Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

ON NE VIT QUE DEUX FOIS
Vo. You only live twice



 
Année : 1967
Pays : Grande-Bretagne
Genre : espionnage
Durée : 1 h 57 min.
Couleur

Réalisateur : Lewis GILBERT
Scénario : Harold Jack BLOOM, Ronald DAHL

Acteurs principaux :
Sean CONNERY (James Bond), Akiko WAKABAYASHI (Aki), Mie HAMA (Kissy Suzuki), Tetsurô TANBA (Tiger Tanaka), Teru SHIMADA (Mr. Osato), Karin DOR (Helga Brandt), Donald PLEASENCE (Ernst Stavro Blofeld), Bernard LEE (M)

Musique : John BARRY
Photographie : Freddie YOUNG
Producteurs : Albert R. BROCCOLI, Harry SALTZMAN
Compagnie productrice : Eon Productions
 
Aéronefs :
-Aero Commander 200D  c/n 308, N2907T / "OS7429"
-Boeing Vertol un KV-107II c/n 4004, s/n JA9503
-Bell 47G-3
-Wallis Wa.116 Agile s/n B.203, G-ARZB
-Brantly B-2B,  c/n 445, G-ASXE / "OS7241"
-Sud Aviation SE 3130 Alouette II c/n 1679, JA9007
-Lockheed C.130 Hercules


Notre avis :

"You only live twice" fut le dernier roman de la série des James Bond de Ian Fleming , publié de son vivant. Son adaptation à l'écran n'a pas grand-chose à voir avec le livre, à part quelques personnages et le fait que l'action se déroule au Japon.

Ce film fut marqué par un événement dramatique. En mars 1966, alors que les producteurs devaient prendre le vol 911 (un chiffre maléfique, comme on le verra en 2001…) Tokyo-Londres de la BOAC, ils furent retardés et ratèrent leur avion. Celui-ci partit et explosa en vol vingt cinq minutes plus tard ! Le titre du film (On ne vit que deux fois) n'était donc pas usurpé…Le tournage, qui eut lieu entre juillet 1966 et mars 1967, connut un accident où John Jordan, le cameraman chargé des prises de vues aériennes, fut gravement blessé au pied.


Tout commence dans l'espace, où une capsule américain est interceptée par un mystérieux engin qui la charge à son bord ! Les USA accusent les Soviétiques, alors que le vrai coupable n'est autre que l'organisation criminelle internationale, SPECTRE. Quand, les stations radars concluent que le véhicule inconnu a vraisemblablement atterri au Japon, James Bond est envoyé sur place. Pour convaincre ses ennemis qu'il est mort, on organise ses funérailles en mer. Mais son contact à Tokyo est tué. Aidé du chef des services secrets japonais, "Tiger" Tanaka, il apprend que des soupçons pèsent sur la puissante compagnie dirigée par un certain Osato. Il décide donc d'enquêter dans cette direction avec l'assistance de la jolie secrétaire de Tanaka, Aki. Il est capturé par les agents d'Osato, mais libéré par sa secrétaire particulière Helga Brandt. En fait c'est pour mieux le tuer peu après, en le laissant seul à bord d'un avion en plein vol. Après avoir réussi à poser l'appareil, Bond survole la côte japonaise et finit par repérer une activité suspecte aux environs d'un volcan éteint. On essaie de l'assassiner la nuit pendant son sommeil, mais c'est Aki qui est tuée à sa place. C'est alors qu'un vaisseau spatial soviétique disparaît à son tour. La tension monte entre l'URSS et les USA qui s'accusent mutuellement. Bond se déguise en pêcheur japonais, pour se rapprocher incognito du volcan, pendant que Tanaka entraîne un commando de ninjas. Bond et son "épouse", Kissy, découvre le quartier général du SPECTRE dissimulé au fond d'un volcan. Pendant que Kissy va avertir Tanaka, il s'infiltre dans le repaire; mais il est capturé et mis en présence d'Ernst Blofeld, le cerveau de l'organisation. Quand les commandos de Tanaka surgissent, une bagarre généralisée s'ensuit. Blofeld tombe dans un bassin rempli de piranhas qui le dévorent tout vif ! Bond, Kissy et les hommes de Tanaka s'enfuient à la nage, pendant que la base du SPECTRE explose. Alors que Kissy et Bond se croient seuls dans un radeau pneumatique, un sous-marin britannique émerge sous eux….


Le ministère de la Défense anglais collabora au film. Le radeau à bord duquel James Bond et Kissy se sont réfugiés, se retrouve sur le pont du sous-marin HMS "Aeneas", un bâtiment classique à propulsion diesel/électrique de la Classe Acheron, portant le code fictif "M1" sur le kiosque . Au début du film, le corps de Bond est immergé à partir de la frégate anti-sous-marine HMS "Tenby" (F65) de la classe Whitby, filmée dans le port de Gibraltar.

Bond en pêcheur japonais est fort peu crédible, avec sa stature, son nez long et sa pilosité développée, il avait toutes les chances de se faire repérer, surtout dans un petit village japonais. Le film fut jugé bon, dans l'ensemble, par la critique, et connut un grand succès auprès du public. La magnifique reconstitution du repaire du SPECTRE dans les studios de Pinewood fut saluée par tous. Mais une des scènes les plus spectaculaires du film est un combat aérien entre un petit autogyre et quatre hélicoptères.


Les avions du film :

Le vaisseau spatial américain est une copie de la capsule "Gemini" qui vola entre 1965 et 1966. La capsule soviétique est une invention, car à l'époque, l'URSS communiquait peu sur son programme spatial. Ce n'est qu'après la sortie du film, qu'on découvrira, à l'Ouest, les Voskhod et autres Vostok, qui n'avaient rien à voir avec le véhicule du film. Quant à la fusée à un seul étage qui avale tout et qui revient atterrir, grâce à son trépied rétractable, c'est la copie conforme, à peu de choses prés, du DC-X "Delta Clipper" (non piloté) construit et essayé avec succès par McDonnell-Douglas en…1993; les ingénieurs avaient sans doute vu le film.

Les capsules américaine et soviétique sont envoyées dans l'espace par des fusées…américaines, dont des documentaires montrent le lancement. La première est une Atlas Agena, la seconde une Titan II, avec le véhicule Gemini à son sommet.

La belle et méchante Helga laisse Bond seul à bord d'un Aero Commander (ex Meyers) 200D avec le faux matricule "OS7429". Ce quadriplace (c/n 308, N2907T) appartenait à une société de Miami. Il fut exporté en 1971 en Rhodésie où on perd sa trace. Même si on accepte que Bond monte dans un avion où le pilote porte un parachute et pas lui, on ne sait pas comment Helga arrive à ouvrir en grand la porte (qui reste ouverte même quand elle la lâche..), alors que l'avion vole au deuxième régime, avec le train sorti (pas moins de 120 km/h quand même)… Quand Bond essaie de le poser sur une piste (de l'ancienne base RAF de Finmere), le train a été rentré (c'était pourtant pas le moment), 10° de volets sont sortis (40° auraient été nettement mieux..), puis rentrés au moment de l'impact; l'avion s'enflamme par le milieu, alors que les réservoirs sont dans les ailes, en outre, la direction de la fumée montre qu'il s'est posé plein vent arrière ! Bond a son brevet, mais là, il devrait repasser un test, car il tout fait à l'envers. L'incendie a été réalisée avec une maquette, l'Aero Commander étant trop rare (120 construits) pour être sacrifié.
Comme dans d'autres James Bond, il y a beaucoup d'hélicoptères dans ce film.

La voiture des bandits est enlevée dans les airs (avec un aimant !) par un gros hélicoptère Boeing Vertol CH-46, ou plus exactement un KV-107II construit sous licence par Kawasaki (JA9503) qui va la jeter dans la baie de Tokyo (c'était avant Nicolas Hulot…). L'hélicoptère Boeing (c/n 105) du film fut livré en 1962, en kit à Kawasaki qui le monta avec un nouveau numéro de série (c/n 4004). Il appartenait à la société Kawasaki Helicopter Systems. Il n'est plus enregistré et son sort est inconnu.

La vedette du film est un petit autogyre Wallis Wa.116 Agile (s/n B.203, G-ARZB) construit par Beagle-Miles Aircraft Ltd. sur les plans d'un ancien Wing Commander de la RAF, Ken Walis. Cet engin avait été testé par la RAF avec le serial XR943. C'est Wallis qui le pilote dans le film; baptisée "Little Nellie" (les aéronefs sont féminins chez les Anglais), il est armé comme un F-16 : deux mitrailleuses, deux missiles air-air, deux paniers de roquettes, lance flammes tirant vers l'arrière, système fumigène et lance-mines aériennes. …La scène où il est attaqué par quatre hélicoptères fut difficile à tourner avec pas moins de quatre vingt cinq prises et cinq heures de vol. C'est pendant son tournage que l'accident de Jordan eut lieu. La scène finale dut être tournée en Espagne, à Torremolinos, les autorités japonaises ne permettant de provoquer des explosions au-dessus du parc national de Kirishima-Yaku, où elle fut tournée.

La "Petite Nellie" abat quatre hélicoptères armés de mitrailleuses, des Bell 47G-3 construits sous licence par Kawasaki, impossibles à identifier avec précision.

L'hélicoptère personnel d'Osato est un Brantly B-2B, avec le faux matricule "OS7241" (c/n 445, G-ASXE) appartenant au moment du tournage à British Executive Air Services basé sur l'aéroport d'Oxford. Il aura de nombreux propriétaires avant de changer de matricule en février 1977 (G-WASP). Il sera exporté aux USA en 2002 (N2052Y). C'est avec cette immatriculation et le surnom de "The Wasp" qu'il était exposé en 2009 au Flygmuseum de Västerås en Suède.

Bond se rend à l'école des ninjas dans un hélicoptère Sud Aviation SE 3130 Alouette II (c/n 1679, JA9007).

La dernière scène montre deux Lockheed C.130 Hercules (de la RAF ?) volant bas, portes de soute ouvertes, pour larguer des radeaux pneumatiques.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr

 

 
ONNEVITQUEDEUXFOIS.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 23/12/2011 : 08:22
Dernière modification : 23/12/2011 : 08:36
Catégorie : - Films
Page lue 3373 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !