Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 144 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
TANGO




Année : 1993
Pays : France
Durée : 1h 26 min.
Genre : comédie
Couleur

Réalisateur : Patrice LECONTE
Scénario : Patrice LECONTE, Patrick DEWOLF

Acteurs principaux :
Philippe NOIRET (L'Elégant), Richard BOHRINGER (Vincent Baraduc), Thierry LHERMITTE (Paul), Carole BOUQUET (la femme de Bellhop), Jean ROCHEFORT (Bellhop), MIOU-MIOU (Marie), Judith GODRECHE (Madeleine), Michèle LAROQUE ( Hélène Baraduc).

Musique : Angélique NACHON, Jean-Claude NACHON
Photographie : Eduardo SERRA
Producteur : Philippe CARCASSONNE
Compagnie productrice : Cinéa, Hachette Première, TF1 Films Production, Zoulou Films
 
Avions :
-Fokker F-27 Friendship
-Robin DR 400, F-BTK ? (en arrrière plan)
-Boeing Stearman PT-13D/N2S-5, c/n 75-5656, s/n 42-17493, F-AZJR
-Max Hostle MH. 1521 C1 Broussard, c/n 293, F-BXCS
-Waco UPF 7 , c/n 5495, F-AZJC
-Bücker Jungmann 131D  c/n 1, F-PCSY



Notre avis :

Patrice Leconte ("Les Bronzés", "Le mari de la coiffeuse", "Tandem"…) est sans doute un des meilleurs réalisateurs français auquel nous devons plusieurs films qui sont autant d’études satyriques de la société française, sous la V° République. Dans cette comédie, faussement misogyne, il s’attaque avec humour à l’institution du mariage, ou plus exactement, du «ménage», ce long tête à tête quotidien qui conduit très souvent à l’usure des sentiments et parfois au crime ! L’un des personnages, Vincent, est un pilote spécialisé dans le "sky writing", autrement dit, il écrit des messages publicitaires dans le ciel, avec son avion.

Le film bénéficie d’un casting d’enfer : Philippe Noiret, Richard Bohringer, Carole Bouquet, Miou Miou, Thierry Lhermitte, Jean Rochefort…Une belle équipe !


Vincent a ses nerfs, il ne supporte plus que sa femme le trompe; alors qu’il sillonne les airs pour y écrire des slogans publicitaires. Un jour, il tue l’amant de sa femme, puis, cette dernière, en lui faisant faire un looping en avion, sans avoir bouclé sa ceinture…. Quand il est jugé, il est acquitté à son grand étonnement ! Paul trompe sa femme, Marie, mais n’accepte pas qu’elle le quitte. Son ego est touché au point qu’il préférerait la tuer, sans oser toutefois passer à l’acte. Il se confie à son oncle, le juge qui autrefois avait fait relaxer Vincent...Il s’avère que le juge a conservé des expertises accablantes pour Vincent, qu’il a gardées sous le coude. Il peut ainsi persuader Vincent d’éliminer l’épouse de Paul ! Les trois partent donc sur les routes à la recherche de Marie. Après avoir rencontré en chemin deux femmes, mal mariées, ils retrouvent Marie en Afrique, où elle travaille pour une organisation humanitaire. Mais Vincent ne peut se décider à la tuer et simule son meurtre. Les trois comparses reviennent au pays pour y couler des jours heureux avec leurs petites amies, quand Marie réapparait ! Paul, qui au fond n’a jamais cessé de l’aimer, se jette dans ses bras !


Morale de l’histoire : les hommes n’aiment pas vivre avec les femmes, mais ne peuvent s’en passer…Remarquons que dans des sociétés dites «traditionnelles», comme en Afrique ou au Moyen Orient, on avait résolu le problème. La société n’y est pas composée de petites cellules familiales, mais plutôt d’une société d’hommes coexistant avec une société de femmes, chacune répondant à ses règles propres. Pour certains étrangers, le ménage à l'occidentale, un homme et une femme, est incompréhensible, voire ridicule...Il est vrai que la vie en couple demande beaucoup de patience, de respect mutuel; les feux de l’amour font vite place à une négociation permanente, un exercice qui n’est pas à la portée de tous. Le taux de divorce est là pour le prouver….


Les avions du film :

Le film ouvre sur une scène étonnante où Vincent fonce avec sa Volkswagen décapotable sur l’unique piste (01/19) de l’aérodrome d’Alès-Deaux, alors qu’à l’autre bout, un Fokker F-27 Friendship a commencé son décollage…. Cet appareil tout blanc, au matricule invisible, est d’origine inconnue. A côté de la tour de contrôle est garé un Robin DR 400 (F-BTK ?).

L’avion de Vincent est un Boeing Stearman PT-13D/N2S-5 model E75 (c/n 75-5656, s/n 42-17493, F-AZJR) appartenant à l’AJBS. Acheté à une société californienne en mars 1992, (N5358N) il se produit à la Ferté-Alais, ou ailleurs, sous la livrée jaune d’un N2S-3 de l’US Navy.

Vincent se sert de son avion pour tuer son rival en l’aveuglant avec son fumigène, alors que ce dernier conduit à grande vitesse sur une route droite, au bout de laquelle, il y a malheureusement un virage. …Une scène digne de la «Mort aux trousses» d’Hitchcock !

Les trois amis s’envolent vers l’Afrique dans un Max Hostle MH. 1521 C1 Broussard (c/n 293, F-BXCS) de l’AJBS. Cet ancien appareil de l’ALAT, fut acquis en juin 1981 et revendu en juillet 2000, aux USA (N293BR) où il vole dans l'état de Washington.

Ayant réglé leurs comptes à leur épouses, Vincent et Paul peuvent se livrer aux joies du vol avec leurs copines. Paul (qui a dû entretemps passer son brevet) pilote le Waco UPF 7 (c/n 5495, F-AZJC) de Xavier Canu, un avion acheté aux USA, en février 1991. Vincent pilote un Bücker Jungmann 131D (c/n 1, F-PCSY) appartenant à Lucien Canu. Cet avion est un authentique Bücker, ramené d’Allemagne après la guerre, au titre des réparations. Immatriculé F-BCSY, il fut entièrement remis à neuf en 1950 et reçu le numéro de série « 01 ». Propriété de l'Etat, il fut affecté à la Section de Convoyage de Saint-Cyr l'Ecole, puis au Centre National de Saint-Yan, et basé à Clermont-Ferrand Aulnat. Il fut ensuite remis au Service des Domaines, alors qu'il n'avait pas atteint une cinquantaine d'heures de vol depuis sa réfection. Léon Biancotto l’acheta en 1958, et il fut repeint aux couleurs (orange et noir) de l’as de la voltige, bien que cet appareil ne participât à aucune compétition. Après la mort de Biancotto, sa veuve céda le F-BCSY à Nord Aviation. En 1964, enfin, le Bücker devint la propriété de Lucien Canu, un pilote féru de voltige, au carnet de vol bien rempli. Il dut être remotorisé avec un Lycoming 10-360-A3A de 180 ch, ce qui nuit, hélas, à sa silhouette, tout en accroissant sa disponibilité. En 1970, l'appareil fut reimmatriculé F-PCSY, dans le registre des constructions amateurs.


Christian Santoir

*Film en vente sur amazon.fr
 
 
TANGO.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 16/11/2012 : 07:47
Dernière modification : 16/11/2012 : 07:47
Catégorie : - Films
Page lue 3101 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !