Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
LES ECHAPPES DU NEANT
Vo. Back from Eternity


 
Année : 1956
Pays : Etats-Unis
Genre : Drame
Durée : 1 h 37 min.
Noir et blanc

Réalisateur : John FARROW
Scénario : Richard CARROLL , Jonathan LATIMER

Acteurs principaux :
Robert RYAN(Bill Lonagan), Anita EKBERG (Rena), Rod STEIGER (Vasquel), Phyllis KIRK (Louise Melhorn), Keith ANDES (Joe Brooks), Gene BARRY (Jud Ellis), Fred CLARK (Crimp), Beulah BONDI (Martha Spangler), Cameron PRUD'HOMME (Prof. Henry Spangler), Jesse WHITE (Pete Boswick), Adele MARA (Maria Alvarez), Jon PROVOST (Tommy Malone).

Producteur : John FARROW
Musique : Franz WAXMAN
Photographie :William C. MELLOR
Compagnie productrice : RKO
 
Avions :
-Douglas DC-4
-Douglas R2D-1 c/n 1404, NC39165

 
Notre avis :

"Les échappés du néant" est un remake du film "Quels seront les cinq ?" de 1939, réalisés par le même John Farrow et produits tous deux par la RKO. Ces deux film inspirèrent "Le vol du Phénix (1965) d'Aldrich, qui lui aussi, fut l'objet d'un remake quarante ans plus tard, avec deux metteurs en scène différents, mais avec la même 20th Century Fox. Ce film fut le dernier de Robert Ryan pour la RKO, qui avait lancé sa carrière une douzaine d'années auparavant. La pulpeuse Anita Ekberg n'avait pas eu de peine à se faire engagée à la RKO, dirigée alors par Howard Hughes, un amateur de fortes poitrines... Le réalisateur ne laisse aucun doute sur son choix, quand elle se bat avec Phyllis Kirk, dans une mare, ses vêtements moulant ses formes avantageuses. Sa plastique lui devra d'être une abonnée aux scènes du genre "T shirt mouillé"; en 1961, dans la "Dolce Vita", on la retrouvera dans la fontaine de Trevi !

Comme dans la plupart des films d'aviation, du sous-genre catastrophe, la première partie du film est consacrée à la présentation des personnages : un gangster, un enfant, une prostituée, un couple âgé, un couple d'amoureux, un chasseur de prime et un assassin. Comme si la "coupe" n'était pas assez pleine, on rajoute un commandant de bord qui boit, et un copilote novice. Dans la seconde partie, les présentations étant terminées, l'histoire peut commencer aussitôt.

Rena est une entraîneuse qui travaille dans un casino de Las Vegas. Comme ses papiers ne sont pas en règle, son patron l'envoie dans un établissement mal famé de Boca Grande, dans une petite république d'Amérique du sud. Dans son avion, montent le professeur Henry Spangler en voyage d'études, avec son épouse Martha, et Pete Boswick qui accompagne Tommy, le fils d'un gangster qui désire mettre son fils à l'abri. A Panama, les passagers pour Boca Grande changent d'avion. Ils sont rejoints par Jud Ellis et Louise Melhorn qui vont à Boca Grande pour se marier. L'avion sera piloté par Bill Larnegan, un vétéran qui a eu des jours meilleurs, et un tout nouveau copilote, Joe Brooks. Peter voudrait bien se débarrasser de Tommy, mais quand il apprend dans un journal, que son père vient d'être abattu à Detroit, il décide de l'accompagner jusqu'au bout. L'avion fait une escale de ravitaillement à San Dimas. Le commandant de bord informe ses passagers qu'on doit attendre un certain Vasquel, un assassin qui doit être emmené à Boca Grande pour y être exécuté. Ce dernier arrive enfin, escorté par Crimp, un chasseur de prime. L'avion décolle mais tombe rapidement dans un orage tropical. Bien que les pilotes se battent aux commandes, l'avion a de la peine à lutter contre les trombes d'eau. La radio grille. Une bonbonne d'air comprimé se désarrime, et détruit la porte de l'avion. L'hôtesse en voulant retenir le petit Tommy, est happée dans le vide ! Quand un moteur tombe en panne, il faut faire un atterrissage d'urgence en pleine forêt, la nuit. Grâce à l'adresse de Bill, l'avion parvient à atterrir dans une clairière sans trop de casse. Après avoir estimé les dégâts, Bill prend la tête du petit groupe de rescapés. La vie s'organise. Grâce aux talents de tireurs de Pete, le ravitaillement en viande est assuré. Ayant été poussés loin de leur route, il y a peu d'espoir qu'on les recherche là où ils sont. Les deux pilotes tentent donc de réparer le moteur en panne. Les jours passent, et les caractères de chacun se révèlent. Bill et Rena se rapprochent l’un de l’autre, Joe est séduit par Louise, dont le fiancé, Judd, à cause duquel Rena et Louise en viennent aux mains, s’avère être un couard. Pete, le gangster, se dévoue pour ses compagnons d’infortune, tandis que Martha et Henry se prennent d’amitié pour Vasquez, dont le crime est d’avoir tué un passant en essayant d’abattre un dictateur. Le sixième jour, on entend des tamtams. Les terribles Indiens Jivaros, réducteurs de têtes, les ont repérés. Crimp s'enfuit alors en emportant le revolver. L'avion est enfin réparé, mais c'est au moment du départ qu'on s'aperçoit que Tommy n'est plus là. Partis à sa recherche, Rena et Pete trouvent le corps décapité de Crimp. Pete est tué par les Indiens peu après. Bill essaie de faire décoller l'avion, mais une fuite d'huile se déclare. Ayant refait ses calculs, il annonce alors aux passagers, que vu l'état des moteurs, seul cinq personnes pourront monter à bord. Comme personne ne sait comment désigner ceux qui partiront, c'est Vasquel qui a récupéré le pistolet sur le corps de Pete et qui n'a pas grand chose à perdre, qui va décider. Le vieux couple se porte volontaire pour rester. Ce seront donc les pilotes, les deux jeunes femmes et le petit Tommy qui partiront. Soudain, les tamtams s'arrêtent; les Indiens vont passer à l'attaque ! Jud Ellis se jette sur Vasquel qui l'abat. L'avion parvient à décoller. Avec seulement deux balles dans son revolver, Vasquel exécute les Spangler pour leur éviter une mort affreuse. Priant, il attend son destin.


Les personnages, les dialogues sont identiques à ceux du premier film. Seul le rôle du vieux couple semble plus effacé ici, au profit de celui de la fille de bar. Ce film comporte quelques invraisemblances grossières. Pendant l'orage, en pleines turbulences, les passagers se promènent dans la cabine, personne n'étant attaché et l'hôtesse n'a pas l'air de s'en soucier. L'atterrissage de nuit, en plein tempête, dans la forêt, est un exploit rarement réalisé, même par un DC-2. Par contre, la façon de s'en sortir, en réparant le moteur, est moins invraisemblable, que la solution trouvée dans "Le vol du Phénix" ! On ne cherchera pas sur la carte "Boca Grande", une localité sud américaine fictive, ni le petit état du "ParaRico". Mais l'avion étant tombé dans une zone habitée par des Indiens Jivaros (Shuara), cela le situe dans une vaste zone de l'Amazonie équatorienne ou péruvienne. La très mauvaise réputation que le film fait aux Jivaros (qu'on ne voit jamais) est imméritée, ces gens s'étant pacifiés et ouverts aux christianisme, depuis la fin du XIX° siècle.

Ce film à petit budget a peu d'effet spéciaux, à part ceux du crash de l'avion. Il fut tourné en studio dans une jungle artificielle. Mais ce qu'on perd en naturel, on le gagne en intensité dramatique. Néanmoins, le film ne fit pas grand chose pour redresser la situation financière de la RKO, dégradée par la gestion calamiteuse d'Howard Hughes, et les studios n'échappèrent pas au néant..


Les avions du film :

Il y a peu d'avions dans ce film, mais des vrais. Les Spangler, Tommy et son accompagnateur, quittent Detroit (en réalité, le Lockheed Air terminal de Burbank, dont l'intérieur sert également pour les autres aéroports de Panama et San Dimas) dans un Douglas DC-4 de la compagnie PSA (Pacific Southwest) qui faisait la ligne San Francisco-San Diego. En 1955, PSA acheta deux Douglas DC-4 à Capital Airlines, et peignit des encadrements autour des hublots ronds pour les faire ressembler à des Douglas DC-6 plus modernes ! On voit le logo de la compagnie sur la passerelle que l'on retire. Au sol, à l'aéroport, on aperçoit en arrière plan un DC-3 d'une compagnie non identifiée, "North American".

L'avion de la PLA (pour Panama Lineas Aereas ? une compagnie fictive) est un Douglas R2D-1 (c/n 1404), c'est à dire un des deux DC-2-142 ayant appartenu à l'US Navy (BuNo. 9993). L'avion du film se distingue des autres DC-2 par une dérive munie d'une arête, comme celle du DC-3, et l'absence des deux phares dans le nez. Il fut pris en charge par la Navy le 7 septembre 1935, et basé alternativement à Anacostia et Pensacola. Il fut réformé le 23 août 1944. En 1945, il reçut l'immatriculation civile "NC39165" et fut exploité par diverses compagnies privées. En 1983, convoyé à Amsterdam pour commémorer la course Londres-Melbourne de 1934, il reçut la fausse immatriculation "PH-AJU", celle du DC-2 "Uiver" de la KLM qui arriva second. En 1999, le musée hollandais, l'Aviodrome de Lelystad, l'acheta pour 4,5 millions de francs à l'américain Colgate W. Darden, son propriétaire depuis 1968. L'avion fut remis au standard d'un DC-2 civil, et peint dans les couleurs de la KLM d'avant guerre, toujours avec l'immatriculation PH-AJU. Cet avion vole toujours, et on peut le voir dans les meetings européens.

Dans le film, la cabine, avec ses trois sièges de front, apparaît bien large pour un DC-2 qui n'en avait que deux. En l'air, l'avion est doublé par une maquette qui ressemble plus à un DC-3. Après son atterrissage dans la jungle, réalisée avec un modèle réduit, les scènes furent tournées en studio, avec le véritable avion.


Christian Santoir


*Film rare

 
 
 
 
 
 
 
BACKFROMETERNITY.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 10/08/2012 : 09:07
Dernière modification : 10/08/2012 : 09:07
Catégorie : - Films
Page lue 3879 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !