Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
BALTIYSKOE NEBO
(Le ciel de la Baltique)


 
Année : 1960
Pays : URSS
Durée : 2 h 52 min. en deux parties.
Genre : guerre
Noir et blanc


Réalisateur : Vladimir VENGEROV
Scénario : Nikolai CHUKOVSKY

Principaux acteurs :
Pyotr GLEBOV, Vsevolod PLATOV, Mikhail ULYANOV, Rolan BYKOV, Mikhail KOZAKOV, Inna KONDRATYEVA, Eve KIVI

Photographie : Genrikh MARANDZHYAN
Musique : Isaak SHVARTS
Compagnie productrice : DENFILM
 
Avions :
-Polikarpov I-16 «Ishak»
-Polikarpov Po-2
-Yak-11 (monoplace)


Notre avis :

Ce film, basé sur le célèbre roman de Nikolaï Chukovsky, est une sorte de chronique du siège de Leningrad (Saint-Pétersbourg) entre 1941 et 1943, vu à travers les yeux d'un pilote de chasse dont le chemin croise plusieurs personnages : une femme de pilote et ses enfants, une jeune fille, un jeune garçon…Le siège de Leningrad qui dura 900 jours, est une des pages les plus glorieuses de la «Grande Guerre patriotique». Les défenseurs de la ville, dont les aviateurs, se dépensèrent sans compter, dans un combat sans merci. Hitler ayant juré de raser la ville et d'exterminer ses habitants, le choix était donc simple : résister ou mourir ! 134 pilotes russes recevront le titre de Héros de l'Union Soviétique, sur ce front.

Le commandant Lounine, un ancien instructeur dans l'aviation commerciale, a enfin obtenu ses papiers de mobilisation. Il doit rejoindre Leningrad pour y recevoir une affectation. Après avoir pris un train, il est obligé de continuer a pied en compagnie d'un marin. Ils arrêtent une camionnette qui passe et qui accepte de les prendre. La route est sous le feu des canons allemands. Après plusieurs péripéties, le camion les déposent à Leningrad. Dans l'immeuble où se rend Lounine, une jeune fille, Sonia, apprend par Maria, une amie de sa mère, que cette dernière est morte en creusant des fossés antichars. Toute la ville est sur le pied de guerre, et on protège les monuments avec des sables de sable. Lounine rejoint son unité basée dans une clairière au milieu d'une forêt de sapins. Un avion revient de mission, et atterrit convenablement mais son pilote, ne freine pas, et il termine dans les arbres ! Le pilote est mort. Lounine arrive à point pour le remplacer. Les missions ont pour objectif de protéger les bateaux attaqués par les bombardiers allemands. Quinze jours après son arrivée, Lounine compte déjà deux victoires. Entre les vols, les pilotes passent leur temps au mess, où officie la belle Hilda qu'aime secrètement Kabankov, le commissaire politique de l'escadrille. Les Allemands ont commencé à bombarder la ville. Ceux qui ne combattent pas, se terrent dans les abris. C'est dans un de ceux là que Sonia est présentée au chef du komsomol de son quartier. Depuis la mort de sa mère, elle cherche à se rendre utile. Un jour que Lounine doit atterrir dans un no man's land, il y rencontre un jeune garçon singulier, Slava, qui cherche des pommes de terre dans un champ labouré par les obus ! C'est en fait le frère de Sonia. Il est passionné d'aviation et s'intéresse à l'appareil de Lounine. Une route est établie sur le lac Ladoga pris par les glaces, pour ravitailler Leningrad. Le commandant de l'escadrille se fait descendre et c'est Lounine qui est nommé à sa place. L'escadrille reçoit des Yak pour remplacer leur vieux I-16. De jeunes recrues arrivent aussi, qu'il va falloir entraîner. A Leningrad, à la recherche de son ancienne femme, Lounine tombe sur Maria, l'amie de Serov, l'un de ses camarades qui a été grièvement blessé. Elle est épuisée et meurt de faim. Il lui donne les provisions qu'il avait emmenées. Elle le conduit dans sa maison où dorment ses deux enfants. Lounine les fera sortir de Leningrad, en les faisant passer pour sa famille. Il s'occupe aussi du jeune Slava qu'il fait incorporé comme aide-mécanicien dans son escadrille. Mais un jour qu'il accompagne des Stourmovik, il se fait descendre. Il saute en parachute, mais se blesse au pied quand il prend contact avec le sol. Son équipier, Tatarenko, qui a lui aussi sauté, vient à son secours. Par un heureux hasard, ils peuvent trouver une auto qui les ramène à leur base. Peu après le rétablissement complet de Lounine, la grande offensive russe est lancée. Sonia qui travaille désormais aux chantiers navals comme soudeuse à l'arc, va voir son frère Slava à la base. Elle y rencontre Lounine et le jeune Tatarenko qui la raccompagne le soir. Ils se revoient souvent. Mais il est muté et il ne donne plus signe de vie. Maria qui a repris son métier d'institutrice après avoir été évacuée de Leningrad, reçoit avec émotion la visite de Serov, blessé mais vivant. Lounine emmène Tatarenko à Leningrad, ayant reçu l'ordre de se présenter devant l'Etat-Major. Lounine se rend chez Sonia qui retrouve Tatarenko avec joie. Elle apprend qu'il vient d'être nommé chef de la seconde escadrille, et Lounine, chef du régiment. Sonia et Tatarenko promettent de ne plus se quitter. Sur la base, les chasseurs décollent en groupe pour repousser les hordes fascistes….

Ce film en deux parties est très long et on s'y ennuie un peu, car son rythme est également très lent, comme souvent dans les films russes...Les combats aériens (réalisées avec des maquettes) alternent avec les scènes de la vie des femmes et des enfants, dans les ruines de Leningrad. Un minimum d'avions d'époque (ou presque) ont été utilisés pour le tournage.

Les avions du film :

Le premier avion du film pose un problème…. C'est à l'évidence un chasseur Polikarpov I-16 « Ishak » (Petit âne) tel que l'identifie le jeune Slavia, mais avec quelques différences notables. Ainsi la dérive semble empruntée à un Yak, de même que le pare brise. Un cône d'hélice allongé et pointu, lui donne un faux air d'I-180…. Cet avion ne se déplace qu'au sol, son moteur en marche. Ce serait donc un I-16 affublé de pièces provenant d'autres avions…. Il ne devait plus y avoir beaucoup d'I-16 intacts en 1960, même si on signale la restauration de quelques exemplaires pour exposition statique. L'I-16 (le vrai) avait déjà été la vedette du film « Istrebiteli » de 1936.

On voit plusieurs de ces I-16 hybrides, (ou leurs maquettes grandeur réelle), alignés et immobiles, dans un champ. En l'air, ces avions sont remplacés par des maquettes qui attaquent des maquettes de Junkers Ju-88. Les effets spéciaux sont plutôt faibles.

Par contre, le biplan Polikarpov Po-2 qu'utilise le commissaire politique de la division pour visiter ses troupes, apparaît tout à fait authentique.

Plus tard, les I-16 font place à un autre type d'avion tout aussi bizarre. Ce sont des Yak-11 monoplaces, avec leur moteur en étoile muni d'une hélice tripale au lieu de l'habituelle bipale. Cet avion d'entraînement biplace a été transformé en «Yak-9», en fermant la place arrière par une tôle, ce qui est assez visible sur les vues rapprochées. La verrière est celle d'un Yak-9. Un telle transformation avait été effectuée pour « Normandie-Niemen » (1960), tourné peu avant ce film. On en compte six. Ceux là volent, et volent même en formation. Ces Yak-11/9 jouent aussi les Allemands, lorsqu'ils attaquent le paisible Po-2 survolant la ville de Leningrad.


 

Christian Santoir

*Film en vente, en VO non sous-titrée, sur les sites d'Europe de l'Est.

BALTISKOYENEBO.jpg


 

Associated keywords

Creation date : 06/05/2010 : 07:42
Last update : 19/10/2010 : 07:43
Category : - Films
Page read 3860 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!