Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 144 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
FUGITIVE IN THE SKY




Année : 1936
Pays : Etats-Unis
Durée : 58 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Nick GRINDE
Scénario : George BRICKER

Principaux acteurs :
Jean MUIR (Rita Moore), Warren HULL (Terry Brewer), Gordon OLIVER (Pilote Bob White), Carlyle MOORE Jr. (Copilote Johnny Martin), Howard PHILLIPS ('Killer' Madsen), Wini SHAW (Autumn Day), Mary TREEN (Agatha 'Aggie' Ormsby), John LITEL (Mike Phelan), Bill ELLIOTT (Ramon Duval).

Musique : Howard JACKSON
Photographie :Ted D. McCORD
Producteur : Hal B. Wallis,  Jack L. Warner
Compagnie productrice : Warner Bros. Pictures

Avions :
-Ford Trimotor 4-ATB c/n 24, NC5578
-Stinson SM-8A c/n 4024, NC215W
-Fokker Super Universal


Notre avis :

Ce film est pratiquement un remake de «Thirteen hours by air» de la Paramount, sorti sept mois plus tôt. Une fois de plus, un assassin prend le contrôle d'un avion rempli de passagers bien typés : un policier, un journaliste, une vielle dame, un rigolo, une jeune femme qui boit, un boxer, sans oublier l'hôtesse courageuse qui devra prendre les commandes. Seule originalité, la Warner a rajouté un deuxième assassin à bord…. Bref, ce film est un archétype des films catastrophes, version aviation. Au début du film, la production mentionne que les faits sont entièrement fictifs et que «le transport aérien, sous le contrôle du Département du Commerce, est reconnu comme un moyen de transport rapide et fiable». Nous sommes en 1936, et il ne s'agissait pas d'effaroucher le client….


Le reporter Terry Brewer va saluer à l'aéroport de Los Angeles son amie, Rita Moore, qui est hôtesse de l'air. Il remarque incidemment que le policier Mike Phelan est parmi les passagers du vol de New York. Supputant qu'il est sur la piste d'un criminel, il obtient de son journal l'autorisation de le suivre dans l'espoir d'un scoop. A l'escale d'Albuquerque, une passagère, Mme Tristo, achète un couteau indien. Pendant la nuit, en plein vol, alors que tout le monde dort, Ramon Duval est assassiné avec ce même couteau ! Quand Phelan veut commencer son enquête, une passagère, Wanda Terrell, s'avère être un homme, «Killer» Madsen, un dangereux criminel en fuite. Il désarme le policier et ordonne au pilote de prendre le cap d'Evansville,  dans l'Indiana, d'où il est originaire. Rita met du somnifère dans le café de Madsen, mais celui-ci, soupçonneux, donne sa tasse au copilote qui s'endort, alors que Madsen venait d'assommer Bob White, le pilote ! Rita doit prendre les commandes en attendant qu'on réanime White. L'avion entre dans une tempête de sable qui le force à faire un atterrissage d'urgence en pleine campagne. Tout le monde se retrouve dans une ferme située à proximité. Madsen oblige le pilote et Terry à aller réparer l'avion. Pendant que White s'occupe du moteur, Terry parvient à envoyer un message radio signalant leur situation et demandant de l'aide. C'est alors que Rita survient avec un fusil. Madsen, surpris, est maîtrisé par White et Terry. Après que les avions de secours aient atterri, Phelan révèle que la vielle dame, Mme Tristo, n'est autre qu'une certaine Katie Dorn; c'est elle qui a assassiné le passager qui était son amant. Ce dernier essayait de partir, seul, en emportant des bons du Trésor qu'ils avaient volés ensemble. Après ces émotions, Bob demande la main de Rita.


Malgré un scénario très peu original et très prévisible, ce petit film de série B n'est pas trop ennuyeux, voire parfois, drôle. Son seul problème, comme dans tous les films de son genre, c'est que tout se passe à huit clos, dans une cabine d'avion, et qu'il n'y a que fort peu d'avions à voir….


Les avions du film :

Le tournage des quelques scènes aériennes (guère plus de six minutes) eut lieu sur l'aéroport d'Alhambra, non loin d'Hollywood.

L'avion où se déroule l'essentiel de l'action est un Ford Trimotor 4-ATB (NC5578, c/n 24), un des premiers modèles du tin goose, sorti en 1928. Il appartenait en 1936, aux barnstormers Russell Reed et Eugene Clemm, qui le louèrent à plusieurs productions ("Central airport"-1933, "Murder in the clouds"-1934). Cet appareil se crashera en Equateur, en 1946, alors qu'il appartenait à la compagnie Shell.

La cabine, reconstituée en studio, est agrandie, notamment en largeur (le vrai couloir ne faisait que 35 cm de large). Le cockpit est également fantaisiste. La compagnie fictive «Transamerica Airlines» semble avoir du matériel bien obsolète en 1936. A cette date, on ne traversait plus les Etats-Unis en Ford Tri-motor, mais en Boeing 247 ou en Douglas DC-2, en attendant les DC-3 qui seront mis en service l'année suivante. Le trajet Los Angeles New-York par le sud, via Albuquerque, Wichita et Kansas City, était la ligne exploitée par la Transcontinental & Western Air (TWA). L'escale d'Albuquerque au Nouveau Mexique (qui, dans le film, est l'aéroport d'Alhambra) était connue pour ses Indiens Navajo qui vendaient aux passagers des objets de leur artisanat.

Les secours arrivent dans deux petits avions : un Stinson SM-8A (c/n 4024, NC215W), vu au début du film (mais aussi en 1935, dans "Le rayon diabolique"), et un Fokker Super Universal; non identifiable.


Christian Santoir

* Film rare



 

FUGITIVEINTHESKY.jpg

Associated keywords

Creation date : 03/06/2010 : 20:20
Last update : 30/11/2013 : 18:01
Category : - Films
Page read 4759 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!