Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 143 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

VYSOKA MODRA ZED
(Le grand mur bleu)



Année : 1973
Pays : Tchécoslovaquie
Durée : 1 h 30 min.
Genre : Drame
Couleur

Réalisateur : Vladimír CECH
Scénario: Vaclav PODZIMEK, Milan RUZICKA

Acteurs principaux :
Martin RUZEK (Général Dvorák), Jirí BEDNAR (Capitaine Jelínek), Svetla AMORTOVA (Málková), Josef BEYVL (Nohýnek), Vladimír BRABEC (Major Pilar), Josef CHVALINA (Major Pekar), Hana CIZKOVA (Nehodová), Gustav HEVERLE (Major Pecka), Jirí KRAMPOL (Lieutenant Netopil).

Musique: Stephen LUCKY
Photographie : Hunka VACLAV
Compagnie productrice : Studio Barrandov
 
Avions :
-MiG-21
-MiG-21US "0241" s/n 02685141, OK-004
-Mig-21F-13 "1012" s/n 061012
-Yak-11
-Aero L-29R "Delfin"
-Ilyushin Il-14M
-Zlin Trener Z-226MS s/n 193, OK-MGU


Notre avis :

Les années 70 voient l'apparition en Tchécoslovaquie, de mouvements de dissidence représentés, entre autres, par Vaclav Havel. Après le "printemps de Prague" de mai 1968 et la répression qui suivit, l'heure était à la "normalisation", la remise dans le droit chemin communiste préconisée par le camarade Brejnev. Ce film, qui met en scène des militaires des forces aériennes tchécoslovaques, revient sur des événements anciens du début de la guerre froide, en louant l'aide apportée alors par le grand frère soviétique. Il faut préciser qu'en 1973, les officiers de l'armée de l'Air tchécoslovaque, formés dans les écoles en URSS, étaient très liés aux Soviétiques qu'ils considéraient comme leurs "supérieurs". En ce sens, l'aviation tchécoslovaque faisait partie de l'armée soviétique. "Vysoka modra zed" revient donc sur le passé, quand l'URSS aidait le pays à répondre aux provocations des capitalistes, peut être pour atténuer les effets de l'invasion du pays, cinq ans auparavant, par 400.000 soldats et 6300 chars du Pacte de Varsovie, venus reprendre le contrôle du pays "menacé" par une vague de libéralisme initiée par Alexandre Dubcek.


Le film ouvre sur des chasseurs MiG-21 des forces aériennes tchécoslovaques, en 1973, puis lors du générique, on passe à un beau ciel bleu où flottent des ballons venus d'au-delà du "rideau de fer", portant des caisses pleines de tracts qui tombent, au hasard, sur la campagne tchécoslovaque. On est au début des années cinquante, à une époque où les capitalistes ne respectaient rien, pas même l'espace aérien tchécoslovaque. En plus des émissions de radio Free Europe, il fallait aussi compter avec les incursions fréquentes d'avions venus de l'Allemagne fédérale toute proche. C'est dans ce contexte que le capitaine Jelínek se présente au commandant d'une base aérienne, le général Dvorak, en tant que chargé des affaires politiques. Il doit s'occuper de divers problèmes tels que l'aménagement de nouveaux logements pour les pilotes, mais aussi des problèmes de dissidence, certains pilotes ayant fui le pays; il y a cependant des cas de retour au pays et Jelinek va ainsi accueillir à la frontière allemande, un pilote qui sera réincorporé. Mais les avions à hélice tchécoslovaques sont incapables d''intercepter les jets américains qui pénètrent impunément l'espace aérien. Il y a aussi le cas de pilotes qui passent à l'ouest avec des avions d'aéroclub. Malgré tous ces soucis, Jelinek trouve quand même le temps de faire la cour à la belle secrétaire du général, Lucy. Il participe aussi à l'enquête d'un avion de transport civil qui s'est écrasé après avoir heurté des ballons en plein vol; il y a de nombreux morts dont des femmes et des enfants. C'en est trop ! Le général fait donc appel aux Soviétiques pour obtenir du matériel plus moderne. Ils répondent en envoyant des chasseurs à réaction. Peu après leur formation sur jet, les pilotes tchécoslovaques ont l'occasion d'intercepter deux jets américains. L'un est abattu et son pilote saute en parachute, l'autre est forcé d'atterrir sur une base aérienne. L'espace aérien tchécoslovaque est désormais bien gardé, qu'on se le dise à l'ouest !


Faut-il préciser que les survols du territoire tchécoslovaque se poursuivirent néanmoins dans les années 60, 70 et 80 ? Ces incursions n'étaient pas toujours délibérées et souvent dues à des erreurs de navigation. Il arrivaient ainsi que l'aéroport de Prague, situé à dix minutes de la frontière allemande, soit survolé par des jets américains. Deux F-84 Thunderjet, en vol d'entrainement, se posèrent même à Prague-Kbely, le premier terrain qu'ils avaient trouvé après s'être perdus et avoir épuisé leur carburant ! Le 10 mars 1953, deux autres F-84G du 53th FBS (36th TFW), basé à Fürstenfeldbruck, près de Munich, furent interceptés par deux MiG-15; l'un fut abattu par le lieutenant Jaroslav Sramek. Son pilote, le lieutenant W. Brown, put s'éjecter et atterrir en Allemagne. C'est sans doute l'incident dont s'inspire le film. Mais le scénario fait référence à d'autres événements postérieurs, comme l'accident d'un Ilyushin civil (13 morts), le 10 septembre 1962. Un Il-14P (OK-MCT) de la compagnie nationale CSA s'écrasa en approche de l'aéroport de Brno, et on soupçonna des ballons espions américains d'avoir provoqué sa chute... L'épisode du pilote dissident fuyant à l'ouest dans un petit avion se réfère sans doute à l'interception, le 19 décembre 1971, d'un Zlin Trener (OK-MUA), piloté par un pilote de la compagnie CSA, fuyant avec sa famille à bord. Ayant vu cela, le pilote d'un MiG-15 refusa d'abattre l'avion comme on lui demandait, et le Zlin put se poser en Allemagne fédérale.

À la mi-1951, fut créé sur l'aéroport de Milovice-Mlada un Centre de Formation de l'armée de l'Air (PVSL), qui avait pour tâche la transformation des pilotes tchécoslovaques sur le MiG-15 (S-102). Trois régiments aériens purent ainsi être positionnés face à l'ouest. Cette transition ne se fit que très progressivement et c'est à cette période que fait allusion le film.

Le pilote que l'on voit rentrer au pays après avoir fui en Allemagne et qui est réincorporé dans l'Armée, est de la pure propagande. C'est plusieurs années de prison qui l'attendaient voire pire ! La fuite de nombreux pilotes tchèques à l'ouest étaient due à ce qu'il étaient systématiquement emprisonnés pour avoir combattu, pendant la guerre, en Angleterre, contrairement aux pilotes slovaques ayant combattu aux cotés des nazis et qui occupaient les principaux postes de l'armée de l'Air, dans les années cinquante, comme en 1973...

Sur fond de défense du territoire, ce film de propagande rappelle le "bon vieux temps" de l'ère stalinienne et les liens (très) étroits qui unissaient la Tchécoslovaquie à l'URSS. Le film entretient également l'idée, qu'en 1973, comme en 1951, les pays de l'est sont menacés par une invasion des forces de l'OTAN, thème récurrent de la propagande soviétique destiné à maintenir la mobilisation des masses populaires, alors que les dirigeants savaient pertinemment que le risque était nul. De l'autre coté, on en était beaucoup moins sûr….


Les avions du film :

Le film qui ne fait appel à aucune maquette, ni effets spéciaux, fut tourné sur l'aéroport de Prague-Kbely avec le concours de Forces aériennes tchécoslovaques (Letectvo CSLA) et notamment du 30ème Régiment aérien "Ostravsky" qui était basé à Hradec-Kralove, entre 1958 et 1982. Le tournage utilisa également des avions légers des aéroclubs du Zvasarmu, l'association pour la coopération avec l'Armée de terre.

Au début des années cinquante, l'armée de l'air tchécoslovaque était principalement équipée d'Avia S-199 (S = Stihac = Chasseur) "Mezek" (Messerschmitt Bf.109 G-6), mais aussi de quelques jets Yak-23 (S-101). L'introduction du MiG-15 intervint en juillet 1951 (désignation tchèque S-102) et certains pilotes tchécoslovaques avaient donc déjà une expérience du pilotage des avions à réaction. Dans le film, les pilotes soviétiques convoyant les MiG sont accueillis à bras ouverts et même plus, étant escortés dès leur descente d'avion par de ravissantes auxiliaires féminines de l'Armée…Les MiG du film sont des MiG-15bis (S-103) construits en 1954 par Aero Vodochody (Prague), appartenant au 30ème Régiment de chasseurs (Stíhací Letecký Pluk) dont on a pris soin d'effacer l'insigne (sur le nez), ainsi que les codes tactiques (à l'arrière du fuselage), qui sont remplacés par des codes fictifs (sur le nez) : "DB-17, 18"... Ces avions restèrent en service jusqu'en 1983.

Le début du film nous montre des MiG-21 avec leurs vrais numéros. On voit ainsi au roulage le biplace MiG-21US "0241" (s/n 02685141), livré à l'armée de l'Air tchécoslovaque en juillet 1969. Il servit entre autres, avec le 11ème Régiment de Chasseurs Bombardiers basé à Saaz. Entre 1993 et 1997, il reçut un matricule civil (OK-004) et fut utilisé pour filmer des essais de sièges éjectables, du programme naissant de l'Aero L-159 "Alca", puis il fut donné au musée d'aviation de Kbely. En 1999, il fut échangé contre un T-33, puis immatriculé en France (F-ZAGR) par la DGA, pour servir à l'entraînement des pilotes de l'EPNER. Quoique déclaré «bon de vol», à l'issue de cinq vols de réglage et de réception, l'avion fut réexporté vers les États-Unis en 2003. Avec le matricule "N63SG", il  appartient à la société "MiGs of Delaware" de Wilmington. Un autre Mig-21US est le "1048" (s/n 10685148), livré en juillet 1970. Il servit dans diverses unités : le 1er Régiment de Chasse de Budejovice, 11ème Régiment de Saaz, 28ème Régiment, avant d'être rayé des effectifs vers 1993.

Plusieurs chasseurs monoplaces apparaissent sur l'écran. Le Mig-21F-13 "1012" (s/n 061012) fut pris en charge en juin 1971 et affecté au 1er Régiment de Chasse. Par la suite cet avion fut équipé d'un pod de reconnaissance photographique et transformé en Mig-21FR. En 1991, il fut versé dans une école et aurait été ferraillé depuis sur la base de Presov. On aperçoit un autre Mig 21F-13, le "0414" (s/n 660414 ), livré au 1er Régiment de Chasse en 1966 et réformé en 1990 à Presov. Ces deux derniers avions sont des S-106, des MiG-21 construits par la firme tchécoslovaque Aero Vodochody. La version locale du MiG-21F-13 se distingue des exemplaires construits en URSS, par l'absence de vitre, juste derrière la canopée.

Les premiers chasseurs à hélice, au début du film, sont en fait des avions d'entrainement biplace C-11, des Yak-11 construit par Let, munis de codes fictifs : "DB-14, 15". Ces avions ne furent introduits qu'en 1952 et restèrent en service jusqu'en 1991. Ils ne servirent pas à chasser les jets intrus, mais plutôt les ballons (qui ne ressemblaient pas à ceux du film, qui sont plutôt du genre fêtes foraines !) venant d'Allemagne qui portaient soit des tracts, soit des caméras. Les Yak-11 succédaient dans ce rôle aux Avia C-2, des Arado 96, dont on voit une photo accrochée sur le mur du bureau du général. Des pilotes comme Jancik et Novak se distinguèrent dans cette chasse particulière.

Les jets américains sont représentés par deux Aero L-29R "Delfin", un appareil pour la reconnaissance et l'appui tactique, comportant un pod de reconnaissance plaqué sous le cockpit. C'était aussi l'avion d’entraînement avancé standard des pays du Pacte de Varsovie. Ceux du film sont décorés d'étoiles américaines trop grandes et de faux serials (dont le 135112). On en voit un autre au tout début du film, au roulage, avec le vrai numéro "3302" (s/n 993302). Livré en 1969, cet appareil fut transféré en janvier 1993 aux forces aériennes de la République Slovaque. Il sera détruit en mars 1995, lors d'une exhibition acrobatique.

Le général se déplace dans un Ilyushin Il-14M, construit par Avia, un Av 14-32 (s/n 1107). C'était un ancien avion civil (OK-MZA) mis en service en 1959 et basé à Prague-Kbely. Il fut incorporé, en 1960, dans la force aérienne où il servit comme avion de liaison. Après le tournage du film, où il porte le code fictif "D-05", il resta dans l'armée, mais son sort est inconnu.

Un dissident essaie de s'enfuir à bord d'un Zlin Trener Z-226MS civil (s/n 193, OK-MGU), un appareil qui fit son premier vol en 1955, et qui devait appartenir à un aéroclub en 1973. Il en est de même des deux petits bimoteurs Aero Ae.45, peints en kaki, un type d'avion produit à partir de 1955 et qui servit dans les écoles de l'armée de l'Air, sous l'appellation "K-75" mais avec une décoration couleur alu.


Christian Santoir

*Film en vente sur www.ritkavideo.cz

 
VYSOKA1.jpg



 
Associated keywords

Creation date : 04/02/2011 : 10:06
Last update : 05/02/2011 : 07:29
Category : - Films
Page read 3494 times


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!