Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

I TRE AQUILOTTI
(Les trois aiglons)


Année : 1942
Pays : Italie
Genre : guerre
Durée : 1 h 20 min.
Noir et blanc
 
Réalisateur : Mario MATTOLI
Scénario  Mario MATOLLI, Alessandro De STEFANI

Acteurs principaux :
Michela BELMONTE (Adriana Terrazzani), Carlo MINELLO (Mario Terrazzani), Leonardo CORTESE (Marco Massi), Alberto SORDI (Filippo Nardini), Galeazzo BENTI (Andrea Torelli), Enrico EFFERNELLI (Fioresi)

Musique : Ezio CARABELLA
Photographie : Anchise BRIZZI
Conseiller technique : colonel GENTILE
Producteur : Luigi GIACOZI
Compagnie productrice : Alleanza Cinematografica Italiana (A.C.I.)
 
Avions :
-IMAM Ro.41
-Macchi MC.200 Saetta
-Caproni Ca.311


Notre avis :

Ce film s'inscrit dans une suite de films d'aviation qui parurent tout au long de l'époque fasciste en Italie, depuis l'"Armatta azura" (1932) de Gennaro Righelli, suivi par "Cavalleria" (1936) de Goffredo Alessandrini, "Luciano Serra, pilota" (1937) du même Alessandrini, et "l'Ebrezza del cielo" (1940) de Giorgio Ferroni. En 1942, sortirent "Un pilota retorna" de Rossellini, et "I tre aquillotti". Ces deux films ont plus d'un point en commun. Ils sont tous les deux, tirés d'une histoire originale de Tito Silvio Mursino, autrement dit, Vittorio Mussolini, un des fils du duce, et sont produits par la même compagnie. La principale actrice du film, Michela Belmonte, et les responsables de la production, sont identiques. On pourrait même dire que les réalisateurs sont les mêmes, car Rossellini qui n'est pas cité dans le générique, aurait néanmoins participé à la direction de ce film, qui ne correspond d'ailleurs pas au style de Mattoli, un spécialiste de la comédie et des péplums. L'histoire rappelle aussi, par certains côtés, le film de William Wellman "Wings" (1927), et traduit la vogue du cinéma américain, chez les réalisateurs italiens. Ce film est un des tout premiers d'Alberto Sordi, qui allait devenir, après la guerre, le roi de la comédie "a l'italiana".

Le film fut tourné à Cincecittà, mais aussi à l'académie royale d'aviation de Caserta (Campanie), avec l'aide des cadets des promotions, Urano, Vulcano et Zodiac, comme indiqué dans le générique. Ce film réapparut, en 1957, en une version expurgée, c'est à dire sans saluts fascistes et portrait du duce, mais sa version intégrale et originale est aujourd'hui disponible.
 
A l'académie d'aviation de Caserta, Marco, Mario et Filippo sont devenus des amis inséparables, unis par une grande passion, voler. Un jour, Marco décide d'aller rendre visite à une jeune fille qu'il voit souvent, quand il passe devant sa maison, sur la route du terrain d'aviation. Une fois dans la maison, où il s'introduit sous un faux prétexte, il tombe sur Mario qui lui présente sa sœur, Adriana ! La visite de Marco n'est pas du goût de Mario qui lui reproche sa façon de s'imposer chez lui pour faire la cour à sa soeur. Malgré tout, Marco s'accroche, et invite Adriana à faire une promenade romantique dans le parc du château où est installée l'académie. Mario est de plus en plus remonté contre son ami qui prétend maintenant épouser sa soeur ! Alors qu'il revient d'une séance de voltige au dessus du domicile d'Adriana, Marco casse du bois à l'atterrissage, une technique qu'il n'arrive pas à bien maîtriser, comme le constate son moniteur. Alors que l'Italie est en guerre, Marco n'obtient pas son brevet de pilote, et doit envisager un autre poste dans l'aviation. A la fin de l'année, les nouvelles promotions défilent devant les familles et prêtent serment au roi. Quelque temps plus tard, Mario et Fillipo sont mutés sur le front russe; ils y retrouvent avec joie, Marco qui s'occupe de l'intendance. Un jour, on signale que Mario a dû se poser dans les lignes ennemies. Une mission est montée pour le récupérer; comme on manque de mitrailleur, Marco se porte volontaire. Mais en l'air, l'avion est attaqué par la chasse, et le pilote est tué. Marco prend alors les commandes, et parvient à poser l'appareil à coté de Mario, qui est blessé. De retour à la base, Mario est opéré d'urgence; il s'en sortira sans séquelles. A l'hôpital, il remercie Marco et il ne voit plus aucune objection à ce qu'il épouse Adriana.
 
Ce film est d'abord un documentaire sur l'académie aéronautique de Caserta, en 1942, installée dans un authentique palais royal, digne de Versailles, avec façade monumentale, parc immense, plans d'eau, fontaines...…Les couloirs sont interminables, et la nuit, les surveillants y font leur tournée en bicyclette ! Les scènes des cadets, alignés au cordeau, saluant les couleurs, faisant l'exercice, prenant leur repas au réfectoire, ou assistant aux cours théoriques, rappellent bien d'autres films américains ou japonais, de la même époque, en plus luxueux toutefois. La propagande fasciste est dans l'ensemble, assez peu visible. En 1942, la situation militaire de l'Italie n'est guère brillante. Ce film tente de masquer ce fait, en exaltant la camaraderie, l'esprit de corps, en s'attachant à décrire l'être humain, derrière l'uniforme. Plus qu'un film patriotique ou fasciste, "I tre aquillotti" est surtout un hommage aux cadets de la Regia Aeronautica, dont certains allaient combattre, en septembre de l'année suivante, aux cotés des Alliés….
 
Le film fit sa première à la Mostra de Venise, le 30 août 1942, devant un parterre de soldats, conquis d'avance. Le festival était devenue depuis 1940, une semaine du film italo-allemand, et regroupait les pays sous domination nazie.


Les avions du film :
 
L'avion utilisé par l'académie est l'IMAM Ro.41. Il s'agit d'un monoplace destiné à l'entraînement avancé. La plupart de ces avions portent un camouflage à taches, typiquement italien, seuls quelques uns apparaissant de couleur blanche. Leur gouvernail arbore le drapeau tricolore d'avant l'entrée en guerre de l'Italie. Ils portent les codes de l'école de Capoue, située à 10 km de l'académie : CAP.19, 26, 36, 40…. On voit également la version biplace du Ro.41. Ces appareils ne sont pas munis de radio, et les ordres son transmis au sol par drapeau. Les élèves portent un casque à bourrelets (style allemand, première guerre mondiale) par dessus leur serre tête.

Sur le front est, Mario pilote un chasseur Macchi MC.200 Saetta (Eclair) dont on a de belles vues rapprochées. La Regia Aeronautica fut présente sur le front russe d'août 1941 à janvier 1943, où elle mit effectivement en oeuvre le MC.200, un appareil à cockpit ouvert, où les pilotes italiens, habitués à un climat plus clément, devaient littéralement geler en hiver. Mais ces avions équipés d'un moteur de faible puissance et armés de deux mitrailleuses seulement, devaient donner à leurs pilotes plus d'une occasion d'avoir très chaud…. On aperçoit une douzaine de MC.200 des 79° et 81° CT. Squadriglia, portant l'emblème du 1° Stormo CT. "Sagittario" (archer), et au sol, dans un paysage de neige, des MC.200 des 362° et 371° Squadriglia, du 22° Gruppo Autonomo. Ces dernières images ont été prises à Stalino, lors de l'hiver 1941-42.
 
L'avion dans lequel Marco ramène Mario, est un Caproni Ca.311, un appareil de bombardement léger et d'observation. Celui du film porte le code (131-6) de la 131° Squadriglia d'Osservazione, une unité qui n'alla pas en Russie, bien que ce type d'appareil y fusse envoyé. On remarquera le cockpit entièrement vitré, avec son volant unique basculant sur le côté, et la tourelle Caproni Lanciani, à visibilité très réduite, manœuvrée par un volant d'automobile (on tourne pour faire virer la tourelle, on tire ou on pousse, pour abaisser ou élever la mitrailleuse, une Scotti de 7.7 mm). On voit également en Russie (Stalino ?) des Caproni 311M (un 311 avec un pare-brise normal, sans nez vitré intégral) moteurs et cockpit bâchés, pour les protéger du froid (ces avions étaient en bois..), devant un trimoteur Caproni Ca.133 de transport.
 
Le film emploie également des films de cinémitrailleuses avec des Messerschmitt Bf-110, Bf-109, des Heinkel 111H, des Spitfire et des Hurricane, vues prises vraisemblablement pendant la bataille d'Angleterre. On voit également, sur d'autres documents, plusieurs vues saisissantes d'avions tombant en flammes, peut-être tournées en Russie. La plupart de ces films sont inédits, et ne se retrouvent pas dans les films américains de l'après guerre


Christian Santoir


*Film en vente sur Ebay.it

 


 
Associated keywords

Creation date : 21/08/2008 : 11:07
Last update : 22/10/2010 : 11:52
Category : Movies files - Films
Page read 4471 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!