andrews AFB (MD). Ce film comporte de multiples avions et hélicoptères, dont trois ont participé réellement au tournage.


Les avions du film :

Les aéronefs sont présentés par ordre d'apparition à l'écran.

Au quartier général des forces spéciales, on aperçoit à travers les fenêtres d'un bureau, deux Sikorsky UH-60, qui décollent d'un parking. Un peu plus tard, le président Bennett embarque à bord d'un Bell 205, un modèle qui ne fut jamais un hélicoptère présidentiel.

Le commando se rend en Colombie avec deux Sikorsky MH-60L Black Hawk. Cette scène, comme les suivantes, reçurent la collaboration du 160th Special Operations Aviation Regiment (Airborne), les "Night Stalkers", mentionné dans le générique. On les voit également à l'entraînement sur le terrain d'exercice de Fort Hunter Liggett, en Californie.

L'avion que le commando fait exploser est un Aero Commander 720, "N825WD" (c/n 720-850-13) appartenant en 1994 à Barron Thomas Aviation Inc. de Wilmington (DE), rayé des registres en 2018.

Ryan se rend à Bogota (en fait, plutôt à Quito, en Equateur, vu les images...), avec un Raytheon Hawker 1000 (BAe 125-1000) portant le matricule "N9747P". Il s'agit d'un des trois matricules réservés par l'industrie cinématographique, les autres étant "N88892" et "N9748C".

A travers un hublot, on voit un Learjet 35/36, sur le tarmac.

Jacobs vient à Bogota (toujours Quito; on aperçoit trois Boeing 707 de la compagnie Ecuatoriana parqués non loin de la piste) avec le même avion (?) ayant le nouveau matricule "N81AB" qui, lui, est réel. Le Raytheon Hawker 1000 "N81AB" (c/n 259005) appartenait au moment du tournage à la société anglaise Raytheon Corporate Jets Inc. Construit en 1991 (G-BTTX), il fut vendu en avril 1993 à Alexander and Baldwin Inc. basée à Hawaï (N1AB, puis N81AB). En juillet 1993, il retourna chez British Aerospace Inc, puis  Raytheon Corporate Jets Inc. Après août 1995, il changea rapidement de propriétaires : Beech Acceptance Corporation, USI American Holdings Inc (N410US) en 1995, Bombardier Capital Inc en 1996, Executive Jet Sales Inc (N505QS) en 1997, Raytheon Aircraft Company N505LR) en 2005, Hawker Beechcraft Corporation, puis Executive Charters Inc. en 2007, Aviation Dynamics LLC en 2010, Wells Fargo Bank Northwest NA Trustee en 2011 et enfin, 304MC II (N982LC) en 2013.

Mais, dans un hangar, Jacobs sort d'un Grumman Gulfstream II (non identifiable) ! Quand le convoi de Jacobs sort du hangar, il croise un Beechcraft 58P Baron "N8030P" (c/n   Th-1655 5400 2) qui, en 1992, appartenait à la société Beechcraft East Inc. d'East Farmingdale (NE).

Le cercueil de Jacobs revient aux USA sur la base d'Andrews, à Camp Springs (Maryland), transporté par un Lockheed C-141C Starlifter.

Sur le pont du porte-avions USS "Kitty Hawk" (CV-63), on peut apercevoir (de loin) des hélicoptères Sikorsky SH-3 Sea King. Un Northrop Grumman E-2C Hawkeyea mis ses moteurs en route. L'avion qui décolle pour aller attaquer les narco trafiquants est un McDonnell Douglas F/A-18C Hornet (tail code NJ, modex 300, BuNo 164879, c/n 1211/C345) de la VFA-125 (Strike Fighter squadron-125), les "Rough Raiders". Il détruit la villa avec un missile à guidage laser GBU-10 Paveway. Quand il s'aligne sur le pont, on aperçoit, derrière lui, un autre F/A-18C qui s'apprête, lui aussi, à être catapulté; un biplace F/A-18D est parqué plus loin.

Cortez recherche les militaires américains avec un Bell 206 JetRanger dont le matricule, très petit (situé sur la poutre) est indéchiffrable.

Après être revenu à Bogota dans un Boeing 767 (filmé de nuit, franchissant le seuil de piste), Ryan achète un hélicoptère Bell 412, pour aller récupérer le commando. Ce Bell 412 porte visiblement la fausse immatriculation colombienne "HK-37Z". On remarque, inscrit sur la porte de queue, "Mina Esmeralda", une mine située...au Mexique.


Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr
.

Danger_immediat.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 2018.04.14 : 10:52
Category : Movies files - Films
Page read 1421 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!