Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

THE BOMBER
Vo. Ballada o bombere

(La ballade d'un bombardier)



Année  : 2011
Pays : Ukraine, Russie
Genre : guerre
Durée : 3 heure 01 min
Couleur

Réalisateur : Vitaliy VOROBYOV
Scénario : Mikhail VELLER, Arkadiy TIGAY

Acteurs principaux :
Nikita EFREMOV (Capitaine Andrey Grivtsov), Ekaterina ASTAKHOVA (Katya), Aleksandr DAVYDOV (Lieutenant Georgiy Linko), VLADISLAV Abashin (Grigoriy), Egor BARINOV (Major Deryabin), Taras DENISENKO (Doznavatel).

Musique : Roman KOROTIN
Photographie : Vyacheslav LAZAREV
Producteur : Valeriy FEDOROVICH
Compagnie productrice : Pronto Film
 
Avions:
-Tupolev Tu-2S maquette éch. 1/1)
-Messerschmitt Me.309 (images de synthèse)
-Junkers JU-87B Stukas (images de synthèse)
-Lisunov Li-2


Notre avis :

Le 30 octobre 2010, la compagnie productrice ukrainienne Pronto Films, en coopération avec Film UA et la société russe Shpil Studio, achevait le tournage d'une série télévisée de huit épisodes, "La ballade d'un bombardier". L'histoire se passe lors de la seconde guerre mondiale et elle est basée, soit disant, sur des faits réels. En Ukraine, comme en Russie, l'évocation de la Grande Guerre patriotique fait toujours recette au cinéma (voir "Peregon", 2006). Après son passage à la télé, en 2011, cette série fut transformée en film, la même année, et diffusée en Europe de l'Ouest, sous le titre "The bomber". Mais il semblerait que l'on ait collé les huit épisodes bout à bout, car le film dure trois heures (huit épisodes de 22 minutes ?) !


Un pilote de bombardier soviétique, le capitaine Andrey Grivtsov, est envoyé en mission vers une zone occupée où les Nazis projettent d'effectuer les essais de leur nouvelle arme secrète, la fusée V2. Grivtsov doit parachuter un opérateur radio chargé de maintenir le contact avec un groupe de partisans. Qu'elle n'est pas sa surprise quand il découvre, au moment du départ, que ce radio n'est autre que Katia, sa fiancée, qu'il recherchait partout depuis des mois ! Au-dessus de l'objectif, l'avion est touché par la DCA et Grivtsov fait un atterrissage d'urgence, après avoir ordonné à son navigateur, le lieutenant Linko, de sauter. Katia est indemne. Linko est aussitôt capturé et enfermé dans un camp de travail. Après une longue traque, Grivtsov finit lui aussi par être capturé par une milice pro nazie. Katia peut rejoindre les partisans après avoir échappé de justesse à ses poursuivants. Grivtsov est enfermé dans le même camp que Linko qui lui explique que, pour survivre, il est prêt à tout, ce que désapprouve vivement Grivtsov. Les Allemands ont alors l'idée de former un faux groupe de partisans, appelés unité Delta, qui doit retrouver les vrais, pour mieux les anéantir... Linko en fait partie ce qui le conduit à commettre des crimes contre les populations civiles. Au courant de cette machination, Grivtsov s'échappe pour avertir les vrais patriotes, mais il tombe sur des membres de l'unité Delta. Il lui faut de nouveau s'échapper, non sans avoir tué plusieurs traîtres. Linko, blessé, a été recueilli par les vrais partisans qui ignorent son double jeu. Entretemps, l'Armée rouge a envoyé un commando de parachutistes pour effectuer des sabotages dans la région. Grivtsov parvient à prendre contact avec eux, par hasard. Parachutistes et partisans, dont Linko, attaquent un pont que doit emprunter le convoi ferroviaire qui amène la fusée V2 sur son site de tir. La fusée est détruite, mais Linko en profite pour tuer Grivtsov, de peur qu'il ne parle. Mais ce dernier est recueilli par les parachutistes qui l'opèrent et lui sauvent miraculeusement la vie. Des documents allemands, dérobés au QG des SS, sont accablants pour Linko. Il essaie de s'enfuir, mais meurt dans des sables mouvants. Grivtsov revient avec les parachutistes en URSS, mais il est aussitôt arrêté par un officier des services secrets, pour haute trahison. Grivtsov apparait en effet sur une photo d'un journal allemand, au milieu d'un groupe de soldats soviétiques, désignés comme une bande de soldats ralliés aux nazis ! Il est jugé et condamné à mort. Katia qui est, elle aussi, revenue au pays, apprend la nouvelle avec stupeur. Mais au tout dernier moment, le chef des parachutistes, le major Deryabin, qui fait partie du NKVD et qui avait promis d'aider Grivtsov s'il avait des ennuis, est venu annuler l'ordre d'exécution ! Un an plus tard, Katia a eu un enfant de Grivtsov et elle vit seule dans un petit village. Un jour, une voiture s'arrête devant chez elle et Grivtsov, qui est devenu major, en sort. Il se jette dans les bras de Katia, qui n'en croit pas ses yeux….
Cette "ballade d'un bombardier" est bien trop longue et on a peine à suivre pendant tout ce temps, une histoire tortueuse et pleine de rebondissements, comme l'est une série télévisée, à la fin de chaque épisode. L'histoire d'amour entre Andreï et Katia, même si elle constitue le fil conducteur de l'intrigue, est en réalité, tout à fait accessoire. Il en de même des avions, hélas. La partie aérienne se concentre uniquement dans la première partie du film, et ne dure qu'une trentaine de minutes, après, on reste à terre et à pied.

On ne sait à quelle date se situe l'action. Les essais de la V2 doivent se faire un 2 septembre, comme indiqué par un officier SS. Ce pourrait être le 2 septembre 1944; entre août 1944 et janvier 1945, de nombreux essais de l'A4 (V2) eurent lieu dans la forêt de Tuchina, en Pologne, sous la direction du général Dornberger et du General der Waffen SS, Hans Kammler. Dans le film, les essais sont aussi supervisés par les Waffen SS.

On retrouve le pilote, ancien prisonnier, accusé injustement de trahison, un thème récurrent dans le cinéma soviétique, depuis "Cistoye nebo" (Ciel pur) en 1961 et l'enclenchement du processus de déstalinisation (voir également "Okhota na Edinoraga"-1984). Le film dénonce aussi les officiers planqués qui préféraient, de loin, la guerre contre les "ennemis de l'intérieur", que celle contre ceux de l'extérieur, beaucoup plus dangereux...

Le film est bien interprété et les scènes reconstituées sur table digitale sont d'un niveau acceptable, mais pour la partie aviation, on note maintes petites erreurs. Les dialogues entre Andreï et son navigateur (du moins, tels qu'ils sont traduits en Français) ne sont pas très professionnels : le pilote parle de réserve de "kérosène", alors que les moteurs consommaient de l'essence à faible indice d'octane (90-100); après avoir demandé à Linko de lire la jauge à carburant (qui n'était pas très visible sur le Tu-2, située sur la paroi droite du cockpit et non sur le tableau de bord, sous le vario, comme montré à l'écran…), Andreï lui demande de "calculer la vitesse d'atterrissage" ! Quand le moteur est touché, le pilote ne met pas l'hélice en drapeau…. Mais on a vu pire...


Les avions du film :

Comme tous les films d'aviation de ce début de XXI° siècle, les avions sont reproduits en images numériques et volent de façon virtuelle. Pour les vues au sol, la production fit néanmoins fabriquer une maquette du principal avion du film, grandeur réelle (un procédé qui sera utilisé pour "Red tails"-2012).

La vedette ailée du film est le Tupolev Tu-2S (S, pour Seryii), un bombardier en piqué bimoteur, paru vers la fin de la guerre. Peu de Tu-2 ont survécu, et en Russie, il n'y en a qu'un seul (des derniers modèles) exposé au musée de Monimo. Pourquoi cet avion a-t'il été choisi, plutôt que le Petlyakov Pe-2, beaucoup plus courant ? Peut-être est-ce pour faire allusion à la paranoïa d'un Staline ou d'un Béria, dont le personnage apparait au début du film. Rappelons que Tupolev et ses ingénieurs étaient en prison quand ils dessinèrent le Tu-2. Tupolev fut emprisonné sur ordre de Staline qui s'appuyait sur un dossier, monté de toutes pièces par le NKVD, et sur quelques ressentiments personnels…Tupolev fut même condamné à dix ans de prison pour "espionnage" (l'accusation pratique de tous les régimes dictatoriaux…), mais libéré en 1941.

Le Tu-2 avait un équipage de quatre membres : dans le poste avant, un pilote, un navigateur/bombardier faisant également office de mitrailleur; dans le poste arrière, un radio servant une mitrailleuse et un mitrailleur inférieur. Katia prend donc la place de ce dernier. Elle aurait pu se parachuter par la trappe ventrale qui donnait accès au poste arrière.

Le Tu-2 fut produit en petit nombre vers la fin de la guerre (378 exemplaires en 1944 et 742 en 1945) Staline ayant ordonné la suspension de sa production, en octobre 1942, estimant que la production du Yak-9 était plus urgente. Cet avion ne prit donc part qu'à la dernière phase de la guerre, et combattit entre Leningrad et Berlin, mais aussi, en extrême Orient. Mais il n'y avait pas de "BAP -141" (Régiment Aérien de Bombardement), l'unité de Grivtsov.

L'avion du film est un des premiers modèles de Tu-2S (avant la quarantième tranche de production : petits bossages sur les capots moteurs, un seul hublot rond à l'arrière, prises d'air supérieure du compresseur sans filtre, verrière sous le nez du premier genre, hélice tripale). Le cockpit est relativement bien reproduit avec son collimateur, monté sur un tube, réglable en hauteur, mais le volant n'a rien à voir avec celui d'un Tu-2. Le ventilateur, situé sur la console droite, semble anachronique. Les ventilateurs n'envahirent les cockpits soviétiques (avions, hélicos) qu'après la guerre…. Dans les années 40, les constructeurs soviétiques se souciaient fort peu du confort du pilote, les avions de guerre étant même dépourvus de chauffage, alors les ventilateurs...

Les mitrailleuses Berezin UBT (T pour Turelniy, tourelle) de 12.7 mm armant les postes de tir, sont mal reproduites et ressemblent étrangement à des fusils mitrailleurs RP-46 !

Quand le navigateur Linko saute en parachute, on constate que le pilote largue toute la verrière, comme sur un Junkers Ju.88. Mais nous n'avons pu retrouver aucun dispositif de ce genre concernant le Tu-2…Sur cet appareil, la verrière s'ouvrait en deux, le toit basculant vers la gauche et les deux parties du panneau de droite basculant individuellement vers le bas, contre la paroi externe du cockpit.

Le bombardier de Grivtsov est abattu par la DCA allemande, dont les projecteurs sont guidés par un appareil de recherche acoustique RRH (RingtrichterRichtungsHoerer). Mais ce genre d'appareil, peu précis, fut surtout employé au début de la guerre; en 1944/1945, il avait été remplacé par des radars.

C'est un Messerschmitt Me.309 "numérique" qui abat le Tu-2 du major. Ce type d'appareil ne vit jamais les combats et il n'y eut que quatre exemplaires construits. Le Me.309 avait des performances guère supérieures au "Gustav" (Bf.109G) et c'est pourquoi il fut abandonné en 1943.

Des Junkers JU-87B Stukas virtuels attaquent la colonne des partisans en retraite.

Le Lisunov Li-2, d'où descend Andreï, est un vrai, contrairement à celui qui parachute le commando et qui est une image pas très fidèle à l'original (l'avant est raté). Un œil attentif remarquera que les roues du train d'atterrissage sont montées sur des supports, comme pour un avion d'exposition (la roue de gauche est d'ailleurs cachée par un homme accroupi…). Vu la position de ses hélices, sa décoration, ce doit être le Lisunov conservé au musée de la Grande Guerre patriotique de Kiev.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr



 
 
 
 
 
 
 
 
BALLADOBOMBERE.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 11/07/2012 : 08:28
Dernière modification : 12/03/2014 : 08:38
Catégorie : - Films
Page lue 3763 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !