Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

 
TEL PERE, TEL FILS
Vo. West Point of the air




Année : 1935
Pays : Etats-Unis
Durée : 1h 29 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Richard ROSSON
Scénario : James Kevin McGUINNESS et John Monk SAUNDERS

Acteurs principaux :
Wallace BEERY (Sergent 'Big Mike' Stone), Robert YOUNG (Little Mike Stone), Lewis STONE (Général Carter), Maureen O'SULLIVAN ('Skip' Carter), Russell HARDIE (Phil Carter), Rosalind RUSSELL (Dare Marshall), James GLEASON (Joe 'Bags'), Henry WADSWORTH (Lieutenant Pettis), Robert TAYLOR ('Jasky' Jaskarelli)

Photographie : Clyde De VINNA
Prises de vue aériennes : Elmer DYER, Charles A. MARSHALL
Producteur : Monta BELL
Compagnie productrice : MGM

 

Avions :
-Curtiss Pusher  (réplique)
-Lockheed Vega 5C  c/n 100, NC48M
-Consolidated PT-3
-Fokker D.VII, NC46Y (au sol)
-Curtiss B-2 (images d'archives)


Notre avis :

Dans les années trente, aux USA, l'aviation de l'US Navy occupait souvent les écrans, devançant largement l'US Army Air Corps. Ce film de la MGM est une exception et emmène le spectateur dans la principale base d'entraînement de l'Armée, à Randolph Field, au Texas, surnommée le "West Point de l'Air". L'histoire est un prétexte pour nous montrer le programme de formation des pilotes de l'Armée américaine en 1935. Comme les autres films de ce genre ("Devil's dogs of the air" par exemple), il vante la gloire du service militaire et l'importance d'une discipline de fer. Les discours sur l'obéissance et la loyauté alternent avec de grandes formations d'avions  défilant dans le ciel.

L'histoire fut écrite par John Monk Saunders et adaptée à l'écran par Frank Wead, qui devait remplacer rapidement Saunders, comme le principal scénariste de film d'aviation d' Hollywood. Ce film a au moins le mérite de ne pas nous imposer, une fois de plus, l'habituelle histoire de deux garçons qui aiment la même fille. On a droit ici à une histoire aussi peu excitante entre un père et son fils, qu'une sirène de la ville veut détourner des honorables traditions du corps aérien.

Une partie des prises de vues aériennes fut effectuée par Elmer Dyer et Paul Mantz, qui avait décroché le contrat de la MGM pour les scènes aériennes. Wallace Berry qui avait le rôle principal, se rendit dans son avion personnel, de Burbank à Randolph Field (TX) pour le tournage.

L'histoire commence dans un camp de l'Armée au Texas, au début du siècle. Le sergent "Big Mike" Stone est un des premiers mécaniciens du corps aérien, nouvellement crée. Il veut faire de son jeune fils, "Little Mike" un officier et un pilote. "Little Mike" est élevé avec les enfants du général Carter, Phil et Skip. Le temps passe, et Little Mike entre à West Point où il se montre bon élève et excellent joueur de football, ce qui le fait remarquer par Dare Marshall, une élégante qui s'intéresse aux sportifs... Après sa sortie de West Point, Little Mike rejoint Randolph Field pour suivre une formation de pilote. Dare le suit, à la grande consternation de Skip, l'amie d'enfance de Little Mike, qu'elle aime toujours. Little Mike est un cadet un peu trop sûr de lui, et le général Carter demande à son père de s'occuper de sa formation pour lui inculquer la discipline. En dépit du désaccord de son père, Little Mike sort avec Dare, la veille d'un important meeting avec les officiels. Le lendemain, Phil casse son avion en voulant éviter la voiture de Little Mike qui traverse la piste. Il est grièvement blessé et on doit l'amputer d'une jambe. Puis, lors d'un test en vol, Little Mike provoque une collision, qui entraîne la mort d'un de ses camarades. C'en est trop pour lui, et il annonce à son père qu'il ne volera plus. Emporté par la colère, celui ci le met KO ! Big Mike est alors renvoyé de l'Armée pour avoir frappé un officier. Quelque temps plus tard, Little Mike va voir son père qui rafistole un vieux biplan pour offrir des promenades au dessus du Texas. Il lui annonce qu'il envisage de quitter l'armée, encouragée en cela par Dare. Il ne participera pas aux manœuvres de la soirée où il est chargé de lancer des fusées éclairantes. Son père lui annonce que s'il ne fait pas son devoir, c'est lui qui fera le travail à sa place, avec son vieil avion ! Le soir, comme promis, Big Mike lance les fusées éclairantes, mais son avion perd une aile, et s'écrase dans une rivière. Son fils qui avait pris l'air en le voyant, se pose à coté et plonge pour le sauver. Ayant prouvé sa valeur, Big Mike est réintégré dans l'Armée et peut ainsi épingler sur la tunique de son fils, ses ailes de pilote. Little Mike retrouve aussi son amour d'enfance, Skip.

L'acteur Robert Taylor dont l'avion est percuté par Little Mike, deviendra, pendant la guerre, instructeur sur multimoteur, mais dans l'US Navy. La base de Randolph, créée en 1930, est toujours en activité, comme centre d'entraînement de l'USAF. La plupart des bâtiments vus dans le film, dont le building n°100 appelé le "Taj Mahal" (vu son architecture), qui abritait à l'époque les services administratifs, sont encore utilisés, mais avec une autre fonction. On voit aussi la piscine du club des officiers fréquentées par de jolies naïades. Mais l'intérêt de ce film réside pour nous, dans les treize minutes de séquences aériennes, montrant les principaux appareils d'entraînement utilisés par l'Armée américaine, au milieu des années trente.


Les avions du film :

Au début du film, on voit la réplique de Curtiss Pusher que Paul Mantz fit construire par Otto Timm. Le Pusher ne démarrait pas lancé par un contre poids suspendu à un derrick, comme les premiers Wright, qui décollaient sur un rail. On remarque que cette réplique est propulsée par un moteur Curtiss OX-5, qu'elle dispose d'un manche à balai et non d'un volant comme la plupart des Pusher, et que les ailerons ne sont pas situés entre les plans, comme le modèle original.

Little Mike fait une arrivée remarquée à Randolph Field, avec le Lockheed Vega 5C de Paul Mantz (NC48M). Cet avion sera détruit en 1938, à l'atterrissage à St George (Utah), lors du tournage de "Only angels have wings" (1939).

Sinon, l'avion vedette du film est le Consolidated PT-3 (dont les n° 497, 464, 484, 420,405..), servant à l'entraînement initial des cadets. On remarquera sa remarquable robustesse lors d'atterrissages scabreux; le cockpit arrière, où se tenait l'élève, était muni d'un capitonnage avantageux, placé au dessus de la planche de bord, pour recevoir le front de l'élève, au cas où….Au sol, en arrière plan, apparaissent çà et là, les autres avions d'entraînement de base, de l'époque : Douglas BT-1, BT-2B, Stearman PT-9.

L'avion décrépi de Big Mike, est un Fokker D.VII (NC46Y), reconditionné (si on peut dire) par Otto Timm. Cet avion qui aurait tourné dans "Hell's angels" ne vole pas; en l'air, il est remplacé par sa maquette.

A  la fin du film, sans doute lors de manœuvres, des parachutistes se lancent de bombardiers Curtiss B-2 selon un curieuse procédure, justifiée par la faible altitude : le parachutiste, debout sur l'aile inférieure et se tenant à un mât d'aile, ouvre son parachute, et se laisse entraîner par lui dans le vide ! En 1935, le saut de groupe dans l'armée, n'était encore que du spectacle et il n'y avait guère d'avions de transport bien adaptés à ce rôle, ni de doctrine d'emploi bien précise. Les premiers régiments parachutistes américains n'apparaîtront qu'en 1940.



Christian Santoir

*Film rare


 

TELPERETELFILS.jpg













WESTPOINTOFTHEAIR.jpg

Associated keywords

Creation date : 23/07/2010 : 11:25
Last update : 22/10/2010 : 11:15
Category : - Films
Page read 3584 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!