Search
Search
Movies files

Movies articles

Links

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Preferences

Connect again :
Your user name :
Your password
Captcha reload
copy the code :


  Count of members 146 members
Connected :
(nobody)
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://www.aeromovies.fr/data/en-articles.xml

L'HOMME DES FUSEES SECRETES
Vo. I aim at the stars

 
 

Année : 1960
Pays : Etats-Unis/Allemagne
Genre : biographie
Durée : 1 h 47 min.
Noir et blanc

Réalisateur : J. Lee THOMPSON
Scénario : Jay DRATLER, George FROESCHEL

Acteurs principaux :
Curd JÜRGENS (Wernher von Braun), Victoria SHAW (Maria von Braun), Herbert LOM (Anton Reger), Gia SCALA (Elizabeth Beyer), James DALY (U.S. Major William Taggert), Adrian HOVEN (Mischke), Gerard HEINZ (Professeur Oberth), Karel STEPANEK (Capitaine Bomberger), Peter CAPELL (Dr. Neumann).

Musique : Laurie JOHNSON
Photographie : Wilkie COOPER
Producteur : Charles H. SCHNEER
Compagnie productrice : Morningside Productions
   

Notre avis :
 

Le lancement, le 4 octobre 1957, du satellite soviétique Spoutnik fut un vrai choc pour les USA qui, d'un coup, avaient la preuve que l'URSS pouvait satelliser un objet et pourquoi pas, bientôt, une bombe nucléaire ! Spoutnik avait été mis au point par Korolev qui tenta de convaincre les autorités de son pays de l'utilité de la conquête à l'espace, tout en menant des recherches sur les missiles balistiques atomiques pour les militaires. Après une série d'échecs, les USA parvinrent, le 1° février 1958, à lancer la sonde Explorer I. Mais à la fin des années cinquante, les échecs étaient toujours plus nombreux que les réussites, chez les Américains. Ce film, consacré à l'effort américain en matière de conquête spatiale, met en vedette l'homme providentiel que fut le savant allemand Werner von Braun, "récupéré" par les USA, à la fin de la guerre, alors que son homologue américain, le professeur Robert H. Goddard, venait juste de mourir. Après avoir organisé sa reddition, avec celle de très nombreux collaborateurs, von Braun et son équipe furent installés à Fort Bliss (TX) où il travailla pour l'Armée, avant de rejoindre l'arsenal Redstone, à Huntsville (AL). En 1960, il fut nommé directeur du Marshall Space Flight Center de la NASA, et devint le principal architecte du programme Saturn qui devait emmener des Américains sur la lune.

 
Le film commence à Berlin, au début des années 20, alors que Werner von Braun, le jeune fils d'un baron, expérimente des modèles de fusées, parfois au grand dam des voisins. …Au début des années 30, il poursuit ses expérimentations au sein d'un organisme privé. Un général de l'armée, Walter Dornberger, le remarque et lui propose de financer ses essais, pour le compte de l'armée. Pendant la guerre, von Braun et son équipe travaille sur la fusée V.2 (Vergeltungswaffe n°2) à Peenemünde. Des échecs répétés sont dûs à la mauvaise qualité de l'acier employé. Afin d'obtenir de meilleurs matériaux et des crédits supplémentaires, von Braun  rejoint le parti nazi. Les échecs se répétant, un responsable SS menace de fermer le centre d'essais de Peenemünde, s'il n'obtient pas un lancement réussi dans les trente jours. Pendant ce temps, Elizabeth Beyer, la secrétaire de von Braun, qui est en réalité un agent des services secrets américains, photographie les plans de la fusée. La V.2 est enfin lancée avec succès et les nazis envisagent de la produire en masse, pour pilonner Londres et précipiter ainsi la fin de la guerre. Von Braun est contacté par Himmler qui lui propose de rejoindre son état major, mais il refuse, préférant travailler avec Dornberger. Peu de temps après, il est arrêté et accusé de gaspiller les moyens mis à sa disposition, en travaillant sur un projet de fusée spatiale. Mais comme il est irremplaçable, il est finalement relâché. Sa fiancée, Maria, est bouleversée, à l'idée que ses fusées puissent tuer des enfants, à Londres. Mais quand la capitale anglaise est bombardée, les alliés décident de détruire Peenemünde. Alors que les Russes approchent, von Braun encourage ses collègues à rejoindre les Américains; ils seront ainsi en mesure de poursuivre leurs travaux sur la fusée spatiale. Après s'être rendu, von Braun refuse de passer pour un criminel de guerre, mais le major William Taggert, un ancien journaliste dont l'épouse et l'enfant ont été tués par un V.2, à Londres, prétend qu'il doit été jugé et condamné. Le général Eisenhower après avoir lu le rapport d'Elizabeth, accepte que von Braun vienne passer une année probatoire aux USA. Il est ainsi envoyé avec ses collaborateurs à White Sands, dans le Nouveau Mexique. Elizabeth les rejoint bientôt ainsi que Taggert, comme officier de liaison. Au bout d'un an, Maria arrive aux Etats Unis, et von Braun commence à apprécier son nouveau pays. Quand la guerre de Corée éclate, il est envoyé à Huntsville, le siège de la compagnie Redstone, pour travailler sur des missiles militaires. Mais après l'armistice, ses crédits sont fortement réduits par le Congrès. Dans un débat télévisé avec Taggert, ce dernier prétend que les problèmes sociaux du moment sont plus pressants que la conquête spatiale. Mais quand les Russes lancent en 1957, le premier satellite, von Braun lui reproche d'avoir retardé le programme spatial. Après l'échec du lancement de la fusée Vanguard, à Cap Canaveral, le Pentagone, inquiet du retard des USA en la matière, donne trois mois à von Braun pour lancer un satellite. Le lancement est finalement un succès et le satellite est mis sur orbite. Après avoir sévèrement critiqué von Brown, Taggert lui souhaite maintenant bonne chance dans sa course aux étoiles.

Le titre du film, tel qu'il apparut dans les bandes annonces était "I Aim at the Stars. The Wernher von Braun story". Certaines mauvaises langues estimèrent qu'il aurait pu être : "Je vise les étoiles, mais parfois je touche Londres…"... Si on ne peut reprocher à von Braun d'avoir contribué à fournir des armes à son pays, en guerre, écrasé jour et nuit sous les bombes, il faut reconnaître qu'il ne s'est jamais préoccupé des conditions affreuses dans lesquelles ses fusées étaient construites, par les détenus des camps de concentration, dont le plus connu est celui de l'usine souterraine de Dora. Il ne pouvait d'ailleurs rien faire sans mettre en danger sa propre vie et surtout ses chères recherches. Mais il était parfaitement au courant, pour avoir visité Dora, ce qui contredit ses dires après la guerre. Mais comme tous les Allemands, il ne savait pas que les camps de concentration existaient…... Le recours massif à la main d'œuvre captive fut l'œuvre d'Albert Speer, un intime d'Hitler; son repentir lui sauva la vie à Nuremberg en 1946. Les V.2 firent plus de morts lors de leur fabrication, qu'en opération ! On estime que 20.000 personnes moururent à Dora, la plupart par mauvais traitements, épuisement ou par exécution. 2.790 V.2 opérationnelles furent lancées entre septembre 1944 et mai 1945, principalement sur Londres et Anvers. A Londres, ils ne tuèrent "que" 2.754 civils, en faisant 6.523 blessés.

Le film se veut politiquement correct et constitue une sorte de défense de Von Braun, présenté par certains comme un nazi convaincu. Il faut rappeler que Von Braun était un membre du parti nazi, depuis 1937 et qu'il fut promu trois fois par Himmler, la dernière fois, en juin 1943, comme SS Sturmbannführer (commandant) ! Certes, ses photos en uniforme sont rarissimes. Il ne fut ni incarcéré, ni malmené par la Gestapo, comme montré dans le film, mais temporairement détenu, avec les ingénieurs Riedel et Gottrup, à la préfecture de police de Stettin. Accusé de sabotage, il avait été dénoncé par un des nombreux mouchards placés dans son entourage par Himmler. Le film veut montrer, qu'aux USA, von Braun est devenu un démocrate et un homme fréquentable, et surtout, le pilier de la conquête spatiale américaine.

Von Braun ne fut pas le seul, en Allemagne, à s'allier aux Nazis pour poursuivre des objectifs personnels. Après 1933, rien d'important ne pouvait se faire sans leur autorisation et leur appui. Après la guerre, les démocraties, l'URSS, n'eurent aucun scrupule à prendre à leur service de nombreux Allemands, des ingénieurs, mais aussi des membres des services secrets, voire de la Gestapo...

Le film reçut un accueil plutôt critique. On accusait von Braun ne n'avoir jamais regretté ce qu'il avait fait pour les nazis et le seul intérêt du chercheur pour l'espace fut mis en doute. Comme en Allemagne, aux USA, von Braun visait la lune, mais ses fusées pouvaient tomber sur Moscou….

Pauvrement écrit, avec des scènes peu crédibles (la secrétaire de von Braun en espionne américaine; l'épouse de von Braun s'indignant que les V.2 vont tuer des enfants, alors que les bombardements alliés provoquaient des hécatombes dans les villes allemandes…, ce film ne s'attachait pas à chercher les motivations profondes et complexes du personnage.


Les avions du film :

La production reçut la collaboration du Département de la Défense et de l'Armée.

Le film ne comporte aucun avion, tout au plus, voit-on Von Braun filmer un lancement à bord de ce qui ressemble à un Piper J-3.

Grâce à des images d'archives on voit plusieurs lancements de V.2 (appelé aussi "A4") à Peenemünde, mais aussi à partir du centre d'essais de White Sands. Parmi ces lancements, on voit celui d'une fusée Wasserfall, un développement de la V2. Plus petite et munie d'ailettes au milieu du fuselage, elle était destinée à la défense anti-aérienne.

D'autres documents montrent la fusée Redstone, l'échec du lancement de la fusée Vanguard TV3 (06/12/1957). A la fin du film, on voit décoller la fusée Jupiter C qui mit sur orbite le premier satellite américain.


Christian Santoir

*Film rare



HOMMEDESFUSEES.jpg














IAIMATTHESTAR.jpg

Associated keywords

Creation date : 11/06/2011 : 08:49
Last update : 11/06/2011 : 08:49
Category : Movies files - Films
Page read 3003 times
Previous  
  Next


Reactions to this article

Nobody gave a comment yet.
Be the first to do so!