By continuing your navigation on this site, you accept the use of cookies to offer you contents and adapted services. Legal Notice.

Search

Search

Movies files

Movies articles

Webmaster - Infos

Preferences


Connect again :
Your user name :
Your password
<O>


  Count of members 31 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!

Copyright

Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2020

Theirs is the glory

rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LA GLOIRE EST A EUX
Vo. Theirs is the glory

 

Année : 1946
Pays : Grande Bretagne
Genre : guerre
Durée : 1 h 22 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Brian Desmond HURST
Scénario : Louis GOLDING

Acteurs principaux :
Stanley MAXTED (lui-même, un correspondant de guerre), Thomas SCULLION (lui-même), Allan WOOD     (lui-même, un correspondant de guerre), Leo GENN     (narrateur)

Musique : Guy WARRACK     
Photographie : C.M. PENNINGTON-RICHARDS     
Producteur : Castleton Knight
Compagnie productrice : Gainsborough Pictures

Avions :
-Airspeed AS.51 Horsa, document
-Airspeed Horsa 1, idem
-Consolidated B-24 Liberator, idem
-Curtiss C-46 Commando, idem
-Douglas C-47 Skytrain, idem
-General Aircraft GAL.49 Hamilcar, idem
-Handley Page HP.59 Halifax, idem
-Hawker Typhoon, idem
-North American B-25 Mitchell, idem
-Short Stirling IV, idem
-Waco GC-4A Hadrian, idem

Notre avis :

Le film retrace la bataille d’Arnhem, lors de l’opération Market Garden. En septembre 1944, à la demande du général Montgomery, avec l'appui de Churchill et de Roosevelt, les Alliés décident de lancer l’opération "Market Garden". Trois divisions de parachutistes américains et britanniques sont envoyées derrière les lignes allemandes afin d’ouvrir la route du Nord de la Hollande, vers l’Allemagne. La bataille d’Arnhem est engagée par les Britanniques, rejoints par les Polonais. Vu le nombre de tués ou blessés, les historiens considèrent désormais "Market Garden" comme un échec complet des Alliés. Richard Attenborough a réalisé en 1977, "Un pont trop loin", basé sur le roman du journaliste américain Cornelius Ryan, qui décrit l’ensemble de l’opération "Market Garden".

La première du film eût lieu le 17 septembre 1946, soit deux ans, jour pour jour, après le début de l'opération. Cette bataille a été très vite mystifiée dans les médias populaires de l’époque, transformant cet incontestable fiasco militaire, provoqué par de graves erreurs de commandement, en un symbole de l’opiniâtreté britannique et de la valeur des forces armées de Sa Majesté. La mobilisation de la famille royale pour la promotion du  film fut tout à fait exceptionnelle et participa à l’affirmation de ce statut légendaire. Cette bataille acharnée  mais désespérée a été transformée en un mythe grâce à une approche originale. Ce film est toujours reconnu en Angleterre, comme au Pays-Bas comme une authentique reconstitution de la bataille d'Arnhem. Tourné moins d'un an près les événements dans les ruines d'Osteebeek et d'Arnhem, encore encombrées dépaves  et de tombes provisoires, il n'y a, comme mentionné en préambule, aucune scène de studio et aucun acteur. Cette exactitude de la reconstitution des faits est toujours rappelée dans les publicités. Ce film est donc à la fois un documentaire et une fiction.

Cette reconstitution des faits n'est pas exempte de maladresses : dialogues empruntés, les hommes sont très calmes, en plein combat, aucun stress de la bataille ressenti, ce qui ne devait pas être le cas en septembre 1944. Les Allemands sont peu visibles, apparaissant, au bout de 24 minutes, sous forme d'une poignée de prisonniers, mais aucune mention ne sera faite des 6 800 prisonniers alliés. Peu de matériel a été utilisé pour le tournage, bien qu'on remit en marche quelques chars Panther et Tigre, récupérés sur place. Le fait que les Anglais soient en train de perdre la bataille, n'apparait pas clairement, excepté quand des soldats battent en retraite en traversant le Rhin, de nuit, certains en très petite tenue...

Montgomery a sans doute été aveuglé par l'avance rapide des Alliés, après le débarquement de Normandie et voyait la guerre terminée avant Noël 1944. C'était sans compter sur la résistance des Allemands qui n'étaient pas en pleine débâcle (comme les Français en 1940), mais qui se repliaient, en se battant pied à pied, d'autant que les Alliés approchaient du territoire sacré allemand (jamais occupé par les Français ou les Anglais en 1914-18), qui était proche d'Arnhem. L'avance alliée dut ralentir, n'en déplaise à Montgomery ou à Churchill. Le film de 1977 aurait pu s'appeler au lieu d'"Un pont trop loin", "Un Pont trop tôt".

L'opération souffre, à l'évidence, d'un manque d'informations et de renseignements concernant les positions ennemies. En fait, il n'en était rien, ce qui aggrave la décision de Montgomery responsable du sacrifice de ses hommes. L'état major anglais était au courant de la présence des divisions blindées allemandes, repérées peu avant l'opération, par des reconnaissances aériennes et aussi par des informations recueillies, au sol, par des résistants néerlandais. Mais le lieutenant général Frederick Brownin, commandant du Premier Corps aéroporté voulut ignorer ces informations. L'armée française connut, en 1940, ce genre de problème, certains officiers supérieurs, imbus de leurs personnes, décidant de tout sans tenir compte des observations précises, ramenées, à leur risque et péril, par les aviateurs. On ne parle pas également des problèmes de communications radio que rencontrèrent les unités paras lors des combats.

Ce film veut donc transformer cette défaite en une héroïque résistance des forces anglaises qui n'eurent que la mauvaise chance d'être parachutées trop loin de leur objectif. Seuls, 3 910 soldats purent être évacués à travers le Rhin et on compta environ 17 000 morts et blessés (contre 10-13 000, pour les Allemands) en huit jours, sur 41 628 hommes engagés.

Une conséquence tragique, non évoquée, de l'échec de l'opération fut le Hongerwinter (« Hiver de la faim »). En effet, pendant la bataille, les travailleurs des chemins de fer néerlandais, incités par le gouvernement néerlandais à Londres, entamèrent une grève, afin d'aider l'avance alliée. En représailles, les Allemands interdirent le transport de nourriture, ce qui provoqua une famine durant l'hiver 1944-1945 et causa la mort d'environ 18 000 Néerlandais…

Ce documentaire héroïque, en 1946, est toujours connu en Angleterre comme un film important. En France, en 2020, le pont d'Arnhem n'est connu que par le film de 1977 "Un pont trop loin", les forces françaises étant absentes de l'opération. Vu de loin et d'ici, il n'est qu'un petit documentaire, un acte de propagande, qui essaye de récupérer une défaite, en forme d'"erreur". Churchill et Montgomery clamèrent que l'opération fut à 90% réussie (!) et Montgomery prédit que "dans les années à venir, ce sera une grande chose pour un homme de pouvoir dire : J'ai combattu à Arnhem". En fait les soldats qui sont morts à Arnhem ne l'ont pas été pour "leur" gloire, mais pour "sa" gloire.

L'opération "Market Garden" étant une opération aéroportée, il est donc normal d'y voir de très nombreux avions, du moins dans la première partie du film.

Les avions du film :

La plupart apparaissent sur des documents d'archives, excepté dans quelques scènes, où certains sont devant les caméras. On ne peut tous les compter. Ceux que l'on peut identifier sont décrits au fur et à mesure de leur apparition.

Ces appareils sont vus lors des trois grande séances : la préparation des forces aéroportées, l'envoi de l'armada volante jusqu'au largage des troupes et du matériel, et la périlleuse tentative de réapprovisionner les troupes encerclées, au milieu d'une intense défense anti aérienne.

Les premiers appareils apparaissant à l'écran sont des rangées de planeurs Airspeed AS.51  Horsa de la RAF. La plupart ont le nez du fuselage couvert de graffitis crayonnés; on voit ainsi le "The obstinate Virgin", avec une blonde en petite tenue, dessinée juste à côté de la porte d'embarquement…On voit également le "Scroungers' roost", le "Cynthia" (code D5) avec "Let's get mobile", inscrit à côté; un autre porte la mention "Wot ! no engine ?"

Apparaît ensuite une longe rangée de Douglas C-47 Skytrain de l'USAAF. Le serial du premier est illisible, vu la mauvaise qualité de l'image, il porte la lettre "P" sur la dérive. Derrière lui, se trouve le C-47 ayant le code "X5" sur le nez et "F" sur la dérive, puis celui ayant le code "X9".

Le 17 septembre 1944, l'opération est lancée. On voit deux pilotes monter à bord de ce qui ressemble à un Handley Page HP.59 Halifax, vu sa porte étroite et basse. On aperçoit plusieurs Horsa portant les numéros :"297", "304", "402". Jusqu'à 700 planeurs participèrent à ce grand pont aérien.

Passe ensuite devant la caméra un Short Stirling MK.IV ayant le code "8Z-G", avec le numéro temporaire "148", hâtivement peint dessous. Cet avion appartenait au 295 Squadron de la RAF qui fut une de premières unités à parachuter des troupes en Normandie. On le reverra, de  même que la séquence des décollages des Horsa suivante, sur le documentaire "The Undefeated" en 1950. Un Short décolle en remorquant un Horsa, il porte le code "5G", celui du 299 Squadron, une unité Spécial Duties, créée en avril 1944, mais qui participa également au débarquement de Normandie comme au largage de planeurs à Arnhem. On dispose de vues prises à l'intérieur d'un Horsa remorqué par un Stirling. On entrevoit rapidement un B-25 Mitchell de la RAF au moment où il s'apprête à faire décoller un Horsa. Un autre Stirling porte le code "ZO" du 196 Squadron.

La Première Brigade parachutiste embarque à bord de C-47 Skytrain de l'USAAF, dont certains portent le code "YAW " et "YCW".

Les images suivantes montrent des Stirling remorquant en plein vol des Horsa. On aperçoit un Handley Page Halifax remorquant un grand planeur General Aircraft Hamilcar, capable d'emporter un blindé.

Quatre Hawker Typhoon armés de roquettes, sont en train de piquer vers le sol.

Puis, on assiste à l'atterrissage des planeurs en un long piqué, à pente forte, tout volet déployé. La plupart des atterrissages ont l'air de bien se passer, mais il y a de la casse et on voit un planeur en flamme. On voit le n° 111, le nez couvert de graffitis et la queue d'un autre, que l'ont est en train de détacher, portant le code "HG790", ce qui en fait un Airspeed Horsa I. On assiste également, de loin, à l'atterrissage de deux Waco GC-4A Hadrian.

Lors de la second vague de parachutages, un Curtiss C-46 Commando est vu avec son moteur droit en flamme.

Enfin, la dernière scène, apparaissant à la cinquantième minute, où il y a encore des avions, est celle où la RAF et l'USAAF tente d'approvisionner les troupes encerclées. On y retrouve les habituels C-47 Skytrain, mais aussi trois Consolidated B-24 Liberator parachutant des containairs à basse altitude. Mais, comme on le comprend en voyant la mine défaite des soldats, au sol, il y a beaucoup de pertes (sans compter que la plupart des parachutages vont tomber au sud du Rhin…). Un voit ainsi un Curtiss C-46 avec un moteur en feu dont un membre d'équipage saute par la porte arrière (le même que précédemment ?), un Douglas C-47 qui plonge à la vertical, prés de planeurs Waco, un B-24 avec une aile en feu, un autre C-47 s'écrasant derrière une ferme…

Tous ces fait sont relatés en direct, au sol, par un correspondant canadien qui enregistre tout sur un phonographe acoustique portatif, muni d'un grand disque 33 tours (plutôt fragile dans une tranchée), alors que son assistant consigne les fait sur une petite machine à écrire posée sur ses genoux.

Christian Santoir

*Film disponible sur amazon.fr

THEIRSISTHEGLORY.jpg
Associated keywords

Creation date : 2020.08.21 : 19:34
Category : Movies files - Films
Page read 302 times

Reactions to this article


Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!