Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
WALKYRIE
Vo. Valkyrie

 

Pays : Etats-Unis
Année : 2008
Genre : Drame
Durée : 2 h 01 min.
Couleur

Réalisateur : Bryan SINGER
Scénario : Christopher McQUARRIE, Nathan ALEXANDER

Acteurs principaux :
Tom CRUISE (Colonel Claus von Stauffenberg), Kenneth BRANAGH (Général Henning von Tresckow), Bill NIGHY (Général Friedrich Olbracht), Tom WILKINSON (Général Friedrich Fromm), Carice van HOUTEN (Nina von Stauffenberg), Thomas KRETSCHMANN (Major Otto Ernst Remer), Terence STAMP (Ludwig Beck).

Musique : John OTTMAN
Photographie : Newton Thomas SIGEL
Producteurs : Gilbert ADLER, Christopher McQUARRIE, Bryan SINGER
Compagnie productrice : MGM

 
Avions :
-Curtiss P-40E c/n 15404, N94466
-Curtiss P-40 c/n 30158, N1195N
-Junkers Ju-52 HB-HOT (c/n 6595)
-Junkers Ju-52 HB-HOP (c/n 6610
-Hispano Aviacion H.A. 1112 M1L Buchon, c/n 156, D-FMBB
-Hispano Aviacion H.A. 1112 M1L Buchon, c/n 172, G-BWUE
-Nord 1002 anglais (c/n 274, G-ETME (ena rrière plan)


Notre avis :

"Walkyrie" décrit la tentative d'assassinat d'Hitler du 20 juillet 1944, perpétrée par des officiers allemands. Le titre du film fait référence à l'opération Walkyrie, un plan d'urgence permettant une reprise en main du pays par l'Armée de réserve, suite à une éventuelle perte de contrôle du pays par le pouvoir civil, due aux bombardements ou à un soulèvement des millions d'étrangers travaillant dans les usines allemandes, ou à la mort du Führer.


Le colonel Claus von Stauffenberg est un officier loyal qui aime son pays mais qui a dû assister avec amertume à l'avènement d'Hitler, qui a précipité le pays vers la guerre. Il a néanmoins continué à servir dans l'armée tout en espérant que quelqu'un trouverait un moyen de stopper Hitler dans sa folie meurtrière, avant que l'Allemagne et l'Europe ne soient entièrement détruites. Réalisant que les choses vont de plus en plus mal, il estime qu'il lui faut agir. En 1942, il essaie de convaincre certains officiers de renverser Hitler. Mais, en 1943, il est gravement blessé en Tunisie. Après sa convalescence, il contacte la résistance allemande composée de civils, dont certains occupent des postes élevés dans l'appareil gouvernemental. Avec eux, et certains officiers supérieurs, il projette d'assassiner Hitler. Pour s'emparer des renes de l'Etat, les comploteurs pensent utiliser un plan imaginé par le Führer lui même, l'opération "Walkyrie", visant à confier le gouvernement à l'armée, en cas d'empêchement. Alors que tout est en place, Stauffenberg doit passer à l'action, car c'est lui qui déposera une bombe dans le QG de Hitler. Le sort de millions d'individus, sans parler de ceux de son épouse et de ses enfants, est entre ses mains….

On connait la suite. Hitler s'en sortira miraculeusement, mais avec des séquelles importantes, et Stauffenberg, comme ses complices, seront fusillés. Cet attentat sera le dernier d'une longue série. L'emprise des SS sur l'Armée, comme sur le gouvernement, s'en trouvera renforcée.

Le film respecte assez bien la réalité historique sans rien apporter de nouveau, si ce n'est constituer un hommage à la résistance allemande, qui eut bien du mal à s'exprimer sous le régime nazie. Le réalisateur met en scène la conspiration, comme si son issue (connue) constituait le principal ressort dramatique. Les enjeux politiques et historiques ne sont pas pris en compte et on en reste aux recettes du cinéma d'action. Mais un film ne saurait constituer une leçon d'histoire.

"Walkyrie" n'est pas un film d'aviation et les avions, qui font partie du décor, ne sont visibles que dans deux séquences, au début et vers la fin du film.


Les avions du film :

Au début du film deux Curtiss P-40 attaquent une colonne allemande. Ils sont filmés du sol, dans le désert Mojave (Lucerne Valley); leurs passages très rapides laissent fort peu de temps pour les identifier. Ils ont décorés comme des avions du 112 Squadron de la RAF, en Libye. Un des ces avions était le P-40E (c/n 15404, N94466) enregistré au nom de la société Kitty Hawk LLC de Meridian (ID), depuis juin 2002. Son code fictif "SU-E" est le prénom de l'épouse de son propriétaire, John R. Paul. Le 112 Squadron avait pour code "GA". Cet ancien Kittyhawk I de la RCAF (AK933) participa, entre autres, au tournage de "Pearl Harbor" (2001).

L'autre Curtiss P-40 utilisé est d'origine inconnue, mais pourrait être le P-40N du même John R. Paul (c/n 30158, N1195N). La location de ces deux vrais avions aurait été jugée plus économique que de les remplacer par des images de synthèse !

La scène se passe en Tunisie, le 7 avril 1943, jour où Stauffenberg fut gravement blessé. Rappelons que le Kittyhawk pouvait être armé, comme dans le film, de plusieurs bombes de 110 kg.

Hitler arrive à Smolensk (le 13 mars 1943, le jour d'un autre attentat manqué contre lui…), avec deux Junkers Ju-52/3mg4e, un, camouflé comme un avion de la Luftwaffe, avec le faux code tactique "BT+AY", l'autre, décoré comme un avion de la Lufthansa, avec l'immatriculation "D-2600" que portait le Junkers personnel du Führer. Mais depuis 1935, Hitler se déplaçait en Focke Wulf Condor Fw.200 portant le même matricule (qui devint "WL+2600" en 1939 et finalement, "26+00"), et cela, malgré ses craintes concernant la nouveauté que constituait le train rétractable….

Les deux Junkers du film appartenaient à la société suisse "Ju-Air" de Dübendorf citée dans le générique de fin. Ju-Air gère une flotte de trois vrais Ju-52 (HB-HOP, HOS, HOT), des anciens avions de l'Armée de l'Air suisse, et un CASA 352L (HB-HOY), construit en Espagne. Le "D-2600" était le HB-HOT (c/n 6595) et le "BT+AY" (qui devient en vol le "DI+AY"…), le HB-HOP (c/n 6610). Les travaux de peinture furent effectués à Berlin-Tempelhof, où certaines scènes furent filmées. Le terrain de "Smolensk", comme celui de "Rastenburg", étaient en réalité l'ancien terrain de Löpten, situé à 50 km au sud de Postdam.

Rappelons que le Heinkel He.111, en version VIP, était également couramment utilisé par les dignitaires du régime et les officiers supérieurs. C'est d'ailleurs dans ce type d'appareil que von Stauffenberg se rendit à Rastenburg, et non dans un Ju-52.

Les Junkers sont escortés par quatre chasseurs, dont deux sont vus d'un peu plus près et qui ne sont pas des images de synthèse. L'un apparaît comme un vrai Messerschmitt Bf-109 avec une casserole d'hélice blanche et noire. C'est le Messerschmitt Bf-109G6 "D-FMBB" (c/n 156) de EADS Messerschmitt Stiftung de Manching, un ancien Hispano Aviacion H.A. 1112 M1L Buchon transformé en Bf.109G, en 1986. Il porte le faux code usine "FM+BB". L'autre est clairement un H.A.1112M1L, que l'on peut voir dans un hangar de Tempelhof. Il porte le code "FH+DD". C'était un avion anglais, le "G-BWUE" (c/n 223), enregistré en 2007 au nom de l'association Spitfire Ltd, basée à Jersey.

Les deux avions, aperçus derrière les Junkers et non identifiables, car vus de trop loin, sont aussi d'authentiques appareils. L'un d'eux était un Nord 1002 anglais (c/n 274, G-ETME, ex F-BFRV) dans son rôle habituel au cinéma, celui d'un Bf-109. Mais celui-ci a mieux fait de passer inaperçu, car il est équipé d'un moteur Lycoming à plat qui altère notablement sa silhouette….


Christian Santoir





 
WALKYRIE.jpg

Mots-clés associés

Date de création : 19/05/2012 : 10:12
Dernière modification : 19/05/2012 : 10:12
Catégorie : - Films
Page lue 3838 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !