Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
MADEMOISELLE ANGE
 Vo. Ein Angel auf Erden

 

 

Année : 1959
Pays : RFA, France
Durée ; 1 h 25 min.
Genre : comédie
Couleur


Réalisateur : Géza von Radványi
Scénario : René Barjavel, Géza von Radványi


Principaux acteurs :
Romy Schneider (Line), Henri Vidal (Pierre Chaillot), Michèle Mercier (Augusta de Tiùoga), Jean-Paul Belmondo (Michel Barrot), Erika von Thellmann (La tante d'Augusta), Margarete Haagen (L'ange-chef), Jean Brochard (Le père de Line), Paulette Dubost (La mère de Line), Jean Tissier (Le présentateur).


Musique : Gerhard Becker, Jean Wiener
Photographie : Roger Hubert
Producteur : Arthur BRAUNER
Compagnies productrices : Production Régina, Criterion, Central Cinema Company Film (CCC)

Aéronefs :
-Agusta Bell 47-G2 c/n 120, F-BILF
-Lockheed Constellation L749A 79-46 c/n 2625, F-BAZF
-Douglas DC-6
-Vickers Viscount (en arrière plan)
-Douglas C-47A-20-DK c/n 12 892, s/n 42-93026, F-BEFN  (idem)
-Douglas C-47-DL  c/n 4398, s/n 41-18360, F-BCYT (idem)

 

Notre avis :

On avait coutume de dire (autrefois) que les hôtesses de l'air étaient les "anges gardiens" des passagers (Cf. "Flight angels "-1940), prenant soin d'eux tout au long des voyages en avion, en veillant à leur sécurité et à leur confort…. Cette coproduction franco-allemande prend ce surnom à la lettre, mais à l'envers, en transformant un "authentique" ange gardien en une vraie hôtesse... Le thème de l'ange gardien descendu sur terre pour s'occuper des affaires très terre-à-terre de son protégé, est aussi un thème classique du cinéma, depuis plus de cinquante ans. L'hôtesse de l'air était aussi, à la fin des années cinquante, un métier très à la mode qui faisait rêver les jeunes filles.

Line, une hôtesse de la compagnie aérienne "Angel Star Line", est tombée éperdument amoureuse du célèbre pilote de course Pierre Chaillot, pour lequel, elle n'est qu'un visage parmi d'autres. Pierre doit se marier avec la belle princesse Augusta de Timoga, mais le jour du mariage, celle-ci s'enfuit avec un chanteur italien ! Pierre, désespéré, veut se suicider. C'est alors que, soudain, apparaît devant lui une hôtesse de l'air qui ressemble à Line et qui affirme être son ange gardien depuis sa naissance ! Pour le convaincre, l'ange lui raconte des événements de sa vie que personne d'autre que lui n'aurait pu connaître, et il ne sait quoi penser. C'est l'ange qui a fait capoter son mariage avec la frivole Augusta. Le chef des anges gardiens, qui a pris l'apparence d'une vieille nonne, n'autorise la fausse Line à conserver forme humaine que pendant vingt quatre heures seulement. Mais l'ange gardien commence à éprouver des sentiments humains et se sent attiré par Pierre qui n'est pas insensible à son charme juvénile ! Le délai passé, l'ange gardien est rappelé au ciel au grand désespoir de Pierre. Celui ci imagine alors de le faire réapparaître en renouvellant sa demande en mariage avec Augusta. Mais il doit auparavant participer au grand prix de Monaco. Il y prend des risques inconsidérés, juste pour revoir son ange gardien, mais c'est le chef des anges qui le protége…La fausse Line finit par lui apparaître juste devant son capot alors qu'il a remporté la course ! Elle lui demande de partir avec lui à Paris, sur le champ. Il accepte et se précipite avec elle à l'aéroport. Là, elle s'efface à regret, pour aller remplir une nouvelle mission. Dans l'avion, Pierre retrouve la vraie Line et ne s'aperçoit pas de la substitution….

Cette charmante comédie n'a pas laissé un souvenir impérissable dans les annales du cinéma, malgré une distribution de choix, avec un actrice confirmée, Romy Schneider, un débutant plein d'avenir, Jean Paul Belmondo (c'était son septième film) dans un rôle très secondaire et une belle brune, Michèle Mercier, qui n'était pas encore la flamboyante Marquise des Anges.

Ce film est aussi l'occasion d'admirer les magnifiques paysages des moyenne et haute corniches entre Monaco et Nice, que parcourt Pierre au volant de son roadster Jaguar XK.120. Depuis 1959, les lieux n'ont guère changé, à l'exception de Monaco dont l'urbanisme a littéralement explosé (sauf sur le "rocher", bien sûr...).

On assiste aussi au Grand Prix de Monaco de mai 1959, ce qui ravira les amateurs de vieilles voitures de course. On y voit la voiture du vainqueur, Jack Brabham, une Cooper Climax (24), mais aussi la Ferrari 246 Dino (46) de Jean Behra, la Cooper Climax (10) de Lucien Bianchi et d'autres voitures, comme les Porsche 718 F1 (4), BRM P25 (18), Cooper Maserati (38). La voiture de Pierre est la Maserati 250F (56) du pilote monégasque André Testut qui fut disqualifié aux essais. On voit, en outre, des Stanguellini Formule Junior qui enlevèrent les trois premières places du Grand Prix de Monaco Junior, la même année. En fait, on voit plus de voitures de course que d'avions….


Les avions du film :

Les scènes aériennes furent filmées sur l'aéroport de Nice-Cote d'Azur, qui a l'air très calme à l'époque (trois ou quatre avions sur le tarmac..). On voit ainsi l'ancien terminal et ses parterres fleuris. Les passagers devaient rejoindre leur avion à pied, en profitant de la brise marine soufflant de la Baie des Anges.

Le chanteur italien enlève Augusta dans un… Agusta Bell 47-G2 (c/n 120, F-BILF) appartenant à la société Gyrafrique, basée à Alger.

Line est hôtesse sur un Lockheed Constellation L749A 79-46 (c/n 2625, F-BAZF) "Place Vendôme", qui appartenait à Air France dont le nom a été simplement recouvert d'une toile marquée "Angel Star Line". Il est équipé sous le fuselage d'un "Speedpak", une soute amovible, le Constel ayant des soutes plutôt petites. Cet avion fut mis en service en 1950. Loué à Air Inter en 1960-1961, il fut cédé au SAR (service de secours en mer) et utilisé par l'EARS 99 de Toulouse (F-SSFF) à la fin de 1964. Retiré d'exploitation en 1969, l'appareil fut ferraillé en 1973.

Air France desservait bien Paris, à partir de Nice, en Constellation (classe touriste uniquement), entre autres appareils (Viscount, DC-4..). A la fin du film, quand ses moteurs tournent au sol, il est remplacé un instant par un Douglas DC-6 d'Air France.

En arrière plan, on distingue un Vickers Viscount de la British European Airways qui faisait une demi heure d'escale à Nice, entre Londres et Malte. On voit également deux Douglas C-47 d'Air France. Le premier (F-BEFN), un C-47A-20-DK (c/n 12 892, s/n 42-93026), fut exploité par la compagnie nationale à partir de 1948, puis transféré au CEP (Centre d'Exploitation Postale) en 1952. Vendu en 1971 à la Barbade (8P-AAB), puis à une compagnie américaine en 1975 (N16399), il fut exporté à la Jamaïque en 1977. Le second, F-BCYT, un Douglas C-47-DL (c/n 4398 s/n 41-18360), fut pris en charge par Air France en 1947 et exploité par le CEP avec le nom "Dakar-Yoff", à partir de 1951. Vendu à la fin de 1969 à Fret Air, il fut exploité par diverses compagnies, Vargas Aviation, Uni Air, Intra Airways, Kerry Airways (EI-BDU), Clyden Airways (G-AKNB), Harvest Air, avant d'être accidenté en Angleterre, en septembre 1982. Revendu aux Etats-Unis (N59NA), il y est stocké depuis 1995.

 

Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr






MADEMOISELLE ANGE.jpg

EINENGELAUFERDEN.jpg
Associated keywords

Creation date : 29/12/2009 : 19:49
Last update : 21/10/2010 : 17:46
Category : - Films
Page read 3448 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!