By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2019

Fei yue tian xian

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

FEI YUE TIAN XIAN
飞越天险
(Surmonter l'impossible)

 

Année : 1959
Pays : Chine populaire
Durée : 1 h 39 min.
Genre : aventure
Couleur

Réalisateur : Enjie LI
Scénario : Ge CHEN

Acteurs principaux :
Ziping LI (commandant du régiment), Wen QIN, Yang YU (Zhao Zhongkai), Lian ZHAO (Zhang Qiliang), John SAFRAN (Zheng-wei), Senguan ZHOU (un vieux mécanicien), Wenshi QIN (Xu Rui), (guide tibétain) Ge Cun Zhuang)

Photographie : Jinming ZHU
Musique : Wekai LI
Compagnie productrice : Beijing Film Studio

Avions :
-Curtiss C-46 Commando


 
Notre avis :

Ce film de propagande a pour principal sujet l'établissement d'une liaison aérienne entre Pékin et Lhassa, suite à la "libération" pacifique du Tibet par la 18eme armée de la Chine populaire, en 1950... Cette route de Pékin à Lhassa devait survoler le plateau de Qinghai qui a une altitude moyenne de 4 000 mètres et qui est soumis à de violents changements climatiques. Dès avril 1950, Mao Zedong chargea la 18e armée de construire un aéroport civil à Lhassa, après avoir achevé la construction de l'aéroport de Ganzi, dans le Sichuan. Cependant, en raison du déclenchement de la guerre de Corée, la construction de l'aéroport de Lhassa fut reportée.

En 1950, afin de faire prospérer et développer l'économie tibétaine, les jeunes pilotes de l'Armée de l'Air de l'Armée Populaire de Libération reçurent l'ordre de relier Pékin à Lhassa, afin d'ouvrir cette mystérieuse «zone de restriction aérienne», caractérisée par de très hautes altitudes. Le commissaire politique était déjà parvenu à grimper jusqu'à 7000 mètres. Une équipe météorologique est envoyée dans la montagne pour mettre en place une station météo destinée à étudier les conditions climatiques locales et préparer le vol. La jeune Xu Rui fait ses adieux à son mari, le pilote Zhao Zhongkai. Les météorologues, guidés par un vieux tibétain, sont parvenus à Da Xueshan. Mais peu après leur installation, une brutale avalanche a tout emporté. Les survivants se retrouvent au milieu de la neige balayée par un vent glacial. La communication radio avec la base à été rompue, les météorologues n'ayant pu récupérer qu'un petit poste radio de portée limité. Un avion va être envoyé pour acheminer les secours. Cette tâche est confiée à Zhao Zhongkai et à sept camarades de son unité. Lors du premier vol, alors qu'il est au-dessus de la couche, un moteur de son avion tombe en panne et il doit rebrousser chemin. Mais les aviateurs on repéré une vallée qu'ils ont prévu de survoler lors du prochain vol. Lors de celui-ci, le temps est mauvais et les nuages ne permettent pas de retrouver la vallée. Le temps presse. Pilote et copilote ne sont pas d'accord sur la façon de parvenir sur les lieux de l'avalanche. Un troisième vol est organisé et cette fois, Zhao Zhongkai parvient à retrouver la vallée et à s'y introduire en volant au-dessus des nuages. Au bout d'un long moment d'attente, l'opérateur radio est enfin parvenu à capter un faible appel venant du sol. Guidé par les météorologues, l'avion peut leur parachuter des vivres et des médicaments. Le temps mis à les retrouver en volant en rond a fait descendre les réserves d'oxygène et celles-ci ne vont pas être suffisantes pour le retour. Les membres de l'équipage décident d'enlever leurs masques à oxygène pour que le pilote puisse parvenir à la base. C'est au moment où lui même commence à manquer d'oxygène que le terrain apparait. Il peut atterrir sans problème, ses camardes retrouvant peu à peu leur esprit. Finalement, une station météorologique a pu être établie sur le plateau de Kangzang. A la fin du film, l'avion, piloté par Zhao Zhongkai, survole le palais du Potala, à Lhassa, alors que Xu Rui, entourée de ses camarades et de compatriotes tibétains, célèbrent la liaison aérienne entre Pékin et Lhassa.

Les Chinois procédèrent par étapes et construisirent, le long de la route vers Lhassa, plusieurs terrains ayant des altitudes différentes : Ganzi (3320 m), Yushu (3920 m) et Dangxiong (4230 m), qui fut l'aéroport temporaire de Lhassa, situé à seulement 60 km au nord de la ville. Des essais furent effectués sur ces aéroports pour paramétrer les décollages et les atterrissages avec des avions vides ou chargés. Le 26 mai 1956, un Ilyushin Il-12 atterrit à Lhassa Dangxiong. Ce n'est qu'en 1965, que l'actuel aéroport de Lhassa Gonggar (3570 m) fut construit, à 65 km au SW de la ville et que la ligne Pékin-Lhassa fut ouverte.

L'intérêt de ce énième film de propagande chinois, vantant, comme d'habitude, l'unité du peuple chinois et l'esprit de sacrifice des militaires de l'armée populaire, réside surtout, pour nous, dans l'avion employé par la production, un modèle qu'on ne s'attend pas à trouver dans un film glorifiant une armée de l'air communiste.

Les avions du film :

L'avion du film est le Curtiss C-46A Commando, un avion tout à fait convenable, vu le sujet, car ce type d'avion fut une des chevilles ouvrières du pont aérien établi au-dessus de l'Himalaya (the "hump") entre l'Inde et Kunming, en Chine, entre 1942 et 1945, pour ravitailler les troupes de Tchang Kaï-chek et les unités de l'USAAF basées en Chine.

En 1949, une vingtaine de ces appareils furent récupérés par les troupes communistes quand Tchang Kaï-chek partit s'établir à Taïwan. Ce avions, construits par des ouvriers exploités par la société capitaliste Curtiss-Wright, restèrent en service avec la force aérienne de l'armée populaire de libération, de 1949 à 1985.

Un seul participa activement au tournage apparemment, filmé au sol et parfois en vol. Tout alu, il porte seulement le numéro "803" sur la dérive. D'autres C-46, en  arrière plan, sont recouverts d'une peinture olive drab.

Le cockpit a était reconstitués en studio et on n'a aucune vue du tableau de bord à part l'altimètre et l'indicateur de débit d'oxygène (situé en bas et à droite de la planche de bord). L'équipage porte des masques américains type A-14. On s'étonne que les membres d'équipage supplémentaires (le système d'alimentation en oxygène est prévu pour quatre membres d'équipage et non sept) n'aient pas emporté des bonbonnes individuelles.

Le film souligne les problèmes de moteurs du C-46, avec la panne de l'avion de Zhao Zhongkai (le système de distribution du carburant était sujet à des problèmes de givrage à haute altitude) et en montrant de nombreux mécanos s'affairant sur les moteurs. Il est vrai, aussi, qu'en 1959, en Chine, les pièces détachées devaient se faire rares et ne pouvaient être obtenues que par la cannibalisation d'avions réformés, ce qui n'empêcha pas le dernier C-46 chinois de faire son dernier vol après 36 ans de service.! Trois sont préservés en Chine, notamment dans le musée de l'air de Datanshan.

Si l'on regarde bien, on peut apercevoir, en arrière plan, plusieurs Lisunov Li-2, peints en olive drab, parqués sur la base qui n'a pu être identifiée.

Christian Santoir

*Film disponible sur des sites chinois

FEIYUETIANXIAN.jpg


 

Associated keywords

Creation date : 2019.02.23 : 06:41
Category : Movies files - Films
Page read 816 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!