Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 157 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2018
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LA SOMME DE TOUTES LES PEURS
Vo The sum of all fears

 

Année : 2002
Pays : Etats-Unis
Genre : action
Durée : 2 h 04 min.
Couleur

Réalisateur : Phil Alden ROBINSON
Scénario : Tom CLANCY, Paul ATTANASIO

Acteurs principaux :
Ben AFFLECK (Jack Ryan), Morgan FREEMAN (William Cabot, directeur de la CIA), Bridget MOYNAHAN (Dr. Catherine "Cathy" Muller), James CROMWELL (J. Robert Fowler, Président des Etats-Unis), Liev SCHREIBER (John Clark), Michael BYRNE (Anatoly Grushkov), Alan BATES (Richard Dressler), Ron RIFKIN (Sidney Owens, secrétaire d'Etat), Ciarán HINDS (Alexander Nemerov, Président de la Fédération de Russie).

Musique : Jerry GOLDSMITH
Photographie : John LINDLEY
Producteurs : Tom CLANCY, Stratton LEOPOLD, Mace NEUFELD
Compagnies productrices : Paramount Pictures, Mace Neufeld Productions.

Les avions :
-Douglas A-4H/N Skyhawk
-Dassault Falcon 900, N900EX
-American Blimp Corporation A-150, N151AB
-Bell 412
-Sikorsky CH-53E Sea Stallion
-Boeing E-4B, s/n 31676, s/n 40787
-McDonnell Douglas KC-10A Extender
-Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon, s/n 84-1294, 84-1384
-Northrop Grumman B-2 Spirit
-Eurocopter AS-355 Ecureuil 2, N354SC

Notre avis :

Pendant la guerre du Yom Kippur, en 1973, un avion d'attaque israélien équipé d'une arme nucléaire, est abattu. Vingt neuf ans plus tard, un ferrailleur syrien trouve la bombe non explosée, sur les hauteurs du Golan. Il la vend à un trafiquant d'arme sud-africain, Olson, qui l'identifie comme une bombe nucléaire. Il la revend plus tard, à un millionnaire autrichien, Richard Dressler, qui est un néo-nazi. Son plan est de déclencher une guerre nucléaire entre la Russie et les USA qui conduirait à l'anéantissement des deux pays, et permettrait à une Europe fasciste d gouverner le monde ! Lors d'une visite à Moscou, dans le cadre du traité START sur la limitation et la réduction des arsenaux nucléaires, l'agent de la CIA, Jack Ryan et son directeur William Cabot, remarquent l'absence de trois scientifiques russes. Après enquête, Clark trouve qu'ils sont en Ukraine, dans une ancienne installation de l'armée soviétique, où ils les soupçonnent de fabriquer une arme nucléaire secrète que la Russie pourrait employer. Plus tard, Ryan et ses collaborateurs découvrent qu'une caisse a été expédiée par avion aux îles Canaries, et de là, qu'elle a été acheminée par bateau, à Baltimore. Il avertit aussitôt Cabot qui assiste avec le président des Etats Unis, à un match de football, dan cette ville. Le président est aussitôt évacué, mais la ville est dévastée par la bombe ! Entre temps, un général russe corrompu par Dressler, a envoyé des bombardiers attaquer un porte-avions américain en mer du Nord. Les analyses effectuées sur le site de l'explosion démontrent que la bombe a été fabriquée aux Etats-Unis en 1968, ce qui met hors de cause les Russes. Clark parvient à retrouver en Syrie, celui qui a trouvé la bombe; il lui indique à qui il l'a vendue. En piratant l'ordinateur d'Olson, Clark remonte à Dressler qui est derrière l'attaque de Baltimore. Ryan se rend au Pentagone et parvient à entrer en communication avec le président russe Nemerov. Il lui signale qu'il sait que la Russie n'a rien à voir dans cette histoire et il lui demande de suspendre toute frappe de représailles. Nemerov accepte, si le président américain en fait autant. Les acteurs de cette conspiration sont assassinés et les présidents américain et russe, réunis à la Maison Banche, annoncent de nouvelles mesures de non-prolifération nucléaire, alors que Clark et sa fiancée les écoutent.

Ce film qui a des relents de guerre froide et rappelle inévitablement la crise de Cuba, en 1962, se polarise surtout sur le contrôle de l'arme nucléaire. Il se base sur un fait réel. Après la chute de l'URSS, on estime que de nombreuses armes nucléaires, de faible puissance, ont disparu des stocks de l'Armée rouge, volées ou vendues, comme dans le film. Jusqu'à nos jours on n'en a vu aucune réapparaitre, heureusement, mais ce sont des états, et non des groupes terroristes, comme la Corée du Nord, qui aujourd'hui aide certains pays inquiétants à obtenir l'arme atomique...

Le scénario pose aussi un problème de base : pourquoi l'Armée de l'air israélienne n'a-t-elle pas effectué de sérieuses recherches pour retrouver une telle arme de destruction massive ?...

La production bénéficia de la large coopération des forces armées des Etats-Unis, du Département de l'Air Force, de l'Armée, de la Marine, du Corps des Marines et du Bureau de la Garde Nationale qui fournirent des hommes, des aéronefs et même un porte-avions. Le film montre ainsi de nombreux avions et hélicoptères, tant militaires que civils.

Les avions du film :

Le film ouvre sur une "base israélienne" où sont parqués plusieurs Douglas A-4H/N Skyhawk "Ahit" (Aigle) , un avion que l'Armée de l'Air israélienne retira du service en 2015. On en voit trois, dont l'un port le code "261" et sous lequel on charge la bombe atomique. Mais quand il vole, la bombe devient une image de synthèse placée sous le fuselage...Ces avions sont tout à fait vrais et appartenait à la société ATSI (Advanced Training Systems International, Inc.), une société privée américaine fondée par un ancien officier de l'US Navy, en 1993, et qui offre aux forces armées américaines, mais aussi alliées, des avions plastrons, pour des séances d'entraînement. Cette société est basée à Mesa (AZ) et opère à partir du Gateway Airport qui était avant 1993, la base de Williams AFB. C'est sans doute à Gateway que la scène a été tournée, le crash de l'avion se passant dans la Vallée de la Mort, dans le désert des  Mojaves (CA) et non sur les hauteurs du Golan (Israël). ATSI comptait une dizaine d'A-4 dont plusieurs étaient israéliens (Cf. "The Douglas A-4 Skyhawk : Attack & Close-Support Fighter Bomber" de Jim Winchester, ed. Pen and Sword Aviation, 2005).

L'A-4 pouvait théoriquement emporter une bombe nucléaire, avec une forme plus aérodynamique que celle du film, mais n'était pas assez rapide pour échapper au souffle de la bombe après sa détonation.

L'A-4 portant le code "261" (BuNo 159533, c/n 14453, s/n 14531) avait appartenu à la l'Armée de l'Air israélienne, affecté à l'escadrille (Tajeset) 140, "The golden eagle", avec le code "413", mais aussi "261". En juin 2001, il fut acquis par ATSI et reçut le matricule "N261WL". Le tournage du film fut une de ses premières missions...Rayé des registres américains en décembre 2014, il fut vendu au Canada à Discovery Air Defense Services (C-FGZI). Cette société, offrant des services identiques à ATSI, signa avec la Luftwaffe un contrat de cinq ans pendant lesquels l'A-4 servira d'avion ennemi, portant le code "531", à partir de la base de Wittmundhafen. Mais il a perdu sa livrée israélienne.

En arrière plan on parvient à distinguer un McDonnell F-4E Phantom Kurnass israélien. On ne sait rien sur cet avion qui appartenait peut-être à ATSI.

Ryan se déplace souvent dans un avion civil, un Dassault Falcon 900, immatriculé "N900EX", un matricule réservé à la société Dassault Falcon Jet Corp. installée dans le New Jersey. Ce matricule fut attribué à huit Falcon 900, entre 2003 et 2010, en attendant leur immatriculation définitive. Cet avion fut fourni à la production par Dassault Falcon Jet, par l'intermédiaire de Mme Levin, directrice de la société A-List entertainement, chargée par Dassault Falcon Jet de faire apparaitre ses avions dans des films, comme celui-ci, ou "The Pelican Brief" (1993) ou dans l'émission de télé-réalité, "America’s Next Top Model" (2006..).

C'est un dirigeable, un blimp, un American Blimp Corporation A-150, faisant de la publicité pour la bière Budweiser, qui survole le stade de "Baltimore" (en réalité, le stade olympique de Montréal). Il porte le matricule "N151AB" (c/n 101) et appartenait à "The Lightship Group" racheté en 2012, par  Van Wagner Communications LLC. Il est toujours en activité.

Ryan est surpris par l'explosion atomique, alors qu'il se déplace en hélicoptère, dans un Bell 412. Quand il s'en sort miraculeusement (mais l'irradiation aurait dû le tuer quelques heures plus tard), on aperçoit le matricule du Bell "N25CH", qui est faux. Ce numéro est celui d'un Pitts special, un avion de voltige, appartenant à Craig Hosking, le coordinateur des scènes aériennes du film; ce matricule était donc bien adapté pour cet hélicoptère qui voltige sous l'effet du souffle de la bombe...Une vraie cellule de Bell 412 fut bien sacrifiée pour le tournage de cette séquence. Quand à l'hélicoptère qui fut filmé en vol, on n'a aucune information sur lui.

Ce sont deux Sikorsky CH-53E Sea Stallion des Marines qui viennent à la rescousse du président coincé dans sa limousine blindée (et qui n'avait pas attaché sa ceinture...) reposant sur le toit, dans le cadre d'une mission TRAP (Tactical Recovery of Aircraft and/or Personnel). Ces hélicoptères des Marines portent sur le nez les modex "404" (BuNo 165345, c/n 65650) et "405" (BuNo 161992, c/n 63463), ainsi que le tail code "MT" du Marine Heavy Helicopter Squadron 772 (HMH-772), connu comme les "Hustlers", et basé à McGuire AFB.
    
Comme prévu par le règlement, en cas d'attaque nucléaire, le président des Etats-Unis embarque sur Air Force One, plutôt que de s'enterrer dans un bunker bien profond, ce qui lui donne plus de liberté de commandement et lui permet de se déplacer vers une zone qui n'a pas été atteinte. Rappelons qu' "Air Force One" est l'indicatif d'appel de tout aéronef de l'United States Air Force dans lequel se trouve le président des États-Unis. Dans le film, il ne décolle pas avec un des deux Boeing VC-25A, les habituels Air Force One, mais avec un Boeing E-4B, un poste de commandement volant. Il a le serial "73167" qu'il n'a jamais porté. Il s'agit d'un numéro ambigu, car il peut désigner les vrais serials "31676" (73-1676, c/n 20682) ou "31677" (c/n 20683)...Une fois en l'air, le président a sans doute changé d'avion, car le Boeing E-4B porte cette fois-ci, le vrai serial "40787" (s/n 74-0787, c/n 20684). Le "40787" bénéficie d'une protection nucléaire renforcée. Ces avions sont mis en œuvre par le 1st Airborne Command and Control Squadron faisant partie du Strategic Air Command (cités dans le générique de fin) et stationné sur la base d'Offutt AFB (NE).

L'avion présidentiel est ravitaillé en vol par un McDonnell Douglas KC-10A Extender, vu de trop loin pour être identifié avec précision. Il appartenait au 305th Air Mobility Wing, opérant à partir de la base McGuire AFB (NJ), une unité citée dans le générique de fin.

Entretemps, les Russes ont lancé, de nuit, quatre Tupolev Tu-22M (en CGI) qui vont attaquer un porte-avions de l'US Navy en lançant des missiles anti-navires Raduga Kh-15/AS-16 Kickback. Cette scène est quelque peu totalement irréaliste. Un porte-avions aux USA comme ailleurs ne navigue jamais tout seul, mais entouré par une petite flotte de protection (frégates de lutte anti sous-marine, croiseurs de protection anti-aérienne...). En outre, il dispose d'avions radar destinés à l'alerte lointaine, comme le Northrop Grumman E-2 Hawkeye, que l'on aperçoit sur le pont, ailes repliées, alors qu'il aurait dû être en l'air, surtout en situation de crise...

Le porte-avions en question est l'USS "John C. Stennis" (CVN-74) qui normalement n'aurait pas dû se trouver en Atlantique (plus exactement près de la ville de Bogarness, en Islande, d'après le scope du radar), étant basé sur la côte ouest et n'intervenant que dans le Pacifique et l'océan Indien. Le 23 septembre 2002, jour de l'attaque, il était amarré, sur sa base de Kitsack, à Bremerton (WA), à des milliers de kilomètres à l'ouest de l'Islande...Sur son pont, on distingue (difficilement), de nuit, les habituels avions d'un Carrier Air Wing : Grumman F-14A Tomcat, McDonnell Douglas F/A-18 Hornet, Lockheed S-3B Viking, Grumman Hawkeye, Northrop Grumman EA-6B Prowler, hélicoptères Sikorsky SH-60 Seahawk.

Pour attaquer les bases russes, les Américains envoient trois Lockheed Martin F-16C Fighting Falcon, ce qui parait un peu "léger", le rayon d'action, en configuration de combat, ne dépassant pas 550 km. On peut voir deux F-16 de près, portant les serials 84294 et 84384. L'un emporte sous le ventre un bidon de 300 gallons (1135 litres), deux bombes à guidage laser GBU-10 Paveway II, deux missiles air-air AIM-9L Sidewinder, deux missiles air-air AIM-120 AMRAAM, en bout d'ailes. Ils portent sur la dérive le tail code "SP" du 23rd FS, les "Fighting Hawks", basés en Allemagne, à Spangdahlem (d'ou le code SP), entre 1971 et 2010, date de la dissolution du squadron. Mais cette unité n'était équipée, depuis octobre 1987, que de F-16 Block 30 et 50, alors que ces deux F-16 sont des Blocks 25E, plus anciens. Donc, les tails codes ne collent pas avec les serials, les uns ou les autres étant faux...Il faut voir le parcours de ces deux F-16.

Le "84294" (s/n 84-1294, c/n 5C-121) livré à l'USAF en 1986, connut de nombreuses affectations : mars 1986, 86 TFW (code RS) > décembre 1986, 313 TFS (code HR) > août 1991, 184 TFG > mai 1994, 134 FS > août 2010, 148 FS (code AZ) > avril 2012, 195 FS (code AZ) > août 2013, 62 FS (code LF) > octobre 2013, 309 FS (code LF). Cet avion est toujours en activité.

Le "84384" (s/n 84-1384, c/n 5C-166) fut livré à l'USAF en 1986 et affecté au 10 FFS (code HR) en mai 1996. Ses affectations suivantes furent : 496 TFS (code HR) > août 1991, 113 TFS (code TH) > avril 1995, 152 TFS > avril 1996, 134 FS > septembre 2008, AMARC, Davis Monthan AFB (AZ) > juin 2009, acquis par la société de recherches aéronautiques Calspan Corp., opérant sous le nom de "Bicycle Works" > août 2010, AMARC où il reste stocké.

On s'aperçoit ainsi qu'entre 1996 et 2008, les deux F-16 appartinrent au 134 Fighter Squadron, une unité du 158th Figther Wing, qui est citée et remerciée dans le générique de fin pour sa participation au tournage. Cela signifie donc que c'est le code qui est faux et qui a été ajouté pour désigner une escadrille basée en Allemagne, donc proche de la Russie. Le 134 Fighter Squadron, est une unité de l'Air National Guard du Vermont (code VT), basé à Burlington (VT). Mais un des pilotes porte sur l'épaule droite, le badge du "186th Fighter-Interceptor Squadron" ("Charlie Chicken/Vigilantes") une unité de l'Air National Guard du Montana, basée à Great Falls, qui, en 2002, s'appelait le 186th Fighter Squadron, depuis 1992. Les F-16 de l'ANG du Montana ne portent pas de tail code. En 2001, ce squadron avait pris livraison de nouveaux F-16C/D Bloc 30, avec une entrée d'air du réacteur plus large.

Les cibles frappées (un Antonov An-12B et un Mil Mi-17...) apparaissent sur des bouts de documents filmés lors de la guerre du Golfe, des pertes ridicules face à la perte de la ville de Baltimore (600 000 habitants)...

Les Américains décident enfin d'envoyer des bombardiers plus lourds, des Northrop Grumman B-2 Spirit, dont le marquage est tout aussi furtif que leur signature radar...Ceux du film étaient mis en œuvre par le 509th Bomb Wing, basé à Whiteman AFB (MO), cité dans le générique. Dans le film, ils décollent de la base USAF d'Aviano en Italie. Sur cette base ne sont déployés que des escadrilles de chasse et pas de bombardiers. Il est rare de voir des bombardiers furtifs B-2 « Spirit » du 509th Bomb Wing, être déployés à l’étranger. Le plus souvent, et même s’ils peuvent opérer depuis plusieurs autres sites (Guam, Diego Garcia, Fairford, au Royaume-Uni, mais pas à Aviano), ces appareils effectuent des vols de longue durée et regagnent les Etats-Unis une fois leurs missions accomplies.

Le dernier aéronef vu dans le film, est un hélicoptère Eurocopter AS-355 Ecureuil 2, ayant les couleurs de la Maryland State Police (le drapeau de l'état figurant sur la poutre est à l'envers). L'immatriculation est peu visible (N63??). Mais sur une vidéo concernant le tournage du crash de l'hélicoptère de Ryan, on constate que cet hélicoptère est filmé en vol par un Ecureuil reconnaissable au drapeau de l'état de Maryland, inscrit sur sa poutre; il s'agit donc de l'appareil du film. Il a été photographié en mai 2001 (lors du tournage), à New-York, sur le Wall Stret Heliport avec son faux  matricule "N63MD" et son vrai "N354S(C)". Il s'agissait d'un hélicoptère équipé de caméras qui fut utilisé, entre autres, par Craig Hopking et qui apparut dans plusieurs films comme "The dictator" (2012), la série télé "Louie" (2010). Construit en 1982, il portait la véritable immatriculation "N354SC" (c/n 5133) et appartint d'abord à la compagnie minière Shamrock Coal Company de Manchester (KE) jusqu'en 1992. Transformé en F1, avec de nouveaux réacteurs, il fut acquis par William Richard, le directeur de New York Film Flyers, une société de services aériens travaillant pour le cinéma et la télévision. L'hélicoptère fut alors reimmatriculé "N355FF", en 1999, mais ce nouveau matricule n'apparait qu'après 2004 sur les photos... C'est Richard qui pilota son hélicoptère dans le film.


Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

LASOMMEDE_TOUTES_LES_PEURS.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 27/04/2018 : 18:53
Last update : 27/04/2018 : 18:53
Category : Movies files - Films
Page read 117 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!