Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

LA VILLE ECARTELEE
Vo. The big lift


 
Année : 1950
Pays : Etats-Unis
Genre : drame
Durée : 2 h.
Noir et blanc

Réalisateur : George SEATON
Scénario : George SEATON

Acteurs principaux :
Montgomery CLIFT (Sergent Danny MacCullough), Paul DOUGLAS (Sergent chef Henry "Hank" Kowalski), Cornell BORCHERS (Frederica Burkhardt), Bruni LÖBEL (Gerda), O.E. HASSE (Stiebe), Capitaine Dante V. MOREL (Lui-même), Capitaine John R. MASON (un sergent).

Musique : Alfred NEWMAN
Photographie : Charles G. CLARKE
Producteur : William PERLBERG
Compagnie productrice : 20th Century Fox.
 
Avions :
-Douglas C-54D Skymaster s/n 43-17223
-Republic P-47 Thunderbolt
-Douglas C-47 Skytrain  s/n 43-48251 (en arrière plan)
-Fairchild C-82 Packet


Notre avis :

Ce film a pour cadre le pont aérien de Berlin organisé par les Alliés en 1948-1949, suite au blocus de la ville par les Soviétiques. Il ouvre sur cet avertissement :"Ce film fut tourné dans l'Allemagne occupée. Toutes les scènes furent filmées dans les lieux exacts associés à l'histoire, dans les secteurs américains, français, anglais et soviétiques de Berlin. A l'exception de Montgomery Clift et Paul Douglas, tous les militaires apparaissant à l'écran sont d'authentiques membres des Forces Armées américaines en service en Allemagne". Il en était de même de Richard O’Malley, le correspondant de l’agence Associated Press, qui jouait son propre rôle, au début du film. Le tournage rencontra de nombreux problèmes à la fois logistiques et politiques. Il commença à la mi-juillet, alors que le pont aérien prit fin officiellement à la fin du mois, mais certaines marchandises continuèrent à être acheminées par voie aérienne jusqu'en octobre. Les Russes promirent leur coopération à condition d'être avertis suffisamment à l'avance des lieux, dates et conditions du tournage. Le réalisateur raconta que quand les cinéastes franchirent la porte de Brandebourg, les rues étaient désertes. Alors que le tournage, allait commencer, un haut parleur installé récemment commença à débiter des messages de propagande vantant les mérites du Communisme ! La séquence dut être filmée sans enregistrer le son, celui-ci étant rajouté plus tard, en studio. Dès que l'équipe partit, le haut parleur se tut. ll y eut d'autres incidents de ce genre... Le film fut tourné avec l'assistance des équipes des studios de la Ufa de Berlin. Les séquences filmées en ville, montre un Berlin ravagé par la guerre (on reconnaît le Reichtag en ruine, la tour L de la DCA du Zoo, dynamitée..).

Lors de l'été 1948, les Américains et les Anglais doivent organiser un pont aérien pour ravitailler Berlin isolé par le blocus décrété par les Soviétiques et destiné à les chasser de la ville. Stationnés à Hawaï, le sergent Danny McCullough, mécanicien de bord, et le lieutenant Hank Kowalski, contrôleur de vol, du 19th Troop Carrier Squadron doivent se rendre avec leur unité dans la capitale allemande. Tandis que Hank est affecté à la tour de contrôle de Tempelhof, Danny, jour après jour, fait la navette entre Francfort et Berlin avec son avion qui transporte du charbon ! Un jour, son avion est le cent millième à atterrir à Tempelhof; une petite cérémonie est organisée par les autorités municipales pour remercier l'équipage pour son effort en faveur des Berlinois. Un petit discours est prononcé par une veuve de guerre, Fredericka Burkhardt, au nom des femmes de Berlin. Désireux de la revoir, Danny se rend avec son ami Hank, à l'adresse qu'elle lui a donnée, un chantier de démolition où elle travaille...Bien que sortant lui-même avec une Allemande, Hank lui conseille de ne pas trop s'attacher. Un soir, dans une boite de nuit, Hank reconnaît un homme qui était un gardien du camp de prisonniers dans lequel il était détenu pendant la guerre. Il le suit et l'aurait tué si la police n'était pas arrivée. Bien que Danny soit tombé amoureux de Fredericka, Hank fait vérifier son passé et découvre qu'elle ment. Son père n'était pas un opposant aux nazis et son mari était dans la SS ! Mais cela n'arrête pas Danny qui demande à l'état-major la permission d'épouser une citoyenne allemande. Son départ approchant, il décide de se marier aussitôt, Hank et Gerda étant ses témoins. Mais, un ami allemand de Danny, Stieger, le colocataire de Fredericka, a intercepté une lettre de son mari qui vit aux USA. Son but était de se faire naturaliser américaine, puis de divorcer, pour retrouver son mari. Par sympathie pour Danny, Stieger la lui fait remettre. Devant le bureau des mariages, Danny montre la lettre à Fredericka et s'en va. Quant à Hank, il restera en Allemagne pour épouser Gerda, qui est bien décidée à devenir une parfaite démocrate. Quand Danny prend l'avion pour retourner aux Etats-Unis, le bruit se répand que le blocus est levé.


Le film met à l'honneur le 19th Troop Carrier Squadron basé à Hickam AFB (Hawaï). Cette unité participa avec onze C-54 au pont aérien de Berlin en juillet et août 1948. On voit le long voyage que ces avions durent effectuer entre Hawaï et Rhein/Main AB (Francfort), via San Francisco, Westover AFB (Mass.), les Açores. Le film salue aussi l'US Navy, avec l'arrivée des marins des VR-3, VR-6 et VR-8 (novembre 1948), appelés en renfort avec leur Douglas R5D.

Le film nous montre l'accident du C-54 (s/ n 45-514) du 13 août 1948, qui atterrit trop long à Tempelhof et fut en partie détruit par le feu. Au début de l'hiver, un système d'approche contrôlé par radar (GCA : Ground Control Approach) fut installé à Tempelhof et on nous en explique en détail le fonctionnement. On remarque que pendant la phase finale, le pilote reçoit presque en continu des informations sur son altitude, son cap, sa pente de descente, le pilote n'accusant pas réception des messages. Les avions pouvaient désormais voler par des temps où même les corbeaux restaient au sol…

Le film se caractérise par de belles vues aériennes. On voit l'approche un peu acrobatique de l'aéroport de Tempelhof (piste 26R), les C-54 en finale volant au niveau des toits ou carrément en dessous…Pour filmer les avions, les caméras furent installées dans la soute d'un C-82 dont les portes arrière avaient été enlevées.

Ce film sur les expériences amoureuses de deux GI à Berlin, avec des épisodes comiques et dramatiques, mêlés à certaines séquences proprement documentaires, nous expose surtout la vision d'Hollywood de l'Allemagne de l'après guerre : menace soviétique, survivance du nazisme, ambiguïté du comportement des populations locales vis à vis de l'occupant... Nous n'en retiendrons que les séquences concernant le pont aérien qui sont particulièrement bien réalisées.


Les avions du film :

Le sergent Danny Mc Cullough est mécanicien sur le Douglas C-54D Skymaster "The white Hibiscus" (s/n 43-17223) n° 37. Arrivé à Francfort, il est chargé de charbon et Danny change le nom en "Der schwarze Hibiscus" vu la poussière de charbon qui s'infiltre partout et salit l'appareil. Des C-54 furent effectivement transformés pour ce genre de fret en C-54M. Pour accroître la capacité d'emport de plus d'une tonne, on avait débarrassé l'appareil de tous ses équipements non indispensables. Les sacs de charbon constituèrent 63% des 2.326 millions de tonnes de fret transportés pendant le blocus et c'est sans doute pourquoi le principal avion du film est un avion charbonnier….

La réalisation technique de la partie aérienne a été soignée. Les échanges radio entre la tour et le cockpit sont corrects, de même que les check lists d'atterrissage et de décollage du C-54. On remarquera les petits détails qui font vrais : peu après l'atterrissage, pendant le roulage, Danny tire la longue sangle (rouge) de la goupille de verrouillage du train et la fixe entre la console centrale et le siège du pilote; après l'arrêt, il place les autres goupilles de sécurité sur les jambes du train principal; l'équipage, pressé de descendre à terre, utilise une corde à nœuds, sans attendre l'échelle... On remarque que le n° 37, comme d'autres C-54, est équipé d'un radar de navigation placé sous le fuselage, à un peu en avant de l'aile; son radôme est peint en noir, ou en blanc sur d'autres avions. Les Soviétiques avaient éteint toutes les radiobalises situées en Allemagne de l'Est. La navigation dans les couloirs aériens devait cependant être très précise pour éviter de se faire tirer dessus, ce qui arriva (après le blocus), en avril 1952, quand un DC-4 d'Air France faillit être abattu par deux MiG-15. Il en réchappa par miracle (3 blessés à bord), en se réfugiant dans les nuages….

Les avions russes "gardiens" des couloirs aériens sont représentés par deux Republic P-47 Thunderbolt avec étoiles rouges, pour jouer les Yak ou les Lavochkine.

Sur le tarmac, devant l'aéroport de Tempelhof, on voit plusieurs Douglas C-47 Skytrain (dont le s/n 43-48251). Ces avions ne pouvant transporter que le tiers de la charge d'un C-54, seront progressivement remplacés par ces derniers.

A l'atterrissage, dans le brouillard on aperçoit également un Fairchild C-82 Packet, un type d'avion qui fut utilisé lors du blocus; peut être s'agit-il de l'avion ayant servi au tournage des séquences aériennes ?



Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr
 
 
 
 
 
LAVILLECARTELEE.jpg

THEBIGLIFT.jpg


 
Mots-clés associés

Date de création : 22/09/2012 : 09:50
Dernière modification : 22/09/2012 : 09:50
Catégorie : Fiches de film - Films
Page lue 3969 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !