Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

DARLING LILI
 

Année : 1970
Pays : Etats-Unis
Genre : comédie musicale
Durée : 2 h 23 min
Couleur

Réalisateur : Blake EDWARDS
Scénario : William Peter BLATTY , Blake EDWARDS

Acteurs principaux :
Julie ANDREWS (Lili Smith/Schmidt), Rock HUDSON (Major William Larrabee), Jeremy KEMP (Colonel Kurt Von Ruger), Lance PERCIVAL (T.C), Michael WITNEY (Lieutenant George "Youngblood" Carson), Gloria PAUL (Crêpe Suzette), Jacques MARIN (Duvalle), André MARANNE (Lieutenant Liggett), Bernard KAY (Bedford), Doreen KEOGH (Emma), Carl DUERING (Général Kessler)

Musique : Henry MANCINI
Photographie : Russell HARLAN
Producteur : Blake EDWARDS
Compagnie productrice : Geoffrey Productions Inc., Paramount pictures
 
Avions :
-Miles Engineering SE.5 c/n SEM7282, G-ATGV
-Miles Engineering SE.5 c/n SEM7283, G-ATGW
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5, c/n 1590, G-AVOT, EI-ARH "A5435", dans le film.
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5 c/n 1591 G-AVOU, EI-ARI "A4850",
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5 c/n 1592 G-AVOV, EI-ARJ,"A7001",
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5 c/n 1593 G-AVOW, EI-ARK "A5202",
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5 c/n 1594 G-AVOX, EI-ARL "A6262,
-Slingsby Type 56 Wot/SE.5 c/n 1595 G-AVOY, EI-ARM "A5435/A1313" -Rousseau Fokker D.VII, F-BNDF, EI-APV
-Rousseau Fokker D.VII, F-BNDG, EI-APT
-Rousseau Fokker D.VII, F-BNDH, EI-APU
-Pfalz D.III , s/n PT16, G-ATIJ, EI-ARD réplique
-Pfalz D.III , s/n PPS/PFLZ/1, G-ATIF, EI-ARC réplique
-De Havilland DH.82C Tiger Moth
-Fokker Dr.1 G-ATIY, EI-APW réplique
-Fokker Dr.1 G-ATJM, EI-APY réplique

Notre avis :

Le réalisateur, Blake Edwards, le père de la "Panthère rose", fit montre d'un certaine audace en montrant la première guerre mondiale sous son coté le plus frivole. Certes, pendant que les poilus ou les tommies tombaient au front, à l'arrière, à Paris ou à Londres, certains planqués excités par la mort qui rôdait, menaient une vie endiablée, mais de là à en faire une comédie musicale, il y avait un grand pas, qu'Edwards franchit allègrement. Le fait que son épouse fusse la chanteuse Julie Andrews, une spécialiste du genre, n'est sans doute pas pour rien dans son choix. Elle campe donc le personnage de Lili Smith, une chanteuse de music-hall, la nuit, et espionne allemande le jour (et la nuit aussi…). On pense inévitablement à la belle Mata Hari, danseuse orientale d'origine batave, et séductrice de beaux officiers bien informés. Mais cette histoire vraie n'eut rien d'une comédie, et tourna à la tragédie pure.

La production fut retardée par de nombreux problèmes, mauvais temps en Irlande, où furent filmées les scènes aériennes, manifestations à Paris (le tournage eut lieu en partie, au printemps 1968..), et le budget explosa. Il en coûta près de vingt cinq  millions de dollars à La Paramount !

Pendant la Grand Guerre, Lili Smith, une chanteuse de music-hall très célèbre à Londres, est en fait une espionne allemande, nommée Schmidt. A Paris, où elle s'est rendue pour recevoir la Légion d'Honneur, pour patriotisme (!), son contact, le colonel Kurt von Ruger, lui communique sa nouvelle mission. Elle doit séduire le major américain William Larrabee du Royal Flying Corps, afin d'obtenir des informations sur la stratégie de l'aviation britannique. Le bel officier tombe immédiatement amoureux d'elle. Ayant découvert l'existence de fuites, les services du contre-espionnage français, soupçonnent Larrabee et une femme inconnue; ils font part de leurs soupçons à Lili, en espérant sa collaboration ! Lili apprend à von Ruger que les alliés préparent une opération ultra secrète, sous le nom de code de "Crêpe Suzette". Mais Lili, qui est tombée amoureuse de Larrabee, découvre que "crêpe Suzette" n'est que le surnom d'une streap-teaseuse que fréquente l'Américain... Par jalousie, elle le dénonce aux Français, et il est arrêté. Eprouvant des remords, Lili vient alors à son aide, et se dénonce à son tour pour l'innocenter, mais on ne la croît pas ! Les Allemands ont réagi, et envoyé des gens pour ramener von Ruger en Allemagne, tout en se débarrassant de Lili. Les deux réussissent néanmoins à leur échapper, et s'enfuient vers la Suisse, en train. Larrabee apprenant que la vie de Lili est menacée, s'échappe et se lance sur ses traces. Il intervient alors que les avions allemands mitraillent le train de Lili. Après l'armistice, à Londres, alors que Lili chante dans un music-hall bondé, Larrabee réapparaît et se jette dans ses bras, sur la scène.

 
"Darling Lili" fut un échec commercial retentissant, et fut sans doute, la dernière grande comédie musicale à l'américaine. Ce film d'espionnage musical est une sorte de fourre tout. A la comédie dramatique sentimentale, se mêlent différent genres : le film d'aviation, le film d'espionnage, et le burlesque, avec deux membres des services secrets français dignes des Dupond Dupont ou de Clouseau. Ce film est une bonne occasion d'apprendre les vieux airs de la guerre, dont "Its' long way to Tipperary" et "Mademoiselle from Armentières", qui fut aussi le succès d'une jeune chanteuse française, Line Renaud (née à Nieppe, près d'Armentières), au début des années…1950. On appréciera surtout les belles scènes aériennes (qui n'ont pas beaucoup de rapports avec l'intrigue) tournées en Irlande, à partir du terrain de Weston, près de Leizlip. C'est là qu'était basée la société "Blue Max Aviation, Ltd.", de Lynn Garrison, un ancien pilote de chasse de la RCAF. Il intervint non seulement dans "Darling Lili", mais aussi dans "Le Baron rouge", "Zeppelin", et plusieurs autres films pour la télévision. Les pilotes étaient des militaires de l''Irish Air corps", mais aussi des pilotes privés. Charles Boddington and Derek Piggott effectuèrent plusieurs cascades, parmi les plus spectaculaires.


Les avions du film :

La production acquit les avions utilisés pour le tournage de "The blue Max". Pour les avions anglais, il y avait deux répliques de RAF. SE.5 construites en 1965 par Miles Marine and Structural Plastics Ltd. de Shoreham. Ces répliques (G-ATGV et G-ATGW, puis EI-ARA et EI-ARB) était propulsées par un moteur Gipsy Queen de 200 chevaux.

Mais on fit aussi construire, en 1967, six autres répliques au 1/85° par Slingsby Sailplanes Ltd de Kirkbymoorside, sous le nom de « Slingsby Type 56 Wot/SE.5 » Ces avions se repèrent assez bien de par leur petite taille, et par le fait qu'ils n'ont des ailerons que sur l'aile inférieure. Ils étaient équipés de moteur Lycoming de 115 chevaux. A leur arrivée en Irlande, ils furent réimmatriculées EI-ARH à RM :

c/n 1590 (G-AVOT, EI-ARH) "A5435", dans le film.
c/n 1591 (G-AVOU, EI-ARI)"A4850",
c/n 1592 (G-AVOV, EI-ARJ),"A7001",
c/n 1593 (G-AVOW, EI-ARK)"A5202",
c/n 1594 (G-AVOX, EI-ARL)"A6262,
c/n 1595 (G-AVOY, EI-ARM) "A5435/A1313".

L'un d'eux fut revêtu de marques allemandes, avec une dérive modifiée, pour étoffer les formations allemandes en l'air. On construisit également deux maquettes grandeur nature pour les scènes de crashs. Ces avions portent des décorations fantaisistes, le comble étant l'avion de Larabee, entièrement recouvert d'un damier rouge et blanc ! Le plus étonnant c'est que plusieurs SE.5a portèrent effectivement, en 1918, ce genre de décoration en damier, mais ils étaient noir et blanc, bleu et kaki, ou rouge et kaki, et c'étaient des chasseurs de nuit de la Home Defense ! Leur livrée criarde était censée les protéger des tirs "amis" de la DCA….

Les avions allemands étaient les même que ceux de "The blue Max", plus quelques maquettes non volantes, destinées à être détruites. Les trois Fokker D.VII/65 étaient ceux construits par Rousseau Aviation (F-BNDF, G, H puis EI-APV,T,U). On utilisa un De Havilland Tiger Moth pour doubler un Fokker qui se fait abattre au décollage. Il y a aussi les deux Pfalz D.III dont un (s/n PT16, G-ATIJ, puis EI-ARD), avait été construit, suivant les plans de Ray Hilborne par le Hampshire Aeroplane Club, d'Eastleigh, et l'autre (s/n PPS/PFLZ/1,G-ATIF, EI-ARC) par D.E. Bianchi de Personal Plane Services Ltd. Ces répliques diffèrent légèrement par leur dérive, celle du dernier étant plus proche de l'original, très caractéristique.

Tous ces avions "allemands" sont traités de la même façon avec des croix de fer (même sur les Fokker D.VII !) et recouverts d'un camouflage à losanges dont les teintes sont totalement inexactes, avec un dominante de gris bleu. Le seul appareil à échapper à cette décoration uniforme, est le Fokker Dr.1 de von Richthofen, qui est, bien sûr, tout rouge. Il y avait deux Dr.1 fabriqués en 1965, par Bitz Flugzeugbau de Munich : G-ATIY et ATJM, puis enregistrés en juin 1967, en Irlande, au nom de la Shillelagh Productions Inc., EI-APW et EI-APY. Ses croix de fer sur fond blanc ne correspondent pas à la décoration des Dr.1 employés par le baron.

Ces avions restèrent stockés de nombreuses années à Powerscourt Estate, au sud de Dublin, avant d'être revendus aux Etats-Unis dans les années 1980. Les trois répliques de Fokker D.VII, immatriculées N902AC, 3AC, 4AC, existent toujours dans le New Jersey et en Alabama, le premier ayant été depuis, exporté en Nouvelle Zélande. Les deux Pfalz, après un passage aux Etats-Unis (N905AC, 6AC) ont été exportés également en Nouvelle Zélande, en 2001 et 2006. Le Fokker Dr.1 (G-ATJM) est revenu en 1982, des Etats-Unis et appartient aujourd'hui à Robs Lamblough d'East Garston (GB). Il aurait servi au tournage de "Flyboys" en 2005. L'autre (G-ATIY) était toujours en Irlande avec "Blue Max Aviation" au début des années 1980. Puis, on perd sa trace….


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr
>
DARLINGLILI.jpg











DARLINGLILI2.jpg
Associated keywords

Creation date : 12/11/2008 : 11:46
Last update : 19/10/2010 : 18:23
Category : - Films
Page read 4585 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!