Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

LES FILLES DE L'AIR
Vo. Come fly with me

 

Année: 1963
Pays : Etats-Unis
Genre: comédie
Durée : 1 h 49 min.
Couleur

Réalisateur : Henry Levin
Scénario : Bernard Glemser, William Roberts

Acteurs principaux :

Dolores Hart (Donna Stuart), Hugh O'Brian (le copilote Ray Winsley), Karlheinz Böhm (Baron Franz Von Elzingen), Pamela Tiffin (Carol Brewster), Lois Nettleton (Hilda 'Bergie' Bergstrom), Dawn Addams (Katie Rinard), Karl Malden (Walter Lucas), Richard Wattis (Oliver Garson), Andrew Cruickshank (Cardwell).

Producteur : Anatole de Grunwald
Musique : Lyn Murray
Photographie : Oswald Morris
Compagnie productrice : MGM

Avions :
-Boeing 707 (en arrière plan)
-Convair CV-440 Metropolitan (idem)
-Vickers Viscount (idem)
-Iluyshin Il.-14 (idem)

 

Notre avis :

Cette comédie véhicule l'idée commune que les hôtesses de l'air bénéficiaient d'une vie pleine d'aventures, de luxe et de flirts...Dans les années 60, au début de l'ère des jets, elles étaient encore considérées comme de vrais symboles sexuels, souvent harcelés par les passagers mâles célibataires. De leur côté, les hôtesses ne pensaient qu'à se marier avec le commandant de bord, ou mieux, avec le riche passager voyageant en première classe. Le scénario n'est pas sans rappeler celui de "Comment épouser un millionnaire" (1953) avec trois femmes qui recherchent un riche parti et trouveront l'amour de leur vie.

Le tournage eut lieu, entre autres, sur les aéroports de Paris-Orly et de Vienne-Schwechat, ainsi que sur l'aéroport international d'Idlewild, à New York, qui allait s'appeler à la fin de 1963, "John Fitzgerald Kennedy", juste après son assassinat.

Lors d'un voyage entre New-York et Paris, trois hôtesses des "Polar Atlantic Airways" sont à la recherche de l'âme soeur. La nouvelle, Carol Brewster, est attirée par le copilote Ray Winsley, l'hôtesse de la première classe, Donna Stewart, par le jeune baron autrichien Franz von Elzingen, et la plus âgée, "Bergie" Brestrom, est séduite par un voyageur de la classe touriste, un texan timide du nom de Walter Lucas. Arrivées à Paris, Carol a été invitée à dîner par Winsley et Donna, par le baron, mais les deux hommes se décommandent au dernier moment ! Seule, Bergie ira dîner avec Walter. Lors de la soirée, elle apprend qu'il voyage pour oublier la mort de sa femme quelques mois plus tôt. Carol découvre que Winsley sort avec un femme mariée, Katie Rinard. Le lendemain, elles se retrouvent dans le vol de Vienne. Donna peut mieux faire connaissance avec le baron qui lui fait visiter l'ancien château de sa famille, qui était très riche, autrefois. Mais aujourd'hui, sans le sou, il est impliqué dans un trafic de diamants, et il se sert de Donna pour leur faire passer la douane sans encombre, ce qu'elle ignore. Walter a suivi Bergie à Vienne et il a voulu l'installer dans une suite somptueuse. Il lui avoue que, bien que voyageant en classe touriste, il est multi millionnaire. Mais Bergie qui a déjà subi plusieurs déceptions amoureuses préfère s'éloigner de lui. Après plusieurs va et vient entre Paris et Vienne, Donna est arrêtée par les douaniers, alors qu'elle transportait à son insu des bijoux volés. Le baron lui avoue tout avant d'être arrêté à son tour. Néanmoins, elle espère le revoir. Quand les trois hôtesses repartent de Vienne, l'avion ne contient qu'un seul passager, Walter, qui a affrété l'appareil. Cette fois, Bergie comprend qu'il l'aime vraiment. Quant à Carol, elle est toute heureuse de voir que Ray s'est rapproché d'elle, en oubliant son aventure avec Katie.

Le film montre certaines vues de Paris et de Vienne, au début des années soixante. Comme d'habitude, Hollywood ne montre pas le Paris contemporain, mais un Paris "reconstitué", plus proche de l'immédiat après guerre. Le porteur à l'aéroport qui s'empare d'autorité des bagages des riches passagers, la photographe dans le restaurant, le gamin qui s'improvise guide pour touristes, appartiennent au Paris du début des années 50, quand l'argent était rare. Quant à la chanteuse des rues qui vend ses petits formats aux badauds, elle date des années 30...

On a aussi quelques images de l'aérogare d'Idlewild, avec le terminal très futuriste de la TWA, de celle d'Orly sud, inauguré en 1961, avec sa terrasse d'où on pouvait admirer et photographier les avions, avant que des terroristes s'en servent comme plate forme de tir….

Le problème avec ce film c'est qu'il se passe dans une cabine de jet, reconstituée en studio. Il y a quelques scènes amusantes comme celle où le mécanicien du bord explique à l'hôtesse novice les dangers de la "cavitation", problème qui ne peut être combattu qu'en actionnant toutes les cinq minutes la chasse d'eau des toilettes ! Ce film sur les hôtesses de l'air est très décevant en ce qui concerne les avions, qui ont été filmés sur les aéroports, et de (trop) loin….

 

Les avions du film :

Les images des aéroports de Paris ou de Vienne montrent la domination évidente des Boeing 707, au début des années soixante. L'avion de la PAA (Polar Atlantic Airways..) est peut être un Boeing 707 de la Panam (ou PAA…). On remarque le cockpit reconstitué en studio, assez encombré, avec en plus de deux pilotes, un mécanicien et un navigateur. Mais on ne voit jamais l'avion au sol.

On voit aussi à Orly, un 707 de la TWA. Sur l'aéroport de Vienne, on distingue un Convair 440, un Vickers Viscount et un Iluyshin Il.-14 de la compagnie polonaise LOT (Polskie Linie Lotnicze).

Christian Santoir

* Film rare

LESFILLESDELAIR.jpg


  COMEFLYWITHME.jpg

Associated keywords

Creation date : 02/01/2010 : 07:45
Last update : 29/07/2010 : 15:19
Category : Movies files - Films
Page read 3496 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!