Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 146 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

THE COUNTRY DOCTOR
 


 
Année : 1936
Pays : Etats-Unis
Durée : 1 h 35 min.
Genre : drame
Noir et blanc

Réalisateur : Henry KING
Scénario : Sonya LEVIEN, Charles E. BLAKE

Acteurs principaux :
Jean HERSHOLT (Dr. John Luke), June LANG (Mary MacKenzie), Slim SUMMERVILLE (agent Jim Ogden), Michael WHALEN (Tony Luke), Dorothy Peterson (infirmière Katherine Kennedy), Robert BARRAT (MacKenzie), Jane DARWELL (Mme. Graham), John QUALEN (Asa Wyatt), Frank REICHER (Dr. Paul Luke)

Musique : R.H. BASSETT, Cyril J. MOCKRIDGE
Photographie : Daniel B. CLARK
Producteur : Nunnally JOHNSON
Compagnie productrice : 20th Century Fox
 
Avions :
-Stearman C2B c/n 110, NR4099
 
Notre avis :

Le 28 mai 1934, une canadienne, Mme Elzire Dionne, habitant près du petit village de Callander (Ontario), mit au monde cinq bébés de sexe féminin. Les probabilités d'une telle naissance étant de une sur cinquante sept millions, l'événement fit le tour de la planète. En 1934, plus d'un million de touristes vinrent au Canada les voir dans un hôpital spécialement construit pour elles, où on pouvait les observer, deux fois par jour, par une fenêtre grillagée (comme au zoo..).. Le producteur Daryl Zanuck fut également prompt à réagir et fut le premier producteur de cinéma à exploiter, à son tour, les sœurs Dionne qui apparaissent en personne, à la fin du film.


Dans la grande forêt au Nord de Montréal, à Moosetown, le Dr. John Luke est sur le point de quitter le petit village dont il est le seul médecin alors que l'hiver arrive. Mais une épidémie de diphtérie éclate et il doit renoncer à son voyage. Il appelle son frère Paul, à Montréal pour qu'il lui envoie des vaccins. C'est Tony, le fils de Paul, qui va amener le sérum, en avion. Mais quand Paul atterrit à Moosetown, il endommage l'aile de son avion et il se trouve bloqué jusqu'au printemps prochain ! Tony en profite pour nouer une idylle avec Mary MacKenzie, la fille du responsable local de la compagnie commerciale qui emploie la plupart des hommes du village. Le printemps étant venu, le Dr Luke part à Montréal, pour demander au directeur de la compagnie de Moosetown, Sir Basil, la construction d'un hôpital, mais il refuse. De retour au village, Luke constate que Sir Basil a embauché un autre médecin. Ce dernier découvre bientôt que Luke n' a pas la licence l'autorisant à exercer, Luke n'ayant pas eu l'argent pour en acheter une, après sa thèse. Il s'apprête donc à partir, quand Asa Wyatt insiste pour qu'il accouche sa femme. Mais celle-ci met au monde des quintuplés ! Ils sont les premiers à survivre grâce aux soins prodigués par Luke. La nouvelles répand dans le monde entier et les journalistes accourent à Moosetown. Luke est décoré, il acquiert un permis d'exercer, et un hôpital moderne sera construit dans la village par la compagnie commerciale


Le scénario, centré sur le médecin de campagne, le Dr. Luke, a inventé une histoire d'épidémie pour dramatiser le contexte de la naissance des quintuplées. Nées dans une famille pauvre, où il y avait déjà cinq enfants, les quintuplées furent retirées de la garde de leurs parents, ceux-ci ayant signé un contrat avec un cirque pour les exhiber et gagner ainsi suffisamment d'argent pour élever leurs dix enfants. Mais l'état d'Ontario, leur tuteur, profita d'elles sans vergogne, et, à la fin de 1934, on estimait que, grâce aux sœurs Dionne, le tourisme avait rapporté près de 54 millions de dollars au gouvernement provincial, plus que les chutes du Niagara ! Cependant les sœurs ne furent jamais riches et ce n'est qu'en 1998, que le gouvernement canadien accepta d'accorder aux trois survivantes des dommages et intérêts pour leurs années d'exploitation….

Le film sortit simultanément à Toronto et à New York et connut, comme le pressentait Zanuck, un immense succès. Il comporte plusieurs courtes scènes aériennes avec un seul avion. En hiver, l'avion est le seul moyen d'accéder à la petite ville fictive de Moosetown, comme dans d'autres petites localités du nord canadien.


Les avions du film :

Celui du film est un Stearman C2B portant le matricule fictif "CR-O" qui ne correspond à rien (le Canada avait pour code "CF"). Ce Stearman appartenait à Paul Mantz, bien qu'il ne soit pas mentionné dans le générique. Mantz ne tournait pas que des films d'aviation et ses avions apparaissaient incognito dans de nombreux films, même pour de courtes apparitions tarifiées. Le Stearman du film, piloté par Mantz, était un de ses premiers avions caméra, immatriculé NR-4099 (c/n 110) qui participa à plusieurs productions entre 1931 et 1943. Le matricule "CR-O" est donc "NR-4099", modifié en remplaçant le N par un C (comme Canada) et en effaçant les chiffres 4, 9 et 9, les immatriculations canadiennes ne comportant pas de chiffres, mais trois lettres, à l'époque….

L'avion décolle de Clover Field, à Santa Monica; il est filmé devant le hangar de Mutual Aircraft Corp. une société spécialisée dans la réparation, l'entretien et le gardiennage des avions.



Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr
 
 
COUNTRYDOCTOR.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 30/11/2012 : 18:06
Dernière modification : 06/07/2014 : 04:28
Catégorie : - Films
Page lue 3229 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !