Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

GOLD



Année : 1974
Pays : Grande-Bretagne
Durée : 2 h.
Genre : thriller
Couleur

Réalisateur : Peter R. HUNT
Scénario : Wilbur SMITH, Stanley PRICE

Acteurs principaux :
Roger MOORE (Rod Slater), Susannah YORK (Terry Steyner), Bradford DILLMAN (Manfred Steyner), Ray MILLAND (Hurry Hirschfeld), John GIELGUD (Farrell), Tony BECKLEY (Stephen Marais).

Musique : Elmer BERNSTEIN
Photographie : Ousama RAWI
Producteur : Michael KLINGER
Compagnie productrice : Killarney Film Studios
 
Avions :
-Douglas DC-10-30 c/n 46850/63, F-BTDB
-Piper PA-28-140 Cherokee c/n 28-24025, ZS-FMC
-Boeing 707-344 (en arrière plan)
-Boeing 727-44 (en arrière plan)
-Vickers 754D Viscount  (en arrière plan)


Notre avis :

Le scénario de ce film est basé sur le livre "Gold mine" (1970) de Wilbur Smith, un auteur populaire spécialisé dans les thrillers se passant en Afrique. Dès le générique, on constate que le film est très marqué par la série des James Bond, non seulement par la musique mais aussi par son réalisateur, Peter Hunt, qui avait déjà réalisé "Au service secret de sa majesté" en 1967, et par la présence de l'acteur Roger Moore qui, depuis 1973, tenait le rôle du célèbre agent anglais 007. "Gold" fut tourné la même année que "L'homme au pistolet d'or", mais sortit un peu plus tôt.


Dans la mine d'or de Sondertich, en Afrique du sud, Slater travaille coude à coude avec son chef de fond, "Big King", après l'effondrement d'un tunnel. Il s'avère, peu après, qu'il ne s'agissait pas d'un accident mais le résultat d'un plan machiavélique élaboré par un groupe de spéculateurs londoniens, comprenant Manfred Steyner, qui a épousé la petite fille du propriétaire de la mine. Il consiste à détruire la mine pour faire augmenter les cours de l'or, en bourse...Pour y arriver, il s'agira de faire se déverser dans les tunnels un immense lac sous-terrain qui a été repéré. Le directeur général a été tué dans l'accident et Steyner propose son poste à Slater, le responsable des forages. Slater accepte et fait incidemment la connaissance de Terry, la femme de Steyner. Steyner s'arrange pour qu'ils se rencontrent plusieurs fois dans l'espoir que Terry influencera son grand père qui n'est guère favorable à cette nomination. Le plan marche; Terry tombe amoureuse du beau Slater et il est nommé directeur général. Steyner, en favorisant la liaison de sa femme avec Slater, peut ainsi maintenir Slater éloigné de la mine. Slater avait mis en place dans la mine une charge explosive destinée à bloquer le tunnel en cas de fuite du lac sous-terrain. Alors que Slater et Terry passent du bon temps dans un hôtel, en brousse, ils apprennent, par la radio, que le lac est en train d'envahir les tunnels et que des milliers de mineurs sont menacés ! Terry et Terry se précipitent à la mine. Terry et Big King descendent pour réparer le système de sécurité. Ils y parviennent, mais Big King a dû se sacrifier pour faire exploser la charge. Apprenant que le complot va être découvert, un des complices de Steyner le tue. Terry pourra ainsi s'occuper librement de Slater blessé….


Le film fut tourné en grande partie en Afrique du sud, dans les environs de Johannesburg, à une époque où l'apartheid sévissait. Ainsi, les noirs, en dehors du personnage de Big King qui travaille au fond de la mine, sont des sortes de figurants, en arrière plan, pour faire "couleur locale" ou occupent des rôles subalternes : domestiques, gardiens, employés chargés du tableau d'affichage à la bourse, ou encore, danseurs d'un groupe folklorique…Le film se passe donc uniquement entre blancs, comme à la colonie.

Ce thriller où on peut voir James Bond en chef porion, ne comporte pas beaucoup d'avions, juste une scène d'aéroport, à l'aéroport international Jan Smuts de Johannesburg (où tout le personnel, hôtesses ou mécaniciens, est blanc) et une scène aérienne, quand Terry doit faire un atterrissage de précision sur un tronçon de route, à proximité immédiate de la mine.

 
Les avions du film :

Le mari de Terry embarque à bord d'un Douglas DC-10 d'UTA qui reliait en 1974, Johannesburg à Paris-CDG, une fois par semaine. Cet appareil est un DC-10-30 (c/n 46850/63, ex. N1341U) immatriculé "F-BTDB", réceptionné par UTA en février 1973. Il sera pris en charge par Air France, qui absorbera UTA en 1992. Il volera alors pour la compagnie LAPSA (Lineas Aereas Paraguayas), puis EAL (European Airlift), une filiale d'Air France, en 1993. Le 6 juin 1994, il fut vendu à la compagnie charter belge ChallengAir (OO-JOT) qui le louera en 1995 à TAROM, Air Europe et Corsair, en 1996. En 1997, il retourna aux USA, acquis par Continental Airlines en octobre (N13088). Retiré du service en 2002, il fut stocké à Mojave et, en mars 2005, progressivement cannibalisé….

Un peu plus tard, Terry emmène Rod dans son Piper PA-28-140 Cherokee (c/n 28-24025, ZS-FMC) qui appartenait à l'école de pilotage d'AVEX Air, une compagnie charter basée sur le Grand Central airport de Midrand et qui représentait également Piper Aircraft. Après 25.000 heures de bons et loyaux services, le petit Piper fut accidenté au décollage, le 3 mai 2002, et ferraillé par la suite. L'avion est filmé en vol, au-dessus des magnifiques paysages de l'Afrique du sud, aussi bien qu'à l'intérieur du cockpit.

Sur le tarmac de l'aéroport de Johannesburg, on observe, en arrière plan, de nombreux jets de l'époque : un Boeing 707-344 et un Boeing 727-44 de SAA (South-African Airways), un Boeing 707 de Lufthansa et un Vickers 754D Viscount d'Air Rhodesia.

Enfin, quand Terry prend son Piper, on aperçoit, derrière, un discret Boeing 707-344 de la compagnie luxembourgeoise Luxair (dérive bleue, flèche blanche), sous les couleurs de laquelle volaient des 707 de SAA et de Trek Airways, pour leurs liaisons avec l'Europe et le reste du monde. Ces avions étaient exploités par Luxavia, une filiale de Trek Airways. Cette société luxembourgeoise faisait office de tour operator et profitait des droits de survol et d'atterrissage de Luxair, qu'elle n'aurait pu obtenir en tant que compagnie sud-africaine….


Christian Santoir

* Film en vente sur amazon.fr

 
 
 
 
 
 
GOLD_2.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 06/10/2012 : 13:02
Dernière modification : 06/10/2012 : 13:02
Catégorie : - Films
Page lue 2315 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !