Recherche
Recherche
Fiches de film

Articles cinéphiles

Liens

AVIATION

Cocardes
Cocardes Photos

CINEMA & ARCHIVES

BiFi
IMDB
INA
Web Archives

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 143 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Copyright
Tous droits réservés
© www.aeromovies.fr
2001-2017
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.aeromovies.fr/data/fr-articles.xml

 
WITH A SONG IN MY HEART



Pays : Etats-Unis
Année : 1952
Genre : Biographie
Durée : 1 h 57 min.
Couleur

Réalisateur : Walter LANG
Scénario : Lamar TROTTI

Acteurs principaux :
Susan HAYWARD (Jane Froman), Rory CALHOUN (John Burn), David WAYNE (Don Ross), Thelma RITTER (Clancy), Robert WAGNER (un GI), Helen WESTCOTT (Jennifer March).


Producteur : Lamar TROTTI
Musique : Alfred NEWMAN
Photographie : Leon SHAMROY
Compagnie productrice : Twentieth Century Fox Film Corporation
 
Avions :
-Boeing 314 (images d'archives)
-Sikorsky S-42 (images d'archives)
 

Notre avis :

Ce film est une biographie de la célèbre chanteuse et actrice américaine Jane Froman (1907-1980). La présence de ce film musical sur ce site est uniquement dû au fait que Jane Froman se trouvait à bord du Boeing 314 "Yankee Clipper" (c/n 1990, NC18603) de la PanAm, quand il s'écrasa le 22 février 1943, à l'amerrissage, à Lisbonne, et alors qu'elle se rendait en Angleterre pour chanter devant les troupes alliées. L'aile gauche de l'appareil heurta les eaux du Tage alors qu'il passait en finale ! Il semblerait donc que le pilote volait beaucoup trop bas; l'accident eu lieu au crépuscule, peu après le coucher du soleil, alors que la visibilité était médiocre. Pourtant, le commandant Sullivan était un des pilotes les plus chevronnés de la PanAm. Il y eut 19 mort parmi les passagers. Ce fut le seul accident subi par les douze Boeing 314 construits.


Le film commence au bal annuel de la Presse, à New-York, où la chanteuse Jane Froman a été élue "l'artiste la plus courageuse" de l'année. Alors que Jane chante, son mari, John Burn, assis à une table, se rappelle ses débuts, au milieu des années 30, dans une station radio de Cincinnati. Elle fut lancée par un auteur de vaudevilles, Don Ross. Il lui tient lieu de manager alors que sa propre carrière périclite, lentement mais sûrement. Il est amoureux de Jane et ils finissent par se marier. Après des disques et des concerts à la radio ou dans des cabarets, elle tourne son premier film. Quand la guerre éclate, Jane s'engage dans l'USO (United Service Organizations Inc. ) qui l'envoie en Europe, en 1943, pour chanter devant les G. I. Mais son avion s'écrase alors qu'il arrivait à Lisbonne. Gravement blessée aux jambes, c'est un copilote, John Burn, qui va la maintenir à la surface des flots pendant quarante cinq minutes en attendant les secours. A l'hôpital on lui annonce que sa jambe droite est pratiquement sectionnée en dessous du genou. Bien que menacée d'amputation, Jane garde le moral, aidée par l'infirmière Clancy, tout en liant une grande amitié avec John Burn qui tombe amoureux d'elle. Don vient la chercher pour la ramener à New York où elle doit subir une série d'opérations pénibles. Mais pour payer les énormes frais d'hospitalisation, elle doit remonter sur scène. Sa première apparition, où elle chante assise, est un succès. Désormais, elle fera plusieurs allers et retours entre la scène et l'hôpital. Un jour, Don et John lui demandent de choisir entre eux, mais elle décide de rester avec Don, n'étant pas sûr de son rétablissement définitif. Puis, elle accepte une longue tournée outre-mer pour aller chanter, avec des béquilles, devant les soldats, dont certains ont été gravement blessés comme elle. Pendant ce temps à New-York, Don téléphone à John qu'il a décidé de changer de vie et lui signale qu'il ne sera pas là pour accueillir Jane à son retour... Puis, on revient au bal de la Presse où John regarde avec fierté Jane chanter.

Après plus de vingt cinq opérations, Froman regagna l'usage de ses jambes et poursuivit une brillante carrière. Dans le film, on parle de la jambe droite de Jane, alors qu'elle risqua de perdre aussi la jambe gauche... John Burn était bien membre de l'équipage du Yankee Clipper, en tant que second copilote (fourth officer), le jour de l'accident. Jane divorça de Don en 1948, pour se marier à John, mais divorça de nouveau en 1956. Curieusement, le jour de la sortie du film à Los Angeles, le 11 avril 1952, John Burn se crashait aux commandes d'un DC-4 de la PanAm, à Puerto Rico ! Le film, dont les chansons étaient interprétées par la vraie Jane Froman, ne se crasha pas et remporta un beau succès. Une autre chanteuse, moins connue, la blonde Yvette, était également à bord du Yankee Clipper et survécut à l'accident. Elle, aussi, reprit sa tournée après que ses blessures aient été guéries, mais on n'en fit pas un film….


Les avions du film :

On devrait plutôt dire l'avion du film, car le seul avion qu'on y voit est un hydravion quadrimoteur Boeing 314. Il apparaît au décollage sur un document filmé de la PanAm ou de l'US Navy. L'avion a, en effet, une livrée, gris bleu dessus, gris clair dessous, avec le pavillon américain peint sur le nez, peintures adoptées après l'entrée en guerre des Etats-Unis (décembre 1941). Le "Yankee Clipper" avait été réquisitionné par l'US Navy le 13 décembre 1941 (BuNo. 48224), mais il restait exploité par la PanAm. Quand l'avion est en vol, on nous montre une vue d'un hydravion différent, un Sikorsky S-42 de la PanAm, que le Boeing 314 avait remplacé sur plusieurs lignes océaniques….

La cabine, reconstituée en studio, avec ses trois rangées de sièges étroits (deux à gauche, un à droite) serait plutôt celle d'un DC-3…. La vraie cabine (4 m de large) avait des compartiments composés de huit larges sièges (trois à droite, un à gauche) disposés en vis à vis. Pour les vols transatlantiques, l'hydravion n'emportait pas plus de 36 passagers disposant de couchettes. Le 22 février 1943, il y avait 29 passagers et 12 membres d'équipage, à bord.

Le vol transatlantique de la PanAm partait de New-York (Port Washington), le matin. Il faisait escale, le soir, aux Bermudes (Darrell's Island), puis, environ dix heures plus tard, aux Açores (Horta), avant d'arriver le lendemain, en début de soirée, à Lisbonne (Cabo Ruivo). Là, les passagers étaient acheminés vers Londres par la compagnie anglaise BOAC qui utilisait, pour ce trajet à risques, des avions et des équipages de la KLM qui avaient réussi à fuir leur pays.


Christian Santoir


*Film en vente sur amazon.fr
 

 
WITHASONG.jpg

 
Mots-clés associés

Date de création : 30/11/2012 : 23:45
Dernière modification : 06/07/2014 : 03:19
Catégorie : - Films
Page lue 3231 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !