Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 164 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2018
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LA PROMESSE DE L'AUBE

 

Année : 2017
Pays : France
Durée : 2 h 11 min.
Genre : biographie
Couleur

Réalisateur : Eric BARBIER
Scénario : Eric BARBIER, Marie EYNARD

Acteurs principaux :
Pierre NINEY (Roman Kacew, dit Romain Gary), Charlotte GAINSBOURG (Nina Kacew), Didier BOURDON (Alex Gubernatis), Jean-Pierre DARROUSSIN (Zaremba), Catherine McCORMACK (Lesley Blanch), Finnegan OLDFIELD (Capitaine Langer)

Photographie : Glynn SPEECKAERT
Musique : Renaud BARBIER
Producterus : Eric JEHELMANN, Philippe ROUSSELET, Jérôme SEYDOUX
Compagnies productrices : Jerico, Pathé, Nexus Factory, Umedia, TF1 Films Production, Lorette Cinéma.


Les avions :
-Dassault MD 311 Flamant, F-AZER
-Dassault MD 312 Flamant, F-AZFE, F-AZDR, F-AZVG (au sol)
-Stampe SV4C, D-EEDW, OO-GWC, OO-SPM
-Morane Saulnier MS-505 Criquet, F-BDQI
-Piper Super Cub, OO-LOT
-Stinson L-5 Sentinel, N57797
-Boeing Stearman E75, N5323N


Notre avis :

Il s'agit ici du remake du film "La promesse de l'aube", sorti en 1970, réalisé par Jules Dassin, avec Mélina Mercouri. Rappelons rapidement le scenario de ce film, inspiré du livre autobiographique du même nom, de Romain Gary, paru en 1960.

Nina Kacew est une femme juive d'origine russe qui doit élever seule son jeune fils Romain, en Pologne. Elle rêve qu'il devienne, plus tard, écrivain ou diplomate, alors que lui veut se consacrer à la peinture où il montre quelques aptitudes. Très travailleuse, Nina monte une petite entreprise de mode de style français, étant une admiratrice de la France. Son commerce prospère jusqu'à ce qu'elle soit victime de l'antisémitisme, en progression dans la Pologne d'avant guerre. Elle est dépouillée de ses biens. Elle décide alors de quitter la Pologne pour Nice et les bords de la Méditerranée. Elle finit par devenir gérante d'une pension de famille. Comme avant, elle se montre très autoritaire vis à vis de son fils qu'elle adore, le forçant à écrire, pour stimuler son esprit. Mais Romain est adolescent et collectionne les conquêtes féminines, son inspiration littéraire peinant à se révéler. Quand la guerre éclate, Romain s'engage dans l'Armée de l'air, et sa mère est persuadée qu'il va devenir bientôt un officier. Il se fait alors un devoir de satisfaire les ambitions de sa mère qui l'encourage en lui téléphonant ou en lui envoyant des lettres. Après l'armistice, Romain passe en Angleterre. Après un duel au pistolet avec un officier polonais, il est envoyé en Afrique, où il passe trois longues années difficiles, avant de revenir en Angleterre. Il incorpore alors une unité française de bombardiers en tant que navigateur et il se distingue par son courage. Il continue à écrire, recevant chaque semaine deux lettres de sa mère qui l'incite à écrire d'avantage. Son roman, l'"Education européenne" remporte un grand succès, mais les lettres de sa mère n'en tiennent pas compte. Quand il rentre en France, il trouve la porte de la pension de Nina, fermée. A l'hôpital où sa mère avait été admise peu avant son départ en Angleterre, un médecin lui annonce qu'elle est morte depuis trois ans, après avoir écrit des centaines de lettres qu'on lui a fait parvenir, selon son désir...

Rappelons que Romain Gary s'engagea très tôt dans les Forces Aériennes françaises libres, après avoir reçu en France une formation de mitrailleur à Avord et avoir été promu observateur, en avril 1941. En février 1943, il fut rattaché, en Grande-Bretagne, au Groupe de Bombardement 1/20 "Lorraine" qui fut, au sein de la RAF, le squadron 342, créé en avril 1943 (Cf. Revue ICARE : "Les F.A.F.L. Le Groupe Lorraine et le GRB1", n° 166, 167, 171, 174, 176). Il était équipé de Douglas Boston III/IV et fut d'abord basé à West Raynham, puis à Hartford Bridge. En tant qu'observateur, Gary remplaça Pierre Mendès-France dans l'équipage du sous-lieutenant Arnaud Langer. Le 25 janvier 1944, il fut blessé, ainsi qu'Arnaud Langer. Ce dernier, atteint aux yeux, parvint néanmoins à rejoindre Hartford Bridge, guidé, en finale, par Gary, revenu à lui, entre-temps (Cf. "Les bombardiers de la France libre "Groupe Lorraine" de François Broche. 1979, éd. Presses de la cité). Il effectua sur le front de l'Ouest plus de vingt-cinq missions, totalisant plus de soixante-cinq heures de vol de guerre.

Le tournage du film commença fin mars 2016 et se déroula en Hongrie, en Italie, en Belgique, au Maroc (Merzouga, Errachidia, Erfoud, Rissani et Ouarzazate) et en France. En juillet, il se poursuivit sur l'ancienne base de Brustem, près de Saint Trond, figurant la base anglaise de Hartford Bridge (Blackbushe airport depuis 1947). Notons que la reconstitution de Hartford Bridge en CGI avec sa piste unique, serrée de près par des bâtiments des hangars et la tour de contrôle, ne correspond en rien avec la vraie base. Les bases anglaises comme Hartford, se caractérisaient par trois pistes formant un triangle, les installations étant dispersées aux alentours pour éviter au maximum les dégâts en cas de bombardement.

Auparavant, deux semaines avaient été passées sur l’aérodrome de Goetsenhoven/Gossoncourt représentant la base de Salon-de-Provence. Goetsenhoven (dont on voir le bâtiment de la tour de contrôle et les hangars qui le jouxtent) a été abandonné en 1996 suite à la centralisation de l’instruction des pilotes de la force aérienne belge, à Beauvechain. Depuis cette date, la base reste la propriété de l’armée mais n’est plus utilisé que sporadiquement pour des exercices.

Ce film comporte de nombreux avions, comme sa version de 1970, mais cette fois-ci, on a un peu plus d'informations sur leur provenance. La production eut recours aux effets spéciaux pour reconstituer les dizaines de bombardiers qui se déplaçaient en «boxes» (boîtes) de six avions, pour aller pilonner les côtes de Normandie.


Les avions du film :

Pour les scènes aériennes, à l’initiative du conseiller technique et coordinateur aéronautique, Isabelle Bazin, il a été fait appel à plusieurs Dassault Flamant, des Ailes Anciennes de Corbas, d' A3A L'Amicale Alençonnaise des Ailes Anciennes), pour représenter les bombardiers Douglas Boston du groupe Lorraine (alias le Squadron 342 de la RAF) auquel appartint Romain Kacew/Gary.

Les autres avions, ont été fournis, avec leurs pilotes, par des associations belges, comme 369 Squadron, l'Antwerp Stampe Club, les aéroclubs de Goetsenhoven et de Saint Trond/Brustern, et l'association française APPARAT (Association pour la Préservation du Patrimoine Aéronautique et la Restauration d'Avions Typiques) de la Montagne Noire.

Pas moins de quatre Dassault Flamant, en état vol, joueront le rôle d'une escadrille de Douglas Boston. Pour les besoins du tournage, les bimoteurs ont volé une trentaine d’heures. Mais il faut dire qu'on ne les voit que rarement en vol, étant remplacés par des images de synthèse,  lors des combats.

Le Dassault Flamant est un avion très différent du Douglas Boston Mk.III/IV dont fut équipé le groupe Lorraine en 1943, non seulement par son empennage bi dérive, mais aussi par son poids (5.8 tonnes maxi contre 10.9 tonnes), la puissance de ses moteurs (2 x 580 cv, contre 2 x 1600 cv), ses performances (vitesse maxi 380km/h contre 510 km/h) et sa capacité d'emport (0.3 tonne de bombes contre 1.8 tonne). Le Flamant n'apparut qu'après la guerre en 1947. Peut-être, la production a t-elle voulu imiter les B-25 Mitchell que le groupe Lorraine employa en mars 1945, mais là encore, le Flamant apparait encore très léger face au B-25 et sa silhouette est fort différente. Le premier Flamant MD.315 (Flamant I) de série fut réceptionné par l'Armée de l'air française, le 27 février 1949. Cette version initiale fut suivie par deux  variantes : le MB.312 (Flamant II), à double commande, pour l'entraînement au pilotage, qui fit son premier vol le 27 avril 1950 et le MB.311 (Flamant III), avec un nez vitré, pour l'entraînement à la navigation et au bombardement, qui fit son premier vol le 29 mars 1948.

Dans le film, on voit un Flamant ouvrir ses soutes pour larguer au moins une douzaine de bombes, ce qui est totalement irréaliste. On a, en outre, rajouté sur le dos du fuselage un poste de tir défensif, style Heinkel He 111...

L’Amicale Alençonnaise des Avions Anciens (A3A), fournit trois Dassault Flamant, qui restèrent trois semaines, en Belgique, pour le tournage.

L'un d'eux est le Dassault MD 312 "F-AZFE" (c/n 237) dont le nez plein, a été camouflé en nez vitré avec de la peinture bleue...). Il porte le code "OA-L" du squadron 342. Construit en 1952, il fut en service dans l'Armée de l'Air avec l'immatriculation "F-TEDC", il porta le  code "319-DM"  du Groupement Ecole 319 d'Avord à partir de 1965, code avec lequel il vole encore. En 1987, il fut vendu à l'association "SV4 Aero", avec le matricule F-AZFE, puis en août 1990, à l'Aéroclub du Bassin Minier de Monceau les Mines. Suite à une panne moteur, l'avion fut bloqué au sol pendant six ans et stocké dans un hangar. C'est en septembre 2013 qu'il rejoignit l'Amicale Alençonnaise des Avions Anciens (A3A), en étant le dernier Flamant à rejoindre la flotte de l'amicale qui assura sa remise en état de vol.

Le second Dassault 312 est le "F-AZDR" (c/n 160). Construit en 1952, il fut d'abord affecté au GE 319, sur la base école d'Avord. De 1960 à 1964, il fut affecté au GAMOM 84 (Groupement aérien Mixte d’Outre Mer) à Pointe Noire, au Congo. Il subit deux remises à niveau techniques en 1959 et en 1975. De 1966 à 1977, il fut basé au Centre d’Expériences Ariennes Militaires de Mont-de-Marsan, puis fut réformé à Châteaudun en 1984 après 9133 heures de vol. En février 1985, il fut acquis par l'Association de Voltige Alençonnaise (F-AZDR) devenue en 1988, l'Amicale Alençonnaise des Avions Anciens (A3A) basée à Alençon-Valframbert.

Le troisième Flamant est le Dassault MD 311 "F-AZER" (c/n 276) portant le code "OA-N", celui de Romain Gary. Il vola pour la première fois en avril 1953 et fut basé successivement à Avord, Toulouse et Châteaudun. En 1956, il rejoignit le Groupement d'Outre-mer 86, à Blida (Algérie). En 1978, il subit une remise à niveau à Clermont-Ferrand. Il termina sa carrière à Châteaudun. Dans un premier temps, il devait rejoindre le musée de Dortmund, mais fut acquis à temps par l'Amicale Alençonnaise.

L’A3A a également fourni une carlingue dépourvue d’ailes qui, montée sur vérins hydrauliques, a été utilisée pour des prises de vues en gros plan, en studio, notamment pour la scène où l’avion est pris pour cible par la DCA. Cette même cellule avait déjà servi pour la première version de "La promesse de l’aube", en 1970.

Un Flamant fut filmé au sol, il s'agit du MD 312, "F-AZVG" (c/n 189) des Ailes Anciennes de Corbas. Ayant fait son premier vol en octobre 1952 à Bordeaux–Mérignac. Il fut affecté au GLAM 2/060 et servi de transport VIP. Il a également volé pendant de courtes périodes pour le CEAM (Centre d’Expérimentations Aériennes Militaires) de Mont de Marsan, ainsi qu’au profit d'EL 41 (Escadre de Liaisons) et de la 2ème Escadre de Chasse de Dijon. Le "189" a achevé sa carrière sur la base aérienne d’Avord, au sein du GE 319 (Groupement Ecole), chargé de la formation des élèves pilotes de transport. Réformé en 1983 avec 7846 heures de vol au compteur, il fut alors donné à l'aéroclub de Villeurbanne, pour y être exposé à l'entrée. En 1992, l'association les Ailes Anciennes de Corbas est créée pour entreprendre sa préservation et potentiellement, sa remise en état de vol. En 2000, l'avion est racheté par les Ailes anciennes de Corbas. Le 23 novembre 2003, le Flamant n°189 effectue son 1er vol, après 20 ans au sol. Il est alors immatriculé F-AZVG. Il vole toujours depuis avec la lette "G" sur les dérives.

Ces appareils de collection sont passés au maquillage, pour recevoir un camouflage RAF de fin de guerre (ocean grey, dark green, medium sea grey) dont les teintes ne semblent pas tout à fait correctes, trop sombres, et de fausses traces d’usure.

Romain s'échappe de France aux commandes d'un Morane-Saulnier MS-505 Criquet portant le vrai faux matricule "F-ABFM", attribué en 1920, au Sopwith B2 1 ½ Strutter de l'école Caudron, au Crotoy...En dehors de sa présence improbable au sein de l'Armée de l'Air en 1940, il a également une décoration improbable, peint en jaune et bleu, sans cocardes, à part  le drapeau national sur le gouvernail. Ce MS-505 est en réalité immatriculé  "F-BDQI" (c/n 211) de l'APPARAT basé sur l'aérodrome de la Montagne Noire, près de Revel; il participa au tournage en juillet 2017. Construit en 1947, il fut acheté aux Domaines en 1979, alors qu'il n'était plus en état de vol. Restaurés par les mécaniciens de l'association, il participa à de nombreux meetings aériens comme remorqueur de planeurs. En juin 1990, il fut bloqué au sol, son potentiel moteur épuisé. Cet avion, arrêté depuis 25 ans, partiellement désentoilé, fut remis en état de vol par les membres de l'APPARAT, au centre de vol à voile de la Montagne noire, puis, démonté, mis en container, et transporté en Belgique, pour participer au tournage de la séquence de l’évasion de Romain Gary. Les séquences du Criquet ne sont pas longues, mais il s’est très bien comporté au cours de plus de 30 démarrages et 15 décollages, bien qu'on ne le voit qu'au sol, la plupart du temps ! Rappelons que Romain Gary n'arriva pas en Angleterre avec un avion subtilisé à l'Armée de l'Air, mais en bateau, à partir de Casablanca.

Les autres avions ayant participé activement au tournage sont au moins cinq Stampe SV4C, dont trois seulement, sont identifiables au sol :

Le premier avion aperçu au bout d'1 h 08 min. de film est le Stampe SV4C "OO-SPM" (c/n 349) qui, de 1947 à 1954, appartint au SALS (Service de l'Aviation Légère et Sportive), avec le matricule F-BCOC. En 1954, il fut acquis par un particulier et basé à Troyes-Barberey. En avril 1968, il fut vendu à un pilote privé belge (OO-SPM) et il est depuis basé sur l'aéroport d'Anvers-Deurne.

Au sol, alors que Romain Gary pousse le Stampe vers le hangar, il devient le Stampe SV4C "D-EEDW" (c/n 245), immatriculé en Allemagne mais basé en Belgique. Construit en 1946, et immatriculé "F-BCKD", il fut transféré, en février 1947, au SALS  (Service de l’Aviation Légère et Sportive) de Saint Yan, où il resta jusqu'en février 1965, date de sa réforme. En août 1990, il fut acquis par un pilote allemand (D-EEDW). Son actuel propriétaire belge l'acheta en 2011 et le fit restaurer complètement par la société belge Raymond's Aircraft Restoration d'Anvers-Deurne, en mai 2013. En 2017, il était en vente auprès d'une société anglaise.

En arrière plan, à "Salon de Provence", on peut distinguer le Stampe SV4C "OO-GWC"  (c/n 1) du musée Stampe et Vertongen d'Anvers-Deurnes. C'est le premier Stampe construit en France par la SCAN (Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Nord). Contrairement à beaucoup d'autres machines de production française, cette machine n'est pas équipée d'un moteur Renault, mais d'un moteur Gipsy Major anglais. Ce spécimen a volé de juin 1945 à août 1950 pour la Marine française, basé à Lanvéoc-Poulmic. Puis, en 1951, il a reçu le matricule civil "F-BFVA". En 1976, il fut exporté aux États-Unis où il a été enregistré "N9480A". Il y a été entreposé de 1981 à 1991. En 1991, il fut trouvé par le président du, Stampe et Vertongen, dans un garage et transféré en Belgique. Il y fut remis en état de vol et l'appareil fait partie de la collection du musée.

Contrairement à ce que laisse entendre le film, le Stampe n'était pas, avant guerre, l'avion d'entraînement standard de l'Armée de l'Air. Il n'apparut dans l'inventaire de l'Armée de l'Air qu'en 1949, alors qu'il était fabriqué en grande quantité (800 exemplaires) en France, par la SCAN de Sartrouville. Avant guerre, les pilotes français s'entrainaient sur Morane Saulnier MS 315/317, Hanriot H.431, Romano R.80/82, Caudron C.275 Luciole.... En outre, Romain Gary ne fut jamais pilote, mais mitrailleur, puis navigateur...

Toujours en arrière plan, à "Salon de Provence", on aperçoit un Piper Super Cub portant des couleurs militaires et le code  "L-114" OO-LOT (c/n), un avions sans doute fourni par "369 Squadron". Le "OO-LOT" (s/n 53-4818, c/n 18-3218) porte le camouflage bicolore de l'Armée de l'air belge auquel il appartint en 1954 avec le code "L-144", puis "OL-L12" en 1963. Réformé en 1970, il fut vendu sur le marché civil en janvier 1974 (OO-LOT). Après une collision lors de l'atterrissage, avec un autre Piper, en 1986, l'avion fut stocké. Réparé, il revola à la fin des années 90.

On peut voir stationné, à côté, un Stinson L-5 Sentinel  (N57797, c/n 76-489), portant le code "C-6C" et des bandes de Débarquement ! Ce Stinson, construit en 1943, commença sa carrière dans l'USAAC avec le serial 42-98248. Après avoir été rayé des effectifs, il reçut le matricule civil "N57797" et fut utilisé dans les années 1992-2005 par deux particuliers de l'Illinois. Il fut alors acquis par la société Egmond Aircraft Inc. et expédié sur l'aérodrome d'Hoogeveen, aux Pays-Bas. En mars 2005, il devait recevoir le matricule hollandais PH-SEN, mais il fut annulé peu après. Cet avion est mis en ouvre par Classic Indépendant Aviators-391 Squadron.

Un autre figurant, aperçu rapidement au moment de la déclaration de l'arrêt des hostilités, par le maréchal Pétain, est un Boeing Stearman PT-13D/E75, tout aussi anachronique. Ce biplan  construit en 1942 est immatriculé, lui aussi, aux USA "N5323N" (c/n 75-5809). Il porte le code 700 et les couleurs de l'US Navy (ailes jaunes, fuselage bleu)...Construit par Boeing, il fut livré à l'USAAF avec le serial 42-17646; il fut immatriculé N5323N en mai 1956, vendu à un pilote de l'Idaho. En 2008, il fut exporté en Autriche. En 2015, il fut inscrit avec son ancien matricule "N2325N", au nom de la société 3G Classic Aviation, basée en Autriche et spécialisée dans la restauration des Stearman, mais entre 2015 et 2017, il ne vola qu'en Belgique.

En "Oubangui-Chari" (Centrafrique), à Bangui, des hommes poussent un avion inconnu, un petit monoplan à aile haute (visiblement mal en point), avec un moteur en ligne...Avec son train fixé sur une ailette, il ressemble très vaguement à un Potez 60 qui ne fut équipé que de moteurs en étoile. Rappelons, par ailleurs, que Romain Gary ne fut jamais affecté en Oubangui-Chari, mais en Gold-Coast (Ghana), en Libye, en Abyssinie et au Proche-Orient (Palestine, Syrie) des pays où les troupes anglaises furent stationnées, pendant la guerre.

Enfin, mentionnons un Heinkel He-111 en CGI, volant au ras des toits, à Londres, au moment du duel entre Romain Gary et un Polonais.

 

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

Lapromessedelaube2017.jpg

 
Associated keywords

Creation date : 12/05/2018 : 09:29
Last update : 12/05/2018 : 09:29
Category : - Films
Page read 547 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!