Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA SŒUR BLANCHE
Vo. The white sister



Année : 1933
Pays : Etats-Unis
Genre :drame
Durée : 1 h 45 min.
Noir et blanc

Réalisateur : Victor FLEMING
Scénario : Francis Marion CRAWFORD, Walter C. HACKETT

Acteurs principaux :
Helen HAYES (Angela Chiaromonte), Clark GABLE (Giovanni Severi), Lewis STONE (Prince Guido Chiaromonte), Louise Closser HALE (Mina Bernardo), May ROBSON (la mère supérieure), Edward ARNOLD (le père Saracinesca), Alan EDWARDS (Ernesto Traversi)

Photographie : William H. DANIELS
Musique : Herbert STOTHART
Producteur : Hunt STROMBERG
Compagnie productrice : MGM
 
Avions :
-Stearman C3R
-Curtiss B2 Condor (Extr. de film)

Notre avis :

Ce film commence à l’église et finit à l’hôpital, dans la chambre d’un mourant; voilà pour l’ambiance… Il est issu d’un pièce de théâtre de Walter Hacket qui fut portée à l’écran dès 1915, par Fred E. Wright. En 1923, Henri King réalisa un remake de la même histoire, avec Lillian Gish et Ronald Colman, et, dix ans plus tard, Victor Fleming en fournit une version parlante. …Il s’agissait donc là d’un grand succès. Ce mélodrame basé sur le thème classique de l’amour impossible, fit effectivement pleurer des millions de grands mères et d’arrière grand mères….

Si le personnage principal est un aviateur italien, lors de la guerre de 14-18, ce film fait peu de place aux avions, pas plus de trois minutes de scènes aériennes, dont la plupart sont des extraits (on devrait dire, des surplus..) du fameux film « Hell’s angels » d’Howard Hughes. Elmer Dyer, le grand spécialiste des prises de vues aériennes participa néanmoins au tournage, bien que son nom n’apparaisse pas dans le générique.


Tout commence dans une ville italienne, le dimanche, à l’église, où on annonce le mariage du banquier Ernesto Traversi avec Angela Chiaramonte, la fille d’un prince italien. Lors du Carnaval, elle rencontre un beau militaire, Giovanni Severi. Plus tard, Dans une auberge, Giovanni lui avoue qu’il l’aime. L’innocente Angela vit sa première histoire d’amour et son cœur ne bat que pour lui. Elle écrit à son fiancée qu’elle rompt avec lui ! Son père n’est pas décidé à la laisser agir seule, d’autant que sa propre femme est partie autrefois avec un autre homme, et qu’elle s’est suicidée…. Angela s’enfuit de la maison pour rejoindre Giovanni, mais en route, sa voiture entre en collision avec celle de son père qui est tué. Effondrée, pleine de remords, Angela emménage un peu plus tard ans un petit appartement avec sa gouvernante Mina. Giovanni la retrouve, mais elle le repousse gentiment. Quand la guerre est déclarée et que Giovanni vient lui faire ses adieux, elle ne peut s’empêcher de lui déclarer son amour. Quelques mois plus tard, Giovanni, qui est aviateur, est abattu et compté pour mort. Quand elle apprend la nouvelle, Angela décide d’entrer au couvent. Entretemps, Giovanni, qui a survécu, est prisonnier dans un camp. Après deux ans de captivité, il parvient à s’échapper à bord d’un avion ennemi. En Italie, il part à la recherche d’Angela pour découvrir qu’elle est entrée dans les ordres! Angela est fortement troublée par le retour de son amoureux, mais ses vœux sont définitifs et elle appartient désormais à Dieu. …Il la quitte, mais il est grièvement blessé peu de temps après. A l’hôpital, il demande à la revoir un dernière fois, et meurt. Ils se reverront au Ciel….


Le début du film avec des scènes de carnaval et les pitreries de Gable pour séduire la belle Hayes, est plutôt bien enlevé et amusant. Puis, on descend dans un mélo de plus en plus sombre, avec un héroïne touchée par le doigt de Dieu...Bref, les amateurs du grand Clark Gable apprécieront, les aérocinéphiles beaucoup moins.


Les avions du film :

Ce n’est qu’à la cinquante troisième minute que l’on se retrouve sur un terrain d’aviation d’où décollent cinq Stearman C3R, avec un gouvernail tricolore. Il sont munis de deux mitrailleuses Marlin sur le capot (qui sont sans doute des maquettes, car un peu trop grandes; elles bouchent littéralement la vue du pilote !).

Les chasseurs italiens sont censés escorter trois Curtiss B2 Condor, tout droit sortis du film d’Howard Hawks «Après nous le déluge» (1933), de la même compagnie productrice, la MGM.

Les autres avions sont également des extraits de « Hell’s angels » : deux RAF S.E.5 et deux Thomas Morse S4 « Tommy » coté italien, des Fokker D.VII et Wichita Fokker, côté allemand. On reconnaît Frank Clarke qui joue le méchant « baron » teuton, Von Bruen. Certaines de ces images n’apparaissent pas dans la version définitive d’« Hell’s Angels ».

L’avion dans lequel s’enfuit nuitamment Giovanni, est peu identifiable (il s’agit peut être d’un anachronique Curtiss Fledgling, vu son grand nombre de mats d’ailes ? ).


Christian Santoir

*Film rare



 
THEWHITESISTER.jpg

 

Mots-clés associés

Date de création : 05/04/2012 : 08:47
Dernière modification : 05/04/2012 : 08:47
Catégorie : - Films
Page lue 3513 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !