Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

THE STEEL LADY




Année : 1953
Pays : Etats-Unis
Genre : aventures
Durée : 1 h 24 min.
Noir et blanc

Réalisateur: Ewald André DUPONT
Scénario : Richard SCHAYER, Aubrey WISBERG

Acteurs principaux :
Rod CAMERON (Mike Monahan),Tab HUNTER (Bill Larson), John DEHNER (Sid Barlowe), Richard ERDMAN (Jim Evans), John ABBOTT (Mustafa el Melik).

Musique : Arthur LANGE, Emil NEWMAN
Photographie : Floyd CROSBY
Producteur : Grant WHYTOCK
Compagnie productrice : Edward Small Productions
 
Avions :
-Cessna T-50/UC-78 Bobcat N67832

Notre avis :

Le film commence par un salut aux chercheurs de pétrole. Le prologue précise que la demande est si grande que des hommes courageux doivent pénétrer dans les contrées les plus reculées du monde, sonder les profondeurs des océans, ou prendre les airs pour explorer avec des instruments scientifiques perfectionnés de vastes déserts, comme le Sahara. Les principaux personnages du film sont en effet des prospecteurs américains travaillant dans le Sahara marocain (où il n'y a pas de pétrole…).

Alors qu'ils rejoignent avec leur avion Casablanca, après une campagne de prospection, le pilote Mike Monohan, le mécanicien, Jim Evans, le radio Billy Larsen et le technicien Syd Barlow, sont obligés de se poser dans le désert, en pleine tempête de sable. Leur radio est en panne et ne peut que recevoir, ils apprennent ainsi que leur compagnie les recherche. Mais avant de manquer d'eau, ils décident de rejoindre  à pied un point d'eau distant de plus de cent kilomètres. …C'est alors que Mike découvre, enfoui dans le sable, un vieux char allemand ! Il décide de remettre en route le tank pour gagner un fort de la légion étrangère. En cherchant à dissimuler une bouteille de whisky, Barlowe trouve des diamants cachés dans le blindé. Il garde cette découverte pour lui. Alors qu'ils progressent dans les sables, ils sont observés de loin par des bédouins. Ceux-ci sont certains que ce tank transporte le Trésor de Calipha, volé pendant la guerre, par les Allemands. Quand Mike et ses camarades atteignent un oasis, ils sont accueillis amicalement par les bédouins. Un des leurs, El Melik, propose de leur vendre de l'eau et du ravitaillement, ce que Mike accepte. Le lendemain, El Melik demande en échange les diamants. Quand Mike déclare tout ignorer des ces bijoux, une bagarre éclate. Les Américains peuvent s'enfuir, mais Billy est blessé. Mike finit par trouver la cachette des bijoux et a une explication sérieuse avec Barlowe, qu'il veut exclure du groupe. Plus tard, il rencontre un légionnaire abandonné dans le désert. C'est en fait un homme d' El Melik, qui les conduit dans un piège. Alors qu'il se sont arrêtés dans un oasis, les hommes de El Melik attaquent le tank dont le radiateur est endommagé. Bill parvient à réparer la radio suffisamment pour envoyer un SOS, avec leur position. Barlow est sérieusement blessé en allant chercher de l'eau, la nuit. A l'aube, quand le combat reprend, un avion atterrit pour les prendre à son bord. Barlow insiste pour rester dans le tank afin de couvrir la retraite de ses camarades.


"The steel lady", comme son nom l'indique, est plus un film de tank que d'avion. La lady en question, en Allemand "Die eiserne Jungfrau" (la demoiselle d'acier), est en réalité un blindé américain M24, vaguement déguisé en Panzerkampfwagen "Tiger" Ausf. E avec un coffrage à angles vifs installé autour de la tourelle. On ne voit pas ce que faisait ce panzer de l'Afrika Korps, dans le désert marocain, à des milliers de kilomètres de la Libye ou de la Tunisie. Mais à Hollywood, depuis 1943, "Casablanca" sonnait mieux que Bengazi ou Tunis….

Ce film, à mi chemin entre "Sahara" (1943) et le "Vol du Phoenix" (1966) n'a guère laissé de traces dans les annales du cinéma et semble avoir disparu, comme le tank, dans les sables du désert….


Les avions du film :

Il n'y a qu'un seul avion dans ce film, mais on le voit souvent au début du film, et tout à la fin, bien que les personnages passent leur temps dans un tank. C'est un Cessna T-50/UC-78 Bobcat, vierge de toute immatriculation ou marque, à l'exception de "Trans-Africa Oil Co." En début de film, on le voit remorquer une sonde magnétométrique. Cet avion est réputé être le même que celui apparu, en 1952, dans la série "Sky King", le Cessna UC-78 "N67832". On constate qu'il a exactement la même décoration : dessus blanc, dessous de couleur plus foncé (gris ?), bout du nez et bord des moteurs de couleur (rouge ?), avec une flèche sur la dérive. Ce Cessna appartenait depuis 1950 à la société Paul Mantz Air Services qui le revendit en 1954. Cependant, ce film ne figure pas dans la filmographie de Paul Mantz qui ne participa pas au tournage.

Comme d'habitude, le cockpit, reconstitué en studio, est beaucoup trop grand, et on note que les volants ont été montés à l'envers….


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.com

 
STEELlADY.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 09/08/2012 : 18:22
Dernière modification : 09/08/2012 : 18:24
Catégorie : - Films
Page lue 3313 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !