Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

UN GRAND AMOUR
Vo. Die grosse Liebe

 


Année : 1942
Pays : Allemagne
Durée : 1 h 36 min.
Genre : Drame
Noir et blanc

Réalisateur : Rolf HANSEN
Scénario : Hans FLEMMING, Peter GROLL, Rolf HANSEN, Alexander LERNET-HOLENIA

Acteurs principaux :
Zarah LEANDER (Hanna Holberg), Grethe WEISER (Kaethe), Viktor STAAL (Paul Wendlandt), Paul HÖRBIGER (Rudnitzky), Wolfgang PREISS (Von Etzdorf), Hans SCHWARZ Jr. (Alfred), Victor JANSON (Mocelli), Leopold von LEDEBUR (Mr. Westphal), Julia SERDA (Mme. Westphal).

Musique : Michael JARY
Photographie : Franz WEIHMAYR
Producteur : Walter BOLZ
Compagnie productrice : Universum Film (UFA)
 
Avions :
-Messerschmitt Bf.109E  (au sol)
-Polikarpov I-16 (maquette)
-Supermarine Spitfire (images d'archives)
-Hawker Hurricane (images d'archives)


Notre avis :

Alors que "Wunschkonzert" (1940) célébrait l'union de l'arrière et des soldats au front, "Die grosse Liebe" s'adressait aux femmes allemandes, dont les fils, les frères ou les maris, étaient partis à la guerre et qui devaient affronter les affres de l'attente et la douleur des séparations, souvent définitives...Il convenait de leur remonter le moral en soulignant que leur sacrifice contribuait à la victoire finale, tout en leur rappelant que leur devoir sacré était de tout supporter !

Le tournage en studio eut lieu de septembre à octobre 1941, à Vienne et Berlin, alors que les extérieurs furent filmés à Berlin et à Rome, en mars 1942. La première eut lieu le 12 juin 1942 à Berlin et le film sortit en salle, à Paris, en janvier 1943. L'Allemagne est alors en guerre depuis trois ans et guerroie non seulement contre l'Angleterre, à l'ouest, et au sud, en Libye, mais aussi à l'est, contre l'URSS, depuis juin 1941. En outre, les USA sont également en guerre avec l'Allemagne. Les raids aériens nocturnes anglais se font de plus en plus destructeurs et une ville comme Cologne, attaquée dans la nuit du 31 mai 1942, par plus de mille bombardiers, a subi d'importants dégâts; on y a compté 486 civils tués et 59.000 sans abris. C'était le début d'un attaque systématique des villes allemandes qui allait durer trois ans. Les citadins allemands découvraient à leur tour, deux ans après les Anglais (Londres, Coventry, Manchester, Birmingham..), les horreurs du bombardement stratégique qui visait non seulement à détruire les objectifs militaires, mais aussi à désorganiser la vie des habitants. L'Allemagne connaît en 1942, des problèmes de pénuries importantes, notamment en carburant, pénurie qui affecte d'abord les transports et le ravitaillement des populations, mais aussi l'armée, dont la Luftwaffe, qui n'arrive plus à assurer un niveau d'entraînement satisfaisant à ses équipages. La Luftwaffe, arme favorite de la propagande, est saluée dans ce film, dont le principal personnage masculin est un aviateur.


Le lieutenant Paul Wendlandt est pilote de chasse en Libye. Un jour, alors qu'il est à Berlin en permission, il se rend au music hall pour voir la célèbre chanteuse danoise Hanna Holberg. C'est le coup de foudre ! Après le spectacle, il lui rend visite dans sa loge; peu après, il la suit chez des amis, puis chez elle, et jusque dans un abri, lors d'une attaque aérienne. Après une nuit passée ensemble, Paul doit retourner immédiatement sur le front. Hanna attend en vain une lettre de lui. Quand il peut aller à Berlin pour Noël, elle est en tournée à Paris. Cependant leur sentiments mutuels se renforcent et suscitent la jalousie du compositeur Rudnizky qui aime aussi la chanteuse en secret. Paul la demande en mariage dans une lettre, mais la veille de la cérémonie, il est de nouveau appelé en mission. Hanna, désappointée, part alors à Rome, pour une représentation. Paul obtient enfin trois semaines de permission et va la retrouver là bas. Mais, il ne peut s'empêcher de retourner au front avant la fin de son congé où il sait que sa présence est indispensable. Hanna le prend plutôt mal et il pense l'avoir perdue. C'est alors que la guerre contre l'URSS éclate; Paul et son ami Etzdorf sont envoyés à l'est. Quand ce dernier est tué, Paul préfère envoyer une lettre de rupture à Hanna, pour mieux supporter le danger des missions. Blessé, il est envoyé en convalescence en Allemagne, dans la montagne, et c'est là qu'il retrouve Hanna qui est toujours prête à l'épouser. Les deux amants enfin réunis, regardent, confiants dans l'avenir, une formation de bombardiers allemands passer dans le ciel.


Le film fut recommandé par les services de la censure pour sa "valeur politique et artistique". Le côté artistique est sans aucun doute présent, avec une Zarah Leander, chanteuse de music-hall, et alors, au sommet de sa gloire. Quant au message politique sous-jacent de cette comédie sentimentale, il est non moins évident : "vu les événements, le devoir doit être plus fort que les sentiments".

Le film n'hésite pas à présenter des scènes de la vie quotidienne en temps de guerre (rationnement, pénurie de carburant, bombardements..), signe que les problèmes de la population étaient bien réels et incontournables. L'artiste, bien qu'habitant un appartement luxueux, se déplace en métro et doit se réfugier dans un abri pendant une alerte aérienne. Elle y côtoie des gens du peuple dont les conditions de vie  sont bien plus dures que les siennes. Mais cette situation est présentée avec humour de façon à ne pas trop assombrir le tableau. La chanson. "Davon geht die Welt nicht unter" (Le monde n'en mourra pas) interprétée par Zarah Leander, va dans ce sens. Quant à l'autre chanson, "Ich weiß, es wird einmal ein Wunder geschehen" (je sais qu'un jour, un miracle se produira), elle est beaucoup plus ambigüe. Elle est à la fois l'expression de la foi dans une issue heureuse du conflit, mais aussi l'expression d'un doute sérieux, la victoire et la paix étant désormais du domaine du miracle… !

Ce film fut un des plus gros succès du cinéma de la période nazie, bien qu'il soit pratiquement oublié aujourd'hui. Seules les chansons de Zarah Leander sont restées dans les mémoires.


Les avions du film :

Le tournage utilisa un seul avion, filmé au sol, un Messerschmitt Bf.109E muni d'une hélice bipale à pas variable de 109B/C et ça se voit; le diamètre de la casserole d'hélice paraît plus petite et correspond mal au capot moteur. …Quand on met en route le moteur, on voit, en gros plan, le nez d'un Bf.109E-4. Il apparaît sous deux camouflages, le premier, de style "tropical", fait de taches sombres (vertes) sur fond uni clair (jaune), le second, plus sombre, quand Paul est sur le front russe. On notera la mention "Messerschmitt ME.109" sur le capot, à croire que c'était un modèle d'exposition ! "ME.109" était l'appellation utilisée par les services de la propagande, mais aussi par la compagnie Messerschmitt et le personnel de la Luftwaffe. "Bf.109" était l'appellation officielle de l'avion, conçu par les Bayerische Flugzeugwerke, qui devinrent, après 1938, Messerschmitt A.G.. L'avion fusée Me.163 sera le premier à porter les initiales de Messerschmitt.

Le tableau de bord montré lors de la scène de l'atterrissage sur le ventre, suite à une panne de train, ne correspond pas à celui d'un Bf.109 avec les voyants du train d'atterrissage installés entre la bille aiguille et le petit tableau de calibration du compas; il ne correspond à rien de connu. La deuxième vue partielle (côté gauche) de la planche des instruments, reconstituée en studio, est plus conforme à celle du chasseur.

Comme dans un film américain de l'époque, les combats sont réalisés avec des maquettes, et on voit trois Messerschmitt Bf.109G attaqués, en Russie, par une formation de Polikarpov I-16. L'avion que prend Paul pour revenir du front ou y aller, est une maquette de Junkers Ju.52.

Le film emploie aussi des extraits d'actualités cinématographiques (Wochenshau) montrant, outre le survol d'un port et d'un aéroport libyen (Tripoli ?) au début du film, deux Bf.109E au dessus de la Manche, avec les falaises crayeuses de Douvres, en arrière plan, et un combat simulé entre un Bf.109E et un Spitfire, filmé sans doute lors de l'évaluation d'un avion capturé. Sur un film de cinémitrailleuse, on voit un Hawker Hurricane en train de se faire descendre. Le film se termine sur le classique défilé aérien, en l'occurrence toute une escadrille de Dornier Do.17.


Christian Santoir
*Film en vente sur amazon.de
 



 
UNGRANDAMOUR.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 19/05/2012 : 08:02
Dernière modification : 25/09/2012 : 09:50
Catégorie : - Films
Page lue 3093 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !