Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

STAVISKY



Pays : France
Année : 1974
Durée : 1 h 55 min.
Genre : Drame
Couleur

Réalisateur : Alain RESNAIS
Scénario :Jorge SEMPRUN

Acteurs principaux :
Jean-Paul BELMONDO (Serge Alexandre Stavisky), François PERIER (Albert Borelli), Anny DUPEREY (Arlette), Michael LONSDALE (Docteur Mézy), Roberto BISACCO (Juan Montalvo de Montalbon), Claude RICH (inspecteur Bonny), Charles BOYER (Le baron Jean Raoul).


Musique : Stephen SONDHEIM
Photographie : Sacha VIERNY
Producteurs : Georges DANCIGERS, Alexandre MNOUCHKINE
Compagnie productrice : Cerito Films
 
Avions :
-De Havilland DH.89A Dominie c/n 6451, F-BGON
-Morane-Saulnier MS.341 c/n 3-4234, F-ANVS (en arrière plan)
-Caudron C.270 Luciole (idem)


Notre avis :

Ce film traite d'un épisode particulièrement sombre de l'histoire contemporaine française, l'Affaire Stavisky. Elle provoqua non seulement un grand scandale, en 1934, mais aussi une grave crise politique. Orchestrées par l'extrême droite, des émeutes anti parlementaires éclatèrent, le président du Conseil, Camille Chautemps, dut démissionner, son beau-frère, procureur général, ayant protégé Stavisky, un émigré juif russe. Cette affaire provoqua également un regain d'antisémitisme.

Dans les années 30, le conseiller financier, Serge Alexandre Stavisky, est un homme d'affaires prospère, possédant une écurie de courses, un groupe de presse et un théâtre (L'"Empire" d'Alexandre…). Il mène grand train et fréquente les lieux les plus renommés de la capitale. Grâce à ses appuis et à son réseau, constitué de hauts fonctionnaires, de politiciens et d'industriels influents, il a pu jusqu'ici échapper à la justice et aux scandales, bien qu'il ait monté des affaires très douteuses. Son secrétaire, au courant de ses pratiques financières répréhensibles, est pourtant inquiet et redoute l'intervention de l'inspecteur de police, Bonny, qui s'intéresse à Stavisky et a constitué un dossier sur lui. L'affaire des faux bonds du Crédit municipal de Bayonne est une affaire de trop et Stavisky doit se mettre au vert, dans son chalet de Chamonix. Alors que la police va l'arrêter, il se suicide …

Conflits d'intérêts, liens entre la finance et la politique, réseau de copains et de coquins, magouilles en tout genre, tout cela rappelle malheureusement une actualité brûlante... Peu de choses semblent avoir changé chez une certaine "élite", 80 ans plus tard. Stavisky s'était suicidé de deux coups de pistolet dans la tête. En 1993, un premier ministre français avait fait mieux, en se suicidant dans 20 cm d'eau, mais dans le même contexte trouble !

Bien que le film s'appuie, comme il est annoncé, sur des faits réels, le film d'Alain Resnais ne nous permet pas de discerner ce qui s'est réellement passé. La présence de Belmondo dans la peau du "beau Serge", brouille également un peu les pistes. Il n'a ni le physique, ni le comportement de l'escroc venu de l'est. Bébel nous rejoue son personnage de "l'Heritier" (1972) ou du "Magnifique" (1973). Mais le réalisateur a plutôt tenté de recréer l'atmosphère d'une époque, plutôt que de réécrire l'histoire. On appréciera les décors, les costumes qui sont particulièrement bien reproduits. Si les Delage, Hispano-Suiza et autres Rolls-Royce séduiront les amateurs de belles autos, côté avions, le bilan est beaucoup plus maigre. Le film fut tourné en partie à la Ferté-Alais, où on peut admirer quelques avions de la collection de Jean Salis (non crédité dans le générique).


Les avions du film :

Stavisky et madame s'envolent à bord d'un De Havilland DH.89A. Ils n'auraient pu cependant prendre cet avion qui ne fit son premier vol que le 17 avril 1934, soit trois mois après la mort de Stavisky (8 janvier 1934)…. L'avion du film, un DH.89A Dominie (c/n 6451, F-BGON), appelé Dragon Rapide dans le civil, fut en outre construit en 1940, à Hatfield. Il servit dans la RAF (X7381) à partir de 1941. En 1950, il fut cédé comme surplus à l'aéroclub Herts and Essex aeroclub (G-ALZF), puis en septembre 1952, il fut vendu en France à la Direction Général de l'Aviation Civile, Service de l'Exploitation de la Formation Aéronautique chargé de la formation de pilotes professionnels. Puis, il servit dans des aéroclubs, comme le centre de parachutisme de Gisy les Nobles (89), le paraclub de Nantes-Château Bougon (44) où il servait d'avion largueur, mais il fut aussi exploité par des sociétés privés. En 1973, il fut racheté par Jean Salis. Restauré en 1980, il participa à la course Paris-New York (juin 1981), avec un nouveau matricule (F-AZCA). Il appartient, depuis 1996, à l'Amicale Jean-Baptiste Salis, et vole, depuis 1988, avec un camouflage anglais plus conforme à ses origines. Ce DH.89A est un véritable acteur de cinéma et avant "Stavisky", avait déjà tourné dans "Babette s'en va t-en guerre" (1958), "Le canard en fer blanc" (1967), et la "La poudre d'escampette" (1971).

Les autres avions restent au sol et font de la figuration. Sur le terrain de Cerny, on voit ainsi le Morane-Saulnier MS.341 (c/n 3-4234, F-ANVS). Cet ancien MS.342, construit en 1935, puis transformé en MS.341/3 avec un moteur Renault de 140 ch. (en remplacement du Gipsy Major de 135 ch.), débuta sa carrière à l’école Morane-Saulnier de Villacoublay, puis servit dans plusieurs aéroclubs. Acheté par Jean Salis, en 1971, en état de vol, mais pratiquement en bout de potentiel, il fut, un temps, envisagé de remplacer son moteur en ligne par un moteur à plat, plus moderne. Il fréquenta néanmoins de nombreux meetings à travers la France, avant d’être accidenté en 1983. Il fut reformé en 1995 et attend toujours une éventuelle restauration.

A coté, on distingue un Caudron C.270 Luciole non identifiable. Jean Salis en posséda plusieurs, pas en état de vol, dont un C.272 (c/n 6643), cédé au Musée de l'Air de Madrid, et la cellule d'un autre (c/n 7479), stocké à la Ferté, sans compter les deux Luciole transformés, fin 1977, en Salmson 2. Enfin, si on a un bon œil, on aperçoit, assez loin, un Fieseler Storch/Morane-Saulnier 500 Criquet, de Jean Salis.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr

 
STAVISKY.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 10/03/2012 : 22:19
Dernière modification : 10/03/2012 : 22:19
Catégorie : - Films
Page lue 4291 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !