Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

AU SEUIL DE L'INCONNU
Vo. On the threshold of space



Année : 1956
Pays : Etats-Unis
Genre : Drame
Durée : 1 h 38 min.
Couleur

Réalisateur : Robert D. WEBB
Scénario : Shimon WINCELBERG, Francis M. COCKRELL

Principaux acteurs :
Guy MADISON (Capitaine Jim Hollenbeck), Virginia LEITH (Pat Lange), John HODIAK (Major Ward Thomas), Dean JAGGER (Docteur Hugh Thornton), Warren STEVENS (Capitaine Mike Bentley), Martin MILNER (Lieutenant Morton Glenn), King CALDER (Lee Welch).

Musique : Lyn MURRAY
Photographie : Joseph MacDONALD
Producteur : William BLOOM
Compagnie productrice : 20th Century Fox
 
Avions :
-Boeing B-47E Stratojet
-Lockheed T-33
-Convair C-131 Samaritan
-Sikorsky H-19B Chickasaw


Notre avis :

Au début des années cinquante, les services médicaux de l'USAF étudièrent les problèmes de l'éjection à grande vitesse et à haute altitude. Dans le numéro de National Geographic d'août 1955, on voit la photo du capitaine Edward Sperry (qui fut un des conseillers techniques du film) et du lieutenant Henry Nielsen, devant la nacelle d'un ballon stratosphérique. Cette photo était celle d'un article intitulé "Aviation Medicine on the Threshold of Space" (La médecine aéronautique aux frontières de l'espace) et dans lequel les deux officiers étaient censés effectuer une série de six vols et sauter d'un altitude dépassant les 27.000 mètres. Cette nacelle sphérique avait été construite par l'Aero Medical Laboratory de Wright Field, à Dayton (OH).

Tourné avec l'aide de l'USAF, le film montre "des expériences qui sont la reproduction de véritables expériences menées par l'USAF. Le chariot propulsé par fusée et la nacelle de ballon sont réels et non de la science fiction. Il n'y a aucune altitude, aucune profondeur que l'homme, guidé par un esprit supérieur, ne peut atteindre. Ces expériences continuent…", comme le précise une voix off, à la fin du film.

Le film fut tourné sur les bases d'Eglin, en Floride, et d'Holloman, dans le Nouveau Mexique où l'USAF effectuait ses essais. C'était le deuxième film tourné à Eglin, après "Un homme de fer" (1949) et le dernier de John Hodiak, un habitué des films d'aviation ("Swing shift Maisie", "Tragique décision", "Mission over Korea", "Dragonfly squadron"); il mourut d'une crise cardiaque, une semaine avant la fin du tournage.


Le capitaine Jim Hollenbeck, un médecin militaire affecté au département spatial de l'USAF, s'entraîne à l'éjection pour mieux étudier son impact sur le corps humain. Après cet entraînement il est envoyé en Floride sur la base de Sovern, pour tester des sièges éjectables. Un des expérimentateurs a eu un bras cassé en s'éjectant d'un bombardier. Jim l'essaie à son tour  avec le même résultat ! Il s'agit donc d'un problème technique et non d'une erreur humaine. Pour valider les modifications apporté au siège, il faut l'essayer à des vitesses supersoniques; on l'installe ainsi sur un chariot propulsé par des fusées et lancé sur des rails, à près de 1600 km/h ! Mais le docteur Hugh Thornton, qui est le responsable scientifique du programme de recherches, envisage d'envoyer une plateforme dans la stratosphère, pour déterminer les effets de la très haute altitude sur l'homme. Il demande à Jim de tester la premier nacelle capable d'emmener un homme à 32 kilomètres de haut, un premier pas vers l'espace. Mais avant, Jim veut consulter sa fiancée, Pat Lange, qui travaille également pour l'USAF. Elle lui donne son accord et ils se marient. Peu après, ils apprennent que le colonel Masters, le chef du programme, a été tué dans un accident de voiture. Le remplaçant de Masters, le major Ward Thomas, est un homme très prudent qui veut procéder par étapes. Jim et le lieutenant Glenn embarquent à bord d 'une nacelle de ballon qui les emmène d'abord à 16 500 mètres, puis revenu à 3 000 mètres, Glenn devra se parachuter. Mais lors de la descente, ce dernier a peur et refuse de sauter. C'est Jim qui le fait à sa place. Il est alors réprimandé pour avoir désobéi aux ordres ! Le major décide alors d'essayer lui-même le chariot à fusée, après qu'un mannequin ait été décapité. Le test est un succès, bien que le major ait perdu un instant la vue. Washington donne alors son autorisation pour effectuer un essai à plus de 30 000 mètres, et c'est Jim qui est choisi. Arrivé à cette altitude, il a des problèmes de radio, puis il s'aperçoit que sa réserve d'oxygène diminue rapidement, ce qui le force à se détacher du ballon et à déclencher le parachute de la nacelle. Pat et le major suivent avec anxiété le cours des événements, à la radio. La nacelle atterrit finalement en pleine montagne. Il est repéré peu après par un hélicoptère. Jim, quoique légèrement blessé, est sauf, au grand soulagement de Pat.


Normalement, il n'était pas prévu que la nacelle arrive au sol avec son passager, qui aurait dû sauter en parachute avant l'atterrissage. Les essais effectués avec le chariot à fusée ont surtout pour but de tester l'effet du souffle, lors de l'éjection, le pilote devant être équipé d'un casque intégral. Dans le film, la mise au point des casques semble être la spécialité de Pat Lange. Ces essais furent effectués par le lieutenant colonel John Stapp qui étudia aussi les effets de la décélération sur le corps humain à bord du chariot "Sonic wind n°1" propulsé à plus de 1000 km/h  ! Après avoir subi une force de 45 G pendant un court instant, lors du freinage, il perdit effectivement la vue pendant plusieurs minutes. La scène où un pilote tombe en chute libre en tournoyant, ce qui rend très difficile l'ouverture de son parachute, est inspiré d'un fait réel. Dans le cadre du projet "High Dive", l'USAF procéda en 1954, sur la base d'Holloman, à un largage de mannequins d'une altitude de 27.500 m. Les tests confirmèrent qu'un corps non stabilisé se mettait à tournoyer ou à culbuter, lors de sa descente en chute libre. La vrille la plus rapide fut enregistrée en février 1956, avec 200 tours par minute. …Il fallait donc avoir recours à des essais effectués par des hommes qui, contrairement aux mannequins, pouvaient bouger bras et jambes pour se stabiliser.

Les studios construisirent pour le tournage une sphère un peu plus grande que la vraie (2,7 m au lieu de 2 m) et assemblée par sections, afin de pouvoir filmer l'intérieur. Elle fut baptisée "Skylight", alors que dans le vrai projet, elle s'appelait "Explorer III" en faisant référence aux vols effectués par les ballons "Explorer" I et II au milieu des années trente et qui avaient fait l'objet du film "Lost in the stratosphere" (1934) de Melvin Brown. En réalité, les expériences de sauts qui devaient être effectuées par Sperry et Nielsen n'eurent pas lieu à partir de la nacelle sphérique montrée dans National Geographic; elle s'avéra peu logeable, tant pour les occupants que pour les équipements, et fut remplacée par une nacelle en forme de cylindre. En 1961, le capitaine Joseph W. Kittinger fit une chute libre à partir d'un ballon ayant atteint 31.000 mètres.

Le film est un quasi documentaire, sans véritable intrigue sentimentale, l'attention du spectateur étant volontairement concentrée sur les expérimentations destinées à assurer la sécurité des pilotes. "Au seuil de l'inconnu" est un tribut aux héros méconnus de la science, les médecins, les techniciens, les aviateurs prêts à sacrifier leur vie pour que l'homme puisse aller toujours plus vite, plus haut. Bien que l'action se passe surtout sur un chariot sur rail ou dans une nacelle de ballon, le film donne néanmoins l'occasion de voir quelques avions.


Les avions du film :

Au début du film, Jim s'éjecte d'un Boeing B-47E, à partir du compartiment du navigateur, situé à l'avant du cockpit et muni d'un siège s'éjectant vers le bas, construit par Stanley Aviation. Suite à un accident mortel, les sièges éjectables furent supprimés sur le B-47B, mais réintroduits sur le B-47E. Le B-47E du film, vu au sol et en vol, accompagné de deux Lockheed T-33, n'a aucune marque particulière, à part "United States Air Force" inscrit sous le cockpit, une large bande rouge foncé devant et une autre sur la dérive. Ses parties inférieures sont peintes en blanc, une peinture censée réfléchir la chaleur et les radiations d'une explosion nucléaire.

En arrière plan, sur la base d'Eglin, on voit de nombreux appareils de l'époque : transport Fairchild C-123, avion de reconnaissance Boeing RB-50, ravitailleur Boeing KC-97, bombardier Convair B-36.

Jim descend d'un Convair C-131 Samaritan, quand il arrive à Holloman. C'est un hélicoptère Sikorsky H-19B Chickasaw (s/n 53-44**) qui vient le récupérer après son atterrissage hasardeux dans la montagne.

Le film est clôturé par une formation de North American F-100 au décollage.


Christian Santoir

*Film en vente sur ebay.com
 



 

AUSEUILDELINCONNU.jpg












ONTHETHRESHOLDOFSPACE.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 17/09/2011 : 09:03
Dernière modification : 28/10/2012 : 09:32
Catégorie : - Films
Page lue 3213 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !