Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 141 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
COULEZ LE BISMARCK !
Vo. Sink the Bismarck !





Année : 1960
Pays : Grande Bretagne
Durée : 1 h 37 min.
Genre : guerre
Noir et blanc

Directeur: Lewis GILBERT
Scénario : Edmund H. NORTH

Acteurs principaux :
Kenneth MORE (Capitaine Shepard), Dana WYNTER (Anne Davis), Carl MÖHNER (Capitaine Lindemann), Laurence NAISMITH (Premier Sea Lord), Karel STEPANEK (Amiral Lütjens), Michael HORDERN (Commandant en chef), Maurice DENHAM (Commandant Richards), Michael GOODLIFFE (Capitaine Banister), Esmond KNIGHT (Capitaine du 'Prince of Wales'), Jack GWILLIM (Capitaine du 'King George V')

Musique : Clifton PARKER
Photographie : Christopher CHALLIS
Producteur : John BRABOURNE
Compagnie productrice : Twentieth Century-Fox Film Corporation

Avions :
-Consolidated Catalina (images d'archives)
-Fairey Swordfish Mk.II LS326, G-AJVH
-Fairey Swordfish Mk.III  NF389 


Notre avis :

Ce film est basé sur le livre du célèbre écrivain de marine, C. S. Forester, "The Last Nine Days of the Bismarck " (1959), et narre la "véritable " histoire de la destruction par la Royal Navy du fameux cuirassé allemand, le "Bismarck ". C. S. Forester s'était livré à une méticuleuse enquête, en interviewant un grand nombre de témoins survivants. Parmi ces derniers, était le comédien Esmond Knight, un ancien officier de marine, qui avait été grièvement blessé durant la bataille navale, au cours de laquelle le " Bismarck " fut envoyé par le fond. Dans le film il joue le commandant du HMS " Prince of Wales ", le bâtiment sur lequel il avait justement servi. Pour ce film historique, la production eut accès aux archives de l'amirauté britannique, et la Royal Navy prêta douze navires de guerre, dont un porte-avions, pour les scènes de bataille.

Le film commence par montrer le lancement du « Bismarck » à Hambourg, le 14 février 1939, en présence d’Adolf Hitler. Deux ans plus tard, les convois dans l’Atlantique sont ravagés par les sous-marins et les corsaires allemands qui essaient d’interrompre le flux de ravitaillement dont l’Angleterre a un besoin vital pour continuer la guerre. En mai 1941, les services de renseignement britanniques découvrent que le « Bismarck », accompagné du croiseur « Prinz Eugen », tente de rejoindre l’Atlantique nord pour attaquer les convois. L’homme choisi pour traquer les navires, John Shepard, est un ancien commandant qui a été très affecté par la perte de son bâtiment, mais aussi par le décès de sa femme lors d’un bombardement. En prenant son poste, il découvre que l’amiral Lütjens, celui qui coula son navire, est à bord du "Bismarck" ! Shephard va se servir de son expérience pour essayer de deviner les plans de l’adversaire. Dans sa tâche, il peut compter sur le dévouement de son assistante du Women’s Royal Naval Service, Anne Davies. A bord du "Bismarck", l’amiral Gunther Lütjens est aussi un homme amer. Il pense que son rôle lors de la première guerre mondiale n’a pas été reconnu à sa juste valeur, et promet au capitaine du navire, Ersnt Lindemann, que cette fois, on entendra parlera de lui et du "Bismarck" ! Les raiders allemands sont repérés entre l’Islande et le Groenland par les croiseurs « Norfolk » et « Suffolk » le soir du 23 mai. Le lendemain, les cuirassés « Hood » et « Prince of Wales » ouvrent le feu sur les deux navires qui concentrent leur tir sur le « Hood ». Le vieux cuirassé explose littéralement ! Le « Prince of Wales » quoique durement touché, parvient à s'échapper derrière un écran de fumée. Le « Bismarck » a été également atteint et perd du mazout. Sa mission doit être abandonnée. Son capitaine va essayer de rejoindre un port français pour effectuer des réparations et mazouter. Le « Prinz Eugen » poursuivra seul sa chasse aux convois, plus au sud. A Londres, Winston Churchill téléphone au premier Sea Lord, pour lui donner l’ordre de couler le "Bismarck", par tous les moyens. Shephard prend alors des risques et concentre un maximum de navires dans la zone où se trouve le "Bismarck ". Un porte-avions, l’ "Ark Royal", sur lequel son fils est pilote, quitte Gibraltar avec son escorte. Ses Swordfish attaquent le "Bismarck", mais les torpilles ne lui causent aucun dégât important. Le "Bismarck", en cessant de faire des zigzags, fausse compagnie à ses poursuivants. C’est alors que Shephard apprend que son fils est tombé en mer, avec son avion. C’est un Catalina qui retrouve le bateau allemand. Une seconde attaque des Swordfish prend, par erreur, le croiseur « Sheffield » pour cible ; mais le mauvais fonctionnement des torpilles magnétiques le sauve ! Une autre mission est programmée le 26 mai au soir, avec des torpilles de contact. L’une d’elle bloque le gouvernail du « Bismarck » qui ralentit sa vitesse en décrivant une vaste courbe. Pendant la nuit, les torpilleurs l’attaquent sans cesse. L’amiral Lütjens envoie alors un message au quartier général de la Kriegsmarine disant qu’il se battra jusqu’au bout. On lui promet l’assistance de sous-marins. Les destroyers anglais approchent; l’un d’eux est coulé. A Londres, Shephard apprend que son fils a été repêché sain et sauf. Le matin du 27 mai, après plusieurs heures de combat entre le "King George V" et son escorte, le "Bismarck" est gravement endommagé; sa passerelle a été détruite. Le commandant Lindemann et l’amiral Lütjens ont été tués. Le HMS "Dorsetshire" s’approche, et lance plusieurs torpilles pour l’achever. Un officier donne l’ordre d’abandonner le navire, après que l’on ait envisagé, un moment, de faire sauter la soute à munitions. Après la nouvelle de la disparition du "Bismarck", Shephard est soulagé, et invite Ann Davies à dîner. Mais quand ils sortent de l’abri, il est neuf  heures du matin.. Ils s’aperçoivent qu‘ils ont passé plusieurs jours sous terre, sans avoir la notion du temps. Ils prendront donc ensemble le petit déjeuner.

Toute le film se déroule sur cinq jours (21-26 mai 1941) et dans deux lieux différents, en alternance  : dans le bureau des opérations du quartier général de la Home Fleet à Londres, situé dans un abri sous terre, et en mer, sur les passerelles des navires. Dans le premier, tout se déroule dans une ambiance feutrée, entre deux tasses de thé, Shephard jouant une véritable partie d’échecs en déplaçant ses navires/pions sur une vaste carte. En mer, c’est le fracas des armes dans les embruns et le brouillard.

Bien que se voulant un compte rendu exact de la traque, puis de la destruction du "Bismarck", le film se permet quelques entorses historiques et exagérations. Le personnage de Shephard et de son fils sont entièrement fictifs, et n'existent pas dans le livre de Forester. Dans le générique, on prend la précaution de signaler qu'il n'a rien à voir avec R. A. B. Edwards qui était, à l'époque, le directeur de la Division des Opérations de l'Amirauté. L’amiral Günther Lütjens a bien existé, mais il est présenté comme un fanatique nazi très préoccupé par sa carrière et la recherche de la gloire à tout prix, ce qui est exactement l’inverse du vrai personnage. En réalité, Lütjens ne croyait pas dans les chances de succès du "Bismarck". Ce n'était pas un nazi, et avec deux autres officiers de la Marine, il était un des rares à s'être élevé contre les agressions dont avaient été victimes les Juifs, lors de la nuit de Cristal. Ce n’est pas lui qui ordonna d'ouvrir le feu sur le "Hood" et le "Prince of Wales", mais le capitaine Lindemann, contre son avis. En ce qui concerne son avancement, c'était le commandant en chef des navires de surface, et le troisième plus haut personnage de la Kriegsmarine. Enfin, le film présente tout l’équipage comme nazi, alors que seuls quelques officiers et matelots devaient avoir leur carte du parti en poche. Mais, pendant la guerre, comme dans le film, pour les Anglais, tout allemand était un "nazi".

Le film fait passer le "Bismarck" pour le plus grand et le plus puissant navire du monde, ce qui est faux. Sa conception était ancienne et basée sur des bateaux de la première guerre mondiale. Sa puissance de feu était surpassée par des bateaux comme le HMS "Rodney" ou le HMS "King George V". Au Japon, on construisait deux énormes cuirassés le "Yamato" et le "Musashi", plus grands, mieux armés et mieux blindés que le "Bismarck". Par contre, ce dernier avait un meilleur équipement radar que les Anglais. Le commandant du "Bismarck", sans doute conscient de la vraie valeur de son navire, essaya d’éviter la Royal Navy, et ce fut tout l'art des Anglais, de l’amener à affronter leurs cuirassés.

Lors de l’engagement entre les destroyers anglais et le "Bismarck", le "Solent" est touché et sombre, ce qui est faux. Le HMS "Solent" n’existait pas, et les destroyers présents (HMS "Cossack", HMS "Maori, HMS "Sikh", et HMS "Zulu") ne furent que légèrement endommagés par le tir allemand. La bataille finale montre bien les dégâts infligés au "Bismarck" par les obus anglais, sans reproduire le vrai carnage qu'ils provoquèrent, avec le pont ruisselant de sang et couvert de débris humains, décrits par les rares survivants.

Des informations récentes ont été fournies par l’examen de l'épave du "Bismarck". Elles tendraient à montrer que le navire n'a pas été coulé par des torpilles ou des obus, sa coque blindée étant intacte. Il aurait été sabordé par son équipage afin que la Royal Navy ne puisse récupérer sa coque. Ces constatations ne changent pas grand chose, plus de soixante ans après les faits. Il n'en reste pas moins vrai que si les oeuvres vives du bateau ne furent pas touchées, le "Bismarck" souffrait de plusieurs voies d'eau alourdissant sa proue et le faisant légèrement gîter. Il perdait du mazout, ce qui permit à un Catalina de le repérer. Il affronta sa dernière bataille en mauvais état, alors qu'il rejoignait la France pour passer en cale sèche.

Malgré les inexactitudes destinées à dramatiser encore plus l'histoire, les détails techniques du film sont bons. L’équipe de tournage eut accès au "HMS Vanguard", le dernier grand cuirassé anglais qui sera ferraillé en 1960. Les scènes filmées à l’intérieur d’une de ses tourelles de 380 servent aussi bien pour le "Bismarck", que pour les bateaux anglais

"Coulez le Bismarck" est un classique du film de guerre, de la veine de « Les briseurs de barrage » (1955), de "La bataille du Rio de la Plata" (1956). Ce film marin a le mérite d'accorder la place qui lui revient à l’aviation embarquée de la Royal Navy. La Luftwaffe n'intervint pratiquement pas (malheureusement... pour les aérocinéphiles).


 

Les avions du film :

Les avions se font discrets dans cette épopée maritime, bien que le rôle de l’aviation y fût crucial.

C’est effectivement un Consolidated Catalina I du squadron 209 qui retrouva le "Bismarck" que la Royal Navy avait perdu, à cause de l’insuffisance de ses radars. Celui du film, non identifiable, issu d'un document d'archive, est armé de quatre charges de profondeur accrochées aux mâts d’ailes.

Au début du film, le "Bismarck" est filmé en Norvège, par un Supermarine Spitfire Mk.IIa (code SD-L, serial P8074), un avion du Fighter squadron n° 501 des premières versions, qui n’a rien d’un Spit reco. Il s'agit d'une image extraite du film "The first of the few" (1942). Le P8074 se crasha en Irlande, le 30 novembre 1941, après que son pilote américain ait sauté en parachute. La vue suivante montre le pilote sous une canopée en bulle, à vision totale, qui n'équipa que les derniers modèles (Mk.XVIe par exemple). Ce cockpit appartient vraisemblablement au Spitfire LF.XVIe (serial TE341) vendu aux Pinewood studios en 1955, pour le tournage de "Vainqueur du ciel".

A part ces documents, le tournage utilisa deux vrais Fairey Swordfish, familièrement appelé "Stringbags" (filet à provisions", vu la capacité de ce biplan à emporter toutes sortes d'armement...) dont le rôle fut capital dans l’affaire du "Bismarck". C’est eux qui touchèrent le gouvernail du navire et l’obligèrent à tourner en rond, l’offrant ainsi aux tirs des navires anglais qui achevèrent le travail. Ces avions sont censés décoller du "HMS Ark Royal", mais dans le film, ils décollent du pont du  "HMS Centaur" (R06). Un autre porte-avions, plus ancien, le "HMS Victorious" (R38) est vu à Gibraltar. Ce bâtiment participa à la traque du "Bismarck", et ses Swordfish furent les premiers à l'attaquer.

Le premier Swordfish est un Mk. II (LS326), marqué "5A", construit en 1943. La même année, il fut affecté au "L Flight" du squadron n° 836, la plus grande escadrille de la Fleet Air Arm, à bord du porte-avions d’escorte MAC (Merchant Aircraft Carrier) Ship "Rapana", un ancien pétrolier reconverti, qui protégeait les convois dans l’Atlantique. Après son service actif, l’appareil servit à l'entraînement et aux liaisons, sur les bases de la Royal Navy de Culham près d’Oxford, et de Worthy Down, près de Winchester. En 1947, il fut racheté par Fairey qui l’exposa. En octobre 1955, il fut restauré en état de vol à White Waltham, sous le matricule G-AJVH. En 1959, l’avion bleu et argent, fut repeint pour tourner dans le film. Il garda cette décoration les années suivantes. Puis, en octobre 1960, il fut offert à la Royal Navy par la société Westland Aircraft. Il continua à voler jusqu'à aujourd'hui, mais, depuis 1987, avec son camouflage et ses marques originelles du "L Flight" du squadron n° 836 (LS362/L2).. Cet avion fut restauré à Brough, chez BAE Systems, et revola en 2010, mis en œuvre par le Royal Navy Historic Flight de Yeowilton.

L’autre Swordfish est un Mk III (NF389) livré à la Fleet Air Arm en avril 1944. Il porte le serial LS423 et le numéro "5B". Il fut transféré à la RAF en 1945, puis de nouveau à la Royal Navy, l’année suivante. Il fut rayé des inventaires le 11 mars 1953 et exposé par le squadron n°781 de Lee on Solent. Apres le film, l'avion ne vola plus et il fut transféré, en 1965, au Royal Navy Historic Flight. Il fut utilisé comme une réserve de pièces détachées pour le Swordfish LS326. En 1994, il fut restauré comme un avion du Naval Air Squadron n° 816 avec la lettre "D", pour être exposé lors de la commémoration du Débarquement de Normandie. L'avion resta stocké et utilisé pour maintenir en état de vol les Swordfish LS326 et W5856.


Christian Santoir


*Film en vente sur Amazon.fr



SINKTHEBISMARCK.jpg

Acheter ce DVD
 

Associated keywords

Creation date : 09/05/2008 : 07:08
Last update : 19/10/2010 : 11:38
Category : - Films
Page read 3441 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!